L
21 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

L'enlouve

-

21 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

L'enlouve ne peut pas entendre un bébé pleurer sans avoir aussitôt envie de le protéger et de s'occuper de lui. Mais quel parent humain serait prêt à lui confier son petit ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 août 2016
Nombre de lectures 2
EAN13 9782748521399
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

É ric S imard
L’enlouve
Syros



Collection Mini Syros Soon
dirigée par Denis Guiot

Les humanimaux , une série originale d’Éric Simard
Couverture illustrée par Prince Gigi
© 2016 Éditions SYROS, Sejer,
25, avenue Pierre-de-Coubertin, 75013 Paris
Loi n° 49-956 du 16 juillet 1949 sur les publications destinées à la jeunesse, modifiée par la loi n° 2011-525 du 17 mai 2011.
« Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre, est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la Propriété Intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales. »
ISBN : 978-2-74-852139-9
Sommaire
Copyright
Chapitre 1
Chapitre 2
Chapitre 3
Chapitre 4
Chapitre 5
Chapitre 6
Chapitre 7
Chapitre 8
L’auteur
Chapitre 1

J e m’appelle L’enlouve. J’habite un centre où sont soignés des enfants à partir de gènes d’animaux. Mes camarades et moi sommes tous un mélange d’humain et d’animal. J’ai un visage d’adolescente, mais avec deux oreilles pointues, une amorce de museau et un très léger pelage sur le corps et les joues. Je sais… c’est étrange.
 
L’enchien est mon meilleur ami. C’est un garçon avec des oreilles de labrador. Nous nous taquinons souvent. Nous aimons jouer au foot dans le parc situé derrière les dortoirs. Il a des dons de gardien de but. Il « flaire » à quel endroit je vais tirer et il plonge neuf fois sur dix du bon côté.
Ce jour-là, juste après le déjeuner, nous décidons de nous entraîner. Je pose la balle sur le sol, prends mon élan et envoie un missile en direction des cages. Mais j’ai visé trop haut et le ballon termine sa trajectoire dans les fourrés.
– Va le chercher, L’enlouve ! J’en ai marre de tes loupés . (Mon ami aime jouer avec les mots.)
Je m’engage dans le bosquet et avance, les yeux scrutant tantôt les branches, tantôt le sol. Mais toujours pas de ballon. Une minute passe.
– Alors, tu le trouves ? s’impatiente L’enchien.
Je désespère, quand je distingue enfin la balle sous les fenêtres de la nurserie. Au même moment, j’entends des pleurs.
« On dirait un petit qui chouine. »
Nous autres, humanimaux, ne devons pas approcher du bâtiment réservé aux bébés génétiquement modifiés, mais les larmes d’un nourrisson effacent pour moi tous les interdits.