Le lac bleu et autres contes de Madagascar

Le lac bleu et autres contes de Madagascar

-

Livres
124 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le lecteur, adulte ou enfant, trouvera dans ce livre des contes traditionnels malgaches, adaptés pour qu'ils gardent l'originalité et la saveur propres des contes populaires recueillis sur le terrain par l'ethnologue.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 15 mai 1996
Nombre de lectures 320
EAN13 9782296320390
Langue Français
Signaler un abus

Le lac bleu
[ et autres contes de Madagascar ]
Contes bilingues malgache-français

Collection «La Légende des Mondes» dernières parutions:

- Lucia

Popova : Mythes et légendes de Sibérie, 1992. - Pierre Jérosme : Histoires de Sologne et du Val de Loire, 1992. - Jeanne Benguigui : Contes de Sidi Bel Abbès, 1993. - Pierrette Jomni-Amiel (Traduits et commentés par): Proverbes tunisiens, 1993. - Boubacar Diallo : Le Totem (recueil de contes du Burkina Faso), 1993. - Lucia Popova : L'Aurore boréale. Récits et poèmes d'écrivains sibériens contemporains, 1993. - Dominique Aguessy : Les chemins de la sagesse. Contes et légendes du Sénégal et du Bénin, 1993. - Daniel Boursier: "Depuis ce jour-là. .." Contes des Pygmées Baka du Sud-Est Cameroun (contes bilingues français-baka), 1994. - Mamadou Cissé : Contes wolof modernes (bilingues wolof-français), 1994. - Jean-Claude Renoux : Le mulet Maladrech et autres contes provençaux, 1994. - Dominique Aguessy : Le caméléon bavard. Contes et légendes du Sénégal et du Bénin, 1994 - Nouredine Aba: La ville séparée par le fleuve. Contes, 1994. - Salim Hatubou : Contes et légendes des îles Comores, 1994. - André Voisin: - Contes et légendes du Sahara, 1995. - Lahssen Eoukich : Au-delà des remparts de Fèz, 1995. - Penda Soumaré La femme sorcière, 1996 - Penda Soumaré l'arbre et l'enfant, 1996

@ L'Harmattan, 1996 ISBN: 2-7384-4332-X

Collection

"Légendes

des

mondes"

Bodo Ravololomanga

Le lac bleu
[ et autres contes de Madagascar
Contes bilingues malgache-français

]

L'Harmattan 5-7, rue de l'École Polytechnique 75005 Paris - FRANCE

L'Harmattan Inc. 55, rue Saint-Jacques Montréal (Qc) CANADAH2Y lK9

Du même auteur 1992, Être femme et mère à Madagascar (les Taiiala d'Ifanadiana), L'Harmattan, 227 p.

INTRODUCTION
Mon souci, dans ce livre, était de proposer des contes malgaches traditionnels aux enfants d' aujourd' huL Parmi les six contes que j'ai retenus, trois viennent du recueil de Charles Renel - un professeur français qui a été longtemps le directeur des services de l'enseignement de la colonie de Madagascar, et qui, passionné de folklore et de coutumes malgaches, avait commandé aux instituteurs une vaste collecte de contes, dont il a tiré un livre où, ditil, il s'est 4'efforcé de les présenter tels quels dans leur pureté ou leur imperfection", malheureusement pourtant en traduction française seulement. Un autre est issu du corpus de contes réuni par Noël Gueunier qui l'a lui mêlne recueilli, transcrit, traduit; ce texte est pour le moment inédit, de même que les deux contes que j'ai recueillis, transcrits et traduits. Les contes populaires tels qu'ils sont recueillis par l'ethnographe sont parfois difficiles à lire et à comprendre pour le lecteur du monde des villes, qu'il soit vieux ou jeune, mais spécialement pour les enfants: d'un côté leur style s'appuie sur d'intenninables répétitions, qui passent bien moins facilement à l'écrit, de l'autre côté tout un arrière-plan de paysages, de coutumes, de manières de penser, est supposé connu par les conteurs et les conteuses, parce qu'il est en effet connu de leur public, mais il ne l'est pas de nos lecteurs. Il fallait donc adapter, et j'ai essayé de le faire, tout en gardant autant que possible l'originalité, la saveur propre des contes. Le travail de traduction n'était donc pas le même dans tous les cas: pour les textes de Renel, il fallait recréer un texte malgache à partir de la traduction française seule éditée par le vieux professeur; tandis que dans les autres cas il fallait produire un texte français aussi clair et proche de l'original que possible. L'illustration a été delnandée à des peintres Inalgaches qui peignent habituellelnent des tableaux, mais qui pour l'occasion, ont su nous faire pénétrer dans l'univers de cet art si vivant du conteur~ 7

