Un soleil dans son cœur

-

Livres
68 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Alexian est devenu pompier, tout comme son père l’était avant lui avant qu’il ne meure dans l’exercice de ses fonctions. Mais lorsqu’il doit héberger Kathelyn, sa meilleure amie, qui vient de tout perdre dans un incendie, il ne s’imaginait pas à quel point il avait besoin qu’elle fasse entrer le soleil dans son cœur.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 67
EAN13 9782819101574
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

cover.jpg

 

 

 

Un soleil dans son cœur

 

Blackburn 1

 

 

De Pierrette Lavallée

 

 

 

 

img1.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le Code de la propriété intellectuelle et artistique n'autorisant, aux termes des alinéas 2 et 3 de l'article L.122-5, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d'exemple et d'illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale, ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause, est illicite » (alinéa 1er de l'article L. 122-4). « Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles 425 et suivants du Code pénal. »

 

©2017 Les Editions Sharon Kena

www.leseditionssharonkena.com

ISBN : 978-2-8191-0157-4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

      Pour ma frangine

     Que j’adore

 

 

PROLOGUE

 

Constance dévisageait, à travers ses larmes, son fils qui jouait dans un coin du salon avec sa collection de camions de pompier. Il les faisait rouler consciencieusement tout en poussant des cris stridents qui étaient censés imiter ceux de la sirène. Puis il les garait et se servait d’un chiffon pour les nettoyer méticuleusement.

img2.pngPapa dit toujours qu’il faut prendre soin de son matériel, avant et après chaque intervention, expliquait-il à sa petite voisine. C’est grâce à ça qu’un pompier sauve les vies, parce qu’il doit être toujours prêt.

img2.pngMoi, je ne veux pas être pompier, rétorqua la fillette, je veux être une femme !

img2.pngC’est nul les filles ! s’écria le garçonnet en s’esclaffant.

img2.pngNon, c’est pas vrai ! s’énerva-t-elle. C’est toi qui es nul ! Maman a dit que j’aurai tous les garçons à mes pieds lorsque je serai grande et que je pourrai leur marcher dessus tant qu’ils n’oublient pas de payer.

img2.pngLes enfants, ça suffit, ne vous disputez pas, murmura Constance dans un souffle.

Les larmes roulaient à présent sur ses joues blêmes. Les deux enfants la fixèrent comme s’ils avaient soudain compris que quelque chose n’allait pas. Ils s’approchèrent d’elle d’un pas hésitant. Ils étaient si jeunes, si innocents... et sans le savoir, leur enfance s’arrêterait là. Elle reporta brièvement son attention vers l’homme qui se tenait dans l’encadrement de la porte comme pour se convaincre qu’elle n’était pas dans un cauchemar et peut-être aussi pour chercher le courage qui lui manquait.

img2.pngMa puce, je voudrais que tu rentres chez toi à présent, je dois parler à ton camarade et…

img2.pngC’est pour ça qu’oncle Mike est là ?

Constance se tourna vers lui. Il avait les traits tirés, de la suie maculait son visage. Il n’avait même pas pris le temps de se changer avant de venir lui annoncer la nouvelle. John était son meilleur ami depuis l’enfance et jusqu’à ce jour, il avait été également son coéquipier…

img2.pngOui, c’est pour ça…

La fillette hocha gravement la tête, percevant l’urgence et la solennité de l’instant et serra son ami dans ses bras.

img2.pngTon papa dit toujours qu’après la pluie vient le beau temps, murmura-t-elle en plongeant son doux regard émeraude dans le sien. Tu verras, un jour, il y aura de nouveau du soleil dans ton cœur.

Lorsqu’elle fut partie après lui avoir déposé un léger bisou sur la joue, Constance expliqua à son fils de huit ans que son papa ne reviendrait pas, qu’il avait, selon la phrase usuelle, « péri dans l’exercice de ses fonctions », qu’il s’était comporté comme un héros, mais que parfois, le feu qu’allaient combattre les Blackburn Firemen était le plus fort.

Ce fut la dernière fois que le garçon joua avec ses camions. Il les relégua dans un carton qu’il rangea au fond de son armoire en décrétant avec force qu’être pompier, c’était nul !

