Shadow Girls

-

Livres
145 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Des vacances avec le garçon qu'on aime, bonne idée. Cela devient compliqué lorsque la maison au bord de la mer est hantée. Et que les fantômes sont beaucoup, beaucoup plus vivants et dangereux que prévu…


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 juin 2012
Nombre de visites sur la page 227
EAN13 9782215119890
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0056 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Paris, le 11 octobre 2011
Nour
Le mardi 11 octobre, c’est-à-dire trois jours après le meurtre de Walter Melville 1 Kosminskidans l’atelier de sa grand-mère, on convoqua Nour Malicki au commissariat, avec sa mère Leïla. C’était un entretien policier de pure forme, presque obligatoire, dans la mesure où le drame s’était noué chez elles en quelque sorte ; on retrouvait logiquement leurs empreintes partout sur la scène de crime. Étaient-elles, par hasard, par chance ou par exemple, au courant de quelque chose ? Nour prétendit qu’elle ignorait tout sur tout. On lui montra des clichés. Elle affirma qu’elle n’avait jamais vu cet homme en costume blanc qu’on avait retrouvé abattu d’une balle de mauser. Elle oublia de dire qu’il lui avait rendu visite durant la semaine précédente, à la librairie de sa mère, et qu’il avait été le compagnon de son arrière-grand-mère. Elle ne précisa pas ce qu’elle avait appris – qu’il s’agissait d’un tueur en série, violeur et assassin de jeunes filles, à travers les siècles, dans toute l’Europe et le Moyen-Orient. Elle omit d’indiquer que cet homme était le responsable du meurtre d’Estelle Gonnor, dont son ami Clément Gordon avait été amoureux, et dont la mort avait été classée en suicide ou en intoxication médicamenteuse. Elle négligea enfin de préciser, détail important, qu’elle avait failli être la dernière victime du tueur. Bref, elle laissa les flics à leur ignorance. Pourtant, elle connaissait le nom de la coupable et le mobile du crime… Mais si Nour Malicki s’était montrée plus bavarde, il lui aurait fallu entrer dans des explications impossibles. La jeune femme qui avait tué Kosminski s’appelait Gaïané Tansu. Elle était une vengeuse, née cent cinquante années plus tôt à Istanbul, mais qui paraissait avoir 16 ans. Comme Kosminski, elle durait, inexplicablement – pas immortelle, certes, mais douée depuis un siècle et demi d’une éternelle jeunesse. Au moment de la mort de Kosminski, Nour était en conversation, dans l’atelier, avec le fantôme de sa grand-mère Qamar, et les spectres de deux proies de Kosminski : Kathlyn Miller, une jeune Anglaise morte en 1922, et Estelle Gonnor, sa dernière victime. Les fantômes sont les âmes des victimes de meurtre ou d’accident mortel. Ils demeurent dans l’entre-mondes jusqu’à ce que le responsable de leur mort décède à son tour. Ils errent, invisibles, inaudibles. Si Nour voyait les morts et qu’elle pouvait leur parler, c’est parce qu’elle avait une singulière capacité, que les fantômes appellent leshining. Toutes ces informations auraient été difficilement acceptables pour l’esprit rationnel d’un officier de police judiciaire, peu disposé à croire aux romans de fantômes. Ce fut l’une des raisons pour laquelle Nour se tut. Mais il y avait pis. Si elle avait narré la simple vérité, il aurait fallu expliquer également d’autres secrets devant sa mère Leïla : dire par exemple que, au moment de son intervention, Gaïané Tansu était accompagnée par un jeune homme, Clément Gordon ; révéler ensuite à Leïla qui était vraiment Clément, ce que Nour ressentait pour lui ; admettre qu’elle s’était retrouvée dans l’atelier familial avec un garçon. L’hypothèse d’un aveu était donc absolument irréaliste. * Le policier qui les avait reçues, le lieutenant Charpot, était un jeune type dans le genre brun ténébreux. Nour l’aurait volontiers qualifié de « pas mal » s’il s’était agi d’un second rôle dans une quelconque série policière. Il semblait concentré mais convaincu de l’inanité de son interrogatoire. À la fin de l’entrevue, il sortit un dernier document de son dossier. Il s’agissait d’une photo en couleurs, de format carré, peut-être un Polaroid, représentant une jeune femme en tenue de bain sur la plage, les cheveux blond roux dénoués, riant au photographe,
manifestement gênée et heureuse à la fois qu’il fixe cet instant. Le lieutenant demanda, d’un air las, anticipant la réponse : – Avez-vous déjà vu cette femme ? Cette fois, Nour n’eut même pas besoin de mentir pour répondre par la négative.
