Cécile – suivi d'annexes

-

Livres
260 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Nouvelle édition 2019 sans DRM de Cécile de Alexandre Dumas augmentée d'annexes (Dumas, sa vie, son temps, son œuvre par de Bury).

ERGONOMIE AMÉLIORÉE :
L'ouvrage a été spécifiquement mis en forme pour votre liseuse.
- Naviguez par simple clic de chapitre à chapitre ou de livre à livre.
- Accédez instantanément à la table des matières hyperliée globale.
- Une table des matières est placée également au début de chaque titre.

A PROPOS DE L'ÉDITEUR :
Les éditions Arvensa, leaders de la littérature classique numérique, ont l'objectif de vous faire connaître les oeuvres des grands auteurs de la littérature classique à un prix abordable, tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Tous les titres sont produits avec le plus grand soin et bénéficient d'un système de navigation optimale. Le service qualité s’engage à vous répondre dans les 48h.


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9791027301928
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
ARVENSA ÉDITIONS La référence des éditions numériques des oeuvres classiques en langue française
Bénéficiez d'offres privilégiées en vous abonnant à notre lettre d'actualité. Vous serez informé des mises à jour de cette édition et de nos nouvelles publications :
Ou rendez-vous sur notre site internet : www.arvensa.com ©Tous droits réservés Arvensa Éditions ISBN : 9791027301928
NOTE DE L’ÉDITEUR
L’objectif des Éditions Arvensa est de vous faire connaître les œuvres des plus grands auteurs de la littérature classique en langue française à un prix abordable, tout en vous fournissant la meilleure expérience de lecture sur votre liseuse. Nos titres sont ainsi relus, corrigés et mis en forme spécifiquement. Cependant, si malgré tout le soin que nous avons apporté à cette édition, vous notiez quelques erreurs, nous vous serions très reconnaissants de n ous les signaler en écrivant à notre Service Qualité : servicequalite@arvensa.com Pour toutes autres demandes, contactez : editions@arvensa.com Nos publications sont régulièrement enrichies et mises à jour. Si vous souhaitez être informé de nos actualités et des mises à jour de cette édition, nous vous invitons à vous inscrire sur le site : www.arvensa.com Nous remercions aussi tous nos lecteurs qui manifes tent leur enthousiasme en l’exprimant à travers leurs commentaires. Nous vous souhaitons une bonne lecture. Arvensa Éditions
CATALOGUE DES ŒUVRES COMPLÈTES NUMÉRIQUES
De nouvelles œuvres complètent régulièrement notre catalogue : rendez-vous sur le site :www.arvensa.comet inscrivez-vous à notre lettre d'actualité pour être informé des mises à jour, de nos dernières publications et de nos offres promotionnelles.
Guillaume Apollinaire : Oeuvres majeures Honoré de Balzac : Oeuvres complètes Charles Baudelaire : Oeuvres complètes Henri Bergson : Oeuvres complètes Chateaubriand : Oeuvres complètes Pierre Corneille : Oeuvres complètes Alexandre Dumas : Oeuvres complètes Esope : Oeuvres complètes Gustave Flaubert : Oeuvres complètes Héraclite : Oeuvres Homère : Oeuvres complètes Victor Hugo : Oeuvres complètes Jean de La Fontaine : Oeuvres complètes Marivaux : Oeuvres complètes Guy de Maupassant : Oeuvres complètes Molière : Oeuvres complètes Montesquieu : Oeuvres complètes Alfred de Musset : Oeuvres complètes Friedrich Nietzsche : Oeuvres complètes Blaise Pascal : Oeuvres complètes Platon : Oeuvres complètes Marcel Proust : Oeuvres complètes Jean Racine : Oeuvres complètes Rabelais : Oeuvres complètes Arthur Rimbaud : Oeuvres complètes Jean-Jacques Rousseau : Oeuvres complètes La Comtesse de Ségur : Oeuvres complètes William Shakespeare : Oeuvres complètes Sénèque : Oeuvres complètes Spinoza : Oeuvres complètes Stendhal : Oeuvres complètes Paul Verlaine : Oeuvres complètes Jules Verne : Oeuvres complètes Virgile : Oeuvres complètes Voltaire : Oeuvres complètes Emile Zola : Oeuvres complètes
LISTE DES TITRES
ARVENSA ÉDITIONS NOTE DE L’ÉDITEUR CATALOGUE DES ŒUVRES COMPLÈTES NUMÉRIQUES
CÉCILE
 ANNEXES
ALEXANDRE DUMAS – SA VIE, SON TEMPS, SON ŒUVRE
Alexandre Dumas : Œuvres complètes Retour à la liste des œuvres
CÉCILE
Date du récit : 1792 Pour toutes remarques ou suggestions : editions@arvensa.com Ou rendez-vous sur : www.arvensa.com
Le présent ouvrage, qui fait référence à l'édition Dumont, Paris, 1844 (Les 2 volumes), a également été publié à Bruxelles la même année sous le titreLa robe de noces. ***
CÉCILE Liste des titres Table des matières du titre
Table des matières
