Mémoires inquiètes : de Rimbaud à Ernaux

-

Français
298 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le lien qui unit un être au passé revêt plusieurs formes. Si le romantisme a souvent converti ce rapport en déploration, il en va autrement de la modernité. Rimbaud, Verlaine et Krysinska vont, à travers leur expérience du vers, mettre en œuvre des stratégies de sortie de crise. Plus tard, Queneau, Malle et Sainsily réactivent les thèmes du passé pour les reverser en principe de nouveauté artistique. Ainsi pourra-t-on sans doute « sauver quelque chose du temps où l'on ne sera plus jamais ».

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 08 novembre 2014
Nombre de lectures 56
EAN13 9782806107435
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0180€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Mémoires inquiètes : de Rimbaud à Ernaux
Y a n n F r é m Y
SEFAR (8)
Mémoires inquiètes : de Rimbaud à Ernaux
Collection dirigée par Samia KASSAB-CHARFI
Parutions
1.Patrick VAUDAY,Gauguin, voyage au bout de la peinture, 2010. 2.Ilaria VITALI,Intrangers (I). Post-migration et nouvelles frontières de la littérature beur, 2011. 3.Ilaria VITALI,Intrangers (II). Littérature beur, de l’écriture à la traduction, 2011. 4.Pierre-Yves DUFEU et Antoine HATZENBERGER, L’ Afrique indéfinie, 2012. 5.Yann FRÉMY,Verlaine : la parole ou l’oubli, 2013. 6.Emna BELTAÏEF,Remise de peine de Patrick Modiano. Voyage au pays de l'enfance,2013. 7.Senda SOUABNI JLIDI,»journalisme moral Le « d’Albert Camus, 2014. 8.Yann FRÉMY,Mémoires inquiètes : de Rimbaud à Ernaux, 2014.
Yann FRÉMYMémoires inquiètes : de Rimbaud à Ernaux
D/2014/4910/43
© Academia – L’Harmattan Grand’Place 29 B-1348 Louvain-la-Neuve
ISBN: 978-2-8061-0183-9
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’autorisation de l’auteur ou de ses ayants droit.
www.editions-academia.be
Remerciements Tous nos remerciements vont une nouvelle fois à Samia Kassab-Charfi, dont l’amitié et le soutien ne font jamais défaut et qui a bien voulu accueillir ce livre dans sa collection innovante et stimulante. Christophe Bataillé, Arnaud Bernadet, Solenn Dupas, Georges Kliebenstein, Steve Murphy, Philippe Rocher et Seth Whidden ont été, comme à leur habitude, des compagnons de route indéfectibles. Il nous faut également remercier ceux qui ont inspiré cet ouvrage : Élina Absalyomova, Jean-Pierre Bobillot, Pierre Brunel, Alain Buisine (†), Bruno Claisse, Benoît de Cornulier, Antoine Fongaro, Vincent Grossmann, Ines Horchani, Matthieu Jung, Thierry Méranger, Michael Pakenham (†), Richard-Viktor Sainsily, Denis Saint-Amand, Henri Scepi, Robert St-Clair, Jean-Luc Steinmetz et Alain Vaillant. Nous remercions Christophe Bataillé et Steve Murphy qui ont bien voulu relire le tapuscrit et nous indiquer les améliorations nécessaires et, pour d’autres raisons, nos parents et Catherine. Plusieurs des chapitres proposés
MÉMOIRES INQUIÈTES:DERIMBAUD ÀERNAUX
dans cet essai, la plupart revus et augmentés, ont paru initialement sous forme d’articles dansLectures de RimbaudPresses universitaires de Rennes, dans aux Marie Krysinska. Innovations poétiques et combat littéraires, « ! Je m’explique. Je m’évade » Résistances d’Une saison en enfer,Magie et Magies dans la e littérature et les arts duXIXsiècle français, laRevue Verlaine,Rimbaud « littéralement et dans tous les sens ». Hommage à Gérard Martin et Alain Tourneux,Rimbaud vivantet sur le site de Richard-Viktor Sainsily. Que tous ceux qui en ont permis la publication en soient également remerciés.
6
Introduction
Des mémoires
