245 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

L'Attaché de Coopération

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
245 pages
Français

Description

Ce livre s'intéresse à la diffusion de la langue française à l'étranger, à travers l'étude de la fonction diplomatique d'Attaché de Coopération pour le Français. Cet agent de l'administration jouit d'une place centrale et stratégique dans le dispositif institutionnel culturel français à l'étranger. Malgré cela, le ministère des Affaires étrangères ne cesse de supprimer des postes et de réduire les budgets linguistiques. Assisterions-nous au deuil de l'influence culturelle et linguistique de la France dans le monde ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2011
Nombre de lectures 246
EAN13 9782296446472
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait







L’Attaché de Coopération
Une défense de nos intérêts linguistiques et culturels
à l’étranger

Une enquête en Colombie






Questions Contemporaines
Collection dirigée par J.P. Chagnollaud,
B. Péquignot et D. Rolland

Chômage, exclusion, globalisation… Jamais les « questions
contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à
appréhender. Le pari de la collection « Questions Contemporaines »
est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs,
militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées
neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective.


Derniers ouvrages parus

Noël NEL, Pour un nouveau socialisme, 2010.
Jean-Louis MATHARAN, Histoire du sentiment d'appartenance en
eFrance. Du XII siècle à nos jours, 2010.
Denis DESPREAUX, Avez-vous dit performance des universités ?,
2010.
Vincent TROVATO, Marie Madeleine. Des écrits canoniques au Da
Vinci Code, 2010.
Ricciarda BELGIOJOSO, Construire l'espace urbain avec les sons,
2010.
Collectif des médecins du travail de Bourg-en-Bresse, La santé au
travail en France : un immense gâchis humain, 2010.
Cyril LE TALLEC, Petit dictionnaire des cultes politiques en France,
2010.
Steven E. Stoft, Dépasser Copenhague : Apprendre à coopérer.
Proposition de politique mondiale post-Kyoto, 2010.
Bernard OLLAGNIER, Communiquer, un défi français. De l'illusion
du tout com' à la communication réelle, 2010.
Jean-Pierre CASTEL, Le déni de la violence monothéiste, 2010.
Sergiu MI ŞCOIU, Naissance de la nation en Europe, 2010.
Joëlle MALLET, Sophie GEORGES, Une action sur l'emploi qui
change tout, 2010.
Alem SURRE-GARCIA, La théocratie républicaine, Les avatars du
Sacré, 2010.
Asmara KLEIN, La coalition « Publiez ce que vous payez »'. Une
campagne pour la gestion responsable des ressources naturelles,
2010.
Olivier BATAILLE, Les Apprentissages professionnels informels.
Comment nous apprenons au travail pour se former toute sa vie,
2010. Frédéric Mazières




L’Attaché de Coopération
Une défense de nos intérêts linguistiques et culturels
à l’étranger

Une enquête en Colombie






















L’HARMATTAN























© L'HARMATTAN, 2010
5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-12899-6
EAN : 9782296128996 Remerciements
A
Monsieur et Madame ZICARO, Christiane et Michel, mes parents,
pour leur soutien inconditionnel et plus que précieux. Sommaire (9)

Introduction générale (15)

PREMIERE PARTIE : les contextes administratifs des missions de
l'Attaché de Coopération pour le Français (35)

Chapitre 1 : Les contextes administratifs ministériels français (38) 2 : les stratégies ministérielles de la diffusion du français (56)
Chapitre 3 : quelques opérateurs de la politique extérieure culturel (63) 4 : les contextes administratifs "locaux" (65)

DEUXIEME PARTIE : la fonction d'ACPF (71)

Chapitre 1 : présentation de la fonction d'ACPF (74) 2 : les savoirs mis en œuvre par l'attaché (84)

TROISIÈME PARTIE: les domaines d’interventions de l'ACPF (89)

Chapitre 1 : les contextes juridiques, diplomatiques, multilatéraux (92) 2 : les coopérations bilatérales culturelles franco-colombiennes
(98)
Chapitre 3 : les instruments et les axes principaux de la coopération
linguistique (101)
Chapitre 4 : les contextes théoriques et empiriques des enquêtes d’opinion
(115)
Chapitre 5 : la première enquête d’opinion (121)
Chapitre 6 : la deuxième enquête d’opinion (147)
Chapitre 7 : le réseau des Alliances Françaises (154)
Chapitre 8 : les contextes mondiaux et régionaux de la coopération
éducative en Colombie (163)
Chapitre 9 : la coopération éducative bilatérale française (169)
Chapitre 10 : la coopération universitaire en Colombie (198)

Conclusion générale (205)

Bibliographie (221)
Annexes (223)


9
Sélection de sigles et d’abréviations.


ACAD-MAE : Association de Coordination des Agents Détachés
(auprès) du MAE:

ACPF (ACF) : Attaché de Coopération Pour le Français.

