Les nouvelles aventures d'Hector le robot

-

Livres
66 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les Nouvelles aventures d'Hector le robot est le troisième tome du Robot de Gaspar.
Le robot Hector et sa fiancée Chipounette rêvaient de connaître le monde, enfin surtout Hector à vrai dire. Des questions les taraudaient depuis plusieurs années. Existait-il d’autres robots ailleurs, de par le monde ? Avaient-ils été créés comme eux dans le but d’aider les humains dans leurs tâches quotidiennes ? Possédaient-ils une forme d’intelligence comme c’était le cas pour eux ? Eprouvaient-ils des sentiments, ressentaient-ils des émotions ? Etaient-ils libres d’agir à leur guise ? Avaient-ils trouvé leur place parmi les humains ? Qui les avait créés ?
Certes Hector était reconnaissant à Gaspar de l’avoir inventé et à Lily de l’avoir perfectionné et de lui avoir donné une fiancée mais il voulait davantage maintenant. Sa curiosité était toujours en éveil et il souhaitait être totalement autonome, vivre pour lui même.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 mars 2016
Nombre de visites sur la page 46
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Chapitre 1
Le robot Hector et sa fiancée Chipounette rêvaient de connaître le monde, enfin surtout Hector à vrai dire. Des questions les taraudaient depuis plusieurs années. Existait-il d’autres robots ailleurs, de par le monde ? Avaient-ils été créés comme eux dans le but d’aider les humains dans leurs tâches quotidiennes ? Possédaient-ils une forme d’intelligence comme c’était le cas pour eux ? Eprouvaient-ils des sentiments, ressentaient-ils des émotions ? Etaient-ils libres d’agir à leur guise ? Avaient-ils trouvé leur place parmi les humains ? Qui les avait créés ?
Certes Hector était reconnaissant à Gaspar de l’avoir inventé et à Lily de l’avoir perfectionné et de lui avoir donné une fiancée mais il voulait davantage maintenant. Sa curiosité était toujours en éveil et il souhaitait être totalement autonome, vivre pour lui même.
En réalité, Chipounette n’était pas très enthousiaste à l’idée de partir à l’aventure mais pour rien au monde elle n’aurait laissé Hector tout seul. Leurs destins étaient liés à tout jamais, Lily l’avait voulu ainsi en la fabriquant pour offrir à Hector la compagne dont il rêvait depuis longtemps. Rien ne pourrait jamais les séparer.
Lily était devenue une ravissante jeune femme et une scientifique de renom. Elle parcourait le monde pour faire des conférences car elle était très sollicitée. De ce fait elle avait moins de temps à leur accorder. Aussi Hector et Chipounette s’ennuyaient-ils un peu en son absence. Hector lui avait souvent demandé de les emmener avec elle mais la jeune femme avait toujours refusé. Tout comme Gaspar jadis, elle voulait les protéger de la curiosité des humains. Depuis son échec avec la fabrication des humanoïdes, Astrid et Nemo, Lily n’avait plus récidivé et veillait jalousement sur ses
3
deux plus grandes réussites à ses yeux, Hector et Chipounette, dont elle était très fière et pour lesquels elle éprouvait autant d’affection que s’ils avaient été humains. Ils faisaient partie de sa famille au même titre que ses parents, ses frères et ses sœurs. Et elle ne voulait pas risquer de les perdre.
Un jour qu’il se sentait particulièrement triste en raison de l’absence de Lily, Hector décida de lui désobéir. Il avait déjà quitté Gaspar une fois, sur un coup de tête, il y a très longtemps et c’était le père de son créateur, Monsieur Lacoste, qui l’avait retrouvé, errant dans la ville. Parti à sa recherche, Monsieur Lacoste avait été attaqué par des voyous qu’Hector avait mis en déroute. L’aventure aurait pu très mal se terminer et le robot de Gaspar était devenu un héros aux yeux de la famille Lacoste, et surtout un membre à part entière.
Mais cette fois-ci ce serait différent. Il serait très prudent car il ne voulait pas mettre sa chère Chipounette en danger. Il lui fallait préparer sa fugue. Il mémorisa donc toutes les informations qui pourraient lui être utiles. Lily ne rentrerait que dans quinze jours. C’était le moment ou jamais de tenter l’expérience de la liberté.
Par un beau matin d’hiver, il entraîna donc Chipounette hors de la maison. Le vieux chien Brutos n’était plus là pour les empêcher de sortir. Il suffisait de débrancher l’alarme et d’ouvrir la porte. Rien de plus simple ! Traverser le jardin, ouvrir le portail… Chipounette frissonna en songeant au jour où le petit voisin l’avait enlevée… enfin frissonner n’est pas le terme exact, comment un robot en ferraille pourrait-il frissonner ? Mais cela y ressemblait. Elle éprouvait une curieuse sensation, un mélange de peur et d’excitation. Pourtant elle avait confiance en Hector, elle savait qu’il la protègerait comme il l’avait fait ce jour-là où il avait volé à son secours, bravant tous les dangers pour la sauver des griffes de son ravisseur.