Gaïané
Depuis trois jours, elle restait enfermée dans cette chambre d’hôtel. La « jeune » vengeuse, le plus souvent en sous-vêtements à cause de cette canicule qui n’en finissait pas sur Paris, tournait comme un fauve dans sa cage. Elle n’attendait plus rien, mais se cachait, s’adonnant à des exercices physiques pour se maintenir en forme, consultant parfois les informations sur son ordinateur. Elle suivait les premières nouvelles concernant le meurtre dont elle s’était rendue coupable. L’enquête piétinait depuis le départ. Gaïané avait tué Walter Melville Kosminski. Elle avait vengé toutes celles dont Walter Melville Kosminski avait abusé. Elle avait enfin écrit la fin de l’histoire, celle qui l’avait menée d’Istanbul au Caire, puis dans une interminable traque sur sa piste sanglante. Kosminski était un tueur en série, mais les enquêteurs l’ignoraient. Sur Internet, sur les sites des journaux et sur les radios, rien n’indiquait que les flics avaient la moindre piste. Ils ne savaient pas qui était la victime. Ils n’avaient aucun indice concernant le bourreau ou le mobile de l’exécution. Depuis le meurtre, Gaïané avait dormi, beaucoup. Comme pour rattraper les années sans sommeil, rongées par la vengeance. Chaque fois qu’elle se réveillait, en sueur, elle entendait les démons qui l’accusaient. « Tu es comme lui, tu as le même sang sur les mains », disaient les cauchemars. Elle savait que c’était faux, ce n’était pas le même sang. Mais elle ne trouverait pas la paix, pas ici. Elle avait ressenti du dégoût, une nausée, dans les heures qui avaient suivi la mort de Kosminski – elle ne regrettait pas sa vengeance, mais ne voulait pas devenir une tueuse, comme lui. Que ferait-elle, désormais ? Elle éprouvait une sorte de vertige : comment donner un autre sens à une vie qu’elle avait consacrée depuis un siècle à traquer et à tuer un homme ? « Kosminski est mort. » Gaïané se répétait cette phrase non pour s’en convaincre, mais pour savoir ce qu’elle allait en faire. Comment occuper cette éternité qui reste devant soi, quand elle a perdu son sens ? Quand elle se réveilla une nouvelle fois, le troisième jour, elle quitta ses sous-vêtements et alla prendre une douche dans la minuscule salle d’eau de sa chambre. En passant devant le miroir, elle aperçut quelque chose qu’elle ne connaissait pas. Dans le noir de jais, taillé en brosse courte, de ses cheveux, quelques fils d’argent brillaient. Des cheveux blancs. Elle regarda son visage, attentivement, y reconnut des rides, coups de canif inédits laissés par l’âge sur sa peau. Elle sourit. Elle sut qu’elle avait cessé de durer avec sa vengeance. Elle avait commencé de vieillir. Son sourire s’élargit : c’était une bonne nouvelle. Elle n’avait pas une éternité à occuper, désormais vide de sens. Elle avait maintenant une simple vie, brève, à réussir. Après sa douche, elle pianota sur Internet, se renseigna sur les tarifs des vols pour Istanbul. Elle rentrait chez elle, enfin. Elle n’était plus la vengeuse, la chasseuse. Elle était une personne normale, avec un peu de sang sur les mains.
2 Lannieux, quinze jours plus tard
Soizic
Soizic
La petite fille en robe rouge sombre un peu trop courte courait dans le jardin d’automne, à l’ombre de la grande maison. Sur les volets bleus, la peinture s’écaillait. Les arbres avaient jauni, doré parfois, ou s’étaient empourprés ; leurs feuilles bruissaient dans la plainte continue du vent. Le ciel gris, net, comme dessiné à la mine de plomb, annonçait un crachin qui ne durerait pas plus d’une marée. L’air iodé charriait les senteurs de la Manche toute proche. La gamine galopait de toute la force de ses petites jambes et presque sans s’interrompre. Elle ralentit cependant un instant, presque au centre de l’immense pelouse du parc, lança des mots au ciel, s’adressant à tue-tête à une personne ou à une divinité invisible. Puis elle reprit sa course. Ses gestes étaient précis, ses joues rouges de l’effort, ses yeux brillants. Elle connaissait parfaitement les rites et les variantes de la partie qu’elle semblait pourtant inventer à mesure. Elle qui ne paraissait pas 8 ans rejouait la même scène, le même jeu, depuis vingt-sept ans, en une troublante répétition. Elle n’était parfaitement seule qu’en apparence. Elle ne voyait pas les deux âmes qui couraient derrière elle et la suivaient comme ses ombres. Deux fillettes qui lui ressemblaient trait pour trait. Brutalement, l’enfant s’interrompit de nouveau. Elle tendit l’oreille comme un faon à l’orée d’une forêt. Son cou palpitait, ses traits se tirèrent, la faisant paraître plus âgée, fugacement. Puis elle s’évanouit sans crier gare dans les fourrés épais qui bordaient la pelouse. L’instant d’après, le portail de fer forgé s’ouvrait, et une grosse voiture sombre, silencieuse, aux vitres fumées, s’engouffra dans le jardin, faisant crisser le gravier de l’allée. Le véhicule s’arrêta devant la maison, ses portières s’ouvrirent. Une gamine en jaillit aussitôt, pour partir à son tour en une course folle. La nouvelle arrivée avait des cheveux très noirs, elle portait un jean et un gros pull de laine mieux adaptés à l’automne. Elle s’arrêta presque à l’endroit précis où l’apparition s’ébattait, l’instant d’avant. Une seconde personne s’extirpait de la banquette arrière du véhicule. Le garçon qui venait de sortir s’étira après les heures de route. Il s’agissait de Clément Gordon.