ACE : Attaché de Coopération Educative.

ACU : Attaché de Coopération Universitaire.

ADP : Aide Publique au Développement.

AEFE : Agence pour l’Enseignement Français à l’Etranger.

AF : Alliance Française.

AFD : Agence Française de Développement.

AT : Assistant Technique.

BCLE : Bureau de Coopération Linguistique et Educative.

BM : Banque Mondiale.

CCCL : Centre Culturel et de Coopération Linguistique.

CCIP : Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris.

CE : Commission Européenne.

CECR (L) : Cadre Européen Commun de Référence (pour les
Langues)

CEPEC : Centre d’Etudes Pédagogique pour l’Expérimentation et le
Conseil.

CICID : Comité Interministériel de Coopération International et de
Développement.
11

CIEP : Centre International d’Etudes Pédagogiques.

COCAC : COnseiller de Coopération et d’Action Culturelle.

DCP : Document Cadre Partenariat.

DALF : Diplôme Approfondi de Langue Française.

DCCF (MAEE) : Direction de la Coopération Culturelle et du
Français.

DELF : Diplôme d’Etudes en Langue Française.

DGCID (MAEE) : Direction Générale de la Coopération
Internationale et du Développement.

DREIC (MEN): Direction des Relations Européennes, Internationales
et de la Coopération.

DSP : Document Stratégique Pays.

EPT : Education Pour Tous.

FCI : France Coopération Internationale.

FIPF : Fédération Internationale des Professeurs de Français.

FLE : Français Langue Etrangère.

FMI : Fonds Monétaire International.

FOS : Français sur Objectifs Spécifiques.

LF: Lycée Français.

LFI : Loi de Finance Initiale.

FLS : Français Langue Seconde.

12
LOLF : Loi Organique relative aux Lois de Finances.

FSP : Fonds de Solidarité Prioritaire.

MAEE : Ministère des Affaires Etrangères et Européennes.

MEN (MENESR) : Ministère de l’Education Nationale, de
l’Enseignement Supérieur et de la Recherche.

OCDE : Organisation de Coopération et de Développement
Economique.

OIF : Organisation Internationale de la Francophonie.

OMC : Organisation Mondiale du Commerce.

OMD : Objectifs du Millénaire pour le Développement.

PLF : Projet de Loi de Finance.

PVD : Pays en Voie de Développement.

SCAC : Service de Coopération et d’Action Culturelle.

TCF : Test de Langue Française.

TICE : Technologies de l’Information et de la Communication pour
l’Enseignement.

UE : Union Européenne.

UNESCO : Organisation des Nations-Unies pour l’Education, la
Science et la Culture.

VI : Volontaire International.

ZSP : Zone de Solidarité prioritaire.



13
INTRODUCTION GENERALE.



Les points de vue adoptés dans ce travail.


Notre livre : L'Attaché de Coopération. Une défense de nos inté-
rêts linguistiques et culturels à l'étranger propose, à partir d'une
1thèse de doctorat que nous avons soutenue en 2009, l’analyse des
principales formes de coopérations bilatérales culturelles
potentiellement prises en charge par un Attaché de Coopération pour
2le Français (ACPF) : coopération linguistique, éducative et
universitaire. Parmi tous les acteurs culturels institutionnels et
3"personnalisables" que propose le réseau culturel français, nous
avons choisi de nous consacrer à l’Attaché de Coopération pour le
4Français. En effet, sa position est si centrale, si logistique dans le
dispositif français de coopération qu’on ne peut correctement
comprendre le sens général des politiques linguistiques et culturelles
sans connaître véritablement le rôle de cet agent dans le réseau
culturel de notre pays. Il était donc temps de consacrer, à ce stratège
de la diffusion, une étude complète. Dans cet ouvrage, nous
démontrons en quoi l'analyse même des missions de l'Attaché de
coopération pour le Français apporte de nombreux enseignements
sociolinguistiques sur la diffusion de la langue et de la culture
5françaises à l'étranger. En effet, la plupart des études que nous
réalisons sur cette fonction clé de la coopération culturelle française

