Le secret de l’aïeul

-

Livres
55 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Martin était un enfant curieux. Il fouinait partout à longueur de journée, friand de découvertes en tous genres. Son grand plaisir était de monter au grenier dans la maison de son arrière-grand-père. Des malles pleines d’objets hétéroclites, de vieux journaux, de livres, de vêtements s’entassaient dans tous les coins et recoins. C’était une manne inespérée pour le jeune garçon. Par une journée pluvieuse d’octobre, sa mère le confia à la garde de l’aïeul presque centenaire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mai 2015
Nombre de visites sur la page 462
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Christiane CORAZZI

















LE SECRET DE L’AIEUL




- CHAPITRE 1 -


Le grenier


Martin était un enfant curieux. Il fouinait partout à longueur de journée, friand de
découvertes en tous genres. Son grand plaisir était de monter au grenier dans la maison de son
arrière-grand-père. Des malles pleines d’objets hétéroclites, de vieux journaux, de livres, de
vêtements s’entassaient dans tous les coins et recoins. C’était une manne inespérée pour le
jeune garçon.
Par une journée pluvieuse d’octobre, sa mère le confia à la garde de l’aïeul presque
centenaire. Martin demanda la permission d’aller jouer dans le grenier comme chaque fois
qu’il lui rendait visite. D’habitude le vieil homme l’accompagnait et commentait avec verve
chaque objet. Il avait une anecdote à raconter pour chacun d’entre eux. Pourtant ce jour-là,
légèrement souffrant, il laissa Martin y monter seul.
L’enfant appréciait la compagnie du vieil homme mais il se réjouit de sa défection. En
effet il avait repéré un vieux coffre que l’aïeul ne semblait pas vouloir ouvrir. Que cachait-il
donc qu’il ne tenait pas à montrer ? La curiosité de Martin était aiguisée depuis plusieurs mois
déjà. Il allait enfin pouvoir l’assouvir.
Le jeune garçon monta les marches quatre à quatre tellement était grande son
impatience. Il imaginait déjà les choses les plus extravagantes. Peut-être y avait-il un trésor
ou un cadavre découpé en mille morceaux !
Lorsqu’il fut enfin devant le coffre il voulut l’ouvrir sans tarder. Déception ! Il était
fermé à double tour et Martin ne voyait de clé nulle part. Il eut beau fouiller partout, il ne put
mettre la main dessus. Comment faire ? Son désir de découvrir le contenu du coffret était trop
fort pour qu’il renonce. L’occasion était trop belle, il ne pouvait la laisser échapper. Il
trépignait de rage.

3