Les difficultés de l'anglais : la voix passive

-

Livres
119 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les difficultés de l'anglais vous présentent plus de 250 expressions couramment utilisées par les anglophones dans les situations les plus diverses de la vie de tous les jours. En effet, ces expressions sont récurrentes dans la presse anglo-saxonne et dans les médias. L'index et les exercices de cet ouvrage vous donneront des points de repère pratiques pour mieux mémoriser et maîtriser la voix passive.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2010
Nombre de visites sur la page 541
EAN13 9782296703940
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème











LES DIFFICULTÉS DE L’ANGLAIS

Directeur de publication : Michel Mazoyer
Directeur scientifique : Jorge Pérez Rey


Comité de rédaction

Trésorière : Christine Gaulme
Colloques : Jesús Martínez Dorronsorro
Relations publiques : Annie Tchernychev
Directrice du Comité de lecture : Annick Touchard

Comité scientifique, série monde moderne, monde contemporain
Jean-Michel Aymes (Université de Paris III), Antonio Barragan
(Université de Cordoue), Régis Boyer (Université de Paris IV-Sorbonne),
Claude Hélène Perrot, (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), Patrick
Guelpa, (Université Charles de Gaulle-Lille 3), Hugues Lebailly,
(Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), George Martinowsky
(Université Clermont II-Blaise Pascal), Paul Mirault (Professeur de
philosophie), Perez Rey (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne),
Hélène Pignot (Université de Paris I-Panthéon-Sorbonne), Olga
Portuondo (Université d’Oriente), Annie Tchernychev (Université de
Paris I-Panthéon-Sorbonne), Richard Tholoniat (Université du Maine)


Ingénieur informatique
Patrick Habersack (macpaddy@free.fr)


Avec la collaboration artistique de Jean-Michel Lartigaud,
et de Vladimir Tchernychev









Association Kubaba, université de Paris-I
Panthéon – Sorbonne
12, place du Panthéon
75231 Paris cedex 05

Christian Banakas







LES DIFFICULTÉS DE L’ANGLAIS


La voix passive




























Association Kubaba






















Reproductions de la couverture :
La déesse KUBABA de V. Tchernychev
Quelques Instants, de Jean-Michel Lartigaud







© Association KUBABA, Paris

© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-296-12470-7
EAN : 9782296124707











À Isabelle Banakas-Duvauchelle, ma femme





















Avant-propos

Nombre de guides ou manuels grammaticaux publiés dans
les pays anglo-saxons, comme ‘’The Columbia Guide to
Standard American English’’, recommandent d’éviter
l’emploi du passif, qui stylistiquement serait moins
ferme, trop indirect et pour le moins verbeux. Dans son
essai, ‘’Politics and the English Language’’ paru en 1946,
George Orwell conseillait de ne jamais utiliser le passif là
où le recours à l’actif était possible.
Pourtant le passif en anglais n’est pas dénué de beauté, ni
de vigueur stylistique ; les exemples sont nombreux que ce
soit dans des textes sacrés :
‘’Blessed are the peacemakers: for they shall be called the
children of God ” (Matthew, 5-9), ou profanes ; ainsi un
des textes fondateurs de l’Amérique, la Déclaration
d’Indépendance (1776) annonce triomphalement dès le
second paragraphe :
‘’We hold these truths to be self-evident, that all men are
created equal, that they are endowed by their Creator with
certain unalienable Rights, that among these are Life,
Liberty and the pursuit of Happiness’’.
Le présent recueil, qui n’a pas pour dessein de prescrire
des règles mais de décrire et d’expliquer, sera très utile
aux étudiants francophones qui souhaitent comprendre le
mode de fonctionnement de la voix passive en anglais et
enrichir leur lexique. Certaines formes qui sont à l’origine
des passifs, sont désormais perçues comme des adjectifs ;
l’auteur n’a pas voulu trancher ce débat entre
grammairiens, mais fournir aux étudiants un dictionnaire
miniature, pratique d’utilisation et illustré de nombreux
exemples.
Ils y trouveront répertoriées par ordre alphabétique les
expressions au passif les plus couramment utilisées en
anglais, à l’écrit comme à l’oral.

9







La série d’exercices d’application proposée par l’auteur
facilitera leur mémorisation, leur usage devenant naturel
comme aux locuteurs natifs.
Il permettra également aux étudiants qui se préparent aux
concours comportant des exercices de traduction de
maîtriser parfaitement cet aspect complexe de la
grammaire anglaise.


Hélène Pignot, université Paris I – Panthéon-Sorbonne



10








1. Introduction

Les étudiants francophones rencontrent parfois des
difficultés lorsqu‟il s‟agit de traduire certaines expressions
anglaises au passif. Une phrase telle que :
“Thirteen people were reported to have been killed”
peut les plonger dans des abîmes de perplexité!
“He is prejudiced against everybody”; “she is credited
with a good knowledge of history”. Il a des préjugés à
l‟égard de tout le monde, on lui attribue de bonnes
connaissances en histoire. Le français a pour sa part
volontiers recours, selon les cas, à l‟auxiliaire avoir ou au
pronom indéfini « on » pour rendre ces formes passives.
Dans un souci pédagogique, nous avons eu l‟idée de
recenser les plus courantes et de les présenter sous forme
de liste alphabétique afin d‟en faciliter la mémorisation.
« To be » peut bien sûr être conjugué à tous les temps,
(was/ were, will be, shall be, has/have been, had been,
etc.).
Exemples: he is said to be ill / he was said to be ill/they
were said to be ill/he will be said to be ill.
Ce « goût » de l‟anglais pour le passif se vérifie à la
lecture d‟un texte littéraire ou technique, et sur le plan
statistique en comparant un texte anglais à sa traduction
française.
La voix passive n‟est pas pour autant employée tous
azimuts en anglais. Son usage s‟impose quand il s‟agit de
mettre en évidence l‟action ou le résultat d‟une action, ou
quand le sujet de l‟action n‟est pas connu, ni nécessaire à
la compréhension du message.
Exemple: “I think the inhabitants of this region are very
worried, for the airport is being extended”
11