Le Corps humain

-

Livres
147 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Extrait : "On a dit avec raison que l'esprit de l'homme, qui parcourt les espaces célestes et peut calculer la marche et la densité des astres, se trouve fort dérouté lorsque, au retour de ces excursions lointaines, il rentre dans sa propre maison. Son organisation est, parmi les mystères de la nature, un de ceux qu'il a le moins pénétrés, malgré ses efforts incessants pour en soulever le voile. De tout temps, en effet, il a cherché à se connaître lui-même..."

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 50
EAN13 9782335043099
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0006 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème


EAN : 9782335043099

©Ligaran 2015Chapitre Premier
Introduction
Idée que les anciens se faisaient du corps humain. – Notions sommaires d’anatomie
générale. – Substance du corps ou matière organisée. – Principes immédiats. – Éléments
anatomiques. – Nutrition. – Humeurs. – Tissus.
CIRCULATION DU SANG (Cœur, Poumons, Artères et Veines.)
On a dit avec raison que l’esprit de l’homme, qui parcourt les espaces célestes et peut calculer la
marche et la densité des astres, se trouve fort dérouté lorsque, au retour de ces excursions lointaines,
il rentre dans sa propre maison. Son organisation est, parmi les mystères de la nature, un de ceux qu’il
a le moins pénétrés, malgré ses efforts incessants pour en soulever le voile. De tout temps, en effet, il
a cherché à se connaître lui-même, de tout temps il a étudié les rapports de sa propre existence avec
celle du monde et les influences cosmiques, évidentes pour lui, mais presque toutes inexpliquées dans
leur action sur les êtres vivants.
Emportés par leur imagination dans cette voie de rapprochements entre le corps humain et
l’ensemble de la création, Aristote et quelques autres philosophes voyaient dans l’homme un abrégé
des merveilles de l’univers. C’était pour eux le microcosme, le diminutif et comme le résumé du
monde entier. Paracelse et les médecins astrologues développèrent à leur point de vue les idées des
philosophes grecs et poussèrent à ses dernières limites la doctrine des influences sidérales sur
l’homme. Suivant eux, le corps avait, comme la terre, un axe et deux pôles ; la tête, siège de l’âme,
correspondait au ciel où résidait la divinité, etc.
Depuis lors, et surtout de nos jours, l’imagination a fait place dans l’étude à une méthode