Taramoin
219 pages
Français

Taramoin

-

219 pages
Français

Description

Peuple autochtone de la Nouvelle-Calédonie, les Kanak connaissent un échec dramatique à l'école française. En 1977, ils ne sont que 5,80 % des 241 bacheliers. Dans sa thèse de doctorat, l'auteure montre, en 1990, que la cause de l'échec scolaire des Océaniens, dont les Mélanésiens, est le passage de leur langue maternelle non écrite à une langue d'enseignement écrite. En 1997 et 1998, l'application positive de ses propositions dans une école maternelle à Thio permet d'affi rmer que le plurilinguisme et le pluriculturalisme précoces sont possibles avec une langue maternelle à tradition orale, le français langue seconde adapté à la tradition orale, et l'anglais sous forme de comptines. Quel que soit le choix du peuple calédonien le 4 octobre 2020, la langue française demeurera le lien sociolinguistique fédérateur de toutes les ethnies de la Nouvelle- Calédonie. Enfin, le titre de l'ouvrage, Taramoin, est le prénom de l'institutrice kanak qui a participé à l'application des propositions.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 février 2021
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140170584
Langue Français
Poids de l'ouvrage 5 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

TRẦN Ngọc-Anh
Peuple autochtone de la Nouvelle-Calédonie, les Kanak connaissent un échec dramatique à l’école française. En 1977, ils ne sont que 5,80 % des 241 bacheliers. La découverte du nickel a permis un essor économique prodigieux dont le peuple kanak est exclu jusqu’en 1988. Dans sa thèse de doctorat, l’auteure montre, en 1990, que la cause de l’échec scolaire des Océaniens, dont les Mélanésiens, est le passage de leur langue maternelle non écrite à une langue d’enseignement écrite. En 1997 et 1998, l’application positive de ses propositions dans une école maternelle à Thio permet d’affirmer que le plurilinguisme et le pluriculturalisme précoces sont possibles avec une langue maternelle à tradition orale, le français langue seconde adapté à la tradition orale, et l’anglais sous forme de comptines. Quel que soit le choix du peuple calédonien le 4 octobre 2020, la langue française demeurera le lien sociolinguistique fédérateur de toutes les ethnies de la Nouvelle-Calédonie. Enfin, le titre de l’ouvrage, , est le prénom de l’institutrice kanak qui a participé à l’application des propositions.
TRẦN Ngọc-Anh
TRẦN Ngọc-Anh
55
55
TRẦN Ngọc-Anh
Taramoin
Tradition orale et tradition écrite à l’école maternelle
Nouvelle-Calédonie Thio, 1984-1998
Nouvelle édition
Taramoin
« Portes océanes » Collection dirigée par Frédéric Angleviel, Professeur des universités en histoire et Paul Magulue Fizin, docteur en histoire
ette collection est dédiée en premier lieu à une meilleure connaissance C de l’Océanie et des espaces insulaires à partir de l’édition cohérente des articles épars de chercheurs reconnus ou de la mise en perspective d’une thématique à travers les contributions les plus notables. La collection « Portes océanes » a donc pour objectif de créer des ponts entre les différents acteurs de la recherche et de mettre à la disposition de tous des bouquets d’articles et de contributions, publications éparses méconnues et souvent épuisées. En effet, la recherche disposant désormais de très nombreuses possibilités d’édition, on constate souvent une fragmentation et une dissémination de la connaissance. Ces rééditions en cohérence se veulent donc un outil au service des sciences humaines et sociales appliquées aux milieux insulaires et plus particulièrement j FHX[ GH O¶DLUH 3DFL¿TXH
