118 pages
Français

Les proverbes de la forêt chez les Pové du Gabon

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pourquoi avoir choisi les proverbes de la forêt ? Sur 1000 proverbes de la société pové collectés, plus de 600 mettent en scène l'écosystème forestier. Pourquoi cette forte présence de la forêt dans les proverbes ? Un ancien a expliqué : "Dans la forêt, il y a aussi des Kialo et des Ndombi, des gentils et des méchants. La forêt est un autre village. Elle peut nous dire comment se porte le village". C'est en établissant ces équivalences que le proverbe de la forêt trouve toute son épaisseur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2013
Nombre de lectures 54
EAN13 9782296534261
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0073€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Paulin Kialo
Les proverbes de la forêt chez les Pové du Gabon
Les proverbes de la forêt chez les Pové du Gabon
Études africaines Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa Dernières parutions Daha Chérif BA,Cultures populaires en Sénégambie. L’exemple des Fulbe (1512 – 1980), ʹͲͳ͵. Stéphanie NKOGHE,L’éducation traditionnelle fang en muta-tion, ʹͲͳ͵. Prof. KIMPIANGAMAHANIAH,Kasa-Vubu, Lumumba et l’indé-pendance du Congo. 1956-1960, ʹͲͳ͵. Hilaire KOUOMEGNENOUBISSI,Centralisation et décentrali-sation au Cameroun. La répartition des compétences entre l’État et les collectivités locales, ʹͲͳ͵. Myriam LEGENNE,Soins et altérité, ʹͲͳ͵ Kyalondawa NYABABA,Les Pygmées face à une modernité économique et religieuse importée. Les enjeux de l’inscription du christianisme dans une culture africaine de frappe écolo-gique, ʹͲͳ͵. Paulin KALALAKABEYA, L’école des compétences dans l’optique de la gestion mentale. Essai de pédagogie de la gestion mentale, ʹͲͳ͵.Noël Bernard BIAGUI,Le gúbaher - parler baïnouck de Djibonker (Basse-Casamance, Sénégal).Éléments de descrip-tion linguistique : phonologie et classes nominales,ʹͲͳ͵. Erick CAKPO,Art chrétien africain, Caractéristiques et enjeux, ʹͲͳ͵. José KAPUTALOTA,Révolution culturelle et développement en Afrique, ʹͲͳ͵. Jérémie TOKO,Rivalités ethniques mimétiques en Afrique. Déficit démocratique et sous-développement au Cameroun, ʹͲͳ͵. Bernard SIMITI,De l’Oubangui-Chari à la République centrafri-caine indépendante, ʹͲͳ͵. Jessica HAMADZIRIPI,Poverty eradication in Zimbabwe,ʹͲͳ͵.M. Rachel ZONGO, La mondialisation et la société de l’infor-mation. Quelle place pour l’Afrique au sud du Sahara,ʹͲͳ͵.
Paulin Kialo
Les proverbes de la forêt chez les Pové du Gabon
.
