Eugène Scribe - Oeuvres
982 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Eugène Scribe - Oeuvres

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
982 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Ce volume 109 contient 26 oeuvres d'Eugène Scribe


Eugène Scribe est un dramaturge et librettiste français, né le à Paris, où il est mort le . (Wikip.)


Version : 1.2


CONTENU :


LA CHAMBRE A COUCHER (1813)
UNE NUIT DE LA GARDE NATIONALE (1815)
ENCORE UN POURCEAUGNAC (1817)
LE SOLLICITEUR (1817)
LES DEUX PRÉCEPTEURS (1817)
UNE VISITE À BEDLAM (1818)
LE SECRÉTAIRE ET LE CUISINIER (1821)
FRONTIN MARI-GARÇON (1821)
LE GASTRONOME SANS ARGENT (1821)
LE MARIAGE ENFANTIN (1821)
MÉMOIRES D’UN COLONEL DE HUSSARDS (1822)
L’ÉCARTÉ (1822)
LES GRISETTES (1823)
LE COIFFEUR ET LE PERRUQUIER (1824)
LE BAISER AU PORTEUR (1824)
LA HAINE D’UNE FEMME (1824)
LA QUARANTAINE (1825)
LE PLUS BEAU JOUR DE LA VIE (1825)
LA DAME BLANCHE (1825)
LA DEMOISELLE À MARIER (1826)
LA MUETTE DE PORTICI (1828)
LE COMTE ORY (1828)
ROBERT LE DIABLE (OPÉRA) (1832)
BATAILLE DE DAMES (1851)
LA CHATTE MÉTAMORPHOSÉE EN FEMME (OFFENBACH) (1858)
BARKOUF (1860)


Les livrels de lci-eBooks sont des compilations d’œuvres appartenant au domaine public : les textes d’un même auteur sont regroupés dans un eBook à la mise en page soignée, pour la plus grande commodité du lecteur. On trouvera le catalogue sur le site de l'éditeur.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 12
EAN13 9782918042327
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0011€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

EUGÈNE SCRIBE
ŒUVRES N° 109
Les livrels de l c i - e B o o k s sont des compilations d’œuvres appartenant au domaine public : les textes
d’un même auteur sont regroupés dans un eBook à la mise en page soignée, pour la plus grande
commodité du lecteur.
MENTIONS
© 2016-2019 lci-eBooks, pour ce livre numérique, à l’exclusion du contenu appartenant au domaine
public ou placé sous licence libre.
ISBN : 978-2-918042-32-7
ISBN attribué à la version 1.x de cet eBook pour le format epub sans DRM.

Historique des versions : 1.3 (10/11/2019), 1.2 (15/12/2017), 1.1 (03/03/2017), 1.0 (05/04/2016)

Pour déterminer si cette version est la dernière, on consultera le catalogue actualisé sur le site.S O U R C E S
Cet eBook a été élaboré à partir des ressources suivantes sur le web :
— Wikisource : La Dame blanche, La Muette de Portici (Gallica/Bnf), Robert le Diable
(Gallica/Bnf), La Chatte métamorphosée en femme (Gallica/Bnf), Barkouf (Gallica/Bnf),
— Project Gutenberg : Le Comte Ory (Gallica/BnF), La muette de Portici.
— Theatregratuit, toutes autres pièces.
— Couverture : 1855-1859, photo par Nadar. Digital image courtesy of the Getty’s Open Content
Program. Wikimedia commons.
— Page de titre : Svenska teatern; några anteckningar, 1913. Archives/uToronto et Wikimedia
commons.
Si vous estimez qu’un contenu quelconque (texte, image ou hyperlien) de ce livre numérique n’a
pas le droit de s’y trouver ou n’est pas attribué correctement, veuillez le signaler à travers ce
formulaire.LISTE DES TITRES
AUGUSTIN EUGÈNE SCRIBE (1791-1861)
THÉÂTRE
LA CHAMBRE A COUCHER 1813
UNE NUIT DE LA GARDE NATIONALE 1815
ENCORE UN POURCEAUGNAC 1817
LE SOLLICITEUR 1817
LES DEUX PRÉCEPTEURS 1817
UNE VISITE À BEDLAM 1818
LE SECRÉTAIRE ET LE CUISINIER 1821
FRONTIN MARI-GARÇON 1821
LE GASTRONOME SANS ARGENT 1821
LE MARIAGE ENFANTIN 1821
MÉMOIRES D’UN COLONEL DE HUSSARDS 1822
L’ÉCARTÉ 1822
LES GRISETTES 1823
LE COIFFEUR ET LE PERRUQUIER 1824
LE BAISER AU PORTEUR 1824
LA HAINE D’UNE FEMME 1824
LA QUARANTAINE 1825
LE PLUS BEAU JOUR DE LA VIE 1825
LA DAME BLANCHE 1825
LA DEMOISELLE À MARIER 1826
LA MUETTE DE PORTICI 1828
LE COMTE ORY 1828
ROBERT LE DIABLE (OPÉRA) 1832
BATAILLE DE DAMES 1851
LA CHATTE MÉTAMORPHOSÉE EN FEMME (OFFENBAC) 1858
BARKOUF 1860P A G I N A T I O N
Ce volume contient 230 395 mots et 1 378 pages
01. LA CHAMBRE A COUCHER 40 pages
02. UNE NUIT DE LA GARDE NATIONALE 47 pages
03. ENCORE UN POURCEAUGNAC 51 pages
04. LE SOLLICITEUR 36 pages
05. LES DEUX PRÉCEPTEURS 41 pages
06. UNE VISITE À BEDLAM 42 pages
07. LE SECRÉTAIRE ET LE CUISINIER 45 pages
08. FRONTIN MARI-GARÇON 48 pages
09. LE GASTRONOME SANS ARGENT 43 pages
10. LE MARIAGE ENFANTIN 46 pages
11. MÉMOIRES D’UN COLONEL DE HUSSARDS 39 pages
12. L’ÉCARTÉ 46 pages
13. LES GRISETTES 52 pages
14. LE COIFFEUR ET LE PERRUQUIER 39 pages
15. LE BAISER AU PORTEUR 46 pages
16. LA HAINE D’UNE FEMME 47 pages
17. LA QUARANTAINE 42 pages
18. LE PLUS BEAU JOUR DE LA VIE 49 pages
19. LA DAME BLANCHE 86 pages
20. LA DEMOISELLE À MARIER 63 pages
21. LA MUETTE DE PORTICI 54 pages
22. LE COMTE ORY 49 pages
23. ROBERT LE DIABLE 77 pages
24. BATAILLE DE DAMES 85 pages
25. LA CHATTE MÉTAMORPHOSÉE EN FEMME 50 pages
26. BARKOUF 96 pages
LA CHAMBRE A COUCHER
ou

UNE DEMI-HEURE DE RICHELIEU

OPÉRA-COMIQUE EN UN ACTE ET EN PROSE,

représenté pour la première fois sur le théâtre impériale de l’Opéra-comique le 29 avril 1813

(Musique de M. Guénée)
40 pagesT A B L E
PERSONNAGES :
SCÈNE PREMIERE. RICHELIEU, ensuite DUBOIS.
SCÈNE II. RICHELIEU, seul.
SCÈNE III. RICHELIEU, LE MARECHAL.
SCÈNE IV. LES PRECEDENTS; Mme DE GUISE.
SCÈNE V. Mme de GUISE, RICHELIEU.
SCÈNE VI. RICHELIEU, DUBOIS.
SCÈNE VII LE MARECHAL, RICHELIEU.
SCÈNE VIII. RICHELIEU, ensuite DUBOIS.
SCÈNE IX. RICHELIEU, seul.
SCÈNE X. LE MARECHAL, Mme de GUISE, RICHELIEU, caché dans le cabinet.
SCÈNE XI. Mme de GUISE, RICHELIEU, caché.
SCÈNE XII. LES PRECEDENTS; LE MARECHAL, sortant du cabinet, un bougeoir et une montre à la main.
Titre suivant : UNE NUIT DE LA GARDE NATIONALEPERSONNAGES :
LE DUC DE RICHELIEU
LE MARECHAL DE LA FERTÉ
Mme de GUISE, sa nièce.
DUBOIS.

La scène se passe à Paris.

Le théâtre représente une chambre à coucher fort élégante; un lit à alcôve dans le fond, deux
croisées avec des rideaux; une porte à gauche, deux à droite. Sur la cheminée, une pendule qui marque
dix heures et demie; une toilette, une guitare.
SCÈNE PREMIERE.

RICHELIEU, ensuite DUBOIS.
RICHELIEU, sortant de la porte à gauche.
Je ne puis rester dans-le salon; on y boit du punch et l’on fait un tapage... Impossible de joindre le
maréchal, de lui parler un instant. En vérité, c’est un homme odieux, un homme que j’aime, que je
révère, mais pas le sens commun. M’inviter à dîner quand sa nièce n’y est pas ! Heureusement, il m’a
dit de l’attendre ici : il va venir, et j’espère avoir un entretien avec lui. Je suis enchanté qu’il n’ait pas
eu l’idée de me faire passer dans son cabinet; je préfère cet appartement, c’est celui de madame de
Guise.
DUBOIS.
Monseigneur...
RICHELIEU.
Qu’est-ce? Que me veux-tu, Dubois?
DUBOIS.
Monseigneur avait demandé ses chevaux pour onze heures.
RICHELIEU.
Non, j’ai changé d’idée. Tiens-toi dans l’antichambre, j’appellerai. (A DUBOIS qui sort par la
porte à gauche.) Eh bien! où vas-tu? Ce n’est pas là l’antichambre.
DUBOIS.
Non, monseigneur. C’est le petit salon de compagnie où se tiennent les femmes de madame de
Guise; et j’aimerais mieux attendre les ordres de monseigneur auprès de mademoiselle Lisette, que dans
l’antichambre.
RICHELIEU.
Ah ! tu as un faible pour mademoiselle Lisette, qui de son côté sans doute distingue M. Dubois?
DUBOIS.
Monseigneur, mademoiselle Lisette est une fille de goût.
RICHELIEU.
J’en vois la preuve. Va, Dubois, cultive l’amitié de Lisette, je ne m’y oppose pas. (A part.) Je puis
en avoir besoin. (Haut.) Mais laisse-moi.
(DUBOIS sort.)
SCÈNE II.
RICHELIEU, seul.
(Il réfléchit quelque temps.)
Le maréchal ne vient pas. Je suis d’une impatience... Depuis huit jours, je suis de retour à Paris, et
me voilà déjà amoureux! Et de qui encore? d’une femme qui me dédaigne : la première peut-être en ma
vie. C’est décidé, il n’y a que ce Paris pour les aventures extraordinaires. Madame de Guise me
dédaigne, lorsque tant d’autres... Eh bien! après tout, elle a raison; et, si j’étais femme, je serais de son
avis. J’ai une réputation détestable, et ma réputation vaut encore mieux que moi. Dans le monde, on me
trouve charmant; mais au fond, je suis léger, étourdi, présomptueux. De tout temps cependant j’ai fait
le projet d’être raisonnable; j’y ai quelquefois réussi; mais le moyen que cela dure avec l’amour et les
femmes !
RÉCITATIF.
Pour être heureux, il n’est que la tendresse;
Pour être sage, il faut la fuir.
Belles, dites-moi donc lequel je dois choisir,
Du plaisir ou de la sagesse.
RONDEAU.
Si je vois
Un joli minois,
Mon cœur palpite;
Si j’entends une douce voix,
Il bat plus vite :
Tous mes sens brûlent à la fois
D’ardeur subite,
Et la raison fuit sans retour
Devant l’amour.

Pour nous le printemps vient d’éclore :
Je ne sais qui me dit soudain :
De nos jours égayons l’aurore;
La sagesse est pour le déclin,
Et d’être sage il n’est pas temps encore.
(Parlé.) Et d’ailleurs,
(Chanté.)
Si je vois
Un joli minois,
Mon cœur palpite, etc.

Tant qu’auprès de femme jolie
On sent son cœur battre et frémir,
Tant qu’on sourit au doux plaisir,
La sagesse est une folie.

Si je vois
Un joli minois,
Mon cœur palpite, etc.
SCÈNE III.

RICHELIEU, LE MARECHAL.LE MARECHAL.
Eh bien ! mon ami, j’ai renvoyé tout le, monde, et je suis à toi. Mais je crains qu’on ne nous
dérange ; ma nièce peut revenir.
RICHELIEU.
Tant mieux, sa présence ne nous sera pas inutile.
LE MARECHAL.
Voyons donc quelle est cette importante affaire pour laquelle il fallait à l’instant t’accorder un
entretien.
RICHELIEU.
Mon ami, je vais bien vous surprendre. Je suis amoureux.
LE MARECHAL.
Cela ne me surprend pas du tout.
RICHELIEU.
Très amoureux. J’en perds la raison; il faut absolument me guérir, et pour cela je me marie.
LE MARECHAL.
C’est toi qui songes à te marier, mon ami ? Si j’étais Richelieu, je ne me marierais pas.
RICHELIEU.
Bah! vous autres sages, vous réfléchissez trop; et à moins de se marier sans réflexion, on risque de
ne jamais épouser. Ma future est charmante, c’est une veuve; elle est sage, vertueuse; vous la
connaissez beaucoup, et elle vous aime.
LE MARECHAL.
Elle m’aime, dis-tu?
RICHELIEU.
Autant qu’une nièce peut aimer un oncle.
LE MARECHAL, étonné.
Comment! c’est Julie! et tu me fais ton confident? Je te remercie; je ne croyais pas que ton usage
fût de demander le consentement des parents.
RICHELIEU.
Pouvais-je mieux choisir?
LE MARECHAL.
Non, et j’en suis enchanté. Cependant ton choix m’étonne. Julie est un peu prude, et tes aventures
ont tant fait de bruit dans le monde... Enfin, puisque tout est arrangé entre vous...
RICHELIEU.
Ah! sans doute, tout est arrangé; il n’y a qu’une difficulté.
LE MARECHAL.
Laquelle?
RICHELIEU.
Si je vous le dis, vous ne me croirez pas.
LE MARECHAL.
Dis toujours.
RICHELIEU.
Non, vous dis-je, vous ne voudrez pas me croire; mais madame de Guise n’a pas pour moi... Tenez,
tranchons le mot : je suis à peu près certain qu’elle ne m’aime pas du tout. Vous m’avouerez que c’est
jouer de malheur! Il n’y a peut-être dans Paris qu’une femme qui n’aime pas les mauvais sujets, et c’estcelle-là dont je tombe amoureux, et vraiment amoureux; car je ris, je plaisante, mais je suis désespéré;
et pour un rien je me ferais sauter la cervelle.
LE MARECHAL.
Oh! je crois que tu peux trouver quelque moyen moins sentimental. Dans tous les cas, compte sur
moi.
RICHELIEU.
Quelle reconnaissance !
LE MARECHAL.
Ce mariage réunit ce que j’ai de plus cher. N’es-tu pas mon ami, mon fils? et ne te souvient-il plus
de Fontenoi? Je crois te voir encore m’arracher du milieu de la colonne anglaise; et, morbleu! il y
faisait chaud. Mon ami, si je te dus la vie, la France te dut le gain de la bataille, et ce sera la plus belle
page de ton histoire.
AIR
Ces fiers guerriers de l’Angleterre,
Devant nous je les ai vus fuir;
Et leur sang a rougi la terre
Qu’ils voulaient asservir.
Déjà leur phalange altière
S’avance en bataillons épais;
Déjà la trompette guerrière
Proclame leur prochain succès,
Lorsqu’un héros ramène l’espérance
Parmi nos escadrons épars,
Et la victoire qui balance
D’Albion fuit les étendards.
Honneur à ce guerrier favori de Bellone!
Dans nos rangs il est apparu;
Sur le centre de la colonne,
A sa voix l’airain tonne,
Et l’Anglais est vaincu.
(Parlé.) Pardon, mais quand j’en parle, je crois encore y être. La vieillesse vit de souvenirs.
RICHELIEU.
Et la jeunesse d’espérances. Mais, moi, je n’en ai guère; car, s’il faut vous le dire, hier au soir nous
nous sommes presque brouillés; j’étais fort piqué.
LE MARECHAL.
Je vous raccommode. Que lui as-tu dit?
RICHELIEU.
Je lui ai fait entendre qu’elle était très coquette.
LE MARECHAL.
Je vous réconcilie.
RICHELIEU.
Qu’elle n’était pas belle.
LE MARECHAL.
Je ne m’en mêle plus. Fais comme tu l’entendras, car la voici.SCÈNE IV.

LES PRECEDENTS; Mme DE GUISE.
Mme de GUISE.
Vous ici, messieurs! C’est une surprise fort agréable : je ne m’attendais pas à trouver société chez
moi.
LE MARECHAL.
Bah ! tu vas être bien plus étonnée ! Richelieu et moi nous parlons raison depuis une heure; il est
vrai que nous parlions de toi.
Mme de GUISE.
Quoi! c’est de moi que ces messieurs daignaient s’occuper?
RICHELIEU, galamment, mais avec fatuité.
Fais-je jamais autre chose ? Je me plaignais d’avoir été privé de votre présence; c’est une si sotte
invention que celle des dîners en ville ! Que vous êtes bien comme cela ! Sérieusement, vous êtes belle
avec excès !
Mme de GUISE, gaîment.
Je suis donc bien changée depuis hier?
RICHELIEU.
Comment nommez-vous cette étoffe? elle est d’un goût exquis. Et votre santé? Étourdi! j’oubliais
de m’en informer.
MME de GUISE
A laquelle des deux questions voulez-vous que je réponde d’abord? A celle de ma robe ou de ma
santé?
RICHELIEU.
Comme il vous plaira. Vous avez dîné chez la duchesse; qu’y faisait-on? quel monde y avait-il?
Mme de GUISE.
Attendez. Ce qu’on y faisait? ce qu’on fait partout. On a beaucoup parlé et presque rien dit. Pour la
société, la meilleure de Paris, car c’était la plus riche. Beaucoup de ces gros financiers qui, assis auprès
d’une femme, ne font qu’ouvrir et refermer méthodiquement leur tabatière d’or; beaucoup de jeunes
gens du meilleur ton, bien légers, bien brillants, qui vous parlent sans vous regarder, vous lorgnent sans
vous voir, et vous adressent vingt questions sans attendre la réponse; ajoutez à cela quelques
provinciaux bien simples, bien unis, et qui ont paru ridicules, parce qu’ils n’étaient qu’honnêtes et
respectueux.
RICHELIEU.
Oui, on respecte beaucoup en province. Mais voilà une charmante réunion; elle a dû beaucoup vous
divertir. Vous avez appuyé surtout avec une grâce inexprimable sur certains portraits. Sans doute, vous
seule étiez l’objet des hommages de ces jeunes gens du meilleur ton.
Mme de GUISE, avec amabilité.
Non, on s’est beaucoup moins occupé de moi que de vous, monsieur.
RICHELIEU.
De moi?
Mme de GUISE.
La préférence vous était due. Depuis que M. de Richelieu est de retour à Paris, il est le sujet de
toutes les conversations, l’objet de la curiosité générale : on cite déjà de lui mille nouvelles aventures.
LE MARECHAL.
Et que dit-on entre autres?Mme de GUISE.
Mon oncle, vous n’attendez pas, j’espère, que je vous en fasse le récit. Monsieur pourra vous
mettre au fait bien mieux que moi.
LE MARECHAL.
Ne le dit-on pas amoureux?
Mme de GUISE.
Amoureux! Monsieur ne l’est-il pas toujours? Il aimerait tout le genre humain.
RICHELIEU.
Nomme-t-on l’objet de son amour?
Mme de GUISE.
Je n’ai entendu désigner personne.
LE MARECHAL.
Bon ! de la discrétion? c’est qu’il aime réellement.
Mme de GUISE.
Dites plutôt qu’il ne sait pas au juste la femme qu’il aime, très heureusement pour elle; car elle
serait déjà la fable de toute la ville : en vain serait-elle sans reproche. Quand ces messieurs sont
heureux, ils le disent; quand ils ne le sont pas, ils mentent : cela revient au même.
RICHELIEU.
Est-ce à moi que ce discours s’adresse?
Mme de GUISE.
Eh, non ! Tout ce qu’on dit de vous est vrai, et c’est encore pire; car vous avez pris sur notre sexe
un ascendant que je n’ai jamais pu expliquer, et dont je rougis pour lui. Qu’on se rende aux vœux d’un
amant soumis et respectueux, je le conçois; il est si doux d’être adorée! la reconnaissance est si
naturelle! Mais vous! on voudrait vous aimer qu’on ne le pourrait pas; et il faut vous haïr malgré qu’on
en ait. A Dieu ne plaise que je blâme le goût de nos femmes à la mode; mais pour moi, si jamais je
donne mon cœur, voici à quelles conditions :
AIR
Il est maints courtisans
Bien fats, bien suffisants,
Qui devant une glace
Se mirent avec grâce;
Qui, riant aux éclats
A chaque impertinence,
Roucoulent une romance,
Et s’admirent tout bas.
Pour ceux-là, je n’en veux pas,
Non, non, je n’en veux pas.