1 Les contextes et les domaines d'intervention de l'Attaché de Coopération pour le
Français, une enquête en Colombie ; regards sociolinguistiques et didactiques,
thèse de doctorat, sous la direction de Monsieur Véronique, Paris III-La Sorbonne
Nouvelle, 8 décembre 2009.
2 Ou bien ACF.
3
Autres exemples d'acteurs culturels "personnalisables" : ACE (Attaché de
Coopération Educative); ACU (Attaché de Coopération Universitaire)…etc. Voir
site Internet du MAEE.
4 Ce mot, qui a une dénotation militaire, convient parfaitement au contexte mondial
très concurrentiel et sans merci entre plusieurs langues internationales : anglais,
français, espagnol, portugais… etc.
5
La langue française véhicule la culture française : «la langue est l’âme même d’une
culture». Jacques Rigaud : Les relations culturelles extérieures, Paris, la
Documentation française, 1979, p 38.
15
moderne, même si elles ont pour cadre géographique spécifique la
Colombie, vaudraient, a priori, mutatis mutandis, pour de nombreux
autres contextes de diffusion, notamment sud-américains.

Par ailleurs, nous estimons que la diffusion du français, contrairement
à ce que l'on pourrait croire, n'est pas exclusivement un problème
6pédagogique ou didactique , c'est aussi et surtout un problème de
politique extérieure de l'Etat qui concerne non seulement le
gouvernement mais aussi plusieurs ministères, essentiellement le
7 8MAEE et le MEN . En fonction de cette perspective, nous nous
sommes rapproché d'un point de vue inspiré des sciences politiques,
9du droit public et du droit international public . En effet, les politiques
10et les planifications linguistiques sont le résultat de multiples
processus juridiques et administratifs, qu'ils soient parisiens
(ministériels) ou locaux (ambassade), sans oublier, cependant, que ces
processus devront s'adapter aux contextes locaux, bilatéraux et
11multilatéraux de la coopération culturelle moderne . La France n'est
pas le seul Etat à diffuser sa langue et sa culture. Ces cadres juridiques

6
Cependant, dans un sens très élargi, la didactique des langues «ne se définit pas
seulement comme une réflexion mais aussi comme une action sur la réalité
linguistique». CUQ Jean-Pierre et GRUCA Isabelle, Cours de didactique du
français langue étrangère et seconde, PUG, 2005, p51. C'est ce sens-là que nous
avons adopté dans cet ouvrage.
7 Ministère des Affaires Etrangères et Européennes. Vu l’importance croissante de
l’Europe ainsi que des affaires européennes dans la politique extérieure française,
l’appellation "MAEE " (Ministère des Affaires Etrangères et Européennes) a
remplacé celle de "MAE" (Ministère des Affaires Etrangères).
8 Ministère de l'Education Nationale.
9
Nous avons constaté, voire déploré, dans les travaux antérieurs sur la coopération
culturelle française, un nombre insuffisant de références au droit international public
qui représente pourtant le cadre juridique incontournable de toutes les actions
diplomatiques.
10
«Nous entendrons par politique linguistique "la détermination des grands choix
en matière de rapports entre les langues et la société" et par planification
linguistique la mise en pratique de ces choix politiques; l’ensemble de ces décisions
et actions constituant le champ de l’aménagement linguistique. D’un côté nous
avons des décisions prises par un Etat par le biais de lois et de décrets, de l’autre
des techniciens, des spécialistes, des fonctionnaires qui seront chargés, à partir,
bien souvent d’un diagnostic sociolinguistique, de rendre possibles et d’appliquer,
sur le terrain, ces décisions». MAZIERES Frédéric, Politique linguistique
colombienne, mémoire de Master 2, sous la direction de Louis-Jean Calvet.
11
Donc, notre étude pourrait facilement être apparentée à un travail d'anthropologie
politique et administrative.
16
et administratifs sont omniprésents, qu'elle que soit la problématique
diffusionnelle, quel que soit le pays de la diffusion. Ils pèsent de tout
leur poids. Ils peuvent même devenir contraignants, obsolètes, voire
12inadaptés aux multiples situations rencontrées par un agent détaché
dans une ambassade.