En second lieu, la collection « Portes océanes » a pour ambition de permettre la diffusion auprès du public francophone des principaux résultats de la recherche internationale, grâce à une politique concertée et progressive de traduction. Tout naturellement, elle permettra aussi la publication de colloques ou de séminaires sans s’interdire la publication d’ouvrages mettant à la disposition du public les derniers travaux universitaires ou des recherches originales portant VXU OHV PLOLHX[ LQVXODLUHV OHV RXWUHPHUV IUDQFRSKRQHV HW OD UpJLRQ 3DFL¿TXH
75Ҫ1 1JӑF$QK
Taramoin Tradition orale et tradition écrite à l’école maternelle
1RXYHOOH&DOpGRQLH Thio, 1984-1998
1RXYHOOH pGLWLRQ
© L’HARMATTAN, 2021 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ,6%1   ($1  
5(0(5&,(0(176
Ce livre, écrit pour les peuples autochtones, peuples sans écriture, peuples colonisés, 1 parfois exterminés , est dédié à Kim et Jacques, à Jimmy Welepane à Tiga, à Maxime et /XFHWWH 1pDRXW\LQH DLQVL TX¶j %UXQR 1RQPRLUD
Mes remerciements vont à mes ancien(ne)s élèves et étudiant(e)s, aux habitants de Borindi et de Thio, en particulier à leurs maires, Louis Mapéri et Albert Moindou,er aux conseillers municipaux, notamment Pierre Ayawa, 1 adjoint en 1998, ainsi qu’àAnnette Tiéoué, secrétaire de mairie. Mes remerciements vont également au directeurde l’Enseignement catholique de 1996 à 1998, Etienne Zongo, au directeur desécoles Sainte-Chantal et Saint-François, Thierry Song, ainsi qu’au personnel, toutparticulièrement aux deux institutrices de l’école maternelle Sainte-Chantal, PélagieToura et Marie-Victoire Darrieux, qui ont accepté de tenter l’expériencePlurilinguismeet pluriculturalisme précoces à Thio 3DU DLOOHXUV MH UHPHUFLH 5pJLQD 1RQPRLUD conseillère municipale responsable de l’enseignement et locutrice duxârâcùù, Patricia 1pNDUp ORFXWULFH QDWLYH GXxârâgurè HW &KDQHO 1RQPRLUD TXL D VXSHUYLVp OHV VpDQFHV des comptines anglaises et américaines.
Je remercie mes collègues et leurs collaborateurs de l’équipe Université de la 1RXYHOOH&DOpGRQLH ± ,QVWLWXW GH 5HFKHUFKH SRXU OH 'pYHORSSHPHQW TXL P¶RQW DLGpH j réaliser leProgramme pour la pluri-valorisation de la région de Thioque j’avais conçu.
Je remercie également Roger Establet, Raymond Jean, Louis Porcher, ainsi que Françoise Ozanne-Rivierre, Jean-Claude Rivierre, Alban Bensa, Claire Moyse-Faurie, 0LFKHO $XIUD\ $OH[DQGUH )UDQoRLV *HRUJLQD HW 3DXO 1pDRXW\LQH )UDQoRLVH 6DJQHW &KDYHURW $QGUp /DXUHQV *HQHYLqYH 7RXUQRXsU 3LHUUHWWH HW $XJXVWLQ 1JX\HQ .LQK Doanh et leurs familles, Jean-Marie Kohler, Michel Ricard, Gabriel Valet, Frédéric Angleviel, Florence et Jean-Yves Faberon, Armand Hage, Michel Pérez, Taï Waheo, 0DXULFH 3RQJD /pRQDUG 6DP 'DYHO &DZD 0DwWp 1RQPRLUD 7KRPDV 1RQPRLUD /pRQWLQH 7RQKRXpUL *HRUJHWWH 1RQNp :DEH :HOHSD :DODQH :HOHSDQH :LOOLDP Hnaloane Welepane, Anh Manawine Welepane, Johanne Kameango Welepane, &KULVWLDQH 6FKDHUHU 0DULH+pOqQH $EDGLH 0LFKHO 6SLYDF HQ¿Q +HQUL %HVVH 'DQLHO Coste, Gérard Vigner, Rose-Marie Royer, Géraldine et Jean-Philippe Postel, Jean-Pierre 6DLGDK 3LHUUH )RUW (OLH 3RLJRXQH (GRXDUG 6DLNXLH +QDZLD )UpGpULF )UDQoRLV HW -HDQ Pierre Martin.
1 &RPPH OHV $ERULJqQHV 1XHQRQQH GH 7DVPDQLH HWF KWWSVDXVWUDOLDQPXVHXPQHWDX '¶DXWUH part, dans ce livre écrit pour les peuples sans écriture, les termes techniques seront suivis d’un mot connu du grand public. Ex. : « Etre exposé,sensibilisé, à une langue. »  2UWKRJUDSKH HPSOR\pH SDU &ODLUH 0R\VH)DXULH OLQJXLVWH DX /$&,72 GX &156 VSpFLDOLVWH GH la langue xârâgurè.
/( 7,75( 7$5$02,1
Enxârâgurè, langue de la côte Est, de la région de Borindi-Thio, située dans la province Sud,taraVLJQL¿H © UHJDUGHU ª PDLV DXVVL © JDUGHU ª HWmoin« la maison ». Au sens large, on peut traduire par « garder le clan » ; on peut garder son clan de plusieurs façons, par exemple en maintenant vivante sa langue, en particulier lorsque cette langue, le xârâgurè, est en train de mourir.