Pour cet autre, au plaisir fidèle,
Qui, d’objet changeant tous les jours,
Va promenant de belle en belle
Ses banales amours :
En vain l’on vante à la ronde
Ses grâces et son maintien,
L’amant de tout le monde
Ne sera pas le mien.
Mais s’il vient à paraître
Un amant sensible et galant,
Discret et toujours constant,
Si pourtant un homme peut l’être,
Triste quand il me plaît,
Joyeux quand je l’ordonne,
Jeune, et, quoique bien fait,
Point amoureux de sa personne,
Pour celui-là, je le sens bien,
Je ne voudrais jurer de rien.
Mais pour les courtisans, etc.
RICHELIEU, bas an maréchal.
Vous voyez bien que je suis son fait. Voilà le moment de me déclarer.
LE MARECHAL, bas à RICHELIEU.
Tu crois ?
RICHELIEU.
J’en suis sûr. Un instant de conversation.
LE MARECHAL.
Ma chère Julie, j’ai un mot à écrire ce soir; puis-je passer dans ton boudoir?
Mme de GUISE.
Vous trouverez ce qu’il vous faut sur mon secrétaire.
(La demie sonne à la pendule.)
RICHELIEU.
Onze heures et demie! Souffrez, madame, que je prenne congé de vous. (Bas au maréchal.)
Retenez-moi.
LE MARECHAL, bas.
J’entends. (Haut.) Non, attends-moi un instant; c’est un mot dont je voudrais te charger pour le
ministre. Toi, Julie, tu ne crains pas le tête-à-tête; tu ne fais pas à Richelieu l’honneur de le redouter, et
d’ailleurs il est engagé. Il est amoureux. Je reviens dans la minute.
RICHELIEU.
Non, ne vous pressez pas.
(LE MARECHAL entre dans l’appartement à gauche.)
SCÈNE V.

Mme de GUISE, RICHELIEU.
RICHELIEU.
Quoi ! vous avez daigné oublier notre querelle d’hier au soir?
Mme de GUISE.
Cela vous étonne! Vous me supposez donc un bien mauvais caractère ?
RICHELIEU.
Mais je sais que vous faites si peu de cas de tous les hommes.
Mme de GUISE.
Tous, c’est beaucoup; j’en excepte quelques uns.RICHELIEU.
Oui, exceptez-en les amants fidèles.
Mme de GUISE.
Il en est si peu !
RICHELIEU.
Raison de plus pour ne pas les rebuter. Selon moi, on devrait leur élever des statues, ne fût-ce que
pour encourager le public; et d’avance j’en réclame une.
Mme de GUISE.
Vous, fidèle !
RICHELIEU.
Il suffit de vous voir pour le devenir.
Mme de GUISE.
Je ne me crois pas capable d’opérer de tels miracles.
RICHELIEU.
C’est que vous seule ignorez le pouvoir de vos charmes; et vous ne voulez pas me croire lorsque je
vous jure que vous êtes la plus aimable et la plus jolie femme de Paris.
Mme de GUISE.
Et supposé que je voulusse le croire...
RICHELIEU.
Ah! si vous en étiez bien persuadée, vous me sauriez quelque gré de vous l’avoir fait observer.
Mille autres, je le sais, ont déjà dû vous le dire; mais personne ne l’a senti comme moi, personne ne
vous aima jamais autant que je vous aime.
Mme DE GUISE, souriant.
Comment! à moi une déclaration! Peut-être est-ce sans le vouloir : vous avez tellement contracté
l’habitude d’en faire.
RICHELIEU.
Je le vois, vous doutez de mon amour; mais exigez des preuves, des sacrifices...
Mme de GUISE.
Quoi ! c’est sérieusement ! Eh bien, puisque votre tendresse est si vive, je demande le temps de
l’éprouver.
RICHELIEU.
Quel temps demandez-vous?
Mme de GUISE.
Oh ! seulement quatre années.
RICHELIEU.
Madame, en quoi ai-je mérité une raillerie aussi cruelle ? Quatre années !
Mme de GUISE.
Qui songe ici à railler? Si votre ardeur est sincère, pourquoi ne durerait-elle pas ce temps-là?
RICHELIEU.
Vous aimer en vain quatre années, croyez-vous qu’on le puisse sans mourir?
Mme de GUISE.
Dès que je vous verrai en danger de mort, je promets d’adoucir ma sévérité, et même d’abréger le
temps de l’épreuve.
RICHELIEU.En danger de mort ! oh ! s’il ne s’agit que d’exposer sa vie, parlez; quels ennemis faut-il combattre?
Mme de GUISE.
Doucement! nous ne sommes plus au temps des paladins, et l’on ne brise plus de lance en l’honneur
des dames. J’entends par danger de mort, une bonne consomption, fruit d’une trop longue attente.
RICHELIEU.
Madame, on ne parle pas de ces choses-là en badinant.
Mme de GUISE.
Aussi parlé-je fort sérieusement; et pour vous prouver que je suis compatissante, je vous laisse la
liberté de commencer dès aujourd’hui votre noviciat.
RICHELIEU, avec dépit.
Vous ne persisterez point dans cette ridicule résolution.
Mme de GUISE, piquée.
Ridicule !
RICHELIEU, virement.
Oui, madame, ridicule et injuste.
Mme de GUISE.
A présent, monsieur, terminons la conversation. Je ne souffre pas patiemment qu’on m’importune.
RICHELIEU.
Savez-vous, madame, que le vainqueur s’est quelquefois repenti d’avoir fait au vaincu des
conditions trop rigoureuses?
Mme de GUISE.
Cela peut être.
RICHELIEU.
Savez-vous que, d’esclave opprimé, je suis plus d’une fois devenu le maître à mon tour?
Mme de GUISE.
Qui en doute? Mais soyez sûr que cette révolution n’aura jamais lieu entre monsieur de Richelieu
et moi.
RICHELIEU.
Vous le croyez, madame ? Eh bien ! d’honneur, vous vous trompez : voulez-vous faire avec moi le
pari que je parviens à vous réduire, et cela bientôt? Tenez-vous la gageure?
Mme de GUISE.
Est-ce une plaisanterie? ou votre intention est-elle de me fâcher ?
RICHELIEU.
Non, madame, ce n’est point une plaisanterie; et vous perdrez, je vous en avertis. D’autres vous
demanderaient du temps, quatre années peut-être; moi, je ne veux qu’un instant, et demain vous
m’épouserez. Qu’est-ce que je dis, épouser? le beau mérite! tous les jours on épouse sans amour; mais
demain vous m’épouserez, vous m’aimerez; et si vous dites un mot, je vous condamne à m’adorer.
Mme de GUISE, outrée.
Vous ne vous doutez point du bon office que vous me rendez, et je dois vous en remercier! Je ne
vous aimais pas! (Vivement.) Non, certainement, je ne vous aimais pas encore; mais peut-être aurais-je
eu la faiblesse de vous aimer. Je rougissais déjà de ce que cela ne me semblait plus impossible. Mais,
grâce à vous, je viens d’ouvrir les yeux, et vous n’êtes plus pour moi que le plus indifférent de tous les
hommes.
RICHELIEU, gaîment.
Indifférent! ah! d’honneur, vous ne le pensez pas, ni moi non plus.Mme de GUISE.
Ah ! c’en est trop. Je vous prie, monsieur, de ne plus vous présenter chez moi. Et comme, dans ce
moment, je ne puis vous empêcher d’attendre ici mon oncle, vous trouverez bon que j’abandonne la
place jusqu’à ce que vous l’ayez quittée.
(Mme de GUISE sort par la porte à gauche.)
SCÈNE VI.

RICHELIEU, DUBOIS.
RICHELIEU, se promenant avec agitation.
Ah ! vous me défiez ! Vous allez connaître Richelieu. Allons, redevenons moi. Un moyen...
prompt... victorieux... (Frappant du pied.) Non, ce n’est pas cela; trop simple. Eh pourquoi? en
pareille occasion, le plus simple est toujours le meilleur : on ne s’en défie pas; d’ailleurs mon étoile
n’est-elle pas là? (Il prend des tablettes et écrit.) Dubois !
DUBOIS, sortant de la porte à droite, à moitié endormi, en apportant une redingote.
Monseigneur demande-t-il sa voiture?
RICHELIEU, écrivant.
Ce trait-là manquait à ma gloire.
DUBOIS.
Lisette n’y est plus, et je m’endormais.
RICHELIEU, écrivant.
En garde, Dubois, l’ennemi est là, de l’honneur à acquérir.
DUBOIS.
Vous m’éveillez.
RICHELIEU.
De l’argent à gagner,
DUBOIS, jetant la redingote sur une chaise.
Vive Dieu! je ne dors plus.
RICHELIEU.
Ce billet pour toi.
DUBOIS
Bien !
RICHELIEU.
Cette bourse aussi.
DUBOIS
Mieux, cela.
RICHELIEU
Tu liras le billet.
DUBOIS
C’est dit.
RICHELIEU.
Tu garderas la bourse.
DUBOIS.C’est fait.
RICHELIEU.
Pars, ma lettre explique tout; songe-s-y, le plus profond silence, pas un mot à Lisette, rien qui
puisse compromettre madame de Guise auprès de ses gens. Il y va de ta tête; quand mes ordres seront
exécutés, reviens là, sous cette fenêtre. Un signal quelconque... Tu frapperas. (Voyant qu’il veut
emporter la redingote.) Non, laisse; elle me sera nécessaire.
SCÈNE VII

LE MARECHAL, RICHELIEU.
LE MARECHAL.
J’ai vu rentrer Julie; elle était bien émue. Je n’ai pas osé l’interroger.
RICHELIEU, en confidence.
Elle vient de me faire une déclaration.
LE MARECHAL.
Comment! une déclaration d’amour?
RICHELIEU.
Non, de guerre. Elle me hait, me déteste, et me défend de reparaître devant ses yeux.
LE MARECHAL, étonné.
Ah ! tu as obtenu tout cela?
RICHELIEU.
Ce n’est pas tout; elle est dans une colère épouvantable.
LE MARECHAL.
Tant pis. .
RICHELIEU.
Tant mieux. Je crains moins la haine d’une femme que son indifférence.
LE MARECHAL.
Mais qu’as-tu fait pour irriter ainsi Julie contre toi?
RICHELIEU, froidement.
Presque rien. C’est une gageure que je lui proposais. J’ai parié avec elle que demain elle
m’aimerait, m’adorerait, et m’épouserait.
LE MARECHAL.
Elle en a ri.
RICHELIEU.
Elle s’est fâchée, parce qu’elle a bien vu que je gagnerais, et que c’était peu délicat à moi de parier
à coup sûr; je me suis fâché aussi, et nous nous sommes séparés.
LE MARECHAL.
Et la gageure tient-elle?
RICHELIEU.
Plus que jamais. Et je vous en avertis pour que vous ayez soin de tout préparer pour demain. Mon
cher oncle, tous ces apprêts de noces, les billets de part, les publications, que sais-je? tout cela vous
regarde : je vous connais; et grâce à vos soins, vous aurez tous les embarras du mariage; nous n’en
aurons que les plaisirs.
LE MARECHAL.Mais, mon cher ami, tu es fou.
RICHELIEU, vivement.
Oui, je suis fou de joie, de bonheur. Ce soir l’aveu, demain le contrat; vous y signez, vous nous
donnez la moitié de votre fortune.
LE MARECHAL.
Comment! comment!
RICHELIEU, toujours très vivement.
Eh! sans doute, vous avez cinquante ans; supposez que vous alliez jusqu’à cent, vous voilà à la
moitié de votre carrière; vous n’avez plus besoin que de la moitié de votre bien.
LE MARECHAL
Mais permets...
RICHELIEU.
Quoi! je vous donne jusqu’à cent, et vous n’êtes pas content! Ah çà, vous danserez à la noce?
LE MARECHAL.
Mais, écoute-moi donc!
RICHELIEU.
Etes-vous fâché de danser ?
LE MARECHAL.
Au contraire, mon ami; mais avant d’être de la noce, veux-tu me permettre d’être de la gageure?
Mille louis que tu ne réussis pas.
RICHELIEU.
Je les tiens. Mais c’est peu que la victoire soit décisive, il faut qu’elle soit prompte, et je ne vous
demande qu’une demi-heure.
LE MARÉCHA.L.
Qu’une demi-heure ! et par quel moyen ?
RICHELIEU.
Il est peut-être un peu extraordinaire; mais soyez sûr qu’il est conforme à l’honneur, sinon
Richelieu ne l’emploierait pas.
LE MARECHAL.
Je demeure stupéfait. Ah çà, répète-moi donc un peu... Comment! aujourd’hui même, malgré sa
colère!...
RICHELIEU.
Elle m’aimera; et dans une demi-heure vous en aurez la preuve.
LE MARECHAL.
Eh ! quelle preuve encore ?
RICHELIEU.
Parbleu! toutes celles que vous voudrez. Voulez-vous qu’ici même elle m’accorde un baiser ?
LE MARECHAL.
Un baiser !
RICHELIEU.
Eh! pourquoi pas? à un époux... Et puis vous serez là.
LE MARECHAL.
Comment, je serai là !RICHELIEU.
Sans cela, pouvez-vous croire que je me permettrais... Il faut que tout se passe sous vos yeux;
estce qu’un mariage peut se faire sans témoin?
(La pendule sonne minuit.)
DUO.
RICHELIEU.
Regardez bien, voilà minuit.
(Il lui montre la pendule.)
Lorsque sonnera la demie,
Dans ce lieu rendez-vous sans bruit.
LE MARECHAL.
Allons, c’est une raillerie.
RICHELIEU, froidement.
Vous le verrez.
LE MARECHAL.
Je le verrai ?
RICHELIEU, gaîment.
Vous le verrez, je gagnerai.
Tout cède à mon empire;
Comme César je pourrai dire :
Je suis venu,
J’ai vu, j’ai vaincu.
LE MARECHAL.
Mais son sang-froid finit par me confondre.
Ici... dans cet appartement !..
RICHELIEU.
Vous vous rendrez secrètement.
LE MARECHAL.
Ma foi, je ne sais que répondre.
Monsieur le conquérant,
Recevez mon compliment.
RICHELIEU.
Tout cède à mon empire, etc.
LE MARECHAL
Puis-je confier à ma nièce
Qu’à son pari je m’intéresse ?
RICHELIEU.
Eh non ! que tout reste entre nous;
Cachons-lui notre intelligence.
Une pareille confidence
Accroîtrait encor son courroux.
LE MARECHAL.
Mais puis-je au moins passer chez elle,
Et lui souhaiter le bonsoir ?
RICHELIEU.Mais surtout, à nos lois fidèle,
Ne lui laissez rien entrevoir;
Et quand vous aurez dit bonsoir,
Vous gagnerez votre demeure.
LE MARECHAL.
Je regagnerai ma demeure...
RICHELIEU.
Et puis, dans une demi-heure...
LE MARECHAL.
Et puis, dans une demi-heure...
RICHELIEU.
Ici, dans cet appartement...
LE MARECHAL.
Ici, dans cet appartement...
RICHELIEU.
Vous vous rendrez secrètement.
LE MARECHAL
Je me rendrai secrètement.
ENSEMBLE
RICHELIEU.
Je reçois votre compliment.
LE MARECHAL.
Monsieur le conquérant,
Recevez-en mon compliment.
(LE MARECHAL entre chez Mme de GUISE.)
SCÈNE VIII.

RICHELIEU, ensuite DUBOIS.
RICHELIEU, seul.
Eh, vite ! Pourvu que Dubois soit à son poste. Il est adroit, intelligent. Ma lettre lui a tout expliqué.
Il a dû se pourvoir d’une échelle. (On frappe en dehors.) Bon, j’entends le signal ! Bien, Dubois, je
suis content de toi. Allons, à ta toilette; prends ma redingote, mets mon chapeau, mon épée : notre taille
est la même; on s’y trompera.
DUBOIS.
Mais, monseigneur, que veut dire...
RICHELIEU.
Écoute à présent : on t’a déjà vu sortir, on te croit dehors; tous les domestiques dorment ou jouent
aux cartes.
DUBOIS.
Oui, monseigneur.
RICHELIEU.
Le visage caché par ton mouchoir, tu traverses le salon de compagnie, l’appartement du maréchal...
DUBOIS.Oui, monseigneur.
RICHELIEU.
L’escalier, le vestibule; tu demandes le cordon.
DUBOIS.
Oui, monseigneur.
RICHELIEU.
Si on te découvre, ce sont des coups de bâton qui te reviennent.
DUBOIS.
Oui, monseigneur.
RICHELIEU.
Mais on ne te découvrira pas.
DUBOIS.
Oui, monseigneur.
RICHELIEU.
Tu fermes la porte cochère fort, très fort, et tu montes dans ma voiture. Lafleur est prévenu,
n’estce pas? (Le rappelant.) Beaucoup de bruit dans la rue, mes chevaux au grand galop. (De même.) Ah!
demain, de bon matin, cours chez ma marchande de modes, commande la corbeille de noce la plus
élégante. Va. (DUBOIS sort, et RICHELIEU le suit des yeu)x .Eh! non, pas ainsi, trop pesamment; une
tournure plus leste, un air plus fat, un air de qualité : tu représentes Richelieu; mieux, beaucoup de
mieux.
SCÈNE IX.

RICHELIEU, seul.
Il est un peu hardi, mon projet, un peu fou. Qu’importe ! l’amour ne doit-il pas excuser les
extravagances qu’il fait commettre?
RONDEAU.
Dieu de Cythère,
Si tant de fois
J’ai, sous tes lois,
Su vaincre et plaire;
Si ton secours
A de mes jours
Orné le cours;
A ma prière,
Viens, dieu puissant,
Dis-moi comment
Une cruelle
Peut s’enflammer
Et vous aimer
En dépit d’elle.
Beauté rebelle
Ris de nos coups;
Que ton courroux
Me venge d’elle.
En ma faveurTouche le cœur
De la cruelle.
Viens, tu le dois :
Sa résistance
Brave à la fois
Et ta puissance
Et mes exploits.

Dieu de Cythère,
Si tant de fois
J’ai, sous tes lois,
Su vaincre et plaire;
Viens de nouveau,
Que ton flambeau
Luise et m’éclaire :
Entends ma voix,
Venge tes droits,
Dieu de Cythère.
Plus de bruit,
Tout ici
Respire le silence.
Douce espérance,
Tout me sourit.
Dieu de Cylhère, etc.
(Parlé.) Mais on vient; cachons-nous.
(Il entre par la première porte à droite, qui est censée celle d’un cabinet de toilette.)
SCÈNE X.