 

 

CHAPITRE 1

L’alarme annonçant une intervention retentit dans la caserne et, comme un ballet parfaitement chorégraphié, les hommes et les femmes du Blackburn Street se précipitèrent à leur poste. Il leur fallut moins de cinq minutes pour être en tenue et encore moins pour s’installer dans les camions.

img2.pngIncendie sur Eapon Street, un immeuble est en proie aux flammes.

img2.pngCe n’est pourtant pas notre secteur ! remarqua Iris en sortant habilement le CCI{1}.

img2.pngEn effet, leur confirma leur Capitaine, mais les Burning Mad sont déjà sur place et ne parviennent pas à maîtriser la bête. Ils ont demandé des renforts. On ne peut plus rien faire pour le bâtiment, mais il nous faut contenir les flammes et éviter que l’incendie se propage aux habitations voisines.

img2.pngQuel est le bâtiment en question ? demanda Alexian.

img2.pngLe 135 Upon Street, le renseigna son supérieur et nous avons déjà une victime potentielle. Nous en saurons plus en arrivant sur place.

img2.pngPutain de merde ! s’écria Alexian. C’est là où vit Kathelyn.

img2.pngOuuuh, Kathelyn hein ? se moqua Booker, le seul afro-américain de la caserne. Encore une de tes nombreuses conquêtes ?

Alexian darda sur lui un regard glacial.

img2.pngNon, cette fille est une emmerdeuse de première, un véritable tsunami qui balaie tout sur son passage, le fléau de l’humanité, lui répondit-il.

img2.pngPourtant, on dirait que tu t’inquiètes !

img2.pngC’est normal, lui rétorqua-t-il en haussant les épaules, il s’agit de ma meilleure amie !

img2.pngHé bien, si tu parles ainsi de ta meilleure amie, je me demande ce que tu dirais s’il s’agissait d’une ennemie ! s’exclama Booker en levant les yeux au ciel.

Il se fit la réflexion qu’Alexian était pour lui une véritable énigme, mais de toute façon, il avait d’autres choses à faire que tenter de le décrypter.

Ils étaient six dans le camion. Le Capitaine, qui affichait de façon bien séduisante sa cinquantaine, faisait partie de la brigade depuis ses débuts dans la caserne des Blackburn. Iris, elle, portait bien ses trente ans puisqu’on lui en donnait à peine vingt, avait vite grimpé les échelons et c’était elle qui était en charge du CCI. Elle était l’une des seules femmes œuvrant au sein de cet univers encore assez masculin ; Quentin, lui, avait été transféré à la caserne quelques mois plus tôt à cause de son caractère irascible. En période d’essai chez les Blackburn, il se tenait toutefois à carreau… pour le moment ; Dimitri, le plus grand, le plus costaud et le plus doux de la bande, ce dernier adorait cuisiner lorsqu’il était d’astreinte et ses plats attisaient la jalousie des autres brigades lors du concours qui les réunissait une fois par an à l’occasion de la Sainte-Barbe {2}; Booker, lui, avait été pistonné par le Maire afin d’intégrer l’équipe, ce qui n’avait pas été très bien accepté de la part des autres soldats du feu qui, eux, avaient dû faire leurs preuves avant d’être admis au sein de cette brigade hors norme. Puis il y avait Alexian, le beau gosse des Blackburn Firemen, celui que toutes les filles s’arrachaient, celui qui, dès qu’il mettait un pied au Virago, le café qui servait de lieu de rassemblement aux membres du Blackburn, se retrouvait assailli par toute la gent féminine.

Tous les six se préparaient à ce qui allait suivre et tous savaient qu’il leur faudrait un mental à toute épreuve pour venir à bout de cette catastrophe. Déjà un panache de fumée s’élevait dans le lointain, et les lueurs orangées qui illuminaient le ciel leur confirma que l’incendie était important.

img2.pngLes gars, les motiva le Capitaine, vous savez ce que vous avez à faire ! Je ne veux aucune rivalité avec les Burning Mad. Vous êtes des professionnels, ne vous laissez pas entraîner dans leur folie ! C’est parti !

Tandis qu’Iris se garait près des autres camions de secours, Alexian réalisa qu’ils venaient de mettre un pied en enfer ! Il resta quelques secondes sous le choc en avisant l’immeuble où vivait Kathelyn, aux prises avec des flammes gigantesques.