La diffusion du français est également un acte diplomatique qui lie
deux pays dans le cadre d'accords de coopération bilatéraux. La
langue française est à la fois un objet d’exportation (point de vue de la
France) et un objet d’importation (point de vue du pays d’accueil ou
accréditaire). Dans cette publication, la langue française ne sera pas
considérée comme un objet d’étude (domaine de la linguistique) mais
surtout comme un objet d’exportation et de coopération (diffusion de
la langue française à l’étranger). La diffusion du français et la
pédagogie du FLE appartiennent à des domaines différents. Par
13conséquent, dans notre recherche, l’étude de la pédagogie du FLE et
14l’étude de la francophonie ne seront pas prioritaires .

C'est pour toutes ces raisons que les attachés de coopération pour le
français sont de moins en moins des professeurs mais plutôt des
experts. Le travail de l’ACPF est devenu une illustration en actes (ou
planifications) de politiques linguistiques décidées à Paris. C'est
l'essence de la coopération linguistique. Mais, contrairement à la
15plupart des nos prédécesseurs dans l’étude des coopérations

12 L’ACPF n’est pas un diplomate mais un agent détaché de son administration
d’origine (MEN). Il n'est pas titulaire du Ministère des Affaires étrangères.
13 Mais nous sommes bien conscient qu'on ne peut diffuser le français sans, à un
moment donné, avoir recours à des pédagogues.
14 En outre, la Colombie n’est pas un Etat francophone et l’Etat colombien ne fait
partie d’aucune institution francophone.
15. LEYLAVERGNE Jacques : Etats de la diffusion du français en République
Dominicaine, thèse pour le doctorat, sous la Direction de Monsieur Louis Porcher,
Paris III, La Sorbonne Nouvelle, 1989-1990.
. FARO-HANOUN Violette : Etudes des conditions optimales de développement de
la diffusion du français dans le cône sud hispanophone (Argentine, Chili, Paraguay,
Uruguay), thèse pour le doctorat, Tome 1, sous la Direction de Monsieur Louis
Porcher, Paris III-La Sorbonne Nouvelle 1994-1995, p 42. Nous pouvons remarquer
que les thèses citées ont toutes été présentées à Paris, à l’Université III-La Sorbonne
Nouvelle. Cette Université parisienne a su encourager les travaux qui abordaient
autrement les problématiques de la diffusion du français, en adoptant des approches
pas exclusivement didactiques et pédagogiques. En effet, ces thèses auraient pu être
préparées et soutenues dans des UFR de Science Politique.
17
françaises, nous ne sommes pas Attaché de Coopération pour le
Français (ou assimilé), nous sommes professeur au Lycée français
Louis Pasteur de Bogotá en Colombie. Même si cette position
administrative et professionnelle a rendu notre travail plus difficile,
notamment dans la recherche de documents officiels, elle nous a
permis, cependant, de modeler un point de vue bien plus indépendant
sur les questions souvent sensibles de la coopération. En effet, les
16agents de la coopération qui sont détachés, eux, dans un SCAC ,
n’ont pas beaucoup d’intérêt à déplaire à leur nouvel employeur, le
MAEE et pas davantage à leur hiérarchie locale représentée par le
Conseiller culturel et l’Ambassadeur. En effet, si certains documents
17ne sont pas diffusables, certains commentaires le sont encore moins .
La pratique du devoir de réserve est si répandue dans les milieux
diplomatiques que toute entorse à cette coutume signifierait la fin du
détachement de l’agent.