LE MARECHAL, Mme de GUISE, RICHELIEU, caché dans le cabinet.
(Dans toute cette scène, Mme de GUISE doit avoir un ton de dépit bien marqué.)
Mme de GUISE, parlant à la cantonade.
Lisette, vous direz à mes femmes que je n’ai pas besoin ce soir de leurs services; que tout le monde
se retire, que le suisse ferme toutes les portes de l’hôtel, et qu’il monte les clefs chez mon oncle.
LE MARECHAL, étonné.
Comment ! M. de Richelieu est sorti ?
Mme de GUISE.
Eh! sans doute. Voilà deux fois que vous me faites cette question. Il me semble qu’il est assez tard
pour se retirer. Ne vouliez-vous pas qu’il passât toute la nuit ici?
LE MARECHAL, à part.
Ma foi, je m’y perds. Il est parti.
Mme de GUISE.
Eh ! oui. Lisette lui a vu traverser l’antichambre, descendre l’escalier; on a fermé la porte sur lui, et
vous venez d’entendre partir sa voiture. Mais que vous importe, après tout?
LE MARECHAL.
Oh! rien. (Regardant la pendule.) Déjà dix minutes de passées !
Mme de GUISE.En effet, il est plus de minuit; vous ne vous couchez pas ordinairement si tard.
LE MARECHAL.
Je m’en vais. Dis-moi, tu détestes donc Richelieu?
Mme de GUISE.
Je ne le verrai ni ne lui parlerai de ma vie.
LE MARECHAL.
Tu feras bien. Mais es-tu bien sûre qu’il n’obtiendra jamais rien de toi?
Mme de GUISE.
Il n’obtiendra jamais que le plus froid dédain; (Avec dépit.) et je consens bien volontiers à
l’épouser, si je lui accorde la moindre faveur, la moindre préférence.
LE MARECHAL.
Tant mieux, tant mieux; il est impossible qu’il gagne. Tu n’es donc pas femme à changer de
résolution en une demi-heure ?
Mme de GUISE, avec dépit.
En une demi-heure! Mais en vérité, mon oncle, vous me faites d’étranges questions! Tout ce que
j’entends est bien extraordinaire. Il semble qu’on prenne plaisir à me fâcher; et je ne vous ai jamais vu
d’une pareille humeur.
LE MARECHAL.
Mais c’est que toi-même je ne t’ai jamais vue ainsi. Un rien t’irrite, tu parais agitée, émue.
Mme de GUISE, avec agitation.
Emue! moi, je suis émue! Mais où voyez-vous cela? pourquoi le serais-je? qui aurait fait naître
cette émotion? J’en suis fâchée pour votre discernement; mais jamais je n’ai été plus calme, plus
tranquille.
LE MARECHAL.
Pardon, pardon; j’ai tort! (Regardant la pendule.) Le quart dans l’instant! Il faut qu’il ait renoncé...
ou qu’il ait perdu la tête : jamais je n’eus autant de curiosité. Mais patience; dans un quart d’heure...
Bonsoir, ma chère Julie, bonsoir.
(Il l’embrasse et sort.)
SCÈNE XI.

Mme de GUISE, RICHELIEU, caché.
Mme de GUISE.
Je ne sais ce qu’il a aujourd’hui. (Elle s’assied en face d’une toilette.) Il paraît fort occupé de M.
de Richelieu.
RICHELIEU, entrouvrant la porte.
Maudite serrure ! on ne peut rien voir. Qu’elle est bien dans ce négligé ! C’est charmant d’assister à
la toilette d’une jolie femme !
Mme de GUISE.
C’est un impertinent, un bien mauvais sujet.
RICHELIEU.
Comme elle s’occupe de moi !
Mme de GUISE.
C’est qu’aussi les femmes le gâtent.RICHELIEU.
Mais... pas toutes.
Mme de GUISE.
Voilà donc l’homme qu’un moment j’aurais été tentée d’aimer. Je l’avoue, j’avais été séduite par
ses brillantes qualités ! Mais que de présomption ! que de fatuité ! que de défauts, dont il est impossible
qu’il se corrige ! (Avec douceur.) Impossible! pourquoi donc? S’il m’aimait réellement, ne pourrais-je
pas le ramener à la vertu? lui faire sentir que les plaisirs ne sont pas le bonheur? qu’une femme qui
nous aime vaut mieux que cent qui nous trompent? Mais, après tout, que m’importe ? Je pourrais le
rendre parfait, que je m’en soucierais aussi peu! Allons, je n’y dois plus penser. (Réfléchissant.) Je
serais cependant curieuse de savoir par quels moyens il croit... Bon ! c’est une plaisanterie que, dans
son dépit... Non; il parlait sérieusement; et on le dit si téméraire! (Revenant à elle.) Eh bien ! voilà que
j’y pense encore. Mon Dieu! est-ce qu’il suffirait d’être impertinent avec nous pour fixer notre
attention? Est-ce qu’il espérerait gagner son insolent pari? (Souriant.) Pourquoi pas? Malgré moi, je
puis bien l’aimer, puisque malgré moi j’y pense déjà. Allons, chassons ces folles idées. Jamais
Richelieu ne troublera ma tranquillité. Je ne sais ce que j’ai ce soir; il me serait impossible de reposer.
Voilà ma guitare; essayons ma nouvelle romance.
ROMANCE.
PREMIER COUPLET.
L’Amour s’enfuit; dame Cypris
Va le chercher en tous pays;
Gnide, Paphos, Mars, Adonis,
Elle vous quitte pour son fils.
Ce petit traître
A fui ma loi,
Où peut-il être ?
Dites-le-moi.
DEUXIÈME COUPLET.
Sage Minerve, dans ta cour
N’aurais-tu pas caché l’Amour ?
Minerve dit : Sagesse, Amour
N’habitent pas même séjour.
Viens-je à paraître,
Il fuit d’effroi,
Où peut-il être?
Dites-le-moi.
TROISIÈME COUPLET.
Lors chez l’Hymen se rend Cypris :
L’Amour est-il dans ce logis ?
Non, dit l’Hymen... moi seul j’y suis;
En vain, hélas ! j’attends ton fils.
Chez moi le traître
Plus ne se voit :
Où peut-il être ?..
RICHELIEU, paraissant.
Auprès de toi.
Mme de GUISE.
Ciel! que viens-je d’entendre!
DUO.
RICHELIEU.Calmez votre courroux.
C’est l’amant le plus tendre
Qui tombe à vos genoux.
Mme de GUISE.
Téméraire,
Sortez;
Redoutez ma colère;
Éloignez-vous,
Évitez mon courroux.
(Parlé.) Je vous le répète : Sortez, monsieur, ou je vais appeler mes gens.
RICHELIEU.
Ils ne vous entendront pas; vous venez de les envoyer coucher.
Mme de GUISE.
J’appellerai mon oncle.
RICHELIEU.
Votre oncle? (A part.) Trompons-la. (Haut.) Je l’ai enfermé dans sa chambre. Mais pourquoi vous
effrayer? Vous ne voyez ici qu’un amant timide et respectueux, auquel la crainte de mourir d’amour a
fait hasarder une démarche désespérée. Aussi pourquoi me mépriser? Ne sont-ce pas vos mépris qui
m’ont fait recourir à ce moyen téméraire? Je vous le demande, en quoi les avais-je mérités?
Mme de GUISE.
En quoi! monsieur. En quoi! Vous me le demandez, quand vous osez encore vous présenter devant
moi !
RICHELIEU.
Vous m’aviez banni, je le sais; mais je perdrais trop, si je ne voyais plus cette figure céleste, à
laquelle la colère donne de nouveaux charmes. (Gaîment.) Est-il bien vrai, madame, que vous me
haïssez autant que vous me le dites?
Mme de GUISE.
Plus que je ne puis l’exprimer. Et voilà pourquoi je vous prie de sortir à l’instant. RICHELIEU.
Je vous aime trop pour cela. La porte est fermée; les clefs sont chez votre oncle : et j’irais réveiller
vos gens ! causer une esclandre ! vous compromettre ! Moi, compromettre une femme! J’en suis
incapable.
Mme de GUISE.
Me compromettre! Quand je raconterai hautement par quelle trahison...
RICHELIEU.
Et qui persuaderez-vous ? Moi seul avec vous, la nuit, dans votre appartement ! Que ne dira-t-on
pas ? Le chapitre des conjectures est si étendu ! Cependant, si vous le voulez absolument, quoi qu’il en
puisse arriver, je vais vous obéir.
Mme de GUISE, le rappelant d’une voix faible.
Monsieur...
RICHELIEU.
Eh bien ! est-ce décidé? Je reste.
Mme de GUISE.
Non, certainement! — Mais tenez, cette croisée n’est pas bien haute, on pourrait sans bruit...
RICHELIEU.
Ah ! y pensez-vous ? Du mystère ! une croisée ! C’est là le chemin de l’amant favorisé! L’amant
dédaigné, méprisé, sort par la grande porte, et c’est le passage que je choisis. Adieu.(Il va pour sortir.)
Mme de GUISE, avec dépit.
Monsieur!
RICHELIEU.
Que me voulez-vous?
Mme de GUISE.
Vous savez trop bien qu’il faut que je vous fasse rester. ( Les larmes aux yeux.) Voilà donc en quoi
consiste votre ascendant sur notre sexe! C’est donc là votre secret pour captiver le cœur des femmes ! Il
est merveilleux, et vous fait honneur! Convient-il à un homme délicat d’employer la violence, quand la
vertu lui résiste ?
RICHELIEU.
J’ai pu employer l’adresse, quelquefois même la surprise; mais avoir recours à la violence!!! Eh!
qui le pourrait? L’homme le plus audacieux n’est plus auprès de vous qu’un esclave timide. Ne
m’avez-vous pas vu cent fois tremblant, interdit à vos côtés? Du moment que je vous ai vue,
nommezmoi une autre femme que j’aie honorée d’un regard. Si je n’ai pas rampé aussi servilement que
beaucoup d’autres, pouvez-vous m’en faire un reproche? Devais-je avilir l’amant de Julie, et ce noble
feu que la nature a mis dans mon cœur? Mais parlez; quel autre vous aima mieux que moi? Quel autre
eut pour vous plus d’amour, plus de respect?
Mme de GUISE.
Du respect! En effet! Croyez-vous que j’aie oublié l’insolent pari que vous avez osé me proposer?
RICHELIEU.
Oui, madame, je vous aimerai tant qu’enfin vous serez touchée de mon amour; voilà le sens de la
gageure.
Mme de GUISE.
Eh bien ! s’il est vrai que Julie vous soit chère, que vous ambitionnez son estime, accordez-lui ce
qu’elle vous demande avec prière.
RICHELIEU.
Que demandez-vous ?
Mme de GUISE.
Je vous l’ai déjà dit, que vous sortiez à l’instant.
RICHELIEU.
Qu’exigez-vous de moi ? Puis-je renoncer à toutes mes espérances ? sacrifier en un instant ce qui
m’a tant coûté? Dois-je me livrer volontairement à votre colère et à votre froideur, peut-être à vos
railleries?
Mme de GUISE.
Non; je sais pardonner, oublier.
RICHELIEU, tendrement.
Moi, je jure de ne vous oublier jamais; mais puisque vous l’exigez, soit. Je veux vous prouver
combien mon amour est sincère; je veux vous faire un sacrifice que je ne ferais à personne; mais ce
sera, madame, à deux conditions.
Mme de GUISE.
Qui sont?
RICHELIEU.
Promettez-vous de les accomplir?
Mme de GUISE.
Je croyais vous avoir prouvé que la feinte m’était inconnue.RICHELIEU, vivement.
Ainsi vous promettez?
Mme de GUISE.
Que demandez-vous?
RICHELIEU.
Je demande que vous me permettiez de vous revoir, que vous me donniez l’espérance d’être mieux
accueilli : le promettez-vous ?
Mme de GUISE, doucement.
Et votre seconde condition ?
RICHELIEU.
Donnez avant tout votre consentement à la première. Voulez-vous que je la répète?
Mme de GUISE.
Il n’est pas nécessaire. Le brillant Richelieu connaît trop bien son empire sur notre sexe pour ne pas
donner à mon silence une interprétation favorable.
RICHELIEU.
Julie ! adorable Julie !
(Il veut lui prendre la main.)
Mme de GUISE, retirant sa main, mais sans colère.
Point de nouvelle offense ! Votre seconde condition ?
RICHELIEU.
Une seconde condition est une bagatelle pour vous, mais un trésor de bonheur pour moi. Je
demande un baiser pour gage de votre parole, un seul baiser.
Mme de GUISE.
Non, je n’accorderai point volontairement ce que j’ai su refuser à la témérité.
RICHELIEU.
Et pourtant vous mn permettez d’espérer!
Mme de GUISE.
D’espérer, mais non pas d’obtenir.
RICHELIEU, tendrement.
Le baiser... ne fût-ce que le baiser de réconciliation.
Mme de GUISE.
Ne mettez-vous pas, pour troisième condition, que je vous le porterai moi-même?
RICHELIEU.
Non; le prendre est aussi un bonheur.
(Il l’embrasse, et tombe à genoux.)
SCÈNE XII.

LES PRECEDENTS; LE MARECHAL, sortant du cabinet, un bougeoir et une montre à la main.
LE MARECHAL.
La demi-heure à ma montre!
(La demi-heure sonne à la pendule, et RICHELIEU embrasse Mme de GUISE; LE MARECHAL
étonné reste dans le fond.)RICHELIEU, à genoux.
Je ne quitte plus cette attitude. Que sais-je! Cette bonté que vous daignez me montrer, si c’était une
dissimulation qui cachât votre haine! Vous m’avez si souvent répété que vous me haïssiez, que le
dernier des mortels vous plairait plus que moi : je suis au désespoir, si un mot de votre bouche ne me
rend pas la vie.
Mme de GUISE, le contrefaisant.
Ne me rend pas la vie. Levez-vous, hypocrite!
RICHELIEU, tendrement.
Est-ce une amie qui me pardonne ?
Mme de GUISE, soupirant.
Si c’est une amie, je crains bien qu’elle ne soit trompée. Qui peut se fier à vous ?
RICHELIEU
Je ne vous ferai point de serment; je sais un garant plus sûr de ma constance, c’est vous-même. Oui,
pour m’enchaîner à jamais, recevez mon cœur et ma main. Je n’étais qu’égaré. Soyez mon guide, mon
amie, et j’abjure toutes mes folles erreurs. Aimer Julie, n’est-ce pas déjà aimer la vertu?
LE MARECHAL, riant.
Ah! ah! ah! Je consens à l’épouser, si jamais je lui accorde la moindre préférence.
Mme de GUISE.
Ciel! mon oncle!
LE MARECHAL.
Fort bien, ma nièce; j’approuve ta prudence ! tu dédaignes les amants, et tu leur donnes audience
jusque dans ton appartement.
Mme de GUISE.
De grâce, écoutez-moi. Sachez...
LE MARECHAL.
Je sais tout.
Mme de GUISE.
Mais vous verrez...
LE MARECHAL.
Parbleu, j’ai tout vu; et je trouve que l’heure est très bien choisie pour recevoir un amant.
Mme de GUISE.
Mais monsieur n’est pas un amant; c’est un époux.
LE MARECHAL.
Un époux!
RICHELIEU.
O bonheur !
Mme de GUISE.
Que voulez-vous? malgré moi, Richelieu a vu que je l’aimais. (Avec finesse.) Cette découverte-là
serait trop dangereuse avec un amant. Et malheureusement il a trop obtenu pour ne pas tout obtenir.
LE MARECHAL.
A la bonne heure. Voilà parler. Soyez unis, mes enfants; à demain le contrat. J’y signerai; je
danserai à la noce, et je payerai la corbeille de mariage.
RICHELIEU, bas au Maréchal.
J’en étais sûr; je l’avais commandée d’avance.LE MARECHAL.
Incorrigible !
CHOEUR.
O douce ivresse !
Heureux destin !
J’obtiens /Il obtient sa tendresse
Et sa main.
VAUDEVILLE.
Nous savons tous que, dans le mariage,
Pour rien on se brouille soudain;
Pour rien on s’aigrit davantage;
Puis on boude soir et matin.
Ne suivez point cette triste méthode;
Si dans le jour ou vient à se fâcher,
Qu’Amour le soir gaîment vous raccommode
Dans la chambre à coucher.
RICHELIEU.
Dans chaque hôtel, on dit que l’insolence
Est dans la loge du portier;
La paresse et la médisance
Dans l’antichambre et l’escalier;
Dans le boudoir est la coquetterie;
Dans le salon l’ennui vient nous chercher;
Mais le bonheur sans bruit se réfugie
Dans la chambre à coucher.
Mme de GUISE.
Dans tous les temps on craignit le parterre;
Heureux qui peuvent l’égayer!
Notre titre, un peu somnifère,
N’invite que trop à bâiller.
Pour nous ce soir que l’indulgence veille !
Que la critique, au lieu de se fâcher,
Soit parmi vous la seule qui sommeille
Dans la chambre à coucher !
FIN
UNE NUIT DE LA GARDE
NATIONALE
VAUDEVILLE EN UN ACTE

Représenté pour la première fois, à Paris, sur le théâtre du Vaudeville, le 4 novembre 1815.

En société avec M. Poisson
47 pagesT A B L E
PERSONNAGES :
SCÈNE PREMIÈRE. SAINT-LEON, DORVAL, PIGEON ET PLUSIEURS GARDES NATIONAUX.
SCÈNE II. LES MEMES, LAQUILLE
SCÈNE III. LES MÊMES; L’EVEILLE, chargé de divers objets qu’il remet à chaque garde national.
SCÈNE IV. LES PRECEDENTS, LE CAPITAINE.
SCÈNE V. LES PRÉCÉDENTS ; LA MERE BRISEMICHE, avec des petits pains.
SCÈNE VI. LES MÊMES, HORS L’EVEILLE.
SCÈNE VII LES MEMES, HORS LA MÈRE BRISEMICHE.
SCÈNE VIII. LES PRECEDENTS ; L’EVEILLE.
SCÈNE IX. LAQU1LLE ET L’EVEILLE sur le lit de camp ; LA SENTINELLE à la porte du fond; LE
CAPITAINE, achevant de lire la feuille.
SCÈNE X.:
SCÈNE XI L’EVEILLE, LAQUILLE, endormis ; ensuite MADAME DE VERSAC.
SCÈNE XII. LAQUILLE, L’EVEILLE, endormis; LA SENTINELLE, dans le fond; MADAME DE VERSAC
en habit de garde national.
SCÈNE XIII. MADAME DE VERSAC, LAQUILLE se réveillant.
SCÈNE XIV. LA SENTINELLE, SAINT - LEON, DORVAL, MADAME DE VERSAC, PIGEON, ET
AUTRES GARDES NATIONAUX QUI DORMENT.
SCÈNE XV. LES PRECEDENTS; LE CAPITAINE.
SCÈNE XVI. LES PRECEDENTS ; L’EVEILLE, SORTANT DE LA CHAMBRE DU CAPITAINE.
SCÈNE XVII. LES PRECEDENTS ; ERNEST, sortant de la chambre du CAPITAINE, un peu endormi.
SCÈNE XVIII. LES MÊMES; L’EVEILLE, avec un bol de punch allumé.
Titre suivant : ENCORE UN POURCEAUGNACPERSONNAGES :
LE CAPITAINE.
SAINT-LEON, caporal.
DORVAL, garde national.
PIGEON, garde national.
LE PERE LAQUILLE, caporal-instructeur.
ERNEST DE VERSAC.
MADAME DE VERSAC, sa femme.
L’EVEILLE, tambour.
LA MERE BRISEMICHE, marchande de petits gâteaux.
UN CAPORAL du poste voisin.
PLUSIEURS GARDES NATIONAUX, UN SERGENT, formant le poste.

Le théâtre représente l’intérieur d’un corps-de-garde; à droite un lit de camp et une petite porte qui
mène à la chambre du capitaine; à gauche des fusils rangés sur le râtelier; une porte au fond et deux
grandes croisées à travers lesquelles on voit ce qui se passe dans la rue; en dehors un réverbère allumé;
une guérite à la porte et une sentinelle en faction; sur le premier plan un poêle; sur le second une table,
un banc, des chaises: sur la table un chandelier en fer, du papier, des livres, un jeu de dames. Les murs
sont tapissés de grandes pancartes sur lesquelles on lit en grosses lettres : GARDE NATIONALE.
ORDRE DU JOUR. CONSIGNE GÉNÉRALE, ETC.
SCÈNE PREMIÈRE.