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : ͻ͹ͺ-ʹ-͵͵͸-ͲͲ͵͸ͻ-͸ EAN : ͻ͹ͺʹ͵͵͸ͲͲ͵͸ͻ͸
Introduction
Notre travail examine le discours proverbial de la forêt chez les Pové du Gabon. Il fait valoir que le discours proverbial pové de la forêt traduit la vision cosmologique des personnages de la forêt : faune, flore, minéraux, etc. Ces proverbes mettent en scène ce que nous appelons la forêt imaginaire, celle qui structure le mental des populations. Autrement dit, il s’agit ici de la forêt culturelle. Cette forêt est sollicitée quotidiennement par les populations pour « civiliser » la société ou pour dire que cet espace se trouve en dehors de la culture. Cette attitude ambivalente, on la retrouve dans plusieurs proverbes. Pourquoi avoir choisi les proverbes de la forêt ? Quand nous avons démarré la collecte des proverbes de la société pové, nous avons constaté que sur 1000 proverbes collectés en situation, plus de 600 mettaient en scène l’écosystème forestier. La question était alors pourquoi cette forte présence ? Un ancien nous donnait cette réponse : « Dans la forêt, il y a aussi des Kialo, des Ndombi. Dans la forêt, il y a aussi des gentils et des méchants. La forêt est un autre village. Elle peut nous dire comment se porte le village. Tu vois, on dit que si tu ne sais pas comment dort l’antilope en forêt, observe comment se repose la chèvre, parce que la chèvre et l’antilope sont de la même famille. » C’est en établissant ces équivalences que le proverbe trouve toute sa texture et son épaisseur. Le gorille est sollicité pour sa force et son arrogance, l’éléphant parce qu’il ne fait pas de provisions, le petit poisson parce qu’il peut causer la mort de plus gros que lui. Pour dire à la société humaine qu’il y a des normes à suivre, qu’il y a un système de valeurs qui fait d’elle, finalement et malgré tout, une société des humains. On peut donc dire que la forêt possède une fonction de rêve, presque magique, que l’on retrouve dans l’origine étymologique du mot forêt : "foris", qui signifie "dehors". Mais ce dehors nous dit comment va la société des humains 7
avec laquelle elle entretient des relations plurielles. Les proverbes de la forêt naissent de l’observation de cet univers enchanté. La forêt est infiniment présente, physiquement parlant, dans l’espace pové. Cependant, ici comme là l’opposition reste puissante. D’un exemple à l’autre, la forêt (le monde sauvage au sens large) se présente à l’imaginaire pové comme l’Autre du monde ordonné et pacifié du village, elle fonctionne comme le miroir qui permet de lire le comportement des humains au village. Elle est l’envers de la sphère villageoise, une source de dangers, de pouvoirs maléfiques, de dérèglements permanents. Elle est rejetée dans une altérité radicale. Ces espaces boisés, peuplés de puissances occultes toujours en mouvement, d’esprits prédateurs, de forces sinistres et hostiles prêtes à tout instant à faire peur aux hommes, à s’emparer d’eux pour leur nuire, constituent un univers menaçant qu’il faut tenir à distance, contrôler, pacifier. Malgré les apparences, les êtres qui y vivent n’ont rien d’humain. Dans ce rapport à cet Autre, le chasseur, l’agriculteur et le médecin traditionnel (nganga) sont fortement convoqués pour montrer que l’infiniment petit, le non comestible sont aussi utiles. Ici s’exprime ce que Lévi>Strauss appelait « le bon à penser et le bon à manger ». Tout n’est certes pas comestible, mais tout est utile, tout peut être utile. Les proverbes de la forêt permettent ainsi de qualifier les éléments constitutifs de l’écosystème de la forêt. Grâce à son cadre conceptuel élargi et diversifié, ce travail permet également de constater que les animaux possèdent des identités distinctives et remplissent des fonctions proverbiale, spirituelle, sanitaire et alimentaire. Une caractéristique importante du proverbe est qu’il véhicule une vérité générale. Autrement dit, la fonction véridique du discours proverbial pourrait démarquer celui> ci des autres formes de discours. Nous poursuivons, dans notre travail non pas l’objectif d’analyser les proverbes, mais de rendre compte de cette richesse dans une perspective plutôt muséographique : les choses se perdent et l’écriture permet de les cristalliser dans
8
et pour l’éternité. Nos langues finiront par disparaître, si on ne prend aucune mesure. L’écriture, par sa magie, nous rassure sur leur pérennité. Les proverbes mettent en relation les métiers de la forêt et la forêt, on y trouve : pêcheurs, chasseurs, agriculteurs, collecteurs. Cette relation est imprégnée par ce qui caractérise ces « corps de métier » : la patience, parfois la violence, et même la cupidité ; en réalité pour rappeler à l’homme qu’il est quand même humain, et que, en tant que tel, il a un système de valeurs à respecter.
9