29 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Boule et Bill - Un amour de tortue

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
29 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Une collection qui a du chien !
Découvrez les aventures de Boule et Bill en mini-roman illustré.

Bill, le cocker, et Caroline, sa tortue chérie, sont inséparables. Pour le meilleur et pour le rire... Jamais à court d'idées loufoques, ils montent un numéro de cirque, font de la plongée ou apprennent à voler...
Dans ces cinq histoires de Boule et Bill, retrouvez l’univers chaleureux de la bande dessinée qui réjouit tant petits et grands. Et guettez la suite en livre numérique !
À partir de 6 ans.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 janvier 2012
Nombre de lectures 66
EAN13 9782740434864
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Un amour de tortue

Cœur de cocker

Je n’ai jamais su au juste comment cette tortue est arrivée à la maison. Papa, Maman et Boule (mon garçon) l’ont-ils achetée, trouvée, recueillie, adoptée, reçue en cadeau ? Mystère. Ils ne l’ont jamais dit. Jamais devant moi, en tout cas…

Mais, au fait, il faut que je me présente ! Je suis Bill, le cocker de la famille, celui que Boule appelle «  son chien  », mais, attention, je ne suis pas un chien ordinaire : je comprends tout et je sais lire et écrire. Avouez que ce n’est pas courant pour un chien… Un beau jour, donc, la tortue est apparue au milieu de la pelouse… pour ne plus en repartir !

Je ne l’ai pas vue arriver d’un bon œil, au début. C’est le moins que l’on puisse dire. Une tortue dans la famille, quelle idée ! Et l’appeler Caroline, en plus ! C’est pas un prénom de tortue, ça ! C’est un prénom d’humain !

Non, on ne peut vraiment pas dire que j’ai été très heureux de la voir débarquer. D’autant que, dès le matin de son arrivée, la Caroline en question s’est mis en tête de me suivre partout, les yeux en soucoupe, comme si elle n’avait jamais vu un cocker de sa vie... Et à deux à l’heure, évidemment, c’est encore plus énervant !