SAINT-LEON, DORVAL, PIGEON ET PLUSIEURS GARDES NATIONAUX.
(Au lever du rideau, les personnages sont groupés différemment : SAINT-LEON, en dehors, relève
un factionnaire; PIGEON et DORVAL jouent aux cartes, d’autres jouent aux dames, ou lisent, etc.;
quelques uns sont sur le lit de camp.)
DORVAL.
Quatre-vingt-dix, quatre-vingt-onze, et la dernière quatre-vingt-douze, quatre-vingt-treize, gagné.
Vous êtes capot, monsieur Pigeon.
PIGEON.
Soit! je ne suis pas fâché que la partie soit finie. Je m’en vais dormir.
DORVAL.
Bah! déjà?
PIGEON.
Écoutez donc, ma faction est à trois heures du matin; il est bien naturel que je me repose d’avance.
Je ne sais pas comment cela se fait, je suis toujours de faction pendant la nuit, et plutôt deux fois
qu’une.
DORVAL.
Quand on est biset.
SAINT-LEON.
Vous, un riche marchand !
PIGEON.
AIR : Oui, je suis soldat, moi.

Oui, je suis biset, moi,
Qu’importe la forme?
On peut bien aimer son roiSans être en uniforme.

Qu’importe dans cet état
Une allure guerrière :
Puisqu’au fait on est soldat,
Sans être militaire.
Oui, je suis biset, moi, etc.

Mais ne vous fâchez pas. Vous savez que je dois être habillé pour la revue : j’ai commandé mon
uniforme.
SAINT-LEON.
A la bonne heure.
AIR : Ainsi jadis un grand prophète.

Avec raison chacun s’étonne
Qu’un instant l’on puisse hésiter,
Quand parmi nous il n’est personne
Qui ne soit fier de le porter!
Non, je ne connais pas en somme
D’habit plus noble et plus brillant,
Puisqu’il rassure l’honnête homme
Et qu’il fait trembler le méchant.

DORVAL
Et je vous demande si on peut avoir peur d’un héros en habit marron.
PIGEON.
Ils ont raison; il est de fait qu’avec un habit marron… j’aurais mieux fait de prendre ma redingote.
La nuit sera froide. (Il se couche.) Ah! ah!
DORVAL, à SAINT-LEON.
C’est fort bien, chacun est au corps-de-garde comme chez soi : M. Pigeon dort, moi je m’ennuie;
ces messieurs jouent; et toi, tu rêves sans doute à tes amours, car tu fais une mine...
SAINT-LEON.
C’est vrai, je suis furieux; et quand un jeune homme honnête se présente pour épouser...
DORVAL.
Il y en a si peu qui se présentent ainsi !
SAINT-LEON.
Au moins doit-on le refuser poliment. La lettre la plus impertinente! Ecoute seulement cet
endroitlà, je t’en prie : (Lisant.) « Je n’aime pas les fats, et je crains que ma sœur ne pense comme moi. Que
voulez-vous? c’est un goût de famille. »
DORVAL.
Comment ! c’est cette jolie madame de Versac qui écrit ainsi à toi, qui est la modestie même.
SAINT-LEON.
Que veux-tu? elle a su que j’étais ton ami intime, voilà ce qui m’a perdu!
DORVAL.
Ingrat! cela t’a servi auprès de tant d’autres! D’ailleurs, pourquoi t’adresser à madame de Versac ?
Parle à son mari, à Versac, qui est notre ami. Il y a deux mois encore qu’il était garçon : Il sauracompatir aux maux qu’il a soufferts!
SAINT-LEON.
Bah! il est amoureux de sa femme, et il n’ose plus nous voir depuis qu’elle le lui a défendu. (En
confidence.) Elle a peur que nous ne débauchions son mari.
DORVAL.
Voilà bien le comble de l’injustice.
LA SENTINELLE, en dehors.
Qui vive?
UN CAPORAL, en dehors.
Patrouille !
LA SENTINELLE, criant.
Halte là. Caporal, hors la garde.... reconnaître patrouille.
SAINT-LEON, à deux gardes qui sortent avec lui.
Allons, messieurs.
PIGEON.
Voilà les rondes qui commencent ! Il n’y a rien qui vous réveille comme ça en sursaut.
(On entend chanter en dehors.)
SCÈNE II.

LES MEMES, LAQUILLE
LAQUILLE, entrant.
Cest un’ bonn’ grivoise
Que mamselle Fanchon,
Elle vous Amboise,
Et se rend sans façon.
Un jour à Cythère,
Cupidon disait...
DORVAL.
Eh ! voici notre brave instructeur, le vieux père Laquille.
LAQUILLE.
Oui, le vieux père Laquille ! qui vous apprend tout ce qu’il sait, et de bien bon cœur encore.
Air. : Connaissez mieux le grand Eugène.
Pendant vingt ans, de ma vaillance
Les ennemis ont senti les effets;
Soldat, dès ma plus tendre enfance,
J’ai triomphé sous les drapeaux français ;
A mon pays, que j’ai servi, que j’aime,
J’ai consacré jusqu’au dernier soupir;
Ne pouvant plus le bien servir moi-même,
Du moins j’enseigne à le servir.
DORVAL.
Vous êtes un brave.
LAQUILLE.Prendrons-nous leçon ce soir?
DORVAL.
Ma foi non, tantôt. Mais tenez, voilà Saint-Léon qui est amoureux, ça le dissipera.
SAINT-LEON.
Mu foi non, père Laquille, je ne suis pas en train ; plus tard, si vous voulez.
LAQUILLE.
Morbleu ! qu’est-ce que ça veut dire? amoureux!
AIR : Le briquet frappe la pierre.
Vous, caporal, est-c’ possible ?
Du désord’ donuer l’signal.
DORVAL.
Mais, pour être caporal,
Faut-il donc être insensible?
LAQUILLE.
Oui, le service d’abord,
Fût-on mêm’ sergent-major.
J’ons brûlé tout comme un autre,
Et des feux les plus ardents ;
Car on était de mon temps
Amoureux tout comme au vôtre;
Mais j’nous arrangions chacun
Pour l’être de deux jours l’un.

(Parlé:) Ainsi, décidez-vous.

AIR: Gai, gai, Mariez-vous.
Il faut, c’est là ma loi,
Qu’au service
On obéisse;
Il faut, c’est là ma loi,
Choisir entr’ l’Amour et moi.
A ce chef plein de malice,
Dès que vous vous adressez,
Gnia plus besoin d’exercice
L’Amour en fait faire assez.
Il faut, etc.

SCÈNE III.

LES MÊMES; L’EVEILLE, chargé de divers objets qu’il remet à chaque garde national.
L’EVEILLE
Air : On dit partout dans le monde.
A vos désirs fidèle,
J’ai rempli tous vos vœux ;Je vais, à mon zèle,
Vou rendre tous heureux.
(Donnant à l’un le journal.)
Voilà ce qu’on annonce.
(A un autre.)
Voilà votre billet.
(A un autre.)
Voilà votre réponse.
(A M. Pigeon, en lui donnant une volaille enveloppée dans du papier.)
Voilà votre poulet.
TOUS.
A nos désirs fidèle,
Tu remplis tous nos vœux, etc.
PIGEON. (Parlé.)
Allons, tu as oublié mon bonnet de coton; tout est conjuré contre mon repos.
SAINT-LEON.
Tu as été bien longtemps.
L’EVEILLE.
J’avais tant de choses à faire ! L’un m’envoie porter une lettre d’excuse à sa maîtresse, l’autre
demander de l’argent à sa femme. Savez-vous que pour être tambour de la garde nationale, il faut de la
tête et des jambes, et de l’oreille donc ?
PIGEON.
C’est juste, faut être musicien.
L’EVEILLE.
Et il n’y en a pas un pour pincer un roulement comme moi. Ce n’est pas moi. qui prendrai un ffla
pour un rrra; et ça sans avoir étudié au Conservatoire encore.
DORVAL.
Dis donc, petit joufflu, c’est toi qui portes les billets de garde ?
L’EVEILLE.
Je le crois bien.
DORVAL.
Eh bien ! tâche donc de ne pas venir si souvent chez moi. Mon portier ne voit que ton visage.
L’EVEILLE.
Vous êtes difficile. Il y a bien des belles dames de votre quartier qui me paieraient pour apporter
des billets à leurs maris.
DORVAL.
Bah!
L’EVEILLE.
AIR : Du froid avec courage (Gaspard)
Quand l’heureuse missive
Arrive un beau matin ;
Crac... l’épouse attentive
L’envoie à son voisin :
Soudain il y regarde
Le jour du rendez-vous ;
C’est le billet de gardeQui sert de billet doux.
(Parlé.) On s’en est plaint à la poste. Le facteur du quartier ne fait plus rien ; mais moi, c’est
différent.
Air du vaudeville de Lantara.
Si monsieur craint ma visite,
Madam’ la trouve d’ son goût;
L’un m’ paierait pour v’nir plus vite,
L’autr’ pour ne pas v’nir du tout !
D’sorte qu’ j’arrive ou que j’tarde,
Toujours on donne au facteur ;
Et pour moi z’un billet d’ gardé
Est un billet z’au porteur.
SAINT-LEON, à part.
Parbleu, il me vient une idée. (Haut.) Messieurs, quelle heure est.-il ?
PIGEON.
Est-ce que vous voudriez vous aller coucher? Pas de ça, au moins.
SAINT-LEON.
Eh ! non, soyez tranquille. Est-ce qu’un caporal quitte son poste ? (A un garde.) Camarade,
voulezvous me céder la table un instant?
LE GARDE.
Bien volontiers.
(Saint-Léon se met à la table et écrit.)
SCÈNE IV.

LES PRECEDENTS, LE CAPITAINE.
L’EVEILLE.
Dites donc, père Laquille, jouons-nous une partie? la mouche ou la brisque?
LAQUILLE.
J’aime mieux les jeux de combinaison, la drogue, la bataille. (S’adressant au capitaine.) Salut à
notre digne capitaine.
LE CAPITAINE.
Bonjour, mon brave. Mes amis, sommes-nous au complet ?
SAINT-LEON.
Oui, capitaine.
LE CAPITAINE.
A la bonne heure. (Sévérement.) Messieurs,
Air du vaudeville de l’Asthénie.
Oui, je vous le dis sans détours,
Dans les heures de l’exercice,
Qu’à son poste l’on soit toujours ;
Point d’excuse pour le service.
A la rigueur je suis enclin :
Qu’à ma voix tout le monde tremble !
Ce soir obéissez, (Riant:) demain
Nous déjeunerons tous ensemble.SAINT-LEON.
Je n’ai pas oublié que vous nous avez promis un pâté.
L’EVEILLE.
Et un pâté solide au poste.
LE CAPITAINE.
Et six bouteilles de vin de Soterne, qui nous attendent en faction.
DORVAL.
Capitaine, si vous renforciez le poste ?
LE CAPITAINE.
C’est juste. Il y en aura douze; mais, messieurs, je vous le demande en grâce, des bonnets à poil ; il
nous en manque encore dans la compagnie. (On entend en dehors:) Buvez la goutte, cassez la croûte.
SCÈNE V.

LES PRÉCÉDENTS ; LA MERE BRISEMICHE, avec des petits pains.
DORVAL.
Eh ! c’est la mère Brisemiche.
MADAME BRISEMICHE.
Allons, mes enfants, buvez la goutte, cassez la croûte. De la bonne eau-de-vie, des bons gâteaux, ils
sont tout chauds.
UN GARDE, sur le lit de camp.
Laissez-nous dormir.
LE CAPITAINE.
Bah ! elle en a réveillé bien d’autres.
(PIGEON et LAQUILLE prennent de ses petits pains.)
SAINT-LEON, bas à L’EVEILLE.
Tiens, il faut, à l’instant, porter cette lettre à son adresse; ça n’est pas loin.
L’EVEILLE.
Et si le capitaine me demande?
SAINT-LEON.
Je m’en charge. Va vite; mais ne dis pas que ça vient du corps-de-garde.
L’EVEILLE.
Soyez tranquille.
MADAME BRISEMICHE, l’arrêtant.
Dites donc, mon petit, vous ne me prenez rien ? Vous savez bien que je donne toujours le treizième
par-dessus le marché.
L’EVEILLE.
Volontiers, la mère, si vous voulez me donner une douzaine de treizièmes.
SCÈNE VI.

LES MÊMES, HORS L’EVEILLE.LAQUILLE.
Cette mère Brisemiche, c’est bien la doyenne des marchandes.
MADAME BRISEMICHE, lui versant à boire.
Dam ! voilà bientôt dix ans que j’ai ouvert mon commerce de gâteaux.
PIGEON, essayant d’en manger.
En voilà un qui date de l’ouverture.
MADAME BRISEMICHE, versant à Laquille.
Bah ! c’est fait d’hier.
LAQUILLE, qui a bu.
Je le vois bien.
MADAME BRISEMICHE.
Eh bien ! v’là comme ils sont tous !
AIR: J’ai vu le Parnasse des dames.
Sur moi la médisanc’ s’exerce,
Car, voyez-vous, j’ons des enn’mis;
On veut fair’ tort à mon commerce,
Mais de leurs caquets je me ris.
Quand on a d’la conduite et d’ l’ordre,
On est au-dessus des propos;
Et j’défions qu’ jamais on puiss’ mordre
Ni sur moi, ni sur mes gâteaux.
LE CAPITAINE.
Au moins, la mère, ça va-t-il comme vous voulez ?
MADAME BRISEMICHE.
Oh! nous avons eu un mauvais moment à passer.
Air : Sans mentir. (Des Landes)
Pendant c’ temps pas un p’tit verre,
Et pas un gâteau d’ vendus,
On n’ faisait rien à Nanterre,
Le commerce n’allait plus ;
Maint’nant contre un’ présidente
Je n’ changerions pas d’emploi:
On dirait qu’ la soif augmente
Et tout l’ mond’ veut boire, j’ crois,
D’puis qu’on boit,
D’puis qu’on boit,
A lu sauté d’ not’ bon roi.
LE CAPITAINE. (Parlé.)
S’il est ainsi, je me dévoue.
TOUS.
Et nous aussi, nous boirons à la santé du roi !
LE CAPITAINE, qui a bu.
Diable ! il faut bien l’aimer.
LAQU1LLE, avalant un grand verre.
Bah ! l’enthousiasme fait tout passer.LE CAPITAINE, tirant sa montre.
Eh ! Eh ! messieurs, voilà l’heure de la première patrouille.
MADAME BRISEMICHE.
Adieu, mes enfants, je m’en vas au poste voisin, bonne nuit. Buvez la goutte, cassez la croûte.
(Elle sort.)
SCÈNE VII

LES MEMES, HORS LA MÈRE BRISEMICHE.
LE CAPITAINE, lisant sur la feuille.
La caporal Saint-Léon, Dorval et cinq hommes.
SAINT-LEON, à part.
Ah diable ! et L’Eveillé qui n’est pas revenu !
LE CAPITAINE.
Allons, messieurs, il faut vous disposer.
SAINT-LEON.
Oui, mon capitaine ; allons, messieurs.
DORVAL, à Saint-Léon.
Eh bien ! qu’est-ce que tu as donc ?
SAINT-LEON.
Ce que j’ai. Sais-tu à qui j’ai écrit? à Versac.
DORVAL.
A Versac !
SAINT-LEON.
Oui, un billet doux, un rendez-vous que je lui donne de la part d’une jolie dame de ce quartier,
qu’il courtisait avant son mariage.
DORVAL.
Et tu crois qu’il y viendra ?
SAINT-LEON.
Il se ferait pendre plutôt que d’y manquer. A minuit, une heure, il doit arriver sous les fenêtres de sa
belle, qui demeure en face.
DORVAL.
Eh bien?
SAINT-LEON.
Eh bien ! eh bien ! tu ne comprends rien ? nous nous moquerons de lui, et nous lui ferons passer au
corps de-garde une nuit qu’il croyait mieux employer.
DORVAL, vivement.
C’est charmant! il nous paiera du punch.
SAINT-LEON.
Et conçois-tu la colère!., les soupçons,!., la jalousie de sa femme ?... car elle est jalouse, ah! c’est
une bénédiction !
DORVAL.
Ah ! elle ne veut pas que nous voyions son mari, et elle nous refuse sa sœur!... nous verrons.SAINT-LEON.
Et ce l’Eveillé qui ne vient pas.
LE CAPITAINE, lisant près du poêle.
Eh bien ! messieurs, cette patrouille?
SAINT-LEON.
Voilà, voilà, mon capitaine.
Air : Ma belle est la belle des belles.
L’ordre en ce moment vous réclame,
Allons, messieurs, disposez-vous.
(Bas à Dorval.)
Juge du dépit de sa femme,
En ne voyant pas son époux.
DORVAL.
Certes la vengeance est cruelle.
SAINT-LEON.
Je dois, pour ne pas être ingrat,
Condamner au veuvage celle
Qui me condamne au célibat.
(Parlé.)
Allons, messieurs, disposez-vous. M. Pigeon !
PIGEON.
Ce n’est pas encore mon heure de faction.
DORVAL.
C’est une patrouille, entendez-vous?
SCÈNE VIII.

LES PRECEDENTS ; L’EVEILLE.
L’EVEILLE, bas à SAINT-LEON.
J’ai remis la lettre.
SAINT-LEON.
A lui?
L’EVEILLE.
Non, à la femme de chambre. Monsieur n’était pas rentré, et madame l’attendait avec impatience.
DORVAL.
Et on la lui remettra?
L’EVEILLE.
Avant qu’il ne se couche.
SAINT-LEON.
Bon ! il ne se couchera pas. Tu as été bien longtemps.
L’EVEILLE.
Le temps de changer. Est-ce que je pouvais y aller en militaire? J’ai mis ma veste, pour être en habit
bourgeois.
LE CAPITAINE, les passant en revueC’est bien, fort bien ! Eh bien ! M. Pigeon, et votre giberne? Messieurs, on ne doit pas sortir du
poste sans gibernes.
DORVAL.
On ne doit même pas les quitter; c’est de rigueur.
PIGEON, au capitaine.
Eh bien! et la vôtre? Ah! pardon.
SAINT-LÈON, bas à L’ÉVEILLÉ.
AIR : Eh! ma mère.
Surtout le plus grand silence,
Pas un mot, souviens-t’en bien.
L’EVEILLE.
Je vous en réponds d’avance,
Primo d’abord . je n’ sais rien!
Mais nia renommée est faite,
Et l’on sait qu’en fait d’amour
J’sis galant comme un trompette,
Et discret comme un tambour.
DORVAL, bas à SAINT-LEON. (Parlé.)
Et s’il devançait l’heure, s’il venait avant notre retour ?
SAINT-LEON.
Je vais dire un mot à la sentinelle. Allons, partons,
LE CAPITAINE.
AIR du branle sans fin.
Allons, partez tous enfin.
En silence,
Qu’on s’avance,
Et que sur votre chemin
Règnent l’ordre et la prudence.
SAINT-LEON.
Versac en ces lieux conduit....
Nous allons tout à notre aise
Passer une bonne nuit,
Et sa femme une mauvaise.
TOUS.
Allons, partons tous enfin
En silence,
Qu’on s’avance,
Et, que l’ordre et la prudence
Règnent sur notre chemin.
(Ils sortent.)
SCÈNE IX.

