Tristan au pays des géants

-

Livres
116 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Tristan arrive dans une nouvelle école après un déménagement. Malgré les efforts de ses parents pour le rassurer, il a du mal à s’intégrer à son nouvel environnement. Dans sa classe, il est « le Nouveau » et subit les moqueries de plusieurs camarades.
Et puis il y a Maxime Druon, un élève hargneux qui lui fait peur dans la cour de l’école. Tristan a l’impression d’être attaqué par un géant! En fait, c’est tout son univers qui semble devenir gigantesque et menaçant... et lui qui aime tellement les histoires de chevaliers vaillants se sent soudain si petit, perdu et vulnérable!
Heureusement, il fait la connaissance de Merlin. Grâce à cet ami et ses billes magiques, Tristan va peu à peu reprendre confiance en lui...
C’est en regardant son fils partir pour la première fois pour sa nouvelle école où il ne connaissait personne qu’Étienne Poirier a eu l’idée d’écrire l’histoire de Tristan. Un récit porteur d’espoir sur l’amitié et le pouvoir de l’imagination.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 avril 2017
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782897394332
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
ÉTIENNE POIRIER
TRISTAN  auPAYSdes
GÉANTS DOMINIQUE ET COMPAGNIE
ÉTIENNE POIRIER TRISTAN  auPAYSdes
GÉANTS
Illustrations : Sabrina Gendron
Merci de tout cœur à Dianeet à mes garçons, Félix et Hubert, pour votre enthousiasme etvos observations justes et éclairées. Sans vous, ce livre n’auraitpas eu la même couleur. É. P.
Les personnages
Moi, Tristan
Cacendre Lajoie
Merlin
Maxime Druon
Madame Manon
Mes parents
CHAPITRE 1
Un autre monde
vant, j’habitais une maison A dans un quartier que je connaissais bien. Il y avait un parc au coin de la rue avec tout plein de visages familiers. Les gens me souriaient quand je criais « Plus haut !Plus haut ! » à maman qui me poussait sur la balançoire, mais ça, c’était il y a longtemps. Je connaissais même le nom des chiens de tout le voisinage. Je me trouvais partout
7
chez moi. En première année, j’étais dans la classe de madame Maryse, en deuxième dans celle de madame Josée et l’an dernier, monsieur Jérôme était mon enseignant. Cette année, j’aurais dû être dans celle de madame MarieFrance… Mais, je n’étais plus chez moi nulle part. Le jour de notre déménagement, une fois notre maison entièrement vidée, maman a proposé : Pendant que les hommes vont décharger le camion avec papa, toi et moi, on va en profiter pour se promener dans notre nouveau quartier.
8