Tous se précipitèrent à l’extérieur et chacun se mit au boulot. Personne n’avait besoin de leur donner des ordres, ils savaient parfaitement gérer la situation. Alexian suivit son Capitaine afin qu’ils puissent s’entretenir avec le plus haut gradé des Burning Mad.

img2.pngOù en sommes-nous ? s’enquit le supérieur d’Alexian.

img2.pngC’est la merde, une véritable fournaise. L’incendie a pris au quatrième étage et s’est propagé rapidement, l’immeuble est sur le point de s’effondrer, plusieurs étages s’étaient déjà écroulés lorsque nous sommes arrivés et les hommes ne sont même pas parvenus à grimper jusqu’au troisième. Les services du gaz et d’électricité sont intervenus, donc de ce côté-là, pas de risque d’une mauvaise surprise. L’immeuble a été évacué, seule une personne ne s’est pas manifestée, la résidente du 406.

img2.pngTrès bien, conclut le Capitaine. Les Blackburn sont sur place, une équipe s’occupe de l’avant, et l’autre doit déjà arroser l’arrière du bâtiment, c’est ensemble qu’on y arrivera !

Alexian avait le cœur qui battait à tout rompre. Le 406… l’appartement de Kathelyn…

img2.pngCapitaine ! dit-il d’une voix rauque.

 Ce dernier avait le regard fixé sur l’incendie. Les flammes léchaient les maisons voisines alors ils n’avaient pas le choix, ils devaient circonscrire les dégâts à ce seul foyer.

img2.pngMike !

Le capitaine sursauta violemment et se tourna vers Alexian qui ne l’avait jamais appelé autrement que par son grade lors d’une intervention.

img2.pngBon sang, mais que se passe-t-il ? gronda Mike en voyant le visage blême de son caporal-chef.

img2.pngMike, l’appartement 406… C’est celui de Kathelyn.

Ce dernier manifesta un temps d’arrêt, jusqu’à ce que l’information se fraye un passage jusqu’à son cerveau.

img2.pngQue… Quoi ? s’écria Mike. Tu veux dire que c’est la pitchoune qui est là-dedans ? Que c’est elle qui… Non, je ne veux pas y croire.

img2.pngJe t’en prie, Mike, donne-moi l’ordre d’y aller, je ne laisserai pas le feu me prendre un autre de mes proches ! insista Alexian en serrant les poings.

Mike ferma les yeux un instant et lorsqu’il les rouvrit, Alexian y lut l’effroyable décision qu’il avait prise, celle qu’il lui confirma dans l’instant.

img2.pngEt moi non plus, Alex ! murmura-t-il. Tu as entendu, Mathieu, il n’y a plus rien à faire ! Je ne tiens, pas plus que toi, à pleurer l’un des miens. Retourne à la caserne, je préfère que tu te tiennes à l’écart et…

img2.pngNon, c’est hors de question et… 

img2.pngJe sens que tu vas faire une connerie. Alex, c’est un ordre, tu n’entres pas là-dedans, tu m’entends ! Et…

Un cri strident retentit et Alex ferma les yeux, hésitant entre sourire et pousser un soupir d’exaspération… Kathelyn ! Mike et lui se tournèrent vers le cordon de sécurité mis en place par les agents de police et virent la jeune femme aux prises avec l’un d’eux.

img2.pngMais lâchez-moi ! Je vous dis de me lâcher ! hurlait-elle.

img2.pngLaissez-la nous rejoindre ! cria Mike en secouant la tête avant de poursuivre à voix basse. Cette fille va finir par avoir notre peau.

C’était exactement la réflexion que se faisait Alexian. Dès qu’il la vit arriver, il ne put se retenir, la saisit par les épaules et la secoua violemment.

img2.pngBon sang, mais qu’est-ce que tu as dans la tête ? hurla-t-il. Tout le monde pensait que… que tu étais….

Kathelyn comprit rapidement à quel point il était affolé. Elle leva la main et la posa sur sa joue.

img2.pngHé, relax, beau gosse, le rassura-t-elle. J’avais un rencard et je rentrais juste lorsque j’ai vu les gyrophares. Alors, avant de piquer ta crise, va faire ton boulot ! Des gens comptent sur toi, mon héros.

Elle se haussa sur la pointe des pieds et lui baisa la joue...

Avertissement

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 5. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 6. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 7. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

Nous nous dégageons de toute responsabilité en cas de non-respect des points précédemment énumérés.