LAQU1LLE ET L’EVEILLE sur le lit de camp ; LA SENTINELLE à la porte du fond; LE
CAPITAINE, achevant de lire la feuille.
LAQUILLE.Allons, je vois qu’ils ne prendront leçon qu’à leur retour... Bonne nuit, mon capitaine.
LE CAPITAINE.
Bonsoir, mon brave.
L’EVEILLE.
Prends garde au serein, malin.
SCÈNE X.:
LES PRECEDENTS; ERNEST passant dans la rue.
LA SENTINELLE.
Qui vive?
ERNEST.
Bourgeois.
(Ernest est en costume de bal, bas de soie blancs, etc., et la crois d’honneur.)
ERNEST, entrant.
Salut, camarades. Pourriez-vous avoir la bonté de me dire qui est-ce qui commande ici?
L’EVEILLE.
C’est le capitaine lui-même.
ERNEST.
Me serait-il permis de lui parler?
LE CAPITAINE.
C’est moi, monsieur: que puis-je faire pour vous ?
ERNEST.
Monsieur, je viens vous prier.... de vouloir bien m’arrêter.
LE CAPITAINE.
Comment, monsieur!
ERNEST.
C’est un service que j’attends de votre obligeance.
LE CAPITAINE.
Enchanté de faire quelque chose qui vous soit agréable, mais ne puis-je savoir...
ERNEST.
C’est trop juste. Je vous avouerai donc que, quoique je sois militaire, et que j’aie vingt-cinq ans,
j’aime prodigieusement m’amuser.
LE CAPITAINE.
Voilà qui est bien étonnant !
ERNEST.
Mais j’ai une femme.
LE CAPITAINE.
Et cela ne vous amuse pas ?
ERNEST.
Au contraire, monsieur, la plus jolie petite femme ! gentille, aimable, spirituelle, qui m’aime, qui
m’adore ; il y n deux mois que je l’ai épousée.
LE CAPITAINE.Tant que cela?
ERNEST.
Tout autant. Mais ce qui va bien plus vous surprendre, c’est que moi... Ah çà, je vous demande le
plus grand secret. C’est que j’en suis amoureux fou !
LE CAPITAINE.
Bah !
ERNEST.
Mais qui n’a pas eu de faiblesses? Vous-même! les plus grands capitaines! et la mienne va au point
que j’ai promis à ma femme de rentrer tous les soirs à neuf heures.
Air du Verre.
Croyez-vous que depuis deux mois,
Moi, jadis léger et frivole,
C’est ici la première fois
Que je lui manque de parole ;
Et jugez de son désespoir,
Car soit amour, soit habitude,
Ma femme, à ce que j’ai cru voir,
Tient beaucoup à l’exactitude.
(Parlé.) Elle sera désolée, mais que voulez-vous ? Un dîner charmant, du vin de Champagne, de
jolies femmes. On dîne si tard à présent! et puis, il y a eu un petit bal.
LE CAPITAINE.
Oh ! je me mets bien à votre place.
ERNEST.
Vous voyez, d’après tout cela, que si je ne suis pas arrêté, je suis un homme perdu ! tandis que si
demain matin on me voit arriver au logis, conduit par deux gardes nationaux!... «Comment! ce pauvre
mari !...il a passé la nuit au corps-de-garde !… Et moi qui osais l’accuser !… » Elle m’en aimera deux
fois
LE CAPITAINE.
C’est même une spéculation. Mais vous allez passer une mauvaise nuit ?
ERNEST.
Bah ! l’autre sera meilleure. D’ailleurs, demain, après-demain, ne puis-je pas être des vôtres?
LE CAPITAINE.
Ah ! vous êtes aussi de la garde nationale?
ERNEST.
Je m’en fais un devoir.
Air : Voulant par ses œuvres complètes.
Croyez que de voire obligeance,
J’aurai toujours le souvenir;
Ah ! pour combler mon espérance,
Que ne puis-je ainsi vous servir!
Si jamais les destins vous mettent
Dans le cas où nous nous trouvons,
Songez que nous nous fâcherons
Si d’autres que moi vous arrêtent.
LE CAPITAINE.
Vous êtes trop bon ! mais je serais charmé de faire plus ample connaissance, et de savoir le nom
d’un mari aussi fidèle.ERNEST.
Ah ! volontiers : je suis... (Il le tire du côté opposé à l’Eveillé et à Laquille, et lui parle bas à
l’oreille.)
LE CAPITAINE.
Comment ! je l’ai vue autrefois chez son père. Elle était bien jeune alors ! Mais donnez-vous donc
la peine d’entrer dans mon appartement.
Air : Nous verrons à ce qu’il dit (DE BANCELIN).
Acceptez donc sans façons
L’asile que je vous présente ;
Oui, votre femme est charmante,
De ses attraits nous parlerons.
Ah ! d’ici je vois
Son joli minois ;
Je vois
Sa taille élégante
Et son air fripon,
Et son pied mignon.
ERNEST.
Eh bien !
Vous ne voyez rien.
ENSEMBLE :
LE CAPITAINE.
Acceptez donc sans façons, etc.
ERNEST.
Oui, j’accepte sans façons,
Monsieur, une offre qui m’enchante,
Puisque ma femme est absente,
De ses attraits nous parlerons.
SCÈNE XI

L’EVEILLE, LAQUILLE, endormis ; ensuite MADAME DE VERSAC.
LA SENTINELLE, à la porte.
Qui vive?… qui vive?… qui vive? ou je tire.
MADAME DE VERSAC, paraissant à la porte du corps-de-garde.
Garde nationale !
LA SENTINELLE.
Comment, garde nationale ! Soldat du poste, vous voulez dire !
MADAME DE VERSAC.
Oui, monsieur, soldat du poste.
LA SENTINELLE.
Comment! sans sabre ni giberne? (Vivement à part.) Et cet homme suspect dont parlait le caporal.
(Haut.) Entrez vous expliquer.
MADAME DE VERSAC.
Ne vous fâchez pas, je reste... il n’y a que manière de prier.SCÈNE XII.

LAQUILLE, L’EVEILLE, endormis; LA SENTINELLE, dans le fond; MADAME DE VERSAC en
habit de garde national.
MADAME DE VERSAC.
Ah! mon Dieu, et ma femme de chambre... (Apercevant Laquille.) Ah ! il m’a fait une peur! Non, il
dort.... Mais qui m’aurait dit que jamais!...aussi, conçoit-on rien à mon aventure!... Le perfide! À minuit
n’être pas rentré! (Montrant une lettre.) et il arrive pour lui un rendez-vous, quand peut-être il est déjà à
un autre! Cette lettre que m’a donnée ma femme de chambre,... ce n’est pas bien à moi de l’avoir
décachetée, c’est vrai ! mais enfin, pour qui me trahit-il? pour une madame de Sénanges, la plus grande
prude, ou plutôt la plus grande coquette. Fiez-vous donc aux femmes ! Que j’aurais eu de plaisir à la
confondre, à me trouver à ce rendez-vous ! c’est pour cela que j’ai pris l’habit de mon mari; et encore, à
peine suis-je descendue de ma voiture, où m’attend ma femme de chambre, que je me trouve arrêtée ici,
dans un corps-de-garde : (regardant autour d’elle) ça n’est pas beau du tout. Des bancs, une table, ah !
des cartes, des papiers, des livres. Nos maris ne sont pas si à plaindre qu’ils veulent bien le dire, et
s’ennuient moins au corps-de-garde que nous à les attendre ! C’est là sans doute que, tous réunis, ils
rient à nos dépens, ou s’occupent peut-être des moyens de nous tromper.
Air du vaudeville de Jadis et Aujourd’hui.
Hélas ! crédules que nous sommes,
Plaignons donc encor nos époux !
Lorsque ces messieurs sont entre hommes,
Dieu sait ce qu’ils disent de nous.
Dans ces lieux ou chacun outrage
Notre constance et nos vertus,
Que d’époux se perdraient, je gage...
S’ils n’étaient pas déjà perdus!
(Parlé.) Aussi ma sœur ne se mariera pas, et quoi qu’elle en dise, je la forcerai bien à rester fille, et
à être heureuse malgré elle.
SCÈNE XIII.

MADAME DE VERSAC, LAQUILLE se réveillant.
LAQUILLE.
Si je n’y avais pas pris garde, j’allais m’endormir. Ah ! Voilà un camarade. Allons, camarade,
voyons, la leçon.
MADAME DE VERSAC
Quelle leçon ?
LAQUILLE.
D’exercice, apparemment ; est-ce que j’en donne d’autres ?
MADAME DE VERSAC
Comment me tirer de là?
LAQUILLE.
Allons, prenez votre fusil. Eh bien! ne savez-vous où est votre fusil ?... là... avec les autres. Est-ce
que vous êtes aussi amoureux ? Il n’y a que des amoureux dans la compagnie.
MADAME DE VERSAC
Allons, de la hardiesse; je ne m’en tirerai peut-être pas plus mal que beaucoup de ces messieurs.
LAQUILLE.Bien, tenez-vous droit, l’œil fixe, les épaules effacées; rentrez-moi cet estomac. Comme c’est
gauche un soldat qui n’a pas vu le feu ! Attention au commandement.. Portez... (au commandement de
porter, vous élevez l’arme vivement vers l’épaule gauche; la main gauche sous la crosse, la droite à la
batterie.) Portez armes! (MADAME DE VERSAC porte armes.) Pas mal, mais ça pourrait être mieux.
Ah ! j’oubliais de vous dire, ainsi qu’à ces messieurs, que je ne pourrai pas cette semaine aller donner
de leçon chez vous.
MADAME DE VERSAC, à part.
Je n’y tiens pas du tout.
LAQUILLE
AIR du vaudeville de Sophie, ou de l’Auberge.
N’allez pas perdre en mon absence
La leçon qu’ vous recevez ici.
(Parlé.)La tête haute.
MADAME DE VERSAC.
Je vous en donne l’assurance ;
Je n’oublierai pas celle-ci !
(Parlé.) J’enrage!
LAQUILI.E.
Jugez pour vous quel avantage,
D’être au poste venu coucher !
Vous n’auriez pas eu d’ leçon, j’ gage,
Si vous n’étiez v’nu la chercher.
MADAME DE VERSAC. (Parlé.)
Il a raison.
LAQUILLE.
Allons, présentez armes ! Eh bien ! qu’est-ce que vous faites donc là ?
MADAME DE VERSAC
C’est qu’aussi c’est trop lourd.
LAQU1LLE.
Bah ! vous vous y ferez ; et sur le champ de bataille donc ! dix coups à la minute ! Pif, paf ; on tire,
on tue, on est tué : la seconde fois on n’y fait pas attention.
LA SENTINELLE.
Qui vive?
SAINT-LEON, en dehors.
Patrouille rentrante.
LAQUILLE.
C’est notre ronde qui revient avec le caporal ; je vais en prévenir le commandant.
(Il entre chez LE CAPITAINE.)
MADAME DE VERSAC.
Si je pouvais parler à ce caporal, et obtenir de lui la liberté et le secret. Mais comment répondre aux
premières questions? Feignons de dormir.
(Elle s’assied sur une chaise, et tourne le dos à ceux qui arrivent)
(On relève la sentinelle du fond ; les autres déposent leurs fusils, ou se couchent sur le lit de
camp.)SCÈNE XIV.

LA SENTINELLE, SAINT - LEON, DORVAL, MADAME DE VERSAC, PIGEON, ET AUTRES
GARDES NATIONAUX QUI DORMENT.
TOUS.
AIR des Vendanges du vaudeville.
Nous voilà tous de retour,
Nous avons fini la ronde ;
Quand on fait dormir le monde,
On peut dormir à son tour.
DORVAL.
Notre zèle fait merveille,
Et l’on doit être content ;
Dans le quartier tout sommeille.
PIGEON.
Moi, je vais en faire autant.
TOUS.
Nous voilà, etc.
LA SENTINELLE, bas à SAINT-LEON. (Parlé.)
J’ai fait entrer un homme au corps-de-garde ; je ne sais pas si c’est votre homme. Tenez, il est là qui
dort.
SAINT-LEON.
C’est bien. (Bas à Dorval.) Versac est arrêté. (Ils s’avancent tous deux, pas à pas, et aperçoivent
MADAME DE VERSAC qui dort.) Que vois-je ? c’est sa femme !
DORVAL.
Quelle rencontre !
SAINT-LEON.
Ma foi, je n’y conçois rien. Mais ce tour-ci vaut mieux que le nôtre. Dors, et laisse-moi parler.
(Haut.) Voyons donc ce garde national que l’on a arrêté. (Feignant d’apercevoir madame de Versac.) En
croirai-je mes yeux ! yeux !
MADAME DE VERSAC.
Monsieur de Saint-Léon !
SAINT-LEON, à voix basse, les premiers mots.
Quoi! c’est vous, madame, à la caserne, en uniforme? Auriez-vous, par hasard, reçu un billet de
garde ? Notre sergent - major en envoie à tout le monde; ou plutôt, ce qu’on disait des dames de Paris
serait-il vrai ?
Air: Tu vois en nous le régiment (JOURNEE AU CAMP).
Ces dames avaient le projet
De former plusieurs compagnies ;
Pour les commander on devait
Choisir, dit-on, les plus jolies.
Je vois que c’est une erreur;
Si la nouvelle était certaine,
Au lieu d’être simple chasseur,
Madame serait capitaine.
MADAME DE VERSAC.Vous triomphez, monsieur, vous pouvez m’accabler.
SAINT-LEON.
Moi ! ah! vous me connaissez bien mal. (Avec intention .) Et quoique vous n’aimiez pas les fats...
MADAME DE VERSAC, confuse.
Ah ! monsieur, combien je suis honteuse!
SAINT-LEON.
Non, je sais que vous ne les aimez pas. On ne peut pas disputer des goûts ; mais un fat peut
quelquefois être utile. Que puis-je faire pour vous?
MADAME DE VERSAC.
Vous le savez, me faire sortir de ces lieux.
SAINT-LEON.
Impossible pour le moment, à moins d’en parler au sergent, qui en parlerait au capitaine, qui en
parlerait…
MADAME DE VERSAC, avec impatience.
A toute la légion.
SAINT-LEON.
Non, pas tout à fait, mais qui en ferait son rapport, et vous sentez que demain cela irait à
l’étatmajor. J’aime mieux, sans en rien dire, saisir la première occasion. D’ailleurs, déjà nous quitter, cela
n’est pas galant.
MADAME DE VERSAC.
Et comment justifier mon absence aux yeux de mon mari ? que lui dire ?
SAINT-LEON.
Mais ce qu’il vous dit lui-même en pareil cas.
MADAME DE VERSAC.
Oh ! les maris ne manquent jamais d’excuses ; ils s’entendent avec le capitaine; ils disent qu’ils sont
de garde, et tout finit par là : mais moi, quel prétexte prendre? Encore, s’il y avait bal de l’Opéra.
SAINT-LEON.
C’est si commode les bals de l’Opéra !
DORVAL, à part.
C’est la garde nationale des dames.
MADAME DE VERSAC.
Et d’ici là, si quelqu’un de connaissance, si quelqu’un moins discret que vous ?...
SAINT-LÉON.
Il n’y en a pas. Personne ici ne vous connaît, à moins cependant que le jeune Dorval... N’avez-vous
pas idée?...
MADAME DE VERSAC.
Oui, oui, je l’ai vu une ou deux fois en société; et peut-être aura-t-il remarqué ma figure.
SAINT-LEON.
Il serait difficile qu’il ne l’eût pas fait. Mais rassurez-vous, je vais parer le coup. (Lui frappant sur
l’épaule.) Hein, Dorval, Dorval !
MADAME DE VERSAC.
Quoi ! vous le réveillez ?
SAINT-LEON.
Ne connais-tu pas madame de Versac ?DORVAL, feignant de s’éveiller.
Oui, parbleu ! In plus jolie femme du monde; un peu maligne, un peu prude, un peu...
SAINT-LEON.
Je te présente M. Dorlis, sou frère, un de mes camarades.
DORVAL.
Monsieur, enchanté de faire votre connaissance; comme vous voyez, je suis l’ami de la famille, et
je tiens beaucoup à devenir le vôtre.
MADAME DE VERSAC.
Monsieur…
DORVAL, à MADAME DE VERSAC.
C’est qu’en effet vous ressemblez beaucoup à votre sœur; charmante petite femme, qui ne peut pas
me souffrir : c’est le seul défaut qu’on lui reproche dans le monde. Pardi, vous devriez bien nous
raccommoder avec elle
SAINT-LEON.
Je n’osais vous en prier, mais c’est là le plus ardent de mes vœux.
Air du vaudeville de la Robe et les Bottes.
Dites-lui bien qu’à l’amitié fidèle,
Parfois malin, mais toujours généreux.
DORVAL.
De faux rapports nous ont noircis près d’elle,
Des étourdis ne sont pas dangereux.
SAINT-LEON.
Daignez, pour nous, employer vos prières.
De vos bontés c’est peut-être abuser ;
(Avec intention, et lui prenant la main.)
Mais on sait qu’entre militaires
On ne peut rien se refuser.
TOUS TROIS.
Oui, l’on sait qu’entre militaires
On ne peut rien se refuser.
SAINT-LEON, à madame de Versac. (Parlé.)
Silence! voici le capitaine.
SCÈNE XV.

LES PRECEDENTS; LE CAPITAINE.
LE CAPITAINE.
Eh bien! messieurs, vous voilà de retour. Qu’avez-vous vu pendant la patrouille?
SAINT-LEON.
Oh! rien de nouveau, capitaine.
PIGEON.
Excepté la pluie.
LE CAPITAINE.
Encore faut-il que je sache...SAINT-LEON.
Oh! très volontiers.
Valse du Hâvre.
Je pars,
Déjà de toutes parts
La nuit sur nos remparts
Jette une ombre
Plus sombre.
Chez vous
Dormez, époux jaloux,
Dormez, tuteurs, pour vous
La patrouille
Se mouille,

Au bal
Court un original,
Qui, d’un faux pas fatal
Redoutant l’infortune,
Marche d’un air contraint,
S’éclabousse et se plaint
D’un réverbère éteint
Qui comptait sur la lune.

Un luron,
Que l’instinct gouverne,
A défaut de sa raison,
Va frappant à chaque taverne,
La prenant pour sa maison.
J’examine,
Cette mine
Qu’enlumine
Un rouge bord ;
Quand au poste
Qui l’accoste,
Il riposte :
Verse encor,

Je vois
Revenir un grivois
Qui, charmé de sa voix,
Sort gaîment du parterre ;
Il chante, et plus content qu’un dieu,
Il écorche avec feu
Un air de Boyeldieu.

Plus loin,
Près du discret cousin,
En modeste sapin,
Rentre la financière ;Quand sa couturière
Sort de Tivoli
Dans le galant wiski
Que prêta son mari.

A mes. yeux s’ouvre une fenêtre
Que lorgnait un amateur,
Mais je crois le reconnaître,
Et ce n’est pas un voleur.
Je m’efface
Pour qu’on fasse
Volte-face
A l’instant;
(A voix basse.)
Car la belle,
Peu cruelle,
Etait celle
Du sergent.

