94 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Se faire mener en bateau... au sens propre... et au sens figuré !

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Chacun sait que la Vie est un excellent tremplin pour les défis, qui se bousculent tous aussi excitants les uns que les autres à la porte de nos rêves. Les facteurs événements, état d’esprit, chance, rencontres, s’alliant à provoquer le destin, certains d’entre nous se lancent alors, à corps perdu, dans des aventures susceptibles de changer radicalement le quotidien souvent pesant. En ce qui concerne l’héroïne de cette histoire, c’est dans la peau d’une Jeanne d’Arc qu’elle s’est glissée, après avoir entendu des voix de liberté, de découvertes, de paradis, rien qu’en regardant les voiliers, toutes voiles dehors, croiser au large du littoral breton. Toutefois, ce n’est pas brûlée vive sur la place du marché, qu’elle a terminé sa course folle à l’aventure avec un grand A. Mais bel et bien échouée comme une épave, témoignant des vestiges d’une vie arrosée d’embruns, de nuits blanches, de sacrifices, de rires et de larmes, de luttes intestines et de déceptions, après s’être lancée à corps perdu dans l’Aventure de la vie sur l’eau ! Il a fallu qu’elle rencontre le mirage d’un Prince charmant, pour accepter d’être enlevée par ce dernier et mener en bateau, au sens propre et au sens figuré, et ce pendant quelques années, celles qui auraient dû être ses plus belles. Son histoire houleuse, où les vents contraires se sont acharnés à lui faire changer d’avis sur le rêve et la mer, a été consignée dans un Journal de Bord, qu’elle a tenu scrupuleusement durant deux croisières à bord d’un voilier, un monocoque de 11 mètres, puis à bord d’un Catamaran de 10 mètres.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 10 décembre 2012
Nombre de lectures 1
EAN13 9782312006475
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Se faire mener en bateau… au sens propre… et au sens figuré !
Julie Tomiris Se faire mener en bateau… au sens propre… et au sens figuré ! Les éditions du net 70, quai Dion Bouton 92800 Puteaux
© Les Éditions du Net, 2012 ISBN : 978-2-312-00647-5
Introduction
Qui ne tente rien n’a rien, dit le fameux proverbe. M ais il n’inclut pas pour autant que tenter quelque chose aboutisse systématiquement au succès d’une entreprise. Il est vrai aussi qu’il vaut mieux avoir des remords que des regrets lorsque le calendrier biologique nous amène un jour à faire le bilan de notre courte exis tence. En outre, les moments les plus pénibles de notre vi e deviennent, avec l’empreinte du temps, comme anesthésiés. Non pas qu’ils soient gli ssés dans un tiroir du souvenir, que l’on ferme à double tour pour les oublier à tout jamais. Rien de cela, car les douleurs psychologiques ne s’effacent jamais. C’est simplement que le recul permet de reconsidére r un vécu avec beaucoup plus d’indulgence qu’au moment des faits. De l’eau est p assée sous les ponts depuis, que j’ai d’ailleurs préféré regarder à distance après cette aventure qui n’a jamais connu le grand A. Cependant, il y a des expériences qui s’avèrent peu banales et beaucoup plus enrichissantes que soupçonnées pendant l’aventure. Se faire mener en bateau a quelque chose de péjorat if, qui n’annonce rien de bon à priori. Cependant, pour changer radicalement de vie, il a fallu que ma naïveté embarque comme volontaire sous le commandement d’un aventurier de salon ayant voulu transformé son rêve en réalité. M ais il s’avère que pour cela, courage et ténacité ne doivent pas manquer à l’embarquement du « matériel » indispensable à bord . Partir vivre sur l’eau représente un rêve de libert é et d’espoir pour tout un chacun. M ais ne faut-il pas en rester au rêve pour ne pas se heurte r aux désillusions qui peuvent découler sur des échecs cuisants et irrémédiables ? Dans la 1eur de l’âge, on se pose quelques question s, mais on ne voit pas plus loin que le bout de son nez, et c’est aussi pour cela que l’on prend des risques quelquefois inconsidérés. Finalement, s’il fallait le refaire, et bien je cro is que je le referai, malgré les vents favorables contrés par les vents contraires, parce que le dest in est imparable et n’est pas un brouillon. Nous n’avons qu’une seule et unique Vie. M ieux vaut ne pas la gâcher !
Partie I Journal de Bord
Chapitre N° 1
Népenthès
M ot Grec de l’Antiquité signifiant : « Remède M agiq ue contre la tristesse » Du grec anciennepénthos[ne-(non) etpénthos (tristesse) désigne chez Homère la boisson que Pâris donna à boire à Hélène après son enlèveme nt pour lui faire oublier son pays natal.C'est ainsi que nous avions rebaptisé notre bateau, bien que nous n'étions pas sans savoir que cela pouvait porter malheur. Autant braver les superstitions, tant qu'à faire !!!! VIE A BORD > Du 30 mars 1982 au 31 décembre 1985
CROISIERE de BREST à CANET EN ROUSSILLON par Gibraltar > Du 11 mars 1984 au 22 juillet 1984 >> Type du bateau : TAILLEFER – 11 mètres hors tout – Chantiers M ass (Hollande) >> Caractéristiques : > Age : 21 ans > Pont en teck > Rouf en bois verni > Aménagement intérieur en bois d’acajou > M ât en aluminium Equipage : - le Capitaine « Laplanche pourrie »..... Alias « R amona j’ai fait un rêve merveilleux » - le M ousse léger « Lapigeonnée »..... Alias « M am an les petits bateaux qui vont sur l’eau» - les Toutous : Toy et York L’Aventure avec un grand A… une expérience extraord inaire que la plupart des gens ne peuvent pas connaître. Peut-être, mais à quel prix ! Je ne commencerai pas dans la dentelle en vous anno nçant que la vie sur un bateau est une galère et, si les rames ne sont plus l’élément moteur pour la faire avancer, le quotidien ressemble davantage à celui du forçat en train de r amer que du nabab au pays des merveilles. L’expérience dont je souhaite vous entretenir, cher lecteur, exclut bien sûr les plaisanciers du dimanche et les yachtmen milliardaires. D’ailleurs, je n’appelle pas cela faire du bateau, mais faire flotter son compte en banque ! Je parle bien sûr de ces illuminés de l’évasion soc iale, de ceux qui croient que le bonheur est dans la fuite sur l’élément liquide, dont les l égendes auréolent la soif d’aventure de certains avec en guise de Gourou, Bernard M oitessie r. Le sort a voulu que je rencontre un de ceux là pour me faire plonger dans l’inconscience, comme si je n‘en avais pas assez subi déjà avant lui. Il fallait en remettre une petite c ouche pour me convaincre que le bonheur n’était pas dans le pré pour moi, mais peut-être su r la mer.