Illustratioll de }>ashy Ratnanantsalan1a

VÔlAMAZAVA SY RAMATOA
TARÔNDRO
CLAIR-DE-LUNE ET DAME CAMÉLÉON

VOLAMAZAVA SY RAMATOA

TARONDRO
Indray andro
Vôlamazava.

hono nisy tovovavy

natao

hoe

Nipetraka

tamin 'ny tanàna iray

amoron 'fLY rano niaraka tamin 'ny ray alrlan-dreniny izy. Teo ampitan 'ny rano, any ambony any, lavidavitra avy eo no nisy an'i Damo. Samy tanora izy rOll ireo, tanora (zmin 'ny taona tokony
hananlbadiany.

Nalaza ho nanan-karena, tsara fanahy Dalno, i Vôlamazava tsara tarehy.

koa i

Niteny hono i Dalno indray andro : "Efa nlba Ilzaro illany ity ny Il.areko, fenD vary ireto ny sOlnpitro, manana 011Zbybetsaka koa aho, ka tokony 11anorina tokantrano anzin 'izay". Vôlamazava nzo(ztsara tarehy sy 111ah~fin(zritra, izy no nofidiny. Maro ireo tovovavy nanodidina naniry ny ho vadiny, nanao izay h,anintonana azy anzin 'ny fiakanjony, ny firava ny, ny taovolony, volo mirandrana tsara ; Vôlal11azava ihlzny no tianv.

llzpa-kevitra, hono izy, indray andro ho any an1in'ny tanàna nisy (ln'i VÔI(Znlazava. avitra ny L nlanklzny, lavitra, tena lavitra. Tsy vitan 'izarlYflz 10

CLAIR-DE-LUNE ET DAME CAMÉLÉON
Il était une fois, dit-on, une jeune fille appelée Vôlamazava "Clair-de-Iune". Elle habitait dans un village au bord de l'eau avec ses parents. Sur l'autre rive, en amont, au loin, là-bas, habitait un jeune homme, Dama. Tous deux étaient jeunes et en âge de se marier. Dama était renommé pour sa richesse et pour son bon caractère. Clair-de-Lune était jolie. Un jour, Dama se dit: "J'ai assez de biens, mes greniers sont remplis de riz, j'ai beaucoup de zébus, il me faudrait maintenant fonder un foyer". Comme Clair-de-Lune était très jolie et gentille, il la choisit. Nombreuses étaient les jeunes filles aux alentours qui voulaient l'épouser, qui faisaient tout pour l' attirer par leur costume, par leurs belles parures, leur coiffure aux cheveux finement tressés; mais il n'aimait que Clair-de-Lune. Il décida donc de se rendre dans le village de celle-ci. Il était loin, ce village, loin, bien loin.
Il