Ils avaient tous les deux revêtu des vêtements pour passer plus inaperçus, mis un large couvre-chef pour qu’on ne voie pas leur visage ou plutôt ce qui en tenait lieu, mais ils avaient l’impression que tous les regards étaient braqués sur eux. De fait, leur petite taille les faisait ressembler à des nains plus qu’à des enfants ce qui attirait l’attention sur eux. Quant à leur accoutrement, il était plutôt baroque. Lily les avait affublés ainsi il y avait bien longtemps et on les aurait cru sortis d’un vieux film en noir
4
et blanc. Rien d’étonnant à ce que les gens se retournent sur leur passage ! Pourtant cela n’inquiéta pas Hector, ivre de liberté. L’apparence n’avait aucune importance pour lui.
Chipounette, elle, y était plus sensible (n’était-elle pas une fille au fond ?) et se demandait ce qui clochait. Elle finit par se rendre compte que les humains n’étaient pas du tout habillés comme Hector et elle. Sa curiosité était en alerte. Bien sûr ce n’était pas la première fois qu’elle en voyait. Mais Lily ne suivait pas la mode de près, et ses frères et sœurs ne venaient plus aussi souvent, dispersés aux quatre coins du monde, happés par la vie. Tous avaient un talent qu’ils avaient développé avec bonheur et qui les avait emmenés au loin, ils avaient quitté le nid depuis plusieurs années. Hector et Chipounette regrettaient d’ailleurs souvent l’époque heureuse où tous étaient réunis, où les rires et les cris, ponctués par les aboiements joyeux de Brutos, emplissaient la maison.
Ils erraient depuis plusieurs heures au hasard lorsqu’ils parvinrent dans une ruelle encombrée de grandes poubelles débordant d’immondices.
- Où sommes-nous ? demanda Chipounette.
- Euh ! Mon GPS n’a pas l’air de bien fonctionner, je crois bien que je me suis perdu…
- Si nous rentrions à la maison, suggéra Chipounette qui regrettait déjà de s’être laissée entraîner dans cette aventure.
Avant qu’Hector n’ait eu le temps de répondre un groupe de jeunes, surgi d’une rue adjacente, leur barra le passage.
- Regardez-moi ces bouffons ! D’où sortent-ils ?
- Eh ! Mec ! Tu les as trouvées où, tes fringues, aux Puces ?
Vexé, Hector s’entendit répondre avec une voix de stentor :
- Et toi, tu t’es vu, mec ?
Les jeunes se regardèrent, interloqués. Ils n’avaient pas l’habitude qu’on leur tienne tête ni qu’on leur manque de respect. La réaction de cet avorton les stupéfiait.
5
- Comment tu nous causes, dis ? Montre ta face de rat, qu’on voie à quoi tu ressembles, dit celui qui semblait être le chef de la bande.
Mais Hector n’avait pas la moindre envie de s’exécuter. Ces jeunes ne lui disaient rien qui vaille. Il s’était placé devant Chipounette, en preux chevalier servant, bien décidé à ne pas céder un pouce de terrain.
gars.
- Passez votre chemin ou il vous en cuira, répondit notre courageux robot.
- De quelle planète vient-il ? J’entrave rien à ce qu’il dit ! s’exclama l’un des
- Il vient peut-être d’une autre époque, comme dans le film « Les Visiteurs », s’esclaffa un autre.
Tous étaient écroulés de rire.
- A moins que nous ne venions du futur, dit Hector pour entrer dans leur jeu tout en les inquiétant.
Chipounette se demandait où tout cela allait les entraîner et n’en menait pas large. Elle préféra cependant ne pas intervenir et laisser Hector agir pour l’instant. Qu’aurait-elle pu dire ou faire mieux que lui ? Elle avait fait une analyse rapide de la situation et savait que dans certains milieux les filles étaient moins bien considérées que les garçons, chez les humains. Naturellement Chipounette trouvait cela particulièrement injuste et stupide, elle qui avait précisément été créée par une fille et en était très fière.
Elle avait autant de connaissances et de capacités de déduction et d’analyse qu’Hector, même plus car Lily l’avait imaginée à son image et Lily était très intelligente… Mais ces jeunes idiots auraient du mal à le croire et à la prendre au sérieux. Mieux valait donc rester un peu en retrait dans un premier temps. Il serait toujours temps d’intervenir en cas de danger. Ces humains n’étaient pas si effrayants que ça, en vérité, Hector n’aurait pas trop de mal à en venir à bout, du moins elle voulait s’en persuader.
- D’où il sort, ce bouffon ? reprit le chef qui ne voulait pas perdre la face devant ses potes.
6