Sad Baccarra

Sad Baccarra

-

Livres
196 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Des siècles et des siècles avant notre ère, alors que le Dragon de légende répandait sa puissance et sa malédiction, en Chine, une poignée de moines parvint à le terrasser et à enfermer sa conscience dans une tablette sacrée. Les époques se succédèrent alors sans qu’il fît parler de lui. Puis un beau jour, un malheureux concours de circonstances, et la tablette laissa s’échapper la force du Dragon qui ne tarda pas à se réincarner… Entre hier et aujourd’hui, entre Orient et Occident, Mohamed El Bachiri tisse avec une belle vivacité la trame d’un roman fantastique, où les aventures sont légion et les rebondissements une constante. Avis aux amateurs de combats singuliers, de voyages au long cours et d’histoires d’amour: ils seront à la fête, Sad Baccarra mêlant aussi habilement les genres que les époques.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 22 décembre 2011
Nombre de lectures 33
EAN13 9782748372601
Langue Français
Signaler un abus
Sad Baccarra
Mohamed El Bachiri Sad Baccarra TomeI Les Héritiers du dragon de légende
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com
Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits dauteur. Son impression sur papier est strictement réservée à lacquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits dauteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS  France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55
IDDN.FR.010.0116893.000.R.P.2011.030.31500
Cet ouvrage a fait lobjet dune première publication aux Éditions Publibook en 2011
Prologue Le début de notre histoire commence à laube du pre-mier millénaire ! En ce temps, les hommes cohabitaient bien malgré eux avec des esprits maléfiques et autres créa-tures de lombre. Mais il existait parmi ces hommes danciens moines qui luttaient contre ces menaces à tra-vers tout le globe, et ce dans le plus grand secret. Cest sur les terres de la future Europe orientale quils affrontèrent le dragon de légende, à lorigine du mal qui régnait sur le monde, et dont linfluence sur les hommes permettait aux autres forces obscures de se manifester plus souvent. Créa-ture dévastatrice et meurtrière, elle répandit le mal durant des décennies avant dêtre vaincue. Mais lesprit du dra-gon, lui, était tellement puissant quil ne pouvait être détruit, et son unique envie dès lors fut de trouver un nou-vel hôte, et un homme de surcroît, car il lui fallait un corps de substitution doté dune conscience. Les moines décidè-rent alors demprisonner lesprit à laide dune incantation, et de le diviser en quatre parties, car ils craignaient son immense pouvoir ; puis ils lenfermèrent dans une tablette sacrée quils taillèrent à même la roche. La représentation du dragon fut gravée sur un côté, et les incantations pour jeter et conjurer le sort de lautre. Elle fut alors gardée par les moines dans un temple. Ils le bâtirent non loin dune forêt qui poussa après la mort du dragon, et le mal qui ré-gnait sur Terre se dissipa peu à peu, mais sans disparaître totalement. Cette tablette sacrée fut secrètement gardée par les anciens moines pendant plus de six cents ans, avant que son destin ne bascule
9
Nous sommes en lan 702, dans la Chine impériale, non loin du lieu où le dragon de légende a poussé son dernier souffle. Dans la province du Nord-Est, le terrible empereur Tzao faisait régner la terreur dans ses campagnes, aidé par un sorcier nommé Aktahari, adepte de la magie noire. Lempereur était avide de pouvoir et de richesse, et le sor-cier le savait. Il informa lempereur dune rumeur qui courait à travers le pays : il existait une tablette sacrée, gardée dans un temple par des moines. Une tablette qui, selon le sorcier, pourrait offrir à lempereur une puissance inimaginable, capable de faire de lui le maître incontesté de toute la Chine et du reste du monde. Cette simple ru-meur suffit à lempereur, qui commanda immédiatement une escorte royale jusquau temple afin dacquérir ce joyau. La route fut longue et difficile pour tous les soldats que lempereur avait décidé demmener. Mais le sorcier avait négligé un détail, qui allait prendre toute son impor-tance. En effet, pour atteindre le temple un obstacle de taille se présentait devant lui : la forêt noire. Elle était si maléfique, inhospitalière et malfaisante que même les pouvoirs du sorcier ne pouvaient la surmonter. Il conseilla alors à lempereur de la contourner, plutôt que daller sy perdre presque assurément. Trois jours seraient nécessai-res pour faire ce détour inattendu. À quelques centaines de mètres du temple et de la forêt se trouvait Chen-Chen, un petit village ancien, le seul à une cinquantaine de kilomè-tres à la ronde autour de cette forêt noire ; il était également lunique point de ravitaillement pour les moi-nes. Ayant eu vent de lapproche de lempereur et de ses troupes, un jeune commerçant du village du nom de Chan décida alors de se rendre au temple afin de les avertir. Une fois sur place, il se rendit compte que son arrivée nallait pas servir seulement à les prévenir, mais aussi à les aider. Tous sortirent, alignés sur plusieurs rangées et prêts à se défendre, sauf le doyen qui emmena Chan dans le temple afin de lui confier la tablette sacrée.
10