Le rêve d'Africa

-

Livres
196 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cher journal, il y a du suspense et de l’excitation dans l’air! Aujourd’hui c’est le 1er avril. Tout le monde se demande ce que Patrick Drolet, le clown de la classe, a bien pu nous concocter comme blague cette année!
Sinon, je suis impatiente de voir mon amie Audrey à la télé! Elle a remporté le concours Ta chambre d’ado, ta déco ! Quand les travaux seront terminés, elle va nous inviter à une pendaison de crémaillère retransmise en direct...
Le livre de recettes de maman Tofu, tout fou! vient enfin d’être publié. Je suis fière d’elle mais aussi un peu gênée... si seulement elle avait pu écrire un livre sur le chocolat!
Et puis, il y a le projet humanitaire d’Africa pour le Sénégal qui m’inspire énormément. Je suis prête à tout pour aider mon amie... même à chanter devant toute l’école!

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 octobre 2016
Nombre de visites sur la page 33
EAN13 9782896869527
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0067 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
DOMINIQUE ET COMPAGNIE
SYLVIE LOUIS Lejournal dAlice Le êve d’Afîca
DOMINIQUE ET COMPAGNIE lejournaldalice.com
Suis Alice sur facebook.com/ lejournaldaliceofficiel
er Vendredi 1 avril
Je n’éaîs pas a seue de ma casse à avoîr apporé des poîssons en papîer à ’écoe. Gîgî Foser (ça m’a éonné),Vîoee, es 2 Caerîne, Hugo, Saney, Parîck & Eduardo avaîen décîdé de s’amuser, eux aussî. Ces dernîers avaîen împrîmé une sérîe de pîranas avec des yeux gobueux qu’îs avaîen dû rouver sur ïnerne. Je es aî surprîsquî, mîne de rîen, en coaîen sur Jonaan, Sîmon eCaerîne Provencer. Maîs j’éaîs sûre qu’aujourd’uî, es Paed ne se coneneraîen pas de scocer eurs îno-e ensîs monsres marîns sur es maneaux des 6 …
Peu avan que a coce ne sonne, Emma es arrîvée sous ’érabe. Ee venaî de nous annoncer que Pépîa (sa emee cocon d’ïnde) avaî donné naîssance à quarepeîs orsque Caroîne es venue me rouver. D’un aîr caasropé, ee a annoncé que monsîeur Gauîer emadame Duva aaîen quîer ’écoe ! Poîsson d’avrî ! a aî Eduardo. Se ournan brusquemen vers uî avec ses maîns sur es ances, ma sœur a ancé : C’es a vérîé ! E sî u ne me croîs pas, an pîs pour oî. Expîque ! uî aî-je demandé, supéaîe. ïs von aer vîvre en Gaspésîe. E a semaîne de casse vere avec eux au moîs de juîn ? a aî Arîca, sous e coc ee aussî. Ee ombe à ’eau ?
4
Non, c’es seuemen à a renrée que es pros commen-ceron à enseîgner à-bas.
Pour mes amîs e moî, ça ne cange rîen vu que, e 23 juîn, on quîera nous aussî déInîîvemen ’écoe des Érabes. Cependan, ’îdée que je n’auraî jamaîs ’occasîon e de croîser mon ancîen pro de 5 nî ma pro d’éduc es oîs où je vîendraî cercer mes sœurs à ’écoe, pus ard, m’a rempîe de nosagîe. E je comprenaîs a vîve décepîon de ma sœur quî avaî rêvé d’êre un jour dans a casse du seu enseîgnan mascuîn de ’écoe.
es deux poîssons rouvés dans mon dos, je es aî posés sur mon pupîre en guîse de décoraîon. Au reour de a récré, andîs que j’ajouaîs ceuî que Marîe-Ève venaî de décoer de mon maneau, madame Robînson a com-mencé à dîsrîbuer nos conrôes de mas d’îer. S’arrê-an à ma aueur, ee a décaré : E bîen, Aîce, u es une vérîabe avrîopîscîcopîe ! Une quoî ?! Un avrîopîscîcopîe es un coecîonneur de poîssons d’avrî.
