La Flamme ensorcelée

-

Livres
149 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L’été s’annonce merveilleux pour Nelly, Yung et moi... Nous venons de terminer notre primaire et nous passons l’été ensemble dans un chalet en bordure de la baie des Mohawks. Un coin tranquille où on peut faire du camping, se baigner, explorer la forêt… La paix quoi!
On dit que les touristes qui sont venus ici affirmaient avoir entendu des lamentations d’enfants sur le lac… Ça doit être relié à la légende de la place… Elle raconte qu’une tribu entière aurait été massacrée par les soldats américains.
Wow! On peut imaginer plein de fantômes et se faire croire toutes sortes d’histoires! Surtout avec le curieux message codé qu’on a découvert hier dans la résidence… On dirait un plan… Oui, c’est ça! On passe à l’action! J’ai hâte de découvrir ce que cache ce mystère… Est-ce que la légende de la flamme ensorcelée et ses phénomènes étranges seront enfin élucidés?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 septembre 2017
Nombre de visites sur la page 4
EAN13 9782924016763
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Les éditions ÉdiLigne Inc. www.EdiLigne.ca Candiac, Québec, Canada Tél. 514.990.6534 / 1.800.990.6534 info@ediligne.ca Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Roche, Yannick, 1949-La flamme ensorcelée (Les 3 bests ; 1) Pour les jeunes de 9 ans et plus. ISBN 978-2-924016-65-7 E-Pub 978-2-924016-76-3 I. Bigras, Maxime, 1975- . II. Titre. PS8635.O284F52 2017 jC843’.6 C2016-942601-7 PS9635.O284F52 2017 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2017 Dépôt légal - Bibliothèque et Archives Canada, 2017 Certificat d’inscription des droits d’auteur de l’OPIC no 1136076 Émission: 15 décembre 2016 Conception de la couverture: Annie-Claude Larocque Image de couverture : Maxime Bigras Mise en pages : Annie-Claude Larocque Image du plan : Alex S. Girard Correction : Catherine Sirois, André LaRocque Tous droits d’adaptation et de traduction réservés. Toute reproduction en tout ou en partie, par quelque moyen que ce soit, graphique, électronique, manuelle ou mécanique, est strictement interdite sans l’autorisation écrite de l’auteur et de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Imprimé au Québec, Canada
ChapitRe1 Amies pour la vie Les vacances estivales étaient enfin arrivées. Avan t de se quitter pour l’été, Chloé, Nelli et Yung, les trois meilleures amies du monde, s’étaient juré, les mains apposées l’une sur l’autre :amiespour la vie. Pour ces copines de toujours, septembre allait marquer une nouvelle étape dans le ur vie. Les études primaires étaient enfin terminées et la grande école ouvrirait les portes du secondaire pour leur prochaine destination. Chaque fille possédait ses qualités propres à la fo is complémentaires et différentes de l’autre. C’était la raison qui faisa it d’elles des compagnes inséparables depuis la maternelle. Chemin faisant vers leur maison, elles sautillaient de joie simplement à l’idée qu’elles pourront enfin dormir chaque matin. Finie l’étourdissante sonnerie interminable du cadran qui osait même répéter son b ourdonnement toutes les cinq minutes. Malgré leur complicité de tous les jours, personne n’avait encore parlé des vacances, jusqu’au moment où Nelli posa la question :
— Hey, les filles, vous faites quoi durant les vacances ? — J’sais pas. Mes parents n’ont parlé de rien comme projet pour l’été. Toi, Yung, tes parents vont-ils quelque part ? — Ouais ! Ils ont loué un chalet pour l’été dans le s Adirondacks. Ma mère, ma sœur et moi allons passer l’été là-bas, et mon père va venir nous rejoindre les week-ends et pendant ses vacances.
— Wash ! C’est donc ben plate, on pourra même pas s e voir !
— Ben ! À moins que vous veniez avec nous.
— On va coucher où ? Dans le bain ou sur la galerie !?
Les trois comparses éclatèrent de rire à cette interrogation. — T’es drôle ! Ben non. Maman m’a dit que le chalet est super grand et qu’il y a au moins quatre chambres à l’étage. — Voyons ! Tu sais bien que tes parents ne voudront jamais.
— Je vais demander à maman. De toute façon, je pens e que ma sœur voulait aussi amener son amie Romy. Sinon, ça va être full plate pour moi. Je vais être obligée d’endurer ces deux petites énervées qui jou ent aux poupées Barbie tout le temps.
— Yung, parles-en à tes parents. Nelli et moi, on v a en discuter avec les nôtres, puis on s’en redonne des nouvelles. OK ?
— C’est quand on partirait ?
— Je pense que c’est au début de juillet.
— On s’appelle, d’ac ?
— D’ac ! Les filles étaient vraiment excitées à l’idée qu’elles pourraient peut-être passer
une partie de l’été ensemble. Dès son arrivée à la maison, Chloé jeta son sac d’école à l’entrée, retira ses souliers et courut r ejoindre sa mère affairée à désherber autour des nouvelles pousses du potager :
— Maman ! Maman ! Yung m’invite avec Nelli à son ch alet cet été. Ça va être super cool, je ne suis jamais allée dans un chalet et…
— Oh là ! Oh là ! D’abord, bonjour Chloé.
— Bonjour, m’man. J’te le dis, ça va être…
— On se calme, petite fille. Tu as l’air tout excitée et je ne comprends absolument rien à ce que tu me dis. Alors, veux-tu commencer p ar respirer un peu et partir du début, s’il te plaît ?
— OK. En revenant de l’école, Nelli nous a demandé ce qu’on faisait durant les vacances. Comme je ne crois pas qu’on a quelque cho se de prévu, Yung nous a invitées à aller passer l’été au chalet qu’ils ont loué.