lakana ihany no nankany. Nitondra mpivoy lakana vitsivitsy izy. Niala vao maraina be, tsy tody raha tsy tolak' andro. Nandefa iraka hono i Damo hilaza ny antondiany rehefa tonga teo amin 'ny fidirana amin 'ny tanàna. "Mandrosoa ianareo, hoy ny tao an-tanàna. Vetivety Joana, novelarina ny tsihy tsara, ny tsihy tena tsara. Nomena ny avaram-patana rizareo. Nasaina nipetraka tamin 'ny tsihy tsara i Dal110sy ny ray anlan-dreniny nanaraka azy, tsihy tsara tena madio, voatokana ho an 'ny olo-nlanankaja, olo-lnanan-kajll toy ny vahiny, ny loholona llry indrindra ny zokiolona. Dia nidinidinika, dia nidinidinika. Tsy nanda ny fanirian'i Damo haka

ny zanany

ho vady ny ray aman-drenin ' i

Vôlamllzava. Vonona rahateo koa Vôlamazava. Nipetraka andro vitsivitsy teo anlin 'ny rafozany hono i Damo izay vao nangata-dalana hitondra ny vadiny any a111iny. Toy izany koa ny fomba llnlin 'iny faritra iny: mandao ny fianakaviany ny vehivavy manambady, manaraka ny vadiny. Ny leh.illlhy kosa tsy nlba mipetraka eo amin 'ny rafoZllny. Nandao ny ray aman-dreniny toy izany i Vôlanlazava hanal11bady. Nitondra tsihy, Jlarona, kOjlZkojll ilaina ao amin 'ny tokantrano toy ny

12

De plus, le voyage n'était possible qu'en pirogue. Il emmena avec lui quelques pagayeurs. Partis tôt le matin, ils n'arrivèrent que dans l'après-midi. Arrivés à l'entrée du village, Damo envoya un messager chez les parents de Clair-de- Lune pour annoncer la raison de son voyage. "Veuillez entrer", invitèrent ceux du village. Vite, on étala de belles, très belles nattes. On

leur accorda le nord 1 du foyer. On invita Dama et
les parents qui l'accompagnaient à s'asseoir sur ces belles nattes très propres destinées aux personnes honorables, comme le sont les étrangers, les notables du village et surtout les personnes âgées. On discuta, on discuta. Les parents de Clair-de- Lune ne s'opposèrent pas au désir de Damo de prendre leur fille pour épouse. Clair-deLune était également d'accord. Dama resta quelques jours auprès de ses beauxparents et demanda à prendre la route pour emmener sa femme chez lui. C'est ainsi la coutume de cette région: les femmes mariées quittent leur famille pour suivre leur mari. Les jeunes hommes n'habitent pas chez leurs beaux-parents. C'est ainsi que Clair-de-Lune quitta ses parents pour se marier. Elle emporta des nattes, des corbeilles, de menus objets nécessaires au foyer, comme 13

lovia, sotro... Natao tao anaty lakana ny entana
alohan 'ny hiaingana.

Nisosa mora teny ambony rano ny lakana. Mafana dia mafana iny faritra iny, midanika ny hafanana rehefa miakatra ny masoandro. Tonga teo amin 'ny nosin-drano keIy nisy torapasika izy ireo ary nijanona hiala sasatra. Hoy Darno : "Andao hilornano isika ry Vôlamazava, hilomano hisitrika any anaty rano. Ho hita eo izay màharitra ela indrindra any! "Andao aryl" Toy ny tanora rehetra amin 'iny toerana iny dia kinga amin 'ny filomanosana koa i Vôlamazava. Nanaiky tsy nihambahamba hanao ny fifaninanana. Nalain'i VôIamazava ny saloval sy kisaliny2 mba azahoany milonlano. Nanomboka nilamano nisitrika any anaty rano koa i Damo. Raha nilonlano nisitrika tany anaty rano izy ireo, iny tonga i Tarôndro, nanatona ny lakana, nojereny raha toa ka nisy oIona nahita azy. Nanaovany ny saIova sy kisalin 'i Vôlamazava, nipetraka teo ambony Iakana toy ny olona sasanliandry ireny izy. 14