230 pages
Français

Mise en perspective formative

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A partir d'une rétrospective sur son trajet dans les pratiques de la formation, Bernard Honoré porte un regard sur l'évolution de ses conceptions et sur l'importance de leur approche philosophique. L'intention de l'auteur est d'expliciter comment au long de son parcours s'est précisée et affirmée la question fondamentale du sens de la formation.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2012
Nombre de lectures 213
EAN13 9782296484719
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

LA MISE EN PERSPECTIVE FORMATIVE
Histoire de Vie et Formation Collection dirigée par Gaston Pineau avec la collaboration de Bernadette Courtois, Pierre Dominicé, Guy Jobert, Catherine Schmutz-Brun, André Vidricaire et Guy de Villers  Cette collection vise à construire une nouvelle anthropologie de la formation, en s'ouvrant aux productions qui cherchent à articuler "histoire de vie" et "formation". Elle comporte deux volets correspondant aux deux versants, diurne et nocturne, du trajet anthropologique. Le voletFormation s'ouvre aux chercheurs sur la formation s'inspirant des nouvelles anthropologies pour comprendre l'inédit des histoires de vie. Le voletHistoire de vie, plus narratif, reflète l'expression directe des acteurs sociaux aux prises avec la vie courante à mettre en forme et en sens. Dernières parutions Volet :Formation Christine FENAUX,Sage-femme : du corps au cœur, 2011. Micheline THOMAS-DESPLEBIN,Les Thomas, une faille nombreuse en milieu rural au XXe siècle, 2011. Marie-Christine JOSSO,Expériences de vie et formation, 2011. Jean-Claude GIMONET (dir.),Maison Familiale Rurale de Férolles, Les clés du devenir, 2011. Martine LANI-BAYLE (dir.), Philippe Montaireau, Carole Buffa-Potente,André de Peretti, pédagogue d’exception. Regards croisés sur l’homme aux mille et un rebondissements, 2011. Gaston PINEAU, Martine LANI-BAYLE, Catherine SCHMUTZ (Coord.),Histoires de morts au cours de la vie, 2011. Christine CAMPINI,Jacques Ardoino, entre éducation et dialectique, un regard multiréférentiel, 2011. Pierre LAMY,D’un quartier ouvrier… aux quartiers de la finance. Itinéraire d’un Montréalais, 1938-1983, 2010. Marie-France ROTHÉ,Vivre avec le mal de mère ou qu'est-ce qui fait courir Julie ?, 2010.
Bernard HONORÉ
LA MISE EN PERSPECTIVE FORMATIVEÀ l’épreuve d’une rétrospective existentielle
Préface de Pierre Dominicé
Du même auteur Pour une théorie de la formation. Dynamique de la formativité Payot, 1977, tr. esp. Pour une pratique de la formation. La réflexion sur les pratiques Payot, 1980 L’hôpital et son projet d’entreprise. Vers l’œuvre de santé Privat, 1990 Sens de la formation, sens de l’être. En chemin avec Heidegger L’Harmattan, 1990 Vers l’œuvre de formation. L’ouverture à l’existence L’Harmattan, 1992 La santé en projet InterEditions Masson, 1996, tr. port. Etre et santé. Approche ontologique du soin  L’Harmattan, 1999 Soigner. Persévérer ensemble dans l’existence  Seli Arslan, 2001, tr. port. Pour une philosophie de la formation et du soin  L’Harmattan, Ouverture philosophique, 2003 L’épreuve de la présence. Essai sur l’angoisse, l’espoir et la joie  L’Harmattan, Ouverture philosophique, 2005 Résonances. Avec Heidegger et Teilhard de Chardin  Editions Aubin, 2008 Lecture de Teilhard de Chardin. L’ouverture de la pensée et de la foi. Editions Aubin, 2008 Ouverture spirituelle. Avec Bergson et Teilhard de Chardin  Editions Aubin, 2009 Le soin en perspective. Au cœur d’un humanisme humanisant  Seli Arslan, 2009 L’esprit du soin. La dimension spirituelle des pratiques soignantes  Seli Arslan, 2011 © L'Harmattan, 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56028-4 EAN:9782296560284
“ Mir ist der Geist ! auf einmal seh ich Rat  Und schreibe getrost : Im Anfang war die Tat !”« L’esprit me vient en aide ! D’un seul coup me vient une indication et écris assuré : Au commencement était l’action ! »  Johann Wolfgang Goethe,Faust 1
Sommaire
Préface- Pierre DominicéPrésentation
1. Un parcours dans des pratiques de la formation
Des pratiques d’éducation
De la formation des éducateurs de parents à la formation psychosociologique interprofessionnelle
L’Ecole de formationcomme formation à la formation
Trois formations longues qualifiantes
Caractéristiques principales des pratiques  de formation interprofessionnelle
 Formation personnelle et/ou professionnelle
 Des pratiques de formation professionnelle