— Bon. Là, c’est un peu plus clair. Mais, qu’est-ce que les parents de Yung en disent eux ?
— He ! Je sais pas…
— Il faudrait peut-être alors, avant de t’emballer comme tu le fais, obtenir l’accord des parents de Yung, tu ne penses pas ?
— Ouais, peut-être… D’ailleurs, Yung doit leur en p arler au souper et me rappeler après.
— Bonne idée. En attendant, monte te changer, range bien tes effets scolaires et dépose le linge à laver dans la corbeille, tu veux bien ?
— Oui, maman. Est-ce que je peux prendre une collat ion ? Le ventre me gargouille depuis l’école.
— Je comprends qu’il puisse te gargouiller ainsi, e xcitée comme tu es. Allez, viens me faire un câlin et va faire ce que je t’ai demandé. Je te rejoins dans une heure pour préparer le repas avec toi. Ce soir, on mange dehors. Il fait tellement beau !
— Yé ! On va vraiment se croire en vacances.
— Et un seul fruit avant le souper, rien de plus.
— Oui, oui. J’ai compris.
Chloé ne voulait surtout pas déplaire à sa mère. Me ttre toutes les chances de son côté pour obtenir son approbation était son obj ectif majeur. Elle fit donc ce qu’elle lui avait demandé et commença même à placer les couverts sur la table du pavillon de jardin.
Quant à elle, Nelli, un peu moins exubérante que so n amie, dut attendre que ses parents soient rentrés du travail. Mais, tout comme Chloé, elle plaça les assiettes sur la table, mit le four en marche pour y réchauffer la lasagne que sa mère avait remisée au frigo pour le repas du soir. Toute bonne action serait un élément positif pour qu’elle veuille acquiescer à sa demande.
Elle était persuadée que ses parents n’avaient aucu n projet de vacances. Ni sa mère ni son père ne pouvaient en prendre cet été, les jours cumulés des dernières années avaient été utilisés au printemps, alors que la petite famille s’était payé un séjour à Cuba durant la semaine de relâche scolaire . Partir avec Yung et Chloé était une évasion qu’elle ne voulait pas manquer. R ester chez elle signifierait de garder son petit frère une partie de l’été : « Ah, non ! Pas ça mon Dieu, je vous en prie, pas ça. Ce serait un cauchemar… Vite, à ta ch ambre, Nini. Va t’assurer que ton lit est fait et que tout est bien rangé, il fau t que maman et papa soient dans tes bonnes grâces. Il faut qu’ils disent oui. Aaah ! »
ChapitRe2 La grande demande Yung désirait au plus haut point que ses amies l’ac compagnent à la baie des Mohawks. Des photos affichées sur un site de vacanc es et sa consultation sur Google Map pour localiser la résidence d’été que se s parents avaient louée l’avaient convaincue que la place était rêvée. Le l ac et les montagnes étaient fabuleux et Wikipédia donnait, de son côté, un historique des légendes de l’endroit. Des phénomènes étranges survenus au début de la colonisation n’avaient toujours pas été résolus. Souvent, des touristes affirmaient avoir vu ou entendu des lamentations d’enfants ou des genres d’aboiements m ystérieux sur le lac. Toutefois, la crédibilité des observateurs avait to ujours été mise en doute, compte tenu de leur état d’ivresse avancée lors de la perc eption de ces étranges agitations nocturnes. « On va avoir du plaisir à se tordre. On va pouvoir se faire croire toute sorte d’histoires et imaginer plein de fantômes. C’ est les petits qui vont trembler dans leur culotte. On ne les aura pas sur notre dos longtemps… Hi, hi, hi ! »
La petite futée avait bien de l’imagination et elle se préparait déjà à faire frémir Nelli qui, malgré son âge, avait encore une peur bl eue des fantômes et croyait toujours tout ce qu’on lui disait : « Je garantis q u’elle va entendre des cris, même s’il n’y en a aucun dehors. Ça va être drôle. Mais, c’est pas grave. Si elle a trop peur, on va se coucher toutes les trois dans le même lit, collées. Comme ça, elle va se sentir en sécurité ».
Son père fut le premier à entrer à la maison. À peine quelques minutes plus tard, Patsy enfilait sa BMW décapotable dans le garage et rejoignait son mari et sa fille, accompagnée de Danya qu’elle avait récupérée de la maternelle.
— Allo, tout le monde !
— Bonsoir, chérie. Viens me donner un bisou, ma petite Danya d’amour.
— Où est Yung, chéri ? — Elle est dans sa chambre. Elle a une rage de ména ge ce soir. Je ne sais pas ce qu’elle a à demander, mais la lasagne est déjà a u four et la table est mise. Elle est même allée cueillir des fleurs au jardin. C’est peu dire ! — Ce doit être le fait de tomber en vacances qui la motive. (Elle lance un cri vers l’escalier) Bonjour, ma chérie. Comment a été ta dernière journée ?
— Bonjour, maman. Ç’a été super cool. J’ai préparé le souper. Je descends bientôt. J’ai presque fini de ranger ma chambre. — Oh là là ! Est-ce que ce sont des résolutions de vacances ou si c’est parce que tu as des choses à te faire pardonner ? — Attends. Je descends, j’ai terminé. Bonjour, maman.
Yung se précipita vers sa mère et l’embrassa en l’enlaçant fortement.
— Tu as passé une bonne journée, maman ? poursuit-elle.
— Oui, excellente. J’ai renouvelé pour cinq ans un gros client dont le contrat était à échéance. Ce sera une bonne source de revenus. Vi ens-tu m’aider à servir la lasagne, ma belle ? Oh ! Je veux te remercier. C’es t vraiment gentil d’avoir pensé à