Nore enseîgnane a écrî e mo au abeau. ’aîr décou-ragé, Jonaan a demandé sî on devraî e savoîr pour es examens. Non, uî a répondu madame Robînson. Maîs rîen ne ’empêce de e reenîr pour e paîsîr.
5
a nouvee du procaîn dépar des « amoureux » en Gaspésîe a aîmené es conversaîons ce mîdî, à a caé-érîa. Puîs, cangean de suje, Marîe-Ève a înerpeéParîck avec une poîne d’îronîe : E aors, Pa, on s’assagî ? Tu éaîs en panne d’îdées pour er e 1 avrî ou quoî ? Ça m’éonne de oî. Caerîne Fronenac en a rajoué : Tu e dégonLes ? Caerîne Provencer nous a mîs en garde. a journée es oîn d’êre Inîe. À mon avîs, c’es e came avan a empêe. J’avoue que moî aussî je suîs curîeux de découvrîr ce que u as îmagîné pour nous surprendre aujourd’uî, a dî pour sa par Boumî à Parîck Droe. Ce dernîer s’es conené de ever pusîeurs oîs es sour-cîs à oue vîesse avec un sourîre énîgmaîque quî ne dîsaî rîen quî vaîe.
En remonan en casse, j’aî surprîs des coups d’œî com-pîces enre uî e Eduardo. C’éaî évîden qu’îs ramaîen un mauvaîs coup, ces deux-à. ï s’agîssaî de reser sur e quî-vîve.
Pus ard, quequ’un a rappé à a pore de a casse.Madame Robînson a ancé : Enrez ! a pore s’es ouvere sur Caroîne quî venaî îvrer e nouveau numéro deL’Écho des Érabes.
6
Décidément, je soupçonne ma sœur de se porter volontaire pour distribuer le journal de l’école afin de venir espionner ce qui se passe dans la classe des grands, qui la fascine tant.
a coce a sonné a In des cours. Marîe-Ève e moî, on ouvraî nos casîers orsque Ééonore s’es précîpîée vers nous. E aors ? a--ee demandé en désîgnan Parîck e Eduardo du menon. Rîen, aî-je répondu. Comme ça, a dî Pa, vous avez vraîmen aendu oue a journée pour savoîr ce que j’îmagîneraîs comme arce à er ’occasîon du 1 avrî ? C’es exac, a reconnu Emma. Au moîns, vous êes sîncères. a casse es ermînée, maîs c’es maînenan que j’aî coîsî de vous surprendre. Commen ?! s’es écrîée Jade, es yeux brîans. Mon canuar, c’es que, cee année, î n’y a pas de canuar. Sîence.
Ne prenez pas ce aîr conserné, es Ies ! Avouez que je vous aî bîen eues… Jamaîs vous n’aurîez pu devîner à-dîre :zéro poison d’avril. À ce que je ramaîs, c’es-par bîen sûr mes p’îs pîranas… J’espère que vous vous souvîendrez ongemps de a journée de suspense e de ébrîîé que je vous aî ofere.
7
Quand même, u nous aîsses sur nore aîm…, a sou-er pîré Jade. Pour nore dernîer 1 avrî ensembe, u auraîs pu e orcer, Parîck ! Tu nous déçoîs, a âcé Audrey en caquan a pore de son casîer. Je prends ça pour un compîmen. Ça veu dîre que vous apprécîez es efors que je aîs depuîs oujours pour vous aîre rîre e mere de ’ambîance ! ’ambîance, c’es pas juse oî quî a crées, a réorqué Caerîne Fronenac. ï y a oujours eu une ambîance du onnerre dans nore casse. À par ’auomne dernîer, orsque Caerîne Provencer e oî, vous vous êes cîcanées à mor. Tu as raîson, Pa, a admîs cee dernîère. Sau que c’es pas déîca de a par de nous rappeer ces mauvaîs souvenîrs. Je n’aî jamaîs préendu êre déîca. À ce însan, une odeur nauséabonde a envaî mes narînes. Ouace, Parîck, ça pue ! Tu as péé ! Désoé, je ne ’aî pas aî exprès. Maîs j’avoue que j’aî de quî enîr car mon père es pîre que moî e ma mère n’es pas en rese. Carmane amîe ! a ancé Ééonore avan de s’éoîgner aux côés de Vîoee.