Jugeant
En chef intelligent
Que rien n’était urgent
Quand la ville
Est tranquille,
Je rentre, et voici, général,
Le récit littéral
Qu’en fait le caporal.
LE CAPITAINE.
Bien ! fort bien !
PIGEON.
Et ce qui m’en plaît, à moi, c’est que, grâce à ma patrouille, mon heure de faction est passée, et que
je ne la ferai pas.
DORVAL.
Laissez donc, votre tour va revenir.
PIGEON.
Comment, mon tour va venir! il y en a donc qui manquent? On devrait avoir l’œil à cela. Je ne
monterai pas ma faction qu’on n’ait fait l’appel.
LE CAPITAINE.
C’est juste; aussi bien je ne l’ai pas encore fait.
MADAME DE VERSAC., à Saint-Léon.
Il va tout découvrir !
LE CAPITAINE.
Vous devez être dix, y compris le caporal.
PIGEON.
Voyez-vous, et je parie que nous ne sommes pas sept.
LE CAPITAINE.Tambour, réveillez tout le monde.
I.’EVEILLE, fait un roulement.
Allons, messieurs, à l’appel, à l’appel !
PLUSIEURS GARDES NATIONAUX, sortant de la chambre du Capitaine, ou venant du fond.
Présent, présent !
TOUS.
Présent, présent !
LE CAPITAINE.
Rangez-vous; je vais commencer par vous compter
PIGEON.
On va bien voir.
(Ils se rangent tous sur la même ligne ; PIGEON est à la tête, MADAME DE VERSAC est à
l’extrémité ; après elle SAINT-LEON, DORVAL, etc. LAQUILLE et l’EVEILLE regardent.)
LE CAPITAINE, comptant.
Air: Un bandeau couvre les yeux.
Un, deux, trois, quatre, cinq, six,
Et sept, et huit, et neuf, et dix :
Ma surprise est extrême,
Sur ma liste j’ai bien compté,
Notre nombre à dix est porté :
D’où vient donc le onzième?
TOUS. (Parlé.)
Un onzième!
LE CAPITAINE, qui a examiné MADAME DE VERSAC.
Eh mais!... cela serait trop singulier!
LAQUILLE.
Eh bien! vous voyez, monsieur Pigeon, il y en a un de trop au contraire. Qu’est-ce que vous disiez
donc !
PIGEON.
Je dis.... je dis que s’il y en a un de trop, je m’en vais. C’est qu’aussi.... qui diable avait vu
monsieur? (Montrant MADAME DE VERSAC.) Je ne l’ai pas encore aperçu.
SAINT-LEON, faisant, signe à l’Éveille de dire comme lui.
Bah ! il y a cinq ou six heures que j’ai causé avec lui.
DORVAL.
Moi de même.
L’EVEILLE. Moi de même.
LAQUILLE.
Pardi ! je lui ai donné une leçon d’exercice.
LE CAPITAINE, même jeu.
Vous lui avez donne une leçon ?
LAQUILLE.
Et bonne encore.
SAINT-LEON.
C’est monsieur Dorlis.DORVAL.
Notre ami intime.
LE CAPITAINE, avec surprise.
Dorlis !
PIGEON.
D’ailleurs, s’il est de garde aujourd’hui, son nom doit être sur la liste ; on peut bien voir.
MADAME DE VERSAC, bas à SAINT-LEON.
Je suis perdue !
LE CAPITAINE..
Ce n’est pas la peine. Vous dites Dorlis?.. Oui je me le rappelle… c’était le troisième sur la liste; je
l’ai vu.
SAINT-LEON.
Ah ! Vous l’avez vu ?
LE CAPITAINE.
Oui, j’en suis sûr à présent.
DORVAL, à part à SAINT-LEON.
Il est bon enfant, le capitaine.
LE CAPITAINE.
Oh, oh ! Voilà le jour qui paraît. (A SAINT-LEON.) Caporal, je voulais vous prévenir. Il y aura une
corvée à faire ce matin : c’est un mauvais sujet, à ce que je
Soupçonne au moins, qu’il faut reconduire chez lui ; vous l’escorterez, vous et un homme de
bonne volonté.
PIGEON.
Ce n’est pas moi, d’abord. (Il se met sur la chaise et se rendort.)
LE CAPITAINE, montrant MADAME DE VERSAC.
Mais peut-être pourriez-vous demander à monsieur Dorlis.
SAINT-LÈON, bas à MADAME DE VERSAC.
Acceptez vite.
MADAME DE VERSAC.
Oui, volontiers, capitaine.
LE CAPITAINE, à part
Ma foi, je ne m’attendais pas à une semblable aventure.
SAINT-LEON, bas.
Nous sortons ensemble. Je vous reconduis chez vous; cela vous convient-il?
MADAME DE VERSAC.
A merveille; et je ne sais comment reconnaître...
LE CAPITAINE, à SAINT-LEON et à MADAME DE VERSAC.
Ah ça, je vous prie d’avoir quelques égards pour ce jeune homme ; il se peut qu’il m’ait dit la
vérité. Imaginez-vous qu’il est amoureux fou de sa femme.
TOUS se rassemblent près du capitaine.
Ah! Ah!
LE CAPITAINE.
Et qu’il est venu me prier de l’arrêter...ah!...ah!., afin d’avoir un prétexte pour ne rentrer que cematin., ah!... ah !... sans être grondé.
TOUS.
Ah ! ah !
DORVAL.
Le moyen est délicieux !
SCÈNE XVI.

LES PRECEDENTS ; L’EVEILLE, SORTANT DE LA CHAMBRE DU CAPITAINE.
L’EVEILLE.
Grande nouvelle! ce monsieur... vous savez bien... ce malin qui est là-dedans, veut, avant son
départ, payer du punch à tout le corps-de-garde, et je vais en chercher. (Il sort.)
TOUS.
Comment, du punch ! du punch !
PIGEON, s’éveillant.
(Se levant.) Présent ! présent ! qu’est-ce que c’est ?
DORVAL.
Bravo! il faut boire à la santé de cet original, et en même temps griser le nouveau camarade.
PIGEON.
C’est ça, il faut le rendre mauvais sujet.
DORVAL.
AIR du vaudeville de Haine aux femmes.
Cet air modeste et discret
Ne convient pas à la jeunesse ;
Dites bonsoir à la sagesse,
Et devenez mauvais sujet.
SAINT-LEON, à MADAME DE VERSAC.
Que ce discours vous persuade,
Allons, prenez ce parti-là ;
Vous n’y perdrez rien, camarade,
Et tout le monde y gagnera.
TOUS.
Oui, tout le monde y gagnera
SCÈNE XVII.

LES PRECEDENTS ; ERNEST, sortant de la chambre du CAPITAINE, un peu endormi.
ERNEST.
Eh bien! capitaine, vous me laissez là? (A MADAME DE VERSAC et à SAINT-LEON.) Ah! ce
sont ces messieurs qui ont la bonté de me reconduire. (Prenant la main de MADAME DE VERSAC.)
Touchez là, camarade.
MADAME DE VERSAC, le regardant.
Ciel! mon mari!
ERNEST.Ma femme!
PIGEON.
Tiens, le camarade est sa femme.
Air : On m’avait vanté la guinguette.
Quelle aventure surprenante!
Comment croire que deux époux,
Dans leur ardeur toujours constante,
Se donnent ici rendez-vous.
MADAME DE VERSAC, lui donnant une lettre.
Eh quoi ! me tromper de la sorte!
VERSAC, prenant la lettre.
Eh quoi ! c’est vous sous cet habit !
MADAME DE VERSAC.
Je devais vous servir d’escorte.
ERNEST.
J’étais vraiment fort bien conduit.
TOUS.
Quelle aventure, etc., etc.
(Pendant la reprise du chœur, SAINT-LEON et DORVAL ont eu l’air d’expliquer à Versac que ce
sont eux qui ont écrit la lettre.)
MADAME DE VERSAC, à son mari. (Parlé.)
Si vous étiez chez vous, monsieur, quand il vous arrive des rendez-vous, je ne serais pas obligée
d’y aller à votre place.
ERNEST.
Comment, un rendez-vous?
SAINT-LEON, à MADAME DE VERSAC.
Rassurez-vous, ce rendez-vous, adressé à votre mari, était de ma façon.
ERNEST.
Comment, ma bonne amie, vous osiez soupçonner?
MADAME DE VERSAC.
J’avais tort en effet; toute une nuit dehors!
SAINT-LEON.
Qu’avez-vous à dire, vous l’avez passée ensemble? c’est comme si vous n’étiez .pas sortis de chez
vous.
MADAME DE VERSAC.
Et qu’en dira-t-on, s’il vous plaît ?
SAINT-LEON.
Air du Pot de fleurs.
On dira qu’en soldat fidèle,
Notre ami veillait avec nous,
Et que sa femme, aimable autant que belle,
Vint pour consoler son époux.
LE CAPITAINE.
L’aventure n’est pas moderne,Et dans l’Olympe, nous dit-on,
Quand Mars était de faction,
Vénus venait à la caserne.
SCÈNE XVIII.

LES MÊMES; L’EVEILLE, avec un bol de punch allumé.
L’EVEILLE.
Air : Honneur à ce grand sorcier (BACHELIER DE SALAMANQUE)
Qu’on se mette
Tous en train,
Gai, gai, voici la recette,
Pour se mettre tous en train
Et pour bannir le chagrin.
TOUS.
Qu’on se mette
Tous en train, etc.
DORVAL, à ERNEST.
A toi, je bois le premier verre,
Nous devons te remercier.
ERNEST.
(Parlé.)
A toi, c’est ça.
(Chanté.)
C’est toujours en pareille affaire,
L’époux qui finit par payer.
CHOEUR.
Qu’on se mette
Tous en train,
Gai, gai, voici la recette
Pour se mettre tous en train
Et pour noyer le chagrin.
SA1NT-LEON, à madame de Versac.
En quittant l’habit militaire,
Daignerez -vous vous souvenir
Des promesses de votre frère ?
MADAME DE VERSAC.
C’est à ma sœur à les tenir.
ERNEST. (Parlé.)
Bien, ma femme.
CHŒUR.
Qu’on se mette
Tous en train, etc.
ERNEST, au capitaine.
AIR: Bouton de rose.Mon capitaine,
De vous je m’éloigne à regret,
Un autre sous ses lois m’enchaîne ;
(Montrant sa femme.)
J’y reste, et voilà désormais
Mon capitaine.
CHOEUR.
Qu’on se mette
Tons en train,
Gai, gai, voici la recette,
Pour se mettre tous en train
Et pour noyer le chagrin.
(On entend le tambour.)
LE CAPITAINE.
Déjà la garde montante! on vient relever le poste. Allons, messieurs, sous les armes.
LAQU1LLE, à L’EVEILLE, qui est occupé à boire.
Eh bien, joufflu, n’entends-tu pas l’appel? Allons donc, à ton instrument, le chef d’orchestre.
(L’EVEILLE, prenant sou tambour.)
RONDE.
LAQUILLE.
AIR: P’tit bonhomme prend sa hache.
Entends-tu l’rappel qui sonne?
L’EVEILLE, accompagnant avec son tambour.
R’lan tan plan, lironfa, lironfa.
LAQUILLE.
Au signal que l’honneur donne
Toujours le Français répondra.
TOUS.
Entends-tu, etc.
LAQUILLE.
Parfois un buveur sommeille,
Près d’un flacon qu’il vida ;
Mais quand d’une autre bouteille
Le doux glou glou lui dira :
Entends-tu l’appel qui sonne?
L’EVEILLE.
R’lan tan plan, lironfa, lironfa.
LAQUILLE.
Au signal que Bacchus donne,
Toujours le Français répondra :
TOUS.
Entends-tu, etc.
SAINT-LÉON.
Goûtant, après tant d’alarmes,
Le repos qu’il désira,Le Français pose les armes,
Mais quand l’honneur lui dira :
Entends-tu l’appel qui sonne ?
L’EVEILLE.
R’lan tan plan, lironfa, lironfa.
SAINT-LEON.
Au signal que l’honneur donne,
Toujours le Français répondra. (Bis)
L’EVEILLE.
Hier près de nymphe mignonne,
J’ m’embarquais dans 1’ sentiment ;
J’ triomphais quand la friponne,
Me repousse en me disant :
Entends-tu l’appel qui sonne?
R’lan tan plan, lironfa, lironfa;
Lorsque le devoir l’ordonne,
Faut toujours qu’un tambour soit là. (Bis)
TOUS.
Entends-tu, etc.
(Pendant ce couplet, ils se sont mis sous les armes, et sur deux rangs.)
LE CAPITAINE.
Portez armes!
MADAME DE VERSAC, au public.
A l’appel toujours docile,
Aucun de vous n’y manqua;
Et lorsque du Vaudeville
Le tambourin vous dira :
Entends-tu l’appel qui sonne ?
L’EVEILLE.
R’lan tan plan, rangeons-nous sous ses lois.
MADAME DE VERSAC.
Au signal que l’on vous donne,
Daignez répondre quelquefois. (Bis)
TOUS.
Entends-tu l’appel qui sonne?
LE CAPITAINE. (Parlé.)
Présentez armes!
(Ils présentent les armess au public. — Roulement. — La toile tombe.)
FIN
ENCORE UN POURCEAUGNAC
FOLIE-VAUDEVILLE EN UN ACTE,

de MM. Eugène Scribe et Delestre-Poirson

Représentée pour la première fois sur le théâtre du Vaudeville, le 18 février 1817

(LE NOUVEAU POURCEAUGNAC, (1836)

Collaborateur : M. Poirson
51 pagesT A B L E
PERSONNAGES :
SCÈNE PREMIÈRE. THEODORE, LEON, JULES, et plusieurs OFFICIERS DE HUSSARDS, assis autour
d’une table, et figurant un conseil de guerre.
SCÈNE II LES PRÉCÉDENTS; FUTET.
SCÈNE III. LES PRÉCÉDENTS ; TIENNETTE.
SCÈNE IV. TIENNETTE, seule.
SCÈNE V. TIENNETTE, ERNEST DE ROUFIGNAC, en négligé d’officier de cavalerie (frac et chapeau
bourgeois, veste, pantalon et bottes d’uniforme).
SCÈNE VI. ERNEST, seul.
SCÈNE VII LE COLONEL DE VERSEUIL, NINA.
SCÈNE VIII. JULES, THEODORE, LÉON.
SCÈNE IX. LES PRÉCÉDENTS; ERNEST, habillé grotesquement et parlant à la cantonade. ERNEST.
SCÈNE X. LES PRÉCÉDENTS, FUTET.
SCÈNE XI. LES PRECEDENTS, MADAME FUTET.
SCÈNE XII. LES PRÉCÉDENTS, NINA.
SCÈNE XIII. NINA, ERNEST.
SCÈNE XIV. LES PRECEDENTS, TIENNETTE.
SCÈNE XV. NINA, ERNEST.
SCÈNE XVI. ERNEST, seul.
SCÈNE XVII. ERNEST, FUTET, DROLICHON, en robe de médecin.
SCÈNE XVIII. LES PRÉCÉDENTS; THEODORE, JULES, LEON, en médecins, ET TOUS LES AUTRES
JEUNES GENS en apothicaires, entrent aux cris de FUTET et de DROLICHON. On entend au même instant
battre le tambour et sonner la bouteselle. Chacun reste étonné.
SCÈNE XIX. LES PRÉCÉDENTS, LE COLONEL.
Titre suivant : LE SOLLICITEURPERSONNAGES :
M. DE VERSEUIL, colonel de hussards.
NINA, sa fille.
THEODORE, lieutenant de hussards, amant de NINA.
JULES, LEON, sous-lieutenants de hussards.
ERNEST DE ROUFIGNAC, jeune officier de cavalerie, prétendu de NINA.
M. FUTET, percepteur des contributions.
Mme FUTET, sa femme.
TIENNETTE, filleule de NINA.
DROLICHON, commis de FUTET.
OFFICIERS DE HUSSARDS ET JEUNES GENS DE PARIS.

La scène se passe dans une petite ville voisine de Paris, dans laquelle est caserné le régiment de M.
de Verseuil.
SCÈNE PREMIÈRE.

THEODORE, LEON, JULES, et plusieurs OFFICIERS DE HUSSARDS, assis autour d’une table, et
figurant un conseil de guerre.
TOUS, parlant à la fois.
Moi, messieurs, je pense, et mon avis est que d’abord...
JULES.
Eh, messieurs! un peu de silence; on ne peut juger sans entendre, et si vous parlez tous ensemble...
THEODORE.
C’est à moi de vous expliquer...
JULES.
Non, les amoureux sont trop bavards. (Se levant.) Voici le fait :
AIR du vaudeville de la Robe et les Bottes.
Théodore aime sa cousine,
Qui tout bas brûle aussi pour lui ;
Mais pour un autre on la destine,
Et cet autre arrive aujourd’hui.
Sur son hymen il vient, en homme sage,
Pour implorer vos secours, vos avis,
Persuadé qu’en fait de mariage
On doit toujours compter sur ses amis.
(Parlé.) J’ai dit.
LEON.
AIR : Adieu, je vous fuis, bois charmant.
Eh bien, messieurs, qu’en pensez-vous ?
Permettrons-nous qu’à nos yeux même
Un autre soit l’heureux époux
De la jeune beauté qu’il aime ?
JULES.
Nous seuls, puisqu’on veut la ravir,
Serons ses protecteurs suprêmes...
Et plutôt que de le souffrir,Nous l’épouserions tous nous-mêmes !
THEODORE. (Parlé.)
Mes amis, mes généreux amis, c’en est trop.
JULES.
Non, voilà comme nous sommes. Mais nous aurions bien du malheur si, entre nous, nous ne
trouvions pas quelque moyen de renvoyer le futur dans sa province.
THEODORE.
Pensez-y donc, messieurs; un prétendu de Limoges, et qui se nomme monsieur de Roufïgnac.
TOUS.
De Roufignac!
JULES.
De Roufignac! Voilà qui rime terriblement bien à Pourceaugnac. Et quel homme est-ce ?
THEODORE.
C’est ce qu’on ne sait pas précisément. Mais songez, de grâce, qu’il arrive aujourd’hui, et qu’il n’y
a pas de temps à perdre.
JULES.
Voyons donc quelque moyen bien extravagant. Si nous... non, cela ne vaut rien.
THEODORE.
Nous pourrions... oh! ce serait trop fort.
LEON.
Je le tiens... Nous n’avons qu’à... non, cela pourrait compromettre...
JULES.
Allons, voilà de beaux moyens! Eh, messieurs! au lieu de nous creuser la tête à chercher des
inventions nouvelles, des farces ingénieuses pour éconduire un prétendu, n’avons-nous pas sous la
main ce qu’il nous faut? Nous avons tous assisté ce soir à la représentation de monsieur de
Pourceaugnac ; voilà nos moyens tout trouvés : les farces de Molière en valent bien d’autres.
THEODORE.
Laissez donc, c’est trop usé.
JULES.
Bah ! avec des changements et des additions, voilà comme on fait du neuf; c’est la mode d’ailleurs,
et l’on a trouvé plus commode de refaire Molière que de
l’imiter.
AIR : Un homme pour faire un tableau.
Des Cottins, qu’il peignit si bien,
Nous voyons la race renaître;
Mais d’un crayon tel que le sien
Nul encor ne s’est rendu maître.
Des hypocrites et des sots
On craindrait moins le caractère,
Si tous nos Tartufes nouveaux
Faisaient naître un nouveau Molière.
THEODORE.
Ma foi ! faute de mieux, tenons-nous-en donc à Molière. Va pour monsieur de Pourceaugnac.
TOUS.
Va pour monsieur de Pourceaugnac.JULES.
Adopté à la majorité. Aujourd’hui l’arrivée du futur, demain son départ, et nous marions Théodore
le mardi gras.
THEODORE.
Comme tu y vas!
AIR : II n’est pas temps de vous quitter.
Se marier un mardi gras !
Vit-on jamais rien de semblable ?
JULES.
Eh, mon cher ami! pourquoi pas ?
L’à-propos me semble admirable.
Ce mardi gras qui voit la gaîté fuir
D’un jour d’hymen m’offre l’emblème.
C’est encore un jour de plaisir;
Mais c’est la veille du carême.
(Parlé.) Il ne reste plus qu’à distribuer nos rôles. Si encore nous avions ici notre cher Futet et sa
digne épouse ! ce sont eux qui nous seconderaient merveilleusement. Mais ce cher percepteur des
contributions est à Paris depuis ce matin. Quel dommage ! lui qui passe sa vie à faire des tours, des
malices : quelle fête pour lui ! Il sait pourtant la situation où nous nous trouvons; il avait promis de
nous seconder. Eh ! qu’entends-je? le voici!
SCÈNE II