En outre, nous avons pu nous appuyer, dans notre travail
d'investigation, sur d'autres fonctions que nous avons exercées en
Colombie. Elles sont moins officielles, soit, mais tout aussi
intéressantes pour affiner notre opinion sur les options françaises en
matière de coopération. Nous avons été : directeur d'Alliance
française, professeur au Lycée italien de Bogotá et professeur au
département de français de l'Université La Javeriana de Bogotá. Par
conséquent, le point de vue systémique que nous avons adopté dans ce
livre est une synthèse des nombreux points de vue que nous avons
acquis à l'occasion des multiples postures professionnelles que nous
avons eues dans le champ colombien de la diffusion du français :
posture pédagogique, didactique ou décisionnelle. Nous nous sommes
ainsi rapproché d'une connaissance omnisciente du champ, de celle
18d'un Attaché de Coopération pour le Français idéalisé . Nous avons
appris à connaître cette fonction "de l'intérieur", tout en travaillant à
l'extérieur d'une Ambassade.

Pour rendre notre travail encore plus pragmatique, incisif,
"professionnalisant", nous avons fait comme si nous étions nous-

16 Service de Coopération et d'Action culturelle.
17
"Tout va bien", "Pas de vague… etc.
18 Dans les faits, aucun ACPF n'a exercé autant de fonctions "mineures" dans le pays
où il a été nommé.
18
mêmes Attaché de Coopération pour le Français. Mais notre étude
19représente bien la projection d’une fonction officielle (à partir
d’éléments concrets) et non une utopie (à partir d’éléments
imaginaires ou théoriques). Ce procédé nous a amené, à partir du
contexte colombien, à produire un important travail inductif qui nous
a permis de comprendre, par extension, une grande partie des
modalités pratiques de la coopération linguistique française. La
perspective professionnelle, en situation, que nous proposons dans
cette publication est peu fréquente. La grande majorité des doctorants
en Science du langage de Paris III préfère, dans le cadre du domaine
20du Français Langue Etrangère (FLE ), des orientations nettement plus
21 22pédagogiques et/ou didactiques (DDL ). C'est pourquoi, notre
recherche appartient à une typologie de thèse universitaire bien
précise : les "thèses professionnalisantes" dont la nature est de
proposer : «des recherches tournées vers des activités
professionnalisantes, en prise avec les métiers suivants : enseignant,
23formateur d'enseignants, attaché linguistique, conseiller
24 25culturel…» .

Enfin, c’est toujours en raison d’un certain pragmatisme
"professionnalisant", que nous avons eu recours, comme si nous
étions un Attaché perfectionniste et très disponible, à de multiples
26études et interventions ciblées : étude pragmatique du réseau

19
D’après la première représentation que nous avons utilisée (voir infra, "graphique
de base"), c’est bien en fonction du point de vue projeté de l’Attaché de Coopération
que nous avons travaillé.
20 Dans ce cadre, la langue française devient objet d'enseignement auprès de publics
non francophones.
21 La pédagogie, c'est l'ensemble des moyens adoptés par un enseignant pour
transmettre des savoirs scientifiques.
22 Didactique Des Langues (DDL). La didactique, c'est, au sens strict, l'ensemble des
conceptions qui sont à la base de la (d'une) pédagogie.
23 Depuis la réforme du Ministère des Affaires étrangères (MAE) en 1999, cette
dénomination n’existe plus mais la fonction demeure sous l’appellation "Attaché de
Coopération pour le Français". Signalons, qu’à une époque encore plus lointaine,
on parlait même de "Conseiller pédagogique".
24 Site Internet de l’Université Paris III-La Sorbonne Nouvelle, Ecole Doctorale
Langages et langues : description, théorisation, transmission.
25
Nous remarquons que les responsables de l’Ecole doctorale ont signalé deux
métiers de la coopération : Attaché linguistique et Conseiller culturel.
26 Car nous avons travaillé comme Directeur d’Alliance Française dans le réseau
colombien.
19
colombien des Alliances Françaises, étude du système éducatif
27colombien, formation de formateurs, enquêtes (écrites, orales,
directes, indirectes)…etc. Ces divers essais de planifications
linguistiques ou d’actes de coopération représentent, assurément, les
meilleurs moyens pour se rendre compte des réalités professionnelles
d’une fonction particulièrement complexe.

Mais le poste d’Attaché de Coopération pour le Français a disparu du
SCAC de l'Ambassade de France de Colombie suite, d’une part, aux
récentes restrictions budgétaires subies par le réseau culturel français
et, d’autre part, à une spécialisation du Service culturel de
l'Ambassade de France de Colombie dans le secteur éducatif. C’est
pourquoi le poste d’ACPF a été remplacé, en 2008, par un poste
d’Attaché de Coopération Educative. Par conséquent, notre travail de
28recherche, dans ce nouveau contexte représente, à la fois, une
29projection "idéalisée" de la fonction d’Attaché de Coopération pour
30le Français mais aussi et surtout une tentative de résurrection.

