Un mercredi pas comme les autres

-

Livres
25 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La vie d’une famille recomposée : une maman journaliste, avec deux enfants, Lola, 8 ans, et Tom, 14 ans. Son compagnon, Pierre, est papa de jumeaux.
Le mercredi, Lola va au poney, elle n’y va que l’après-midi mais, dès le matin, elle est prête ! Alors quand Maman, énervée après le menuisier qui n’a pas terminé la chambre du bébé, reçoit un appel de l’hôpital parce que Tom est tombé en faisant du skate alors qu’il n’avait pas son casque, Lola comprend tout de suite que son cours de poney est compromis, et c’est le drame !
Idéal pour les 6-9 ans.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 novembre 2012
Nombre de visites sur la page 41
EAN13 9782215113713
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Un mercredi pas comme les autres

Accueil

Ce mercredi-là, comme presque tous les mercredis, Tom s’apprêtait à partir au skatepark.
– N’oublie pas de mettre ton casque ! a crié Maman depuis la cuisine.
– Ouais, ouais, ouais, a ronchonné mon frère en saisissant sa planche et son casque.
– Et tu l’attaches, s’il te plaît !
– Ça va… a bougonné mon frère. Pas besoin de le répéter à chaque fois.

Et il s’est précipité vers la porte avant que Maman ait eu le temps d’ajouter quelque chose. Croquette bondissait autour de lui dans l’espoir qu’il l’emmène en promenade. La sonnette a retenti à l’instant où Tom tournait la poignée. C’était le menuisier, qui avait rendez-vous avec Maman.

« Un rendez-vous trrrrès important, parce que le menuisier avait fait du trrrrès mauvais boulot. » Une chance pour Tom, qui a détalé comme une flèche. Moi, je comptais les minutes. Assise devant un dessin animé avec ma copine Marion, j’attendais que Maman nous accompagne à notre cours de poney.

C’est toujours comme ça, le mercredi, il faut attendre, attendre, attendre. J’ai lancé un regard mauvais au monsieur qui entrait : à cause de lui, on allait être en retard, c’était sûr. Maman l’a fait monter à l’étage, Croquette sur ses talons. De profil, le ventre du monsieur était quasiment aussi rond que celui de Maman, sauf que lui, il n’était pas enceint, évidemment.

– Elle arrive quand, ta petite soeur ? m’a demandé Marion.
– Oh là là ! Pas avant des semaines.
– Ne te plains pas. La mienne, ça fait deux ans qu’on l’attend.
– Deux ans ?
– Oui, même que Maman dit que c’est une véritable grossesse d’éléphant. Mais c’est qu’elle vient de Chine, alors…
– Ben oui, évidemment, c’est loin…

Je me suis retournée vers le téléviseur. Le dessin animé était terminé, et Maman n’en finissait pas de discuter avec le menuisier.
J’ai sauté sur mes pieds, enfilé mes bottes d’équitation que j’avais oublié de nettoyer, ma veste matelassée spéciale chutes, et j’ai mis ma bombe sur ma tête.
J’ai foncé rejoindre Maman, qui ne m’a même pas vue arriver tant elle parlait : « Et le parquet, ceci ; et le parquet, cela… » J’ai tiré sur sa manche pour qu’elle m’écoute.