LES PRÉCÉDENTS; FUTET.
FUTET.
AIR : Lorsque le Champagne.
Pour fuir l’humeur noire,
Jouer chaque jour
Un tour ;
Chanter, rire et boire,
C’est là le fait
De Futet.
Nul sot ne m’échappe ;
Sur chacun je drape;
Tous les jours j’attrape
Nouvel original.
Enfin sur la terre,
Par mon savoir-faire,
Mon année entière
Est un vrai carnaval.
TOUS.
Pour fuir l’humeur noire, etc.
THEODORE. (Parlé.)
Nous vous accusions déjà, mon cher Futet.
FUTET.
Ingrat! je m’occupais de vous : je n’ai fait que rêver à votre aventure toute la nuit. Vous
m’intéressez d’une manière toute particulière ; ce n’est pas à cause des excellents dîners où vousm’invitez : je paie toujours mon écot... en gaîté. Mais vous aimez tant votre cousine ; elle est si
gentille, votre charmante Nina ! c’est un petit démon, en vérité. Je me suis dit : Futet, tu te dois tout
entier à ce couple intéressant. Ce matin, je me lève à six heures, je m’arrache des bras de madame Futet,
je selle Coco, et me voilà à Paris au bureau des diligences; deux ou trois entraient dans la cour. Quel
spectacle qu’une descente de diligence !
AIR : Pégase est un cheval.
Un monsieur, que je juge artiste,
Demandait le grand Opéra;
Tandis qu’une jeune modiste
Demande le Panorama ;
« Corcelet », crie un gastronome;
Plus loin, d’un air sentimental,
Je remarque un petit jeune homme
Demandant le Palais-Royal.
(Parlé.) Je me retourne, et j’aperçois la diligence de Limoges; je m’informe adroitement du
conducteur si monsieur de Roufignac est parmi les voyageurs. Réponse affirmative. Je vois descendre
de la diligence bon nombre d’originaux, des têtes toutes particulières, comme nous les aimons, nous
autres farceurs. Nous voilà donc assurés que notre victime est arrivée, qu’elle est digne de nos coups !
AIR : Suzon sortait de son village.
Quand j’ai remarqué leur figure,
Je tourne bride vivement ;
Et de Coco pressant l’allure,
J’arrive ici dans un instant,
Pour concerter,
Pour arrêter
Tous les bons tours qu’il faut exécuter.
Le carnaval
Sera fatal,
Je le parie, à cet original.
Condamnons, par maintes esclandres,
Notre victime au célibat,
Et nous brûlerons le contrat
Le mercredi des cendres.
TOUS.
C’est convenu.
FUTET.
Madame Futet nous secondera. C’est une commère... Suffit, je n’en dis rien; c’est mon épouse, et
vous la jugerez dans le danger.
JULES.
Nous allons t’expliquer...
FUTET.
Songez, pour moi, que je veux, que j’ai droit à un bon rôle. Ah! je vous recommande mon commis
à cheval, Drolichon, qui n’est pas une bête.
JULES.
Tu seras content... Il s’agit donc...
SCÈNE III.
LES PRÉCÉDENTS ; TIENNETTE.
TIENNETTE.
Chut! Eh vite, retirez-vous!
JULES.
C’est Tiennette qui est notre sentinelle avancée.
FUTET.
Tant mieux. Joli talent. Elle peut nous seconder dans les ingénues, en l’instruisant un peu.
TIENNETTE.
Oh ! j’ai de la bonne volonté. Mais il faut vous retirer. Monsieur le colonel est levé; il va sortir : il
est d’une humeur!...
JULES.
Il n’est pas abordable depuis quelques jours.
THEODORE.
Il attend à chaque instant le général, qui doit venir passer en revue notre régiment.
TIENNETTE.
Allons, voyons, allez-vous-en, car, d’un moment à l’autre, M. de Verseuil...
JULES.
Ah cà, Tiennette, avancez à l’ordre. Nous attendons plusieurs jeunes gens de l’endroit, et même de
Paris, qui doivent nous servir dans nos projets.
TIENNETTE.
Oui, dans vos projets de comédie... Je sais...
LEON.
Comment! tu sais?
TIENNETTE.
Oui, j’étais là, en sentinelle, et j’écoutais. Oh! soyez tranquille, j’ai tout entendu.
JULES.
Futet a raison ; elle a des dispositions.
THEODORE.
Si donc ces jeunes gens arrivent, tu sais ce dont nous sommes convenus.
TIENNETTE.
C’est tout simple. Oh, mon dieu! vous pouvez vous en rapporter à moi. Je les fais passer tous dans
le jardin, jusqu’à ce que le colonel soit parti; et s’il les rencontre, ce sont des messieurs qui viennent
pour notre bal masqué ; c’est entendu.
FUTET.
Voyez-vous la petite gaillarde! Embrasse-moi, mon enfant. Tu aurais été digne d’être mademoiselle
Futet. Allons, messieurs, ne perdons point de temps.
AIR du Pantalon.
Que chacun fasse
A l’instant
Le serment
De promener,
De berner,
Sans faire grâce,
Le prétenduÉperdu,
Confondu,
Et de rendre ses calculs
Nuls!
JULES.
Si, venant de son pays,
A Paris,
Ce beau-fils
Prend chez nos demoiselles
Les plus sages, les plus belles,
Par ce choix incivil
Que nous restera-t-il ?
TOUS.
Que chacun fasse
A l’instant
Le serment, etc.
(Ils sortent.)
SCÈNE IV.

TIENNETTE, seule.
Me voilà de la confidence; c’est gentil d’être dans une confidence ! et surtout pour servir
mademoiselle Nina, ma marraine, qui est si bonne ! Que mon papa dise maintenant que je suis une
bête !
AIR : C’est ma mie, j’la veux.
Tout bas quand on cause,
J’entends toujours bien;
Je sais mainte chose
Dont je ne dis rien;
Et pourtant papa
Dit que je suis bêle,
Est-ce ma faute, da!
S’il m’a faite
Comm’ ça?

J’ sais que 1’ voisin Pierre
Gronde tant qu’il peut,
Et finit par faire
C’ que sa femme veut.
Et pourtant papa, etc.

Je vois d’ordinaire
Maint et maint chaland
Qui vient voir mon père
Pour saluer maman.
Et pourtant papa, etc.

(Parlé.) Je voudrais bien le voir ce monsieur de Roufignac... Roufiguac! il me semble quequelqu’un qui a un nom comme celui-là doit avoir une figure bien drôle.
SCÈNE V.

TIENNETTE, ERNEST DE ROUFIGNAC, en négligé d’officier de cavalerie (frac et chapeau
bourgeois, veste, pantalon et bottes d’uniforme).
ERNEST.
Quel singulier pays! Comment, personne pour me recevoir ? Ils ne sont pas curieux du tout. Si un
prétendu arrivait à Limoges, toute la famille serait depuis le matin sur la grande route.
TIENNETTE.
Ah, mon dieu! voilà déjà quelqu’un!
ERNEST.
Ma belle enfant...
TIENNETTE.
Chut!
ERNEST.
Qu’est-ce que c’est donc?
TIENNETTE.
Chut! vous dis-je. Vous venez de Paris?
ERNEST:
A l’instant même.
TIENNETTE.
Ces messieurs et mademoiselle Nina vous attendent ; mais il ne faut pas paraître tout de suite.
ERNEST.
Eh! pourquoi donc?
TIENNETTE.
Le colonel n’est pas encore sorti, et je guette son départ et l’arrivée du prétendu.
ERNEST.
Du prétendu !
TIENNETTE.
Oui. Vous entendez bien qu’il ne faut pas qu’il sache...
ERNEST.
Parbleu! cela va sans dire.
TIENNETTE.
Parce que s’il se doutait seulement des tours qu’on veut lui jouer, ce ne serait plus cela.
ERNEST.
C’est juste. Mais, dites-moi, le prétendu, c’est ?...
TIENNETTE.
Cet imbécile qui arrive de Limoges.
ERNEST.
Ah! oui, oui, monsieur de Roufignac.
TIENNETTE.Justement. Ah bien ! si vous savez déjà...
ERNEST.
Oui, je sais, confusément...
TIENNETTE.
Oh! nous allons bien nous amuser! Tous ces messieurs, ces messieurs les officiers sont avertis.
C’est M. Futet, le percepteur des contributions, qui mène tout cela. Mademoiselle va se concerter avec
eux : elle s’est déjà entendue avec M. Théodore.
ERNEST.
Eh ! quel est ce monsieur Théodore ?
TIENNETTE.
AIR : Mon galoubet.
C’est son cousin,
Qu’elle aima dès son premier âge;
Et si quelqu’autre avait sa main,
Mad’moiselle est fidèle et sage,
Et n’aimerait jamais, je gage,
Que son cousin.
ERNEST. (Parlé.)
C’est charmant!
TIENNETTE. (Chanté.)
C’est son cousin
Qui toujours a la préférence ;
Et si la noce s’ faisait d’main,
Savez-vous qui lui f’rait d’avance
Danser la premier’ contre-danse ?
C’est son cousin.
ERNEST. (Parlé.)
Cette petite fille-là a de l’esprit pour son âge.
TIENNETTE.
N’est-ce pas, .monsieur? Il paraît qu’on vous attendait pour commencer. Mais, dites-moi, qu’est-ce
que vous faites donc là-dedans ?
ERNEST.
Ma foi, je te l’avouerai, je ne sais pas trop quel rôle je dois jouer. Tu dis donc que Nina aime
Théodore?
TIENNETTE.
Sans doute, ce qui n’empêche pas qu’ils n’aient quelquefois de grandes disputes, parce que
monsieur Jiules est aussi fort aimable. Au fait, mademoiselle Nina a raison; on a des prévenances, des
égards, et on l’accuse d’être coquette. Mais tous les hommes sont jaloux, jusqu’à monsieur Futet, qui,
quoique marié depuis quatre ans, a fait, il y a six mois, une scène horrible à sa femme, parce qu’on
prétendait l’avoir rencontrée en carriole dans les environs de Melun, tête-à-tête avec un jeune homme ;
et ça a fait des propos, des histoires... parce que dans une petite ville on est méchant, mauvaise langue et
bavard, bavard, bavard, vous n’en avez pas d’idée.
ERNEST.
Si fait, si fait, je commence.
TIENNETTE.
Ecoutez, c’est, je crois, le colonel ; je vais le guetter. Courez vite rejoindre ces messieurs, et voushabiller pour la comédie; vous savez bien, cette comédie qu’ils jouent : monsieur de Pourceau...
Pourceau...
ERNEST.
Pourceaugnac.
TIENNETTE.
Gnac, c’est ça.
ERNEST.
Ah ! je vois alors le rôle qu’on me destine. Dites-moi, y a t-il ici un costumier?
TIENNETTE.
Comment donc, monsieur! et un qui vient de Paris encore, un élève de Babin, dans la grand’rue à
droite, un magasin de masques à côté de l’évêché, tout ce qu’il y a de plus nouveau : des Gilles, des
Arlequins, Cendrillon, madame Angot et la Tête de
mort. Votre servante, monsieur.
(Elle sort.)
SCÈNE VI.

ERNEST, seul.
Allons, le sort en est jeté, et je vois que c’est à moi de soutenir l’honneur des habitants de Limoges.
Ne perdons point de temps, et de peur de l’oublier, prenons mes notes comme au bal de l’Opéra.
(Écrivant au crayon sur un carnet qu’il tire de sa poche.) M. Théodore, M. Jules; tous deux font la
cour, et pour un rien seraient rivaux. — Mademoiselle Nina, ma future, tant soit peu coquette. — M.
Futet, jaloux. — Madame Futet, vue en carriole dans les environs de Melun, avec un jeune homme;
c’est charmant. On vient!... Eh vite! au magasin de masques.
(Il sort.)
SCÈNE VII

LE COLONEL DE VERSEUIL, NINA.
LE COLONEL, achevant de donner des ordres.
Qu’on tienne tous les chevaux sellés, et qu’au premier signal le régiment soit prêt à se rendre sur la
place d’armes. Nous attendons le général d’un moment à l’autre ; et j’ai prévenu MM. les officiers de
ne point quitter la caserne. Une revue ! quel bonheur !
AIR : Ça fait toujours plaisir.
Que je trouve de charmes
A voir tous mes guerriers
Rangés et sous les armes,
Lancer leurs fiers coursiers !
Ainsi sous la mitraille
Je les voyais courir...
C’est presque une bataille ;
Ça fait toujours plaisir.
(Parlé.) Toi, ma fille, si monsieur de Roufignac arrivait, tu lui diras qu’un déjeuner de cérémonie
m’a forcé de m’absenter pour quelques heures; mais que tu t’es chargée de le recevoir.
NINA.
Mon père, je n’oserai jamais.LE COLONEL.
Comment, tu n’oseras jamais? le fils d’un ancien ami! un jeune homme qui, j’en suis sûr, doit être
fort bien!
NINA.
Mais je ne le connais pas.
LE COLONEL.
Qu’est-ce que ça fait; vous ferez connaissance. Ecoute-moi; j’ai là-dessus un système :
AIR : Ces postillons sont d’une maladresse.
Oui, sans amour je veux qu’on se marie ;
Ainsi jadis ta mère m’épousa.
Quand l’amour vient à la cérémonie,
Le lendemain bien souvent il s’en va.
Mais quand ce dieu ne parut pas d’avance,
On n’a pas peur qu’il vienne à s’esquiver ;
Même, au contraire, on garde l’espérance
De le voir arriver.
(Parlé.) Aussi arriva-t-il; et tu l’éprouveras aussi.
NINA.
Je suis bien sûre que non.
LE COLONEL.
Allons, tu as des préventions contre lui. Parle franchement ; il est impossible qu’il ait du mérite
parce qu’il est de Limoges : voilà comme vous êtes, vous autres gens de Paris.
AIR : Le briquet frappe la pierre.
Ton erreur est excusable :
A Paris tous les amants
Sont plus vifs et plus galants ;
Leur ton est plus agréable.
Mais, je le dis entre nous,
En province les époux
Sont plus empressés, plus doux.
NINA.
Oui, j’obéirai, mon père.
Pourtant, malgré vos avis,
Si j’en crois maints beaux esprits,
Chacun prétend, au contraire,
Que c’est toujours à Paris
Qu’on trouve les bons maris.
LE COLONEL. (Parlé.)
Chimères que tout cela. Tu sais d’ailleurs que ma parole est engagée, et quand j’ai une fois
promis... Allons, rentre.
NINA.
Non, mon père, je veux vous reconduire et vous voir monter à cheval.
LE COLONEL.
AIR: Ah! quel plaisir !
Dépêchons-nous,
J’entends l’heure qui m’appelle ;Dépêchons-nous,
On m’attend au rendez -vous.
Près de sa belle
Le futur
Peut attendre, le fait est sûr.
NINA.
Avec moi, mon père, je sens
Qu’il pourrait attendre longtemps.
LE COLONEL.
Dépêchons-nous, etc.
(Ils sortent ; JULES, LEON et THEODORE entrent de l’autre côté avec précaution.)
SCÈNE VIII.

JULES, THEODORE, LÉON.
THEODORE.
Vivat! le voilà enfin parti.
LEON.
Et nous sommes maîtres du champ de bataille.
(On entend du bruit dans le fond.)
JULES.
Quel est ce bruit? Eh! vois donc quel original!
(On entend crier en dehors.)
SCÈNE IX.

LES PRÉCÉDENTS; ERNEST, habillé grotesquement et parlant à la cantonade. ERNEST.
Eh bien! quoi? Qu’est-ce? On dirait qu’ils n’ont jamais rien vu. Je vous demande la maison de
monsieur de Verseuil, oui, du colonel de Verseuil; il n’y a pas de quoi me rire au nez.
THEODORE.
M. de Verseuil! serait-ce notre homme?
JULES.
Ma foi ! voilà bien l’idée que je m’eu faisais. (Se tournant et parlant vers le fond.) Oui, messieurs,
qu’est-ce que ça signifie d’accueillir ainsi les étrangers ?
ERNEST.
A la bonne heure, voilà un honnête homme! (Allant à la porte du fond, et s’arrêtant, comme JULES,
à ceux du dehors.) Qu’est-ce que ça signifie d’accueillir ainsi les étrangers ?
JULES, même jeu.
Monsieur a-t-il en soi quelque chose de ridicule ?
ERNEST, même jeu.
C’est vrai. Est-ce que j’ai quelque chose en soi de ridicule ?
(L’entrée d’ERNEST doit être la même que celle de Pourceaugnac; elle doit être
accompagnée des mêmes lazzis.)
JULES, même jeu.Le premier qui se moquera de lui aura affaire à moi.
ERNEST, même jeu.
Le premier qui se moquera de moi aura affaire à lui. (Il revient sur le devant du théâtre, et
s’adressant aux officiers.) Avez-vous vu? parce que je leur dis que je viens de Limoges, il semble que
j’aie l’air d’arriver de Pontoise.
TOUS, l’entourant.
Comment ! vous venez de Limoges ?
ERNEST.
AIR : Ma bouteille et ma brune.
Oui, vraiment, j’en arrive.
Youp, youp, j’arrive grand train.
La flamme la plus vive
Me guidait en chemin.
J’dois êtr’ marié demain.
THEODORE.
Quoi ! vous seriez notre cousin ?
Ah ! pour nous quel heureux destin !
ERNEST.
Eh quoi ! vous êtes mon cousin ?
Ah ! pour moi quel heureux destin !
TOUS.
Embrassons-nous, mon cher cousin !
Bravo ! c’est notre cousin !
ERNEST.
Embrassons-nous, mou cher cousin !
Youp, youp, quel heureux destin !
(Parlé.) Mais voyez donc comme ça se rencontre!
THEODORE.
On n’attend que vous pour la noce.
ERNEST.
Ah! ah !
JULES.
Il y aura longtemps qu’on n’aura rien vu d’aussi beau.
ERNEST.
Oh! oh!
JULES.
Ah ! ah ! oh ! oh ! Le futur n’est pas fort sur les répliques.
ERNEST, riant comme d’inspiration.
Eh! eh! eh!
THEODORE.
Qu’avez-vous donc à rire?
ERNEST.
C’est une idée qui me vient. Est-ce que vous ne comptez pas me faire quelque drôlerie pour mon
mariage ?THEODORE.
Nous y avions déjà bien pensé.
ERNEST.
Oh ! mais il faut des farces.
JULES.
Oh ! nous ne sommes pas trop farceurs ici.
ERNEST.
Oh! Limoges n’est peuplé que de farceurs; les enfants, même hauts comme ça, sont déjà de petits
farceurs.
JULES.
Je suis sûr que monsieur est un des plus malins.
ERNEST.
Ah! ah! c’est vrai. Tel que vous me voyez, je ne suis pas bête.
THEODORE.
Il y a comme ça des physionomies bien trompeuses.
ERNEST.
Mais il faut se faire des niches, des attrapes. Il n’y a pas de plaisir sans cela.
JULES, THEODORE, LEON.
Eh bien ! l’on vous en fera, l’on vous en fera.
ERNEST.
Mais, par exemple, il faut avoir l’esprit bien fait, et ne jamais se fâcher. Moi, d’abord, on m’aurait
assommé que j’aurais toujours ri.
THEODORE, à part.
Il y a vraiment conscience de duper ce pauvre diable-là.
ERNEST.
Et même, pour que cela finît plus gaîment, c’étaient ceux qui avaient été pris pour dupes qui
payaient un grand souper aux autres.
JULES.
Très bien vu.
THEODORE.
On a de très bonnes idées à Limoges.
ERNEST.
N’est-ce pas ?
JULES.
Va donc pour le grand repas. Mais tremblez, messieurs : avec un adversaire tel que monsieur de
Roufignac, vous m’avez bien l’air d’en être pour vos frais. Moi, d’abord, je parie pour lui.
SCÈNE X.

