Théo et les réfugiés oubliés

Théo et les réfugiés oubliés

-

Français
190 pages

Description

- On va rendre visite à mon grand-père au Ghana pendant les prochaines vacances d'hiver !
- Jamais entendu parler de ce pays... Ton grand-père est de là-bas ?
- Non, Papi est ivoirien, mais il est réfugié depuis 5 ans au Ghana. Il a dû fuir la Côte d'Ivoire pendant la guerre de 2011.
Au cours de ses vacances, Théo, adolescent des Hauts-de-France, rencontrera des réfugiés oubliés. Un livre qui offre un éclairage sur la vie des Ivoiriens en exil.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 octobre 2019
Nombre de lectures 5
EAN13 9782140132100
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
– On va rendre visite à mon grand-père au Ghana pendant les prochaines vacances d’hiver ! – Jamais entendu parler de ce pays… Ton grand-père est de là-bas ? – Non, Papi est ivoirien, mais il est réfugié depuis cinq ans au Ghana. Il a dû fuir la Côte d’Ivoire pendant la guerre de 2011.
Aux cours de ses vacances, Théo, adolescent des Hauts-de-France, rencontrera des réfugiés oubliés.
Un livre qui offre un éclairage sur la vie des Ivoiriens en exil.
Sylvie BOCQUET-N’GUESSANest née à Angers (Maine-et-Loire). Elle a vécu et enseigné de nombreuses années aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en France avant de se consacrer à l’écriture dont sa double culture est fortement imprégnée. Elle écrit pour s’indigner, comprendre et réfléchir sur le monde dans lequel nous vivons.
Illustration de couverture © Roland Polman. À partir de 14 ans.
Maquette : Isabel Lavina
GUESSAN -N’
OCQUET S. B
Sylvie BOCQUET-N’GUESSAN
Théo et les réfugiés oubliés
Théo et les réfugiés oubliés
Archipels Des livres pour comprendre, réfléchir, s’étonner, des livres pour rêver et voyager à travers le monde, le temps, la vie...
Marie-Claude DEUDON,La jupette bleue, 2019. Tristan CHALON,Le secret de la princesse maya, 2019. Joseph CONRAD,Le passager secret, roman, Traduit de l’anglais par M. Foucherand, 2018. Jean-Marie LE JEUNE,Le chemin des plantes aux Comores, 2017. Académie de Caen,« Enfants fantômes », Enfants sans identité, Exister sans être, être sans exister, Préface de Robert Badinter, Avant-propos de Najat Vallaud-Belkacem, Introduction de Laurence Dumont, 2017. Françoise NARÈCE,Konidja et les Nègres Marrons, Récits caribéens, 2017. Michel SAAD,Timothée et Mémé Mil Z’herbes, 2016. Joëlle DELACROIX,Le journal d’Amaury, Les Vikings aux portes de Paris, 885-887, 2016. Carine SOUSTIEL,Le trésor oublié des amants de Claddagh, 2016. Hélène ESTRADERE,Luan, jeune métis de Bangkok, 2016. Sylvie ANDRÉ,Voyage au temps de Saladin, 2015. Carine SOUSTIEL,Cœur Maasaï, 2015. Claude PLOCIENIAK,Voyages autour du soleil, Nouvelles poétiques, 2015. Daniel ROQUES,La peau du lion, 2014. Sylvie ANDRÉ,Les fiancés de la Grande Guerre, 2014.
SylvieBocquet-N’guessaN
Théo
et les réfugiés oubliés
Du même auteur
Côte d’Ivoire, le pays déchiré de mon grand-père , ÉditionsL’Harmattan, 2012. Voyages croisés, Lille AbidjanÉditions, coll. Archipels, L’Harmattan, 2014. Les yeux sur la balance, Éditions Nord Avril 2018, prix Yvette Suin 2019 (à Pont-à-Marcq dans le 59).
Maquette : Barbara Menga.
© L’HARMATTAN, 2019 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-17845-5 EAN : 9782343178455
Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants, c’est l’indifférence des bons. Martin Luther King
Aux réfugiés que j’ai rencontrésdans le camp d’Ampain
et à ceux d’Egyeikrom,Fetentaa et Accra.
On part en voyage !
Cet après-midi du jeudi 13 août 2015, mon père me propose de faire une sortie à vélo pour nous rendre au centre commercial. Chez nous, c’est mon père qui fait les courses.
– C’est pour faire une surprise à ta mère ! dit-il.
Nous quittons aussitôt la maison. Nous pédalons sur la piste cyclable le long de la route pour arriver vingt minutes plus tard dans la galerie commerciale. C’est dans l’agence de voyages, quand mon père s’informe sur les prix des billets d’avion auprès de l’employé, que je comprends vers quelle destination nous nous envolerons dans quelques mois. Je n’ai pas le temps de savourer le plaisir de notre prochain voyage qu’un orage violent éclate. C’est la panique !
L’eau pénètre, puis monte dans la galerie, un centimètre, puis deux et encore plus. Les vigiles prient les clients de quitter rapidement les lieux. Ils ferment les rideaux métalliques du supermarché. Nous nous sauvons de l’agence et rejoignons la sortie sous les trombes d’eau. Mon père s’amuse à regarder ce spectacle. Une fois sur le parking, nous nous abritons sous la tonnelle qui protège nos vélos, puis nous