9
17
23
27
34
 42
 45
48
58
62
 Pratiques d’intervention dans les hôpitaux 662. Vers une conception existentielle de la formation  dans ses rapports avec la santé et le soin81
La question de la spécificité de la formation
 84
Première démarche philosophico-scientifique
196
Vers la pensée de la résonance dans la présence
215
La mise en perspective formative de l’action
Des évolutions nécessaires pour un éveil de la formation
Le lien entre la formation et le soin
3. Une traversée philosophique
103
133
181
Le concept de formativité
L’existence en formation dans l’ouverture de la pensée
Evolution des professions éducatives, d’aide et de conseil vers la formation
L’interexpérience du changement
113
164
158
97
121
94
149
122
109
101
173
Quelle conception de la santé ?
L’existence en formation
L’existence en soin et en santé
Une université, lieu d’ouverture à l’existence dans l’expérience des rapports entre formation et soin
4. La mise en perspective formative
L’épreuve de la rétrospective
Quelle conception du soin ?
181
L’ouverture spirituelle
214
Préface
Prendre soin de la formation
Que d’originalités chez cet auteur qui, durant plus de cinquante années, n’a cessé de vouloir construire un cadre théorique pour penser les pratiques de formation dans les-quelles il était engagé. Devenu médecin avec, dans sa jeu-nesse, un attrait pour les mathématiques, Bernard Honoré opte pour la psychiatrie et la psychothérapie. Son parcours professionnel le situe hors des sentiers battus. Il n’est jamais affilié. Il ne vise pas une carrière académique. Il n’appartient à aucune école de pensée. Comme il l’écrit dans cet ouvrage, par « sa manière d’être », il « s’autoforme en marge ou à côté des modes courants, connus et admis ». Préoccupé, dès le début de sa vie professionnelle, par la dimension sociale de son activité, il accorde une priorité à la formation. Sa vi-sée institutionnelle déborde d’emblée les frontières des terri-toires réservés à chacun des métiers auxquels il s’adresse, tant de l’éducation que de la santé. Au lieu d’inscrire la for-mation dans le cadre contraignant d’un secteur profession-nel, il tient à privilégier sa dimension existentielle, en optant pour des espaces interprofessionnels qui donnent à ceux qui en bénéficient l’occasion de repenser la spécificité de leur insertion. La préoccupation conceptuelle d’Honoré porte de manière centrale sur la formation et demeure, tout au long de son parcours, l’axe thématique autour duquel s’élabore sa pensée. Dans le milieu de la formation, il est le premier, et peut-être le seul, à avoir voulu construire une « théorie de la formation ». Comme je le lui ai dit un jour, c’est sans doute 9
parce qu’il était médecin, et non pédagogue, que la clarifica-tion théorique de la notion de formation a constitué le vec-teur de son travail intellectuel.En reprenant les différentes étapes de son cheminement, Bernard Honoré ne craint pas d’interpeller les présupposés théoriques qui définissent fréquemment la formation. Il nous rappelle que la formation, captive de nos jours de tant d’enjeux économiques, est d’abord « une interrogation sur l’existence ». Comme il le dit si bien : « la formation centrée sur la profession contribue au morcellement de la personne du fait des spécialisations en individus techniciens dans un fonctionnalisme productiviste. Une formation dite culturelle, conçue comme non professionnelle, participe également à la division de la personne et au maintien d’un système social clos dans ses compartimentages. En séparant le travail de la culture, elle contribue à rendre le travail aliénant et à mettre la culture au musée » (p. 89/90). Il n’en reste pas moins que le sens de la formation n’appartient jamais exclusivement ni au formateur ni à celui qui se forme. L’histoire de vie est aussi faite de résistances, d’errances ou de bifurcations qui relèvent de dynamiques formatrices. Comment tenir compte d’un chaos inévitable de l’existence qui appartient aussi à la perspective de formativité ? La mise en valeur d’une œuvre Bernard Honoré a eu, à vrai dire, l’idée heureuse de faire pour nous la synthèse de ses travaux. En reconstituant l’histoire de ses pratiques, notamment à travers les princi-paux textes qui en ont résulté, il nous indique « un chemin de pensée », selon sa propre expression, et nous donne accès à une pluralité de facettes de la formation, entendue dès les premiers textes de son œuvre, comme une « dimension fon-damentale de l’existence ».
10