Le lien qui unit un être à son passé revêt de multiples formes. Le romantisme a souvent converti ce rapport en déploration nostalgique, inséparable d’une certaine délectation fondant l’ambiguïté de l’anamnèse. Rimbaud est hanté par son passé. Jean-Pierre Richard a consacré une lecture fameuse à « Rimbaud ou la poésie du 1 devenir » , implicitement opposée au chapitre précédent 2 « Profondeur de Baudelaire » . « Profondeur de Rimbaud » ne serait pas un titre inexact. Quelle enfance terrible fut en effet la sienne, remplie de chocs affectifs, auxquels la folie et la magie n’apportent qu’une issue illusoire. Il faut donc trouver des réponses définitives,
1  Richard Jean-Pierre,Poésie et profondeur, Paris, Seuil, 1955, pp. 187-250. 2 Ibid., pp. 91-162.
MÉMOIRES INQUIÈTES:DERIMBAUD ÀERNAUX
s’intimer des mots d’ordre : « Je veux la liberté dans le salut », « Il faut être absolument moderne ». La mémoire du texte a lieu également entre philologie et génétique, mais il est peut-être donné finalement à autrui de percevoir la vérité de Rimbaud. Il ne s’agit pas de cet autre créé par le poète dansDélires I, ni de cet autre en soi inhérent à la formule « Car je est un autre », assenée avec certitude : c’est bien Vitalie Rimbaud, la petite sœur précocement décédée, qui regarde son frère moins durement qu’il le fit lui-même ou que sa mère voulut le voir. Pour sa part, Verlaine prend ses distances avec cette expression directe de la mémoire, par le biais d’un discours qui promeut une autre relation au passé, particulièrement dans les Romances sans paroles, et il isole le souvenir de la poésie par le geste épigraphique – à l’exception autobiographique notable de la troisième pièce de la section. De Favart à Cyrano de Bergerac, la poésie desAriettespar noyer ses espérances – une finit sortie de crise s’effectuant néanmoins au terme du 3 recueil . Le symbole n’a jamais empêché l’inquiétude, notamment dans le cas de la poésie de Marie Krysinska. Aucune œuvre, même celle qui repose sur d’ambitieux Rythmes pittoresques, ne s’affranchit du passé : d’Aphrodite à Banville, les fantômes hantent la section « Symboles » du recueil, comme de diffuses présences à parodier ou à exorciser pour entrer vraiment dans le régime d’une modernité « absolue ».
3  Voir Murphy Steve, «Beams. Sur un pré-texte d’un poème terminal »,Revue Verlaine, n° 11, 2013, pp. 80-81.
8
INTRODUCTION
Car l’inquiétude envahit même les œuvres en apparence les plus joyeuses. Ainsi Gabriel peut-il déclarer dansZazie dans le métro: « Y a pas que la 4 rigolade, y a aussi l’art » . L’art de monter en haut de la tour Eiffel et, dans un monologue mémorable, de convoquer entre autres Shakespeare, Caldern, Sartre et Camus. Dans une adaptation cinématographique proprement créative, Louis Malle fait de la séquence de la tour Eiffel un véritable tour de force maniériste. L’art visuel trouve de nouvelles incarnations anthropométriques avec le peintre Richard-Viktor Sainsily. Comment prendre la mesure de l’homme dans une société décapitée par le colonialisme ? Il faut lutter pour retrouver les traces d’un passé et le désenfouir, tenter de faire revenir ce qui reste, sous la forme d’une énigme picturale, même si, écrit Annie Ernaux, « [t]out 5 s’effacera en une seconde » . Les abréviations suivantes sont utilisées : Po : Verlaine Paul,Œuvres poétiques complètes, texte établi et annoté par Yves-Gérard Le Dantec. Édition revue, complétée et présentée par Jacques Borel, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1962 et 1989 pour les œuvres libres. Pr : Verlaine Paul, Œuvres en prose complètes, texte établi, présenté et annoté par Jacques Borel, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1972. OC : Rimbaud Arthur,Œuvres complètes, édition établie par Pierre Brunel, Paris, Le Livre de Poche, coll. « La Pochothèque », 1999. 4  Queneau Raymond,Zazie dans le métro, Paris, Gallimard, coll. « Folioplus », 2012, p. 172. 5 Ernaux Annie,Les Années,Paris, Gallimard, 2008, p. 19.
9