Le gúbaher, parler baïnouck de Djibonker (Basse-Casamance, Sénégal)

-

Livres
170 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le gúbaher est un parler baïnouck, pratiqué au Sénégal dans le village de Djibonker (en Basse-Casamance dans la région de Ziguinchor, arrondissement de Nyassia). Il compte environ un millier de locuteurs. Cet ouvrage comporte deux parties principales : phonologie et classification nominale, complétées par un conte transcrit et traduit, ainsi que des tableaux de distribution des sons relevés.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2013
Nombre de visites sur la page 295
EAN13 9782296531932
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
9

I
.
-
-
S/ é
GU
Noël Bernard BIAGUI
LE GÚBAHER PARLER BAÏNOUCK DE DJIBONKER (BASSE-CASAMANCE, SÉNÉGAL)
ÉLÉMENTS DE DESCRIPTION LINGUISTIQUE: PHONOLOGIE ET CLASS ES NOMINALES
Préface de NicolasQuint
Le gúbaher parler Baïnouck de Djibonker (Basse-Casamance, Sénégal) Éléments de description linguistique : phonologie et classes nominales
Études africaines Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa Dernières parutions Erick CAKPO,Art chrétien africain, Caractéristiques et enjeux, 2013. José KAPUTA LOTA,Révolution culturelle et développement en Afrique, 2013. Jérémie TOKO,Rivalités ethniques mimétiques en Afrique. Déficit démocratique et sous-développement au Cameroun, 2013. Bernard SIMITI,De l’Oubangui-Chari à la République centrafricaine indépendante, 2013. Jessica HAMADZIRIPI,Poverty eradication in Zimbabwe, 2013.M. Rachel ZONGO, La mondialisation et la société de l’information. Quelle place pour l’Afrique au sud du Sahara, 2013.Essè AMOUZOU,Partenaires en développement et réduction de la pauvreté en Afrique noire, 2013. Essè AMOUZOU,La démocratie à l’épreuve du régionalisme en Afrique noire, 2013. Abou-Bakr Abélard MASHIMANGO,Les conflits armés africains dans le système international. Transnationalisme ethnique et États dans la Corne de l’Afrique (1961-2006), 2013. Joseph DOMO,Les relations entre frontaliers. Cameroun-Tchad, 2013. Idrissa BARRY,Migrations, ONG et développement en Guinée, 2013. Windpagnangdé Dominique KABRE,La conclusion des contrats électroniques. Étude de droits africains et européens, 2013. Yafradou Adam TAIROU,Préoccupations environnementales et droit de l’entreprise dans l’espace OHADA, 2013. Gabin KORBEOGO,Pouvoir et accès aux ressources naturelles au Burkina Faso. La topographie du pouvoir, 2013. Jean-Claude MASHINI,Le développement régional en République démocratique du Congo de 1960 à 1997, 2013. Kouamé René ALLOU,Les Nzema, un peuple akan de Côte d’Ivoire et du Ghana, 2013.Emmanuel NKUNZUMWAMI,Le partenariat Europe-Afrique dans la mondialisation, 2013.
Noël Bernard BIAGUI Le gúbaher parler baïnouck de Djibonker (Basse-Casamance, Sénégal) Éléments de description linguistique : phonologie et classes nominales
Préface de Nicolas Quint
© L'Harmattan, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN 978-2-336-29053-9 EAN 9782336290539
À la mémoire de ma mère Rosalie PREIRA, de Georgette COLY et de tous les naufragés du bateau Le Jóola.
REMERCIEMENTS
C’est grâce à la qualité de l’enseignement dispensé au département de linguistique générale et négro-africaine que nous avons pu entreprendre ce travail de recherche. Nous sommes par ailleurs pleinement honorés que Monsieur Pierre Marie Sambou ait accepté de diriger ce mémoire et nous le remercions pour sa constante disponibilité, ses encouragements et ses suggestions qui ont été d’un apport capital. Puissent tous nos enseignants du département trouver ici le témoignage de notre profonde gratitude pour les efforts consentis lors de notre formation. Au moment où ce travail arrive à son terme, nous voudrions saisir cette occasion qui nous est offerte pour dire tous nos sincères et profonds remerciements à toutes les personnes qui, de près ou de loin, nous ont apporté leur aide et leur soutien. Nous remercions aussi tous nos informateurs pour leur aimable concours ; qu’ils voient dans ce travail la preuve de notre attachement à la langue baïnouck. Nos remerciements vont également - à Monsieur et à Madame Charlotte Biagui pour leur soutien et la compréhension qu’ils n’ont cessé de nous accorder durant toutes nos études jusqu’à l’élaboration de ce travail de maîtrise. - à Monsieur Victor Sagna et à Jacqueline Ève, son épouse, pour leur soutien sans faille durant tout ce travail de maîtrise ; - à mes camarades de classe et à tous les membres du Cercle des étudiants en linguistique de Dakar (CEL/DAK) ; - à mes frères et sœurs : Jules, Irène, Léopold, Isaïe, Koulaty, Léonce, Georges Pompidou, Samuel, Sabelle, Henriette Françoise, Galbert, Ernest, Célestin, Marie Augustine, Marianne, Antoine, Frédéric et Catherine ; - au comité scientifique pour la codification de la langue baïnouck.