Approche systémique de la fonction d'attaché de Coopération
pour le Français.

31La position centrale de l'ACPF dans son champ lui permet d'utiliser,
dans des conditions optimales, l'analyse systémique qui doit être
32comprise comme une méthode d'appréhension idéale de la

27 Le terme "enquête" nous paraît particulièrement approprié dans la mesure où, ne
travaillant pas pour et dans l’Ambassade de France de Bogotá, nous ne possédons
pas la vérité circonstanciée sur l’état actuel des coopérations françaises en
Colombie.
28
Quand nous avons commencé nos travaux, en 2006, nous ignorions que ce poste
allait être supprimé.
29
Dans la mesure où nous avons proposé cette réflexion sur cette fonction dans le
cadre d'un doctorat. Cependant, dans les faits, peu d’Attachés sont docteurs. En
effet, peu d’attachés, entre deux missions, n’auraient le temps de produire un travail
aussi long et exigeant, même si un titre de docteur ne pourrait que favoriser l'agent
dans ses relations avec ses partenaires locaux, et notamment universitaires.
30 Cependant, cette "projection idéalisée" pourrait devenir précieuse, notamment si
le MAEE prévoyait, à nouveau, ce type de mission en Colombie.
31 "Et nous permet", puisque nous avons choisi d'adopter, dans ce travail, le point de
vue de l'ACPF.
32 Méthode et non méthodologie : «faut-il rappeler ici que le mot «méthode» ne
signifie nullement méthodologie ? Les méthodologies sont des guides a priori qui
20
problématique complexe de la diffusion d'une langue. En effet, elle lui
permet, en premier lieu, de concevoir et de représenter rapidement le
33champ du Français Langue Etrangère (FLE) dans le pays où il a été
affecté. Autrement dit, grâce à elle, l'ACPF peut non seulement
34dresser un inventaire de tous les acteurs institutionnels et
35"personnalisables" qui pourraient intervenir de la diffusion du
français mais il peut également rendre compte des diverses
36interactions entre les acteurs recensés . Sinon, son approche du
37champ risque d'être trop statique et donc peu idoine dans des
contextes aussi changeants et sophistiqués que les milieux
38diplomatiques. Ces représentations systémiques (ou modalisations
des réalités complexes), dynamiques et décloisonnées lui permettent :
i/ d’identifier, de comprendre et de synthétiser non seulement les
relations entre les acteurs institutionnels et les acteurs