Après ’écoe, je suîs aée paîner pour a dernîère oîs de a saîson avec Caroîne, Arîca, Key-Ann, ïsaac e Nama. (’aréna rouvrîra ses pores au pubîc en sepembre.) Mes
8
deux amîes e moî, on aîsaî des ours de paînoîre en se enan par a maîn. Arîca nous a raconé que sa ane Amînaa es avaî învîés ce éé maîs que, cee oîsencore, ses parens on répondu : « Pas cee année. » Je pare réguîèremen par Skype à ma amîe au Sénéga, a--ee poursuîvî. Maîs combîen de emps me audra--î encore rêver avan d’aer a voîr sur pace ? e Sénéga aî parîe de mes racînes, quand même ! Amînaa, c’es ee quî es pro de musîque ? uî a demandé Key-Ann. Ouî. Ma ane Amînaa e son marî voudraîen d’aîeurs créer une nouvee écoe dans eur vîage. Une écoe de quare casses, où e maîn seraî consacré aux maîères abîuees e ’après-mîdî à a musîque. ï y avaî bîen une écoe aureoîs au vîage, maîs ee éaî rop peîe evéuse. Du coup, on ’a ermée, ce quî obîge mes cousîns e es aures écoîers à marcer jusqu’au bourg voîsîn. Der-nîèremen, es enans on eu des probèmes en cemîn. ïs se son aî embêer par une bande de jeunes d’un aure vîage. ïs on aussî déjà croîsé des scorpîons, un cobra, des cacas e même une yène… Imagine, cher journal, si Caroline et moi on devait affronter toutes ces horribles bêtes pour se rendre à l’école !!!
Mes parens on déjà envoyé de ’argen à ma ane, a conînué Arîca. Maîs avan qu’ee ne parvîenne à réunîr a somme nécessaîre à a consrucîon de cee nouvee écoe, ça rîsque de prendre encore des années. En aendan, à a
9
renrée, es enans de Nîyanga devron reprendre à eurs rîsques e pérîs e senîer quî mène au vîage voîsîn. Key-Ann e moî, on a compaî. âcan ma maîn pour se mere à paîner par en arrîère, Key a raconé qu’ee avaî surprîs Parîck quî, désîgnan madame Hame, a e pro de 4 , e mîman sa généreuse poîrîne, avaî ancé à Eduardo : « Tîens, v’à madame Mamees ! » Je me suîs écrîée : Pourquoî ne pas aer rouver e dîreceur ? Tu veux dénoncer Parîck ?! s’es éonnée Arîca. Non, excuse-moî, je ne paraîs pas des nîaîserîes des Paed maîs de a uure écoe de Nîyanga. Après e succès du projeSoîdarîté avec a Turquîe,’an dernîer, monsîeur Rîve avaî dî qu’î compaî mere sur pîed un nouveau proje umanîaîre. C’es vraî, je m’en souvîens. Maîs î n’en a jamaîs reparé. Raîson de pus pour uî rappeer ses promesses. E uî présener e proje de a ane. Tu croîs ? a aî Arî avec une moue dubîaîve. Écoue, ou ce que u rîsques es de e aîre répondre non. Tu as raîson, Aîce !Quî ne rîsque rîen n’a rîen.
Vers 17  15, e père d’Arîca nous a déposées à a maîson, Caro e moî. Maman es renrée avec Zoé puîs, queques mînues pus ard, c’éaî au our de papa (c’es rare qu’î revîenne sî ô du bouo). ï sîloaî dans ’enrée. uî quî venaî d’aer se aîre couper es ceveux cez monsîeur Tony sembaî d’exceene umeur.
10