Educateur dans les murs
174 pages
Français

Educateur dans les murs

-

174 pages
Français

Description

Cet ouvrage publié dans sa première édition en 1978, évoque le premier choc d'un éducateur avec les exigences de sa profession. Texte libertaire, à la fois pamphlétaire et poétique, il cherche à ouvrir cette part d'indicible d'un métier qui ne pourra jamais être normalisé ni contingenté. Nul fétichisme technique, nul truc de métier, nul tic de langage n'epuiseront la question et surtout pas une démarche intellectuelle. Éduquer n'existe que par l'éblouisssement sauvage de la rencontre. C'est une invention perpétuelle où il faut retrouver l'usage de la langue et de la parole. Cette réédition, revue et corrigée, redonne accès à une œuvre toujours actuelle, qui s'attache à dire la singularité de ce " métier impossible " d'éducateur, sa confrontation parfois tragique avec la violence des institutions. Cet ouvrage intéressera bien évidemment les travailleurs sociaux, qui y découvriront des questions toujours d'actualité, mais il est destiné surtout à celles ou ceux, étudiants ou futurs étudiants en travail social, qui se destinent à l'un de ces métiers qui s'appuient sur la relation d'aide. Tous ceux, politiques ou institutionnels, qui interviennent dans ce champ le liront également avec profit.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2011
Nombre de lectures 0
EAN13 9782296476967
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

DU MÊME AUTEUR
Mort d’un pédagogue ou l’éducateur et son autre histoire, Toulouse, Privat, 1981. Nouvelle édition sous le titre:L’éducateur et son autre histoire, récit de vie, préface de Gaston Pineau, Genève, Édition des Deux continents,1994. Rééduquer, parcours d’épreuve et trajets de vie, Préface de Jacques Ladsous, Ramonville Saint-Agne , Érès,1992. D’ailleurs. L’institution dans tous ses états, roman, avec une lettre de Fernand Deligny, Érès, 1996. Le temps des rites, handicaps et handicapés, Paris, Desclée de Brouwer, 1999. Déficiences mentales : le devenir adulte, la personne en quête de sens, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2001. Handicap, éthique, institution,Dunod (à paraître Paris, septembre2004).
Collectif : Pour un meilleur degré d’être et de bien-êtreGayerie, in J.-P (éd.),Le bon usage de la parole, Boofzheim, Éditions ACM, 2001. L’histoire d’Étienne : de l’accompagnement d’un résident séro-positif dans une institution médico-sociale, in Philippe Caspar (éd.) Maladies sexuellement transmissibles, sexualité, institutions, Paris, L’harmattan, 2004. L’alchimiste, in J. Bichaux e.a. (éd),L’éducateur et ses métaphores, Ramonville Saint-Agne, Érès, 2004.
©  48 rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie 75004 Paris cet ouvrage est complété et mis à jour sur le site www.teraedre.fr
JeanFrançois Gomez
Un éducateur dans les murs e poème antipédagogique pour leXXIsiècle
préface de Joseph Rouzel
À mes enfants, Pascale et Fabien, À ma petite-fille Zoé, e qui vont inventer leXXIsiècle
SOMMAIRE
PRÉFACE ..................................................................................................................................... .................................. faire l’éducateur
AVANT-PROPOSPOURLANOUVELLEÉDITION..............................................................  ... la vingt-cinquième heure
CHAPITRE1... ................ ..................................................................................................  ........ ................................ où l’auteur, dissertant sur les effets de langage, commence à prendre la parole
CHAPITRE2.............................................................................................  ................................................................ où il est question d’un talent qui ne tombe pas des étoiles
1
1
1
9
2
9
3
5
CHAPITRE................ .................................................................... . 3 39 ........ ................................................................ du danger de s’engager dans une parole vraie comme le pauvre van Gogh
 45 CHAPITRE4 ................................ ..................................................... ........ ................................................................ où l’on a l’occasion de parler de la fameuse blouse blanche de l’éducateur, des réunions de synthèse, d’un berger provençal, et d’une noix ouverte sur le bureau de l’instituteur
 53 CHAPITRE5 ............................................................................................................................................................. où l’on se retrouve d’un seul coup face à des éducateurs sans trop de foi ni de loi, dans un lieu de misère et de chrétienté où vivent trente-cinq orphelins protégés par la Vierge Marie
CHAPITRE6 65  ............................................................................................................................................................. où l’on voit que les échecs peuvent nous conduire quelque part
CHAPITRE7................ 73  ............................................................................................................................................. où le langage peut aussi être le territoire-refuge de l’éducateur CHAPITRE8................................................................................................77 ... ........................................................ je ne m’occupe pas d’enfants. c’est bien plus compliqué que cela... où les petits chefs et les grands sont critiqués
CHAPITRE9  ............................................................................................................................................................. comment le silence et la parole peuvent s’expliquer l’un par l’autre, puis mener à parler de musique et de violence
8
7
APITRE1 ..... 95 CH0 .................................................................................................................................................... des nostalgies éprouvées pour un vieux poêle à charbon nous conduisent à penser à des fêtes qui n’ont plus cours
CHAPITRE ............ 103 11 ............................................................................................................................................. où il n’y aurait plus rien à inventer, simplement des choses à sauver
2 109 CHAPITRE1 ...................................................................................................................................................... où certains moments d’impuissance et de peur nous conduisent à parler du grand pédagogue Makarenko
CHAPITRE13 117  ......................................................................................................................................................... où l’on se met à attendre avec impatience un bouleversement nécessaire des idées pédagogiques et de leurs applications
RE1 . 127 CHAPIT4 ........................................................................................................................................................ où une institution qui se voulait révolutionnaire peut se changer en gadget pour adultes bien pensants
15 CHAPITRE................ .........  137 ................................................................................................................................ où l’on parle encore de l’institution de rééducation et de ceux qui y vivent quelque chose
CHAPITRE16 141  ......................................................................................................................................................... où paraît ce bougre, là
CHAPITRE17 151  ......................................................................................................................................................... et l’on voit passer un vieux jardinier
18 C.................................................................................................................................................... 155 HAPITRE .... . phrases offertes d’un carnet de bord
CHAPITRE19 161  ......................................................................................................................................................... petite chanson déconcertante, où l’harmonie finale des textes précédents se perd en dissonances nouvelles