Apprendre à s'informer et communiquer

-

Français
210 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'information se trouve aujourd'hui au centre de la construction de savoirs. Le professeur documentaliste est appelé à former les élèves à rechercher l'information, étape indispensable avant toute exploitation et acquisition de connaissances. Il s'agit pour l'enseignement secondaire de prendre de plus en plus en compte de la nécessité de former les élèves aux méthodes de travail et de leur "livrer une technologie du travail intellectuel".

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2012
Nombre de lectures 72
EAN13 9782296484238
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Apprendre à s’informer et communiquer L’apprentissage documentaire au CDI (centre de documentation et d’information)
Ferdinand NGOUNGOULOU
APPRENDRE À S’INFORMER ET COMMUNIQUER L’apprentissage documentaire au CDI (centre de documentation et d’information) L’Harmattan
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-96791-5 EAN : 9782296967915
Avant-propos Comment armer les élèves pour affronter la jungle e informationnelle du XXI siècle ? Comment peuvent-ils se retrouver, choisir, trier l’information pertinente à travers la démultiplication des sources d’information ? Comment leur apprendre à conduire et surtout à se conduire sur ces réseaux incontrôlables ou encore incontrôlés dans lesquels, les flux d’images, de sons et de mots tendent à abolir l’espace et le temps ? Toutes ces interrogations ont été déjà soulevées par 1 Séraphin Alava , qui, résumant le cheminement de l’élève autour du document, a montré comment, dedonnées en information se construit le savoir. En effet, l’élève dans sa recherche d’informations, fait faceà l’outillage technique avant de savoir utiliser les données innombrables obtenues. Par ailleurs, l’élève, confronté à son propre univers culturel, à ses connaissances antérieures, doit faire émerger du sens, comprendre et intégrer les nouvelles informations pour acquérir du savoir. C’est un processus 2 que Séraphin Alava appelle la «transmutation informative». Ainsi, le travail sur document, nous fait donc passer d’une pédagogieexpositive, fondée sur le document illustratif à une didactique « constructiviste » fondée sur le document constitutif du savoir ; c’est la résultante de la confrontation de l’univers mental de l’élève au monde extérieur, de son «savoir s’informer» vers le «savoir apprendre». En outre, l’histoire des Sciences nous enseigne que le savoir est toujours fragmentaire, relatif et temporaire. Le savoir constitue le fruit de l’état des connaissances à un moment donné, dans un lieu donné. Du coup, l’explosion documentaire à laquelle nous assistons et, paradoxalement, l’accélération fulgurante des moyens de communication, ont définitivement tué le mythe de l’exhaustivité scientifique voire de l’objectivité totale. 1 Alava Séraphin, « S’autoformer à l’école : influence des nouvelles technologies sur les pratiques d’autoformation documentaire »,Pratiques d’autoformation et ème d’aide à l’autoformation, 2 Colloque européen sur l’autoformation, Les Cahiers d’Etudes du CUEEP, n° 32-33 (mai 1996), Lille : CUEEP :USTL, p. 167-173. 2 Alava Séraphin, op. cit.
7
En effet, le contexte socio-économique de la seconde moitié du vingtième siècle, avec la démocratisation de l’enseignement, la massification, l’échec scolaire, le chômage, etc., a profondément bouleversé les conditions d’enseignement dans les lycée et collège autant dans l’enseignement supérieur. D’ailleurs, la démarche de construction du savoir et la production documentaire par l’élève, ont également bouleversé la conception traditionnelle du savoir encyclopédique et sa transmission. Aujourd’hui, il ne suffit pas seulement de fournir de l’information à l’élève, il faut aussi que celui-ci puisse la décoder, l’analyser, la trier, la comparer avec son savoir antérieur, avant de l’intégrer dans un nouveau savoir transmissible ou utilisable. Le présent livre, sous forme de guide scolaire endocumentation, a pour but, de permettre aux élèves des lycée et collège, de disposer d’outils intellectuels nécessaires à l’analyse et à la compréhension de l’information. Il s’agit de faire acquérir un certain nombre de savoirs et de compétences en matière d’information. C’est sans doute la mission que l’on puisse espérer pour une profession émergente, celle du professeur ou enseignant documentaliste. Car, si apprendre est une activité mentale permettant de transformer une information en connaissance, la maîtrise de l’information devient un véritable objectif d’apprentissage. Cette maîtrise de l’information est la condition sine qua none à celle qui met en avantrecherche », la « l’apprentissage d’une démarche de résolution des problèmes d’information. Ainsi, l’objectif de cet enseignement, n’est pas de former aux pratiques et savoirs documentaires basés sur la bibliothéconomie, mais plutôt de former aux Sciences et technologies de l’information. La tendance majoritaire chez les professionnels, est que l’enseignant documentaliste doit être un partenaire des professeurs de discipline. En ce sens, il ne s’agit pas pour lui de faire un cours magistral de documentation, mais plutôt d’animer desséances d’apprentissage de l’informationle dans 3 Centre de Documentation et d’Information (CDI) . 3  Le CDI est une structure documentaire des établissements scolaires du second degré qui permet une formation des élèves à la maîtrise de l’information, la mise en place des projets culturels ainsi qu’un apprentissage individuel de l’autonomie, In Cacaly Serge (dir.),Dictionnaire encyclopédique de l’information et de la documentation, Paris : Nathan, 1997, 634 p.
8
INTRODUCTION