Cap sur Utopia

-

Livres
228 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En quête de connaissance et de vérité, Ardeur décide de partir à l'aventure et de découvrir le monde. Après avoir traversé la forêt hostile qui borde son village, le destin l'amènera à Utopia. Le temps s'y écoule lentement, les gens mènent une vie communautaire et participative où paix, entraide et sérénité règnent en maîtres mots d'un univers dont il ne soupçonnait même pas l'existence... À travers le récit initiatique de son héros, Candide des temps modernes, Joseph Antoine Manzanza entreprend de dépeindre un rêve, celui d'un monde épris de paix et de justice: Utopia, ou lorsque philosophie, spiritualité et morale s'entremêlent dans une satire sociale et religieuse qui épingle nos travers, petits et grands, pour imaginer ensemble l'humanité – enfin – sous son plus beau jour.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 12 février 2015
Nombre de lectures 11
EAN13 9782342034196
Langue Français
Signaler un problème
Cap sur Utopia
Joseph Antoine Manzanza Cap sur Utopia A bâtons rompus avec l’utopilandais
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0120207.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2015
Préface Quand mon frère et ami, J.A. Manzanza m’a sollicité pour préfacer son manuscrit, j’y ai souscrit sans hésitation, sachant que nos idées se rejoignent souvent et je suis à l’aise à la lecture de ses écrits. Comme il le confirme dans son avant propos, cap sur Utopia est un rêve. C’est celui qu’il a, sa vision de l’humanité : un monde épris de paix et de justice. Je m’insère dans son rêve et il devient aussi mien car j’adhère à sa démarche. Dans ce rêve, il aborde différents aspects de la vie. Ain-si, la religion, la morale, l’éthique et tous les autres sujets que les uns et les autres découvriront à la lecture de « Cap sur Utopia » sont traités avec cette vision idéaliste que nous devrions adopter, tous. Certaines sensibilités religieuses dogmatiques seront peut être titillées en découvrant comment l’auteur aborde des passages de la Bible. Loin de lui l’intention ou l’ambition d’une quelconque reforme, sa démarche consiste plutôt à solliciter que les lecteurs de ces écrits sacrés cherchent à découvrir les ri-chesses que cachent ces narrations, parfois simplistes, alors que, de son point de vue, certains d’entre eux pou-vant même être scientifiques. Tout comme d’autres n’apprécieront pas sa vision de certains aspects de la vie, la trouvant même dépassée. Pour ce qui précède, sa démarche est plus pour le rétablissement
9
des valeurs perdues. Pour lui, une valeur morale est sempi-ternelle. Il n’est pas question qu’elle mute vers le bas. Son abord de la religion milite pour une uniformité globali-sante de connaissance que vers une confession dogmatique et sectaire. Il conseille le monde à opter pour une économie de pro-duction d’auto suffisance que celle de surproduction impliquant des conquêtes des marchés, qui sont suscepti-bles de générer des guerres, les grandes sociétés ou les multinationales se comportant parfois, pour ne pas dire souvent, en entités de conquêtes sans scrupules. Pour cer-taines, d’ailleurs, la prédation est leur « modus vivendi ». Et il est connu que d’autres sont à la base de plusieurs guerres. Cette écriture a joint l’utile à l’agréable avec l’inclusion d’une prose d’une sensibilité exquise, en traitant les sujets les plus sérieux avec parfois un humour léger. Ainsi, je suggère au lecteur de « Cap sur Utopia » une ouverture d’esprit pour ne pas rater ce que son auteur propose, sinon, il raterait la quintessence de sa communication, donc l’essentiel.
10
Simon Pierre Dinkala.