Introduction I. La barrière Saint-Denis II. On a vu des reines pleurer comme de simples femmes III. L’artilleur de la Croix-Rouge IV. La marquise de la Roche-Bertaud V. Le cottage VI. L’éducation VII. Dieu dans tout VIII. Le temps marche IX. Symptômes X. Projets XI. L’homme propose XII. Dieu dispose XIII. L’agonie d’une sainte XIV. Les adieux XV. Le départ XVI. Le voyage XVII. Le duc d’Enghien XVIII. La résolution XIX. Correspondance XX. L’oncle de la Guadeloupe XXI. La robe de noces XXII. Les malheurs vont par troupe XXIII. Conclusion
CÉCILE Liste des titres Table des matières du titre
Introduction
C’était entre la paix de Tilsitt et la conférence d’Erfurth, c’est-à-dire au plus haut degré de la splendeur impériale. Une femme en négligé du matin, vêtue d’un long peignoir de mousseline des Indes garni de magnifiques valenciennes, à l’extrémité duquel on n’apercevait que la pointe d’une petite mule de velours, coiffée comme on se coiffait à cette époqu e, c’est-à-dire sur le haut de la tête et le front ombragé par de nombreuses boucles de cheveux châtains, qui trahissaient par la régularité de leurs anneaux la présence récente du coiffeur, était couchée sur une chaise longue recouverte de satin bleu, dans un charmant boudoir formant la chambre la plus reculée d’un appartement situé au premier rue o Taitbout, n 11. Disons quelques mots de la femme, ensuite du boudoir, puis nous entrerons en matière. Cette femme, nous aurions presque dû dire au premie r coup d’œil cette jeune fille, car quoiqu’elle eût vingt-six ans à peu près, cette femme n’en paraissait guère avoir que dix-neuf ; cette femme, disons-nous, outre l’élégance de sa taille, la finesse de ses pieds et la mate blancheur de ses mains, était douée d’une de ces figures qui de tout temps ont eu le privilège de faire tourner les têtes les plus sûres d’elles. Ce n’est pas qu’elle fût pr écisément belle, surtout à la manière dont on entendait la beauté à cette époque où les tableaux de David avaient à peu près ramené toute la France au goût du Grec, si heureusement abandonné pendant les deux règnes précédents ; non : tout au contraire, sa beauté à elle était pleine d’une capricieuse fantaisie. Peut-être ses yeux étaient-ils trop grands, son nez trop petit, ses lèvres trop roses, son teint trop transparent ; mais ce n’était que lorsque ce charmant visage restait impassible qu’on pouvait reconnaître ces étranges défauts ; car dès qu’il s’animait par une expression quelconque, celle dont nous essayons de tracer le portrait avait le don de forcer son visage à toutes les expressions possibles, depuis celle de la vierge la plus timide jusqu’à celle de la bacchante la plus échevelée ; et dès qu ’il s’animait, disons-nous, par une expression quelconque de tristesse et de gaîté, de pitié ou de raillerie, d’amour ou de dédain, tous les traits de ce joli visage s’harmoniaient de telle façon qu’on n’e ût pu dire lequel de ces traits on eût voulu modifier, car très-certainement, en ajoutant de la régularité à l’ensemble, on eût ôté du piquant à la physionomie. Cette femme tenait à la main un rouleau de papier sur lequel étaient tracées des lignes écrites de deux écritures différentes. De temps en temps, elle levait la main avec un geste de fatigue plein de grâce, ramenait le manuscrit à la hauteur de ses yeux, lisait quelques-unes de ces lignes en faisant une gracieuse petite moue, puis, poussant un soupir, la issait retomber sa main, qui à chaque instant semblait prêtre à s’ouvrir pour laisser échapper le malencontreux rouleau de papier qui paraissait être pour le moment la cause principale d’un ennui qu’elle ne cherchait pas même à dissimuler. Cette femme, c’était une des artistes les plus à la mode du Théâtre-Français ; ce rouleau, c’était une des tragédies les plus ennuyeuses de l’époque ; nous désignerons l’une sous le nom de Fernande, nous nous garderons bien de dire le titre de l’autre. Le boudoir, bien que d’une suprême élégance, portai t le cachet du mauvais goût du temps : c’était une jolie petite pièce carrée tendue de satin bleu dont chaque lé était encadré entre deux minces colonnettes d’ordre corinthien dont le chapiteau do ré supportait une frise de stuc sur laquelle était peinte, dans le genre de Pompéia, une foule d’amours portant arcs et carquois, et pas mal d’autels à l’Hymen et à la Fidélité devant lesquels les susdits amours immolaient des victimes ; cela se disait ainsi à cette époque. En outre, ce boudoir avait qu atre portes, dont deux simulées pour la symétrie ; ces quatre portes étaient peintes en blanc et rehau ssées, dans chaque panneau, d’ornements d’or se composant du thyrse de Bacchus et du masque de Thalie et de Melpomène ; une de ces portes était ouverte et laissait pénétrer dans le boudoir la vapeur humide et la suave odeur d’un bain parfumé. Quant aux meubles de ce boudoir, recouverts de sati n bleu comme les parois, ils avaient cette