programment les recherches, alors que la méthode qui se dégage de notre
cheminement sera une aide à la stratégie. Le but de la méthode, ici, est d’aider à
penser par soi-même pour répondre au défi de la complexité des problèmes».
MORIN Edgard : La méthode, Tome 3 “ La connaissance de la connaissance”,
Paris, Seuil, p 27.
33 La notion de champ a été créée par Louis Porcher, à partir des postulats du
sociologue français Pierre Bourdieu. Nous avons nous-mêmes conçu un champ
colombien du FLE dans la troisième partie de ce travail. Mais, vu ses dimensions,
nous ne pouvions le représenter dans cette introduction.
34 Exemples d’acteurs institutionnels : ministères, Alliances Françaises…etc.
35
Exemples d’acteurs "personnalisables" : attachés, conseillers culturels…etc. On
peut ajouter, à ces deux listes sommaires, d’autres forces potentielles : les objets, les
produits et les propos. CUQ Jean-Pierre, GRUCA Isabelle : Cours de didactique du
français langue étrangère et seconde, PUG, 2005, p 23.
36
Un champ n’est pas une réalité empirique mais un système de relations
(hiérarchisées et structurées) fonctionnant selon une logique propre». PORCHER,
Louis : Champs de signes, états de la diffusion du français langue étrangère, Didier,
Paris, 1987, p 7.
37
Cependant, ces appréhensions systémiques et globalisantes des coopérations
seront parfois suivies d’études plus linéaires et localisées. Par exemple, après une
représentation graphique des acteurs de la coopération éducative dans un pays et de
leurs relations, il serait opportun de proposer une analyse séparée des actions
éducatives de chacun de ces acteurs.
38 La modélisation (représentation) analytique isole les éléments d’un ensemble. La
modélisation systémique relie les éléments d’un ensemble, insiste sur leurs relations,
valide les faits par comparaison du fonctionnement du modèle avec la réalité,
adopte des modèles à boucles rétroactive…». LUGAN Jean-Claude : La systémique
èmesociale, PUF, collection QSJ, 4 édition, Paris, 2005, pp 101-102. On oppose
"pensée analytique" à pensée "complexe".
21
"personnalisables" français et locaux du champ, mais aussi les
relations entre l’Attaché de Coopération pour le Français et
l’ensemble de ces acteurs. Cependant, même si on propose une
analyse systémique réussie, il faudra qu’elle soit suivie par des
interventions concrètes. Il faudra veiller à créer un système d’allers et
retours, de "feed-back" entre les réalités du champ et les
39représentations systémiques abstraites ; ii/ de découvrir des
associations plus ou moins cachées, plus ou moins officielles entre
acteurs du champ ainsi que des logiques plus ou moins favorables à la
diffusion de la langue et de la culture françaises. Un champ est un
système hypercomplexe où il faut repérer «les joueurs, les règles et les
enjeux en sachant qu’à chaque instant se jouent simultanément de
40multiples parties» . Cette perspective théâtrale, toute métaphorique et
ludique qu’elle soit, permet de comprendre qu’une des missions de
l’Attaché est de viser à une appréhension omnisciente, logique et
efficiente de "son" champ; iii/ d’anticiper les conflits et les accords
entre les différents acteurs du champ; iv/ de favoriser les prises de
décision des attachés ou des autres agents de l’Ambassade. Cette
finalité décisionnelle représente d’ailleurs un des objectifs de la
modélisation systémique : «le modèle décisionnel doit fournir au
décideur des schémas qui lui permettent de prendre rapidement une
41décision» .

Mais un champ, même systématisé, est en perpétuelle évolution et
pourrait échapper à son observateur et à son action, aussi expérimenté
soit-il : «quand on cherche à le circonscrire, empiriquement ou de
manière opératoire, et même à partir d’un point de vue déterminé…il
42déborde constamment de toute tentative de définition . Non seulement
43les bornes du domaine (champ ) échappent elles-mêmes à une
immobilisation conventionnelle, même provisoire, mais l’utilité de ces

39 Même un simple échange de vue avec un professeur, voire avec un élève peut
améliorer notre perception du champ.
40 PORCHER, Louis : Champs de signes, états de la diffusion du français langue
étrangère, op.cit., p 14.
41 ème DURAND, Daniel : La systémique, PUF, collection QSJ, 10 édition, Paris,
2006, pp 59.
42 A fortiori dans un contexte de coopération bi et multilatéral (le "bi-multi").
43
Pour les distinctions entre champ et domaine, voir infra.
22
44bornes ne font l’objet d’aucun consensus» . Plus l'ACPF disposera,
au cours de ses investigations, d’instruments intellectuels abstraits et
souples telles que les représentations systémiques, notamment sous
45forme de schémas , plus il pourra progresser dans la compréhension à
la fois globale et détaillée des nombreux contextes administratifs
français et locaux de la diffusion culturelle. Voici, à la suite, quelques
indispensables exemples de modélisations :

Première représentation graphique (graphique de base) :


























44
PORCHER, Louis : Champs de signes, états de la diffusion du français langue
étrangère, op.cit., p 12.
45
«Image fonctionnelle qui insiste sur les relations entre les parties d’une réalité».
ADAM Michel : Les schémas, un langage transdisciplinaire, les comprendre, les
réussir, éditions l’HARMATTAN, Paris, 1994, p 27.
23







Coopération
Réseau des AF linguistique



UNESCO Coopération

éducative
Système éducatif colombien
(primaire/secondaitre)

ACPF

Système éducatif colombien (supérieur) Coopération

universitaire

Département universitaire
colombien


Coopération Association de traducteurs
culturelle

Librairie Tiempos Futuros





Deuxième représentation graphique : position administrative des
attachés (ACPF/ACU/ACE) dans le dispositif français et leurs
relations avec les administrations locales :


24