LES PRÉCÉDENTS, FUTET.
FUTET.
Eh bien ! qu’est-ce? Déjeune-t-on aujourd’hui?
JULES, bas à FUTET.C’est notre homme.
FUTET.
Oh! alors, nous allons nous amuser. Laissez-moi faire. (A part, eu faisant un geste de surprise.) O
ciel ! en croirai-je mes yeux? Quelle heureuse rencontre! N’est-ce point là monsieur de Roufignac?
ERNEST.
Comment ! monsieur?
FUTET.
Se peut-il que vous ne reconnaissiez pas le meilleur ami de toute la famille des Roufignac ?
ERNEST.
Mais, monsieur, pas beaucoup.
THEODORE.
Il y a cent choses comme cela qui passent de la tête.
FUTET.
Je vous ai vu pas plus haut que cela, et je ne sais combien de fois nous avons joué ensemble.
Comment appelez-vous ce café de Limoges qui est si fréquenté ?
ERNEST.
Aux Innocents.
FUTET.
Aux Innocents, c’est cela. Nous y jouions tous les jours au billard. Nous étions là une vingtaine de
lurons.
ERNEST, cherchant à se rappeler.
Attendez donc... ah ! oui, oui,
FUTET.
Vous me connaissez, n’est-ce pas? Embrassons-nous, je vous prie. (Ils s’embrassent.) (Bas.) Heim !
est-il d’une bonne pâte! (A Ernest.) Et cet endroit où l’on dansait, comment l’appelez-vous donc?
ERNEST.
Ah ! la Redoute. Heim! le beau bal.
FUTET.
Je n’en manquais pas un. C’était une foule. Et vous souvient-il de cette querelle que vous eûtes?
ERNEST.
Ah! dam, on en avait souvent, ne fût-ce que pour retenir ses places.
FUTET.
Oui ; mais je vous parle de cette affaire où vous vous montrâtes si bien, et où vous reçûtes un
soufflet.
ERNEST.
Comment! un soufflet? qui est-ce qui vous a donc dit?...
FUTET.
Enfin vous reçûtes un soufflet, convenez-en. Vous voyez que je suis bien instruit. (Bas.) Est-il
bête !
ERNEST.
C’est vrai.
THEODORE.
Comment ! monsieur, vous avez reçu un soufflet ?ERNEST.
Sans doute. Ça peut arriver aux personnes les mieux constituées. (A Futet.) Mais d’où
savezvous?...
FUTET.
Parbleu! je dois bien le savoir, c’est moi...
ERNEST.
C’est vous?
FUTET.
Qui vous l’ai donné.
TOUS.
Ah! ah! ah! ah! ah!
ERNEST.
Comment ! c’était vous? Est-ce heureux de se retrouver ainsi. Eh bien! imaginez-vous que je n’en
savais rien, parole d’honneur!
FUTET.
Je crois bien.
ERNEST.
C’était dans la foule que je l’avais reçu; et je vous remercie de m’avoir instruit.
FUTET.
Il n’y a pas de quoi.
ERNEST, mettant sou chapeau, et d’un air patelin.
Si, parce que je suis alors obligé de vous en demander satisfaction ; et comme ces messieurs ont
justement là leurs épées...
FUTET.
Comment? comment?
ERNEST, à THEODORE.
D’autant plus qu’à Limoges nous sommes extrêmement mauvaises têtes.
JULES.
Ah ! ah ! nous allons rire.
FUTET.
Oui, nous allons bien nous amuser : c’est singulier comme je m’amuse!
THEODORE.
Ah ça! vous êtes donc un brave, monsieur de Roufignac?
ERNEST.
Ah, mon Dieu! non; mais comme j’ai dix ans de salle, et que je suis le premier tireur de Limoges, je
suis toujours sûr de tuer mon homme sans qu’il m’arrive rien.
FUTET.
Ah ! mon Dieu !
ERNEST.
AIR : Ma commère, quand je danse.
J’appris, dès mon plus jeune âge,
A manier le fleuret ;
J’ai le jeu prudent et sage,
Et suis ferme du jarret.C’est que mon maître eu détachait.
Il m’a donné du courage
A trois livres le cachet.
(Parlé.) Croyez-vous, sans cela, que j’irais m’exposer à recevoir quelque coup qui me ferait mal?
pas si bête.
FUTET, cherchant à se sauver.
Un moment, je suis bien votre serviteur.
LES JEUNES GENS, le retenant.
Restez donc.
ERNEST, aux officiers.
Ah, messieurs! examinez ce coup-là. Je parie, en entrant en tierce, lui percer l’oreille gauche, et me
retrouver en quarte.
THEODORE.
Je parie pour...
FUTET.
Je ne parie pas.
JULES.
Je parie contre. (Bas à FUTET.) Allez, allez toujours. La plaisanterie est divine : c’est délicieux !
FUTET.
N’est-ce pas? n’est-ce pas? Diable! comme il y va ! Je voudrais bien vous y voir, vous autres. C’est
qu’un butor comme cela est capable de faire quelque sottise.
ERNEST, à FUTET.
Allons, en garde. Voulez-vous baisser un peu le collet de votre habit, s’il vous plaît, monsieur ?
FUTET.
Pourquoi donc, monsieur?
ERNEST.
C’est pour l’oreille.
FUTET.
Comment! pour l’oreille! Non, monsieur, je ne le baisserai pas. (ERNEST va à lui, et baisse le
collet de son habit.) Eh mais! dites donc, monsieur, voulez-vous me laisser? Eh mais! c’est qu’à la fin...
voyez-vous... Eh mais!...
ERNEST.
Vous ne voulez pas le baisser? eh bien! je vais percer le collet et l’oreille.
FUTET.
Monsieur, monsieur, réservez votre valeur pour une meilleure occasion.
ERNEST.
Comment! une meilleure occasion ! Où voulez-vous que je trouve jamais des oreilles comme les
vôtres?
FUTET.
Écoulez : le soufflet était de mon invention; je vous l’avais donné, je vous l’ôte : votre honneur est
intact. Ainsi, rengainez. Mais c’est qu’il le croyait bonnement. Ah! ah! est-il bête!
ERNEST.
Comment ! c’était donc pour rire ?
FUTET.Eh ! sans doute.
ERNEST.
Pour vous moquer de moi ?
FUTET.
Oui, oui.
ERNEST, remettant son chapeau.
Alors je suis obligé de vous en demander satisfaction. Allons, l’épée à la main.
FUTET, aux officiers.
Ah çà, quel enragé! Mais, est-il bête! est-il bête! je vous le demande? (A ERNEST.) Je vous déclare,
monsieur, que dans un jour consacré au plaisir, je me fais un devoir de ne point me battre, et je ne me
battrai pas un mardi gras; demain, si le cœur vous en dit. (Bas à THEODORE.) C’est décidé, il faut le
renvoyer aujourd’hui, et je m’en charge.
THEODORE.
Comment! vous voulez?...
FUTET.
C’est une affaire qui devient la mienne. Justement, voici ma femme.
ERNEST.
Sa femme !
FUTET.
Soyez à vos rôles. Ça va commencer.
SCÈNE XI.

LES PRECEDENTS, MADAME FUTET.
MADAME FUTET.
AIR : Oh ! oh ! oh ! ah ! ah ! ah!
Ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !
Qui m’enseignera
L’infidèle
Qu’en vain j’appelle
Ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah! ah!
Ce perfide-là,
Qui donc ici me le rendra ?
Ah ! dans le siècle où nous sommes,
A quoi donc sert la vertu ?
Oui, notre sexe est perdu,
Tant qu’existeront les hommes.
Oh ! oh ! oh ! ah ! ah ! ah ! ah ! ah !
Qui m’enseignera
L’infidèle
Qu’en vain j’appelle ?
Oh ! oh! oh! ah! ah! ah! ah! ah!
Ce perfide-là,
Qui donc ici me le rendra ?
FUTET. (Parlé.)Heim ! joue-t-elle son rôle !
MADAME FUTET.
Est-il vrai que madame de Verseuil donne sa fille à un monsieur de Roufignac ?
THEODORE, montrant ERNEST.
Le voici lui-même.
MADAME FUTET.
Ah! Dieu, c’est bien lui! c’est trop lui! Soutenez-moi, je vous prie.
ERNEST.
Qu’est-ce qu’elle a donc?
MADAME FUTET, se relevant.
Ce que j’ai? perfide! Tu ne me connais pas? après la promesse de mariage que tu m’as faite !
AIR : Jeunes filles, jeunes garçons.
C’est ta coupable trahison
Qui seule égara ma faiblesse.
Pour toi j’ai perdu ma jeunesse,
Pour toi j’ai perdu la raison ;
J’ai perdu, quelle école!
Le sort qui m’était dû :
J’ai perdu la vertu !
ERNEST.
Vous n’avez pas perdu
La parole.
THEODORE. (Parlé.)
Comment, monsieur ! oser faire la cour à ma cousine lorsque vous avez déjà...
FUTET, bas à sa femme.
C’est bien, c’est bien. (Haut) Le fait est que si vous avez déjà...
MADAME FUTET.
Parle, perfide; oserais-tu le nier? et mon souvenir est-il banni de ta mémoire, après toutes les
bontés que j’ai eues pour toi ?
ERNEST.
En effet. Serait-ce possible? Eh oui! je crois reconnaître...
FUTET, à part.
Il reconnaît ma femme ! c’est charmant! Est-il bête ! est-il bête !
ERNEST.
C’est vrai; madame a raison. Moi, d’abord, je ne mens jamais. Mais je vous ai si peu vue! Cette
carriole était si obscure; et puis ça ne s’est pas passé comme vous le dites.
TOUS.
Comment! comment!
ERNEST.
J’aime mieux tout vous raconter; (A FUTET.) et c’est vous que je prends pour juge. Il y a environ
six mois...
MADAME FUTET.
Monsieur...
ERNEST.Oui, oui, madame, il y a six mois ; j’allais à Melun.
FUTET.
A Melun!...
ERNEST.
Je me trouvai tête à tête, dans une petite carriole, avec une femme charmante, dont je ne pouvais
pas distinguer les traits.
FUTET.
Une carriole !
ERNEST.
Je reconnais maintenant que c’est madame.
FUTET.
C’est madame?
ERNEST.
Je suis trop honnête homme pour ne pas le dire tout haut. Mais je vous demande si c’est ma faute.
En carriole le sentiment va si vite.
FUTET, à sa femme.
Morbleu! madame...
ERNEST.
Mais je n’ai rien promis; dites-le vous-même.
FUTET.
Eh bien ! avais-je tort d’être jaloux? (A ERNEST.) Monsieur, ça ne se terminera pas ainsi.
ERNEST.
Oh! moi, je n’ai pas de rancune.
FUTET.
Je vous dis, monsieur, que ça ne peut pas se terminer ainsi; et nous verrons... ERNEST.
Est-ce qu’il voudrait revenir à notre querelle de tout à l’heure? Eh bien! soit. En garde!
FUTET.
Il ne s’agit pas de cela. Apprenez que madame est mariée; qu’elle a un mari respectable.
ERNEST.
C’est bien agréable pour lui !
MADAME FUTET, à ERNEST.
Mais, monsieur... (A son mari.) Mais, mon ami...
FUTET.
Fi, madame!...
JULES, à ERNEST.
Cela n’empêche pas, monsieur, que votre conduite ne soit très immorale, très blâmable. Croyez,
mon cher Futet, que nous prenons sincèrement part à votre malheur. Mais vous serez vengé : il
n’épousera pas mademoiselle Nina. Nous allons répandre partout son aventure.
THEODORE.
Oui, je vais la raconter à tout le monde ; et voici ma cousine elle-même à qui nous allons tout
apprendre.SCÈNE XII.

LES PRÉCÉDENTS, NINA.
THEODORE.
Venez, ma chère cousine, venez connaître l’époux que votre père vous destinait, et que le hasard
vient heureusement de démasquer.
NINA.
Je sais tout, j’avais vu madame avant vous.
FUTET.
Oui; mais vous ne savez pas...
NINA, bas à Futet.
C’est très bien; tout va à merveille.
FUTET.
Mais non, au contraire. Maudit Limousin! va...
NINA.
J’espère, monsieur, qu’après l’éclat d’une pareille aventure, vous ne songez plus à ma main?
FUTET.
C’est ça ; renvoyez-moi le provincial.
ERNEST.
Ah ! ah ! qu’est-ce que ça fait? on a une inclination, et on se marie ; ça n’y fait rien. Vous le savez
bien, puisque vous m’épousez.
NINA.
Comment! monsieur?...
ERNEST.
Eh, mon dieu ! Je sais tout. Vous sentez bien qu’on n’est pas venu de Limoges sans prendre des
informations. On assure que vous avez distingué un monsieur Théodore, un fort joli garçon que je ne
connais pas : fort aimable, mais d’un caractère facile, et qui ne s’aperçoit pas qu’on l’abuse.
THEODORE.
Monsieur...
NINA.
Et qui a pu vous dire que je l’aimais?
ERNEST.
On n’a point dit ça : c’est bien lui qui vous fait la cour ; mais c’est un de ses amis, monsieur Jules,
que vous aimez en secret.
THEODORE, furieux.
Eh bien! je m’en suis toujours douté.
ERNEST.
Pardi! c’est connu : tout le monde vous le dira.
NINA.
Quelle indignité!
JULES, bas à THEODORE,
Je te jure, mon ami...
THEODORE.C’en est assez, monsieur, et vous ne jouirez pas plus longtemps de votre triomphe.
JULES.
Ecoute donc, comme il te plaira.
MADAME FUTET.
Mais, messieurs, de grâce...
FUTET, vivement.
Taisez-vous, madame.
AIR : Cœur infidèle. (Blaise et Babet.)
THEODORE, à NINA.
Cœur trop léger !
FUTET, à MADAME FUTET.
Femme volage,
Peux-tu me faire un tel outrage ?
THEODORE, FUTET.
Cœur volage !
Ne me parle pas davantage.
THEODORE, à Jules
A demain.
FUTET, à sa femme.
Il n’est point d’excuse.
JULES, à THEODORE.
A demain, soit ; je vous attends.
FUTET, à part.
Ce Limousin, dont je m’amuse ;
S’amuserait à mes dépens !
ENSEMBLE :
FUTET, THEODORE.
Cœur infidèle, etc.
TOUS LES OFFICIERS.
Dans le fond du cœur je partage
Un tel affront, un tel outrage.
MADAME FUTET, NINA.
Je n’entends rien à leur langage.
Cessons un pareil badinage,
Monsieur, après un tel outrage,
Ne me parlez pas davantage,
SCÈNE XIII.

NINA, ERNEST.
NINA.
C’est pourtant ce maudit prétendu qui est cause de tout cela. Oh! je m’en vengerai; et je vais le
traiter de manière qu’il ne lui restera pas d’envie de m’épouser.
ERNEST.Ma future est vraiment fort jolie ! et a l’air de m’aimer beaucoup.
NINA.
Eh bien, monsieur! vous êtes content. Voilà tout le inonde brouillé, et cela, grâce à vous.
ERNEST.
Ah! dam ! ils ont l’air fâché; mais pourquoi cela? moi, je n’en sais rien.
NINA.
Comment! vous n’en savez rien! quand vous allez justement leur dire?... (A part.) Au fait, il a si
peu d’intelligence, qu’il ne se doute pas même... (Haut.) Dites-moi, monsieur de Roufignac,
croyezvous qu’un sot puisse épouser une demoiselle malgré elle?
ERNEST.
Ah! ah! voyez-vous?
NINA.
Répondez-moi donc?
ERNEST.
Pardon, mademoiselle, c’est que je ne sais pas ce que vous me demandez.
NINA.
Ecoutez : (Le faisant reculer.) Je suis bonne, je suis naturellement douce ; mais savez-vous que
l’amour peut changer le caractère ?
ERNEST.
Oui, je le sais : c’est justement ce que je viens d’éprouver en vous voyant. Vous pouvez deviner,
sans que je vous le dise, que je n’ai pas grand esprit, tranchons le mot, je suis un franc imbécile, sans
éducation, sans talents, sans usage : eh bien ! du moment où je vous ai aperçue, je ne sais quelle
révolution soudaine s’est opérée en moi : il m’a semblé qu’un nouveau jour m’éclairait; de nouvelles
idées se présentaient à mon imagination : et sans peine, sans efforts, les mots s’offraient d’eux-mêmes
pour les exprimer.
NINA.
Quel langage!
ERNEST.
Et qu’a-t-il donc de si étonnant? De tout temps l’Amour n’a-t-il pas fait des prodiges?
Douteriezvous de ses miracles? et qui, plus que vous cependant, serait capable d’y faire croire?
AIR du vaudeville du Piège.
Ah ! d’un semblable changement
Il faut vous en prendre à vous-même :
On devient bien vite éloquent
Lorsqu’on est près de ce qu’on aime,
Plus d’un amant fut interdit
Près de charmes comme les vôtres;
Et si vous me donnez l’esprit,
Vous l’avez fait perdre à bien d’autres.
NINA. (Parlé.)
Serait-ce une plaisanterie?
ERNEST.
Qui, moi! plaisanter sur un pareil sujet? j’en suis incapable, et vous aussi, je. le parierais. Et si
notre mariage vous avait déplu, si quelques raisons secrètes s’étaient opposées à cette union, je suis sûr
que vous m’en auriez averti ; que, loin de me tourner en ridicule, vous auriez eu pour moi les égards,
les procédés qu’on doit à un ami de son père : que loin de confier votre secret à une jeunesseimprudente, légère, qui peut vous compromettre, vous m’auriez tout avoué franchement, et vous vous
seriez confiée à ma délicatesse. N’est-il pas vrai ?
NINA.
Monsieur...
ERNEST.
Jugez donc de ce qui aurait pu arriver, si, en voyant un jeune homme simple, sans défiance, vous
vous étiez fait un jeu de le tourmenter; si ce malheureux vous aimait réellement ; si, à votre vue, il
n’avait pu se défendre d’un sentiment fatal : si, trompé, désabusé, forcé de renoncer à vous, il emportait
dans son cœur le trait qui l’a blessé, et qui doit peut-être le conduire au tombeau!
NINA.
Grand Dieu!
ERNEST.
Rassurez-vous; il faut espérer que cela n’ira pas jusque-là. Mais si ce n’est pas pour lui que je
parle, que ce soit au moins pour vous. A quoi ne vous exposiez-vous pas en vous livrant ainsi? car
enfin vous ne savez pas qui il est; vous ignorez son secret, et il possède le vôtre. Et s’il profitait de ses
avantages, quel parti n’en pourrait-il pas tirer dans une petite ville amie du bruit et du scandale ?
NINA.
Ah, monsieur!...
ERNEST.
Mais, heureusement, tout dépend de vous. Ma discrétion se réglera sur la vôtre. Vous aviez voulu
m’intriguer un peu, je vous l’ai bien rendu : ma vengeance se bornera là. Surtout pas le mot à ces
messieurs ; je n’exige pas non plus que vous agissiez contre eux : restez neutre, c’est tout ce que je
vous demande. Je croirai avoir remporté une assez belle victoire en détachant de leur coalition l’alliée
la plus redoutable.
NINA.
Je reste stupéfaite, et je ne sais plus où j’en suis.
SCÈNE XIV.

LES PRECEDENTS, TIENNETTE.
TIENNETTE, les apercevant.
Ah, comment! c’est vous, monsieur? A la bonne heure; vous voilà bien déguisé. Vous avez bien
trouvé le magasin. Mais ce n’est plus cela : il faudra encore changer. Si vous voyiez les autres, ils sont
tout en noir.
NINA, à TIENNETTE.
Comment ! est-ce que tu connais monsieur ?
TIENNETTE.
Sans doute ; mais ne craignez rien : il est aussi du secret. Madame Futet a rassemblé les jeunes gens
de la ville ; ils s’habillent de ce côté : allez, allez, ils sont bien drôles, et nous allons bien rire. Vous ne
savez pas, il paraît que ça allait mal : tous ces messieurs étaient brouillés, mais M. Futet les a
raccommodés, et les a réunis tous contre l’ennemi commun. C’est comme ça qu’il parle. Mais il faut
que M. Futet en veuille bien au prétendu, car il y met un zèle, une ardeur!...
ERNEST, se mettant à une table.
(A part.) Ah, diable! (Haut.) Attends, je vais le seconder.
NINA.
Mais je ne reviens pas de tout ce que je vois ! et comment il se fait!...

Attention

En entrant sur cette page, vous certifiez :

  • 1. avoir atteint l'âge légal de majorité de votre pays de résidence.
  • 2. avoir pris connaissance du caractère érotique de ce document.
  • 3. vous engager à ne pas diffuser le contenu de ce document.
  • 4. consulter ce document à titre purement personnel en n'impliquant aucune société ou organisme d'État.
  • 5. vous engager à mettre en oeuvre tous les moyens existants à ce jour pour empêcher n'importe quel mineur d'accéder à ce document.
  • 6. déclarer n'être choqué(e) par aucun type de sexualité.

YouScribe ne pourra pas être tenu responsable en cas de non-respect des points précédemment énumérés. Bonne lecture !