1. Sur tous les événements relatés dans ce prologue, concernant Nour, Kathlyn, Gaïané, l’assassin Kosminski et le jeune photographe Clément Gordon, on lira avec profit le tome 1 de cette dilogie :Whisper Girls. 2. Les noms des villes et villages où se situe l’action bretonne de ce roman ont été modifiés.
Paris, octobre 2011-mai 2012, Kathlyn
1 Limaille
Aussi étrange que cela puisse paraître, Kathlyn Miller suivit Walter Melville Kosminski presque toute cette année-là. Cela dura des mois, froids ou brûlants, peu lui importait – elle ne ressentait rien depuis si longtemps. Elle resta dans les pas de l’homme qui avait abusé d’elle et qui était mort. Fantôme, comme elle, et comme elle soumis désormais pour durer à l’existence de la vengeuse. Elle ne put s’en détacher. Elle était fascinée. Elle prit d’abord prétexte d’une simple curiosité, consciente cependant qu’elle était malsaine, morbide. Puis, de plus en plus souvent, elle ne se chercha même plus d’excuses, s’assurant qu’il ne disparaissait pas de sa vue trop longtemps. Il restait comme un soleil noir dans le paysage de sa désolation. Ils étaient deux aimants tour à tour opposés et complémentaires, le magnétisme obscur de Kosminski semblant l’attirer comme la limaille, jusqu’à ce que, l’ayant rejoint, elle ressente violemment la répulsion qu’il lui inspirait. Kathlyn ne voulait pas le quitter des yeux, et pas davantage l’approcher. Il fallait qu’il la voie : désormais et quoi qu’il fasse, elle serait là derrière lui, silencieuse mais tenace accusation, « vivante » image de ce qu’il avait commis et ravagé. Chaque fois qu’il se retournait, elle était dans son dos. Chaque fois que l’esprit de Kosminski essayait d’oublier les fautes qu’il avait commises, ou qu’il pensait pouvoir pleurer sur son propre sort, Kathlyn, muette, le rappelait à ce qu’il avait fait. Il n’y avait aucune pitié pour lui, ni pardon. Il n’y avait que la longue litanie de ses crimes. À le suivre ainsi elle n’attendait rien, n’espérait rien. Mais que faire d’autre ? Elle avait cessé depuis si longtemps de vivre qu’elle n’avait plus le goût à rien. Elle avait perdu son âme et le sens d’une existence. Elle n’échangeait de mots avec personne, ne comptait pour personne. Elle était la plus ancienne des spectres de l’entre-mondes, une morte perdue parmi les morts. Même vengée, celui qui avait causé sa perte continuait d’exercer son empire sur elle. Elle savait tout de lui. Les samedis et dimanches soir, il se perdait dans les ruelles de Belleville, dans les faubourgs de la place Clichy, dans ces bars où des hommes seuls, et d’autres attablés à plusieurs, avaient l’air d’ourdir des complots contre la Terre entière. Parfois, également, il errait des nuits en d’autres lieux où l’on faisait commerce de la drogue et des femmes à même le trottoir. Attiré par le vice, la douleur ? Fasciné par ces crimes qu’il n’avait pas commis parce qu’il était un chasseur solitaire ? Kathlyn l’ignorait. Elle ne pouvait s’empêcher d’interpréter ses regards sur les femmes qu’il croisait, celles sur lesquelles il s’attardait. Elle aurait voulu leur murmurer à l’oreille : « Vous lui avez échappé. Il vous est donné un sursis. Vivez, vivez plus intensément, profitez de votre vie. » Muet reproche, elle s’en tenait à le suivre, oubliant qu’elle aurait pu goûter le repos de son âme, maintenant que nulle ne le craignait plus. Elle se perdit dans ce rôle. Une fois encore, elle ne vécut que pour lui, selon lui – désormais accusatrice, comme elle avait été auparavant amante, et victime, elle n’en était pas moins soumise à son vouloir, à ses caprices. C’est lui qui décidait où elle le suivrait. Lui encore qui, marchant des nuits entières ou s’arrêtant, décidait de ses heures. Lui, toujours, astre sombre. Kathlyn, quelquefois, en prenait conscience, se regardant devenir folle, aujourd’hui, comme elle avait été folle à 16 ans. Insensée, sans raison d’agir. Les trois mois du printemps 1922, les trois mois d’amour et d’illusion qu’elle avait partagés avec lui avaient
décidé de son existence mortelle ; ils gouvernaient maintenant, encore, son existence spectrale. Elle ne réussit pas à s’en détacher, à vaincre cette solitude, à croire que quelqu’un, quelque part, pouvait la comprendre. Estelle, la dernière victime de Kosminski, la seule amie qu’elle eût croisée pendant ses décennies dans l’entre-mondes, était partie, fumée, au royaume des morts.
2 Un an passe comme un jour
Huit mois plus tard, Nour Malicki avait enterré dans un coin de sa mémoire Kosminski, l’atelier, la verrière, la photo du portefeuille, Gaïané et Kathlyn, et tout le reste. Elle avait d’autres soucis en tête. Elle y songeait douloureusement ce jeudi-là, dans le bus qui la ramenait chez elle comme tous les jours – du moins comme les jours où le Solex fatigué de Clément ne faisait pas le voyage entre le lycée et Saint-Maur, avec son amazone sur son porte-bagages… La vie de la jeune fille était devenue complexe et promettait de se complexifier encore. Huit mois, c’est peu et beaucoup à la fois. C’est presque le temps d’une gestation et aussi, à peu de chose près, celui d’une année scolaire, la plus étrange que Nour ait vécue jusque-là. L’ennui interminable des cours, la distance avec ses « con-disciples », elle connaissait. Mais cette année, il y avait eu du nouveau : il y avait le fantôme de sa grand-mère Qamar qui parfois s’invitait dans la classe pour lui glisser une bonne réponse, ou pour se lamenter sur la solitude dans laquelle la vieille dame indigne se trouvait, abandonnée par sa descendance. Il y avait surtout une histoire d’amour à réussir, et Nour n’était pas spécialement qualifiée pour cela. Plutôt maladroite, même. Dans les heures qui avaient suivi la mort de Kosminski, tout avait semblé clair : Clément Gordon était doux, gentil, enthousiaste, artiste, timide, délicat, maladroit, beau derrière ses lunettes et sa gaucherie ; surtout, en se jetant dans la bataille de fantômes et d’immortels (et, convenons-en, en ramenant Gaïané avec lui), Clément Gordon lui avait probablement sauvé la vie. Cela faisait beaucoup d’arguments pour faire vaciller le plus inflexible des cœurs solitaires – de quoi faire douter la plus distante des âmes hautaines. Nour avait vacillé, douté, et elle avait été conquise. Bon, mais à la fin des contes de fées, lorsqu’ils se marient et ont beaucoup d’enfants, le chevalier et la princesse n’ont pas les embarras de la vraie vie. Ils n’ont pas les timidités, les maladresses, les boulets du passé, les peurs de l’avenir, les incertitudes, les mères trop sourcilleuses, les grands-mères intrusives, les mots qui ne sortent jamais quand il faut, les paroles qui traduisent imparfaitement la pensée ; bref, dans les contes, les histoires d’amour ne ressemblaient pas à une course de haies de plus en plus hautes et qu’il fallait en plus courir main dans la main… Après lui avoir sauvé la vie, Clément l’avait compliquée. Passablement. Était-ce un cadeau ? Prenons par exemple les relations sociales : avant, tout était simple, elle restait seule et n’adressait la parole strictement à personne ; alors que maintenant, pour ne pas éveiller l’attention de ses condisciples sur son idylle avec Clément, il fallait avoir l’air de discuter avec d’autres, pour que des tête-à-tête trop fréquents et exclusifs n’attirent pas l’attention – qui entraîneraient le sarcasme, la méchanceté blessante… Prenons le jugement d’autrui sur son propre physique : jusqu’ici, elle s’en moquait, entre garçon manqué de manga et geek à nattes. Mais maintenant (du moins certains jours, n’exagérons rien), elle avait envie que Clément la trouve jolie, et elle avait du mal à penser que cela était possible si elle ne paraissait pas jolie également aux yeux des autres. Considérons maintenant, voulez-vous, d’autres choses, plus intimes, plus embarrassantes encore. Fallait-il s’embrasser ou se tenir la main en public ? Non, Nour n’avait aucune envie de ressembler à ces couples qui se faisaient et se défaisaient sous ses yeux depuis la troisième, à un rythme pathétique, avec démonstration, théâtre, trémolos et fiascos. Fallait-il donc ne le faire qu’en privé ? Mais en privé, elle préférait se consacrer à leurs longues discussions, à ces émerveillements aussi, lorsqu’ils s’asseyaient l’un contre