Oriane et l'amour

-

Livres
278 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La porte s'ouvrit et le soleil s'engouffra. Silhouette féminine. L'effet de contre-jour me gênait à douter de mes yeux. Une poussière de lumière enveloppait ses cheveux. Un beau sourire et beaucoup de larmes. C'était Oriane. Elle se jeta dans mes bras, hoquetant des mots que je ne comprenais pas. Énorme surprise! Totale! Désarroi complet! Comme cela, sortie de nulle part. Depuis si longtemps! Comme un cadeau de miracle. Plus que blottie, elle était plaquée contre moi. Elle pleurait, doucement, doucement et ses pleurs n'en finissaient pas. Je la serrais contre moi. Un peu. Avec beaucoup de délicatesse. — Pleure, pleure. Dans mes bras ta peine sera plus douce. Et je passais ma main dans ses cheveux. De rapprochements en renoncements, de retrouvailles en éclipses, M. Guiguet évoque l'histoire d'amour d'Oriane et d'un narrateur transporté dans un tourbillon de sentiments toujours plus instables, puissants, changeants... Véritable autopsie d'une âme masculine attachante, prise dans les affres d'une passion absolue, entre doute, désir et attente, ce roman à l'écriture pudique et élégante, proche de la dentelle, laisse éclater toute la sensibilité d'un romancier qui, après Le Territoire du lac, revient au faîte de son art.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 03 décembre 2015
Nombre de visites sur la page 10
EAN13 9782342045277
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0086 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Oriane et l’amour
Du même auteur
Le Territoire du lac, Éditions Publibook, Roman, 2008
Marc Guiguet Oriane et l’amour
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 175, boulevard Anatole France 93200 Saint-Denis – France Tél. : +33 (0)1 84 74 10 24 IDDN.FR.010.0120652.000.R.P.2015.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2015
Je t’aime
Les femmes sont si belles, des créations de rêve, de l’art. Comme Ondines, Fées ou Déesses elles règnent dans l’espace du surnaturel. Ô toi, ma bien-aimée, mon amie, ma sœur, je voudrais vivre ta divinité, je ne suis qu’humain, réduit à la réalité. Ta beauté, je voudrais la dévorer, je ne peux que la con-templer. Tes yeux débordent de tendresse, de don de soi, de don d’amour. Hélas, c’est seulement fermés que je peux les embrasser. Mon amour. De mes sens à moi-même, du physique à l’émoi, je voudrais n’être que toi. Sur ma peau, de partout, les frissons du plaisir courent et me parcourent. Dans mon cœur rugissent les vents, les ouragans de ma tourmente. En ton corps je voudrais me fondre, en toi, intime, je voudrais te répondre. De mes lèvres, du haut en bas, de pression sur mame-lon, de chatouillis sur frisottis, je ne puis que caresser pour m’enivrer. Mon amour. Dans tes cheveux, de leur ondoiement de soie à la houle de tes courbes, je me noie dans l’impossible. Peau dorée, peau nacrée. Pervers ces frôlements et at-touchements me bouleversent au-delà de l’accessible. De ta bouche à ton velours d’amour, je voudrais, en vain, tout posséder. Je voudrais être chair de ta chair. Virilité conquérante en féminité accueillante. Chair de ta chair. Virilité glo-rieuse en féminité délicieuse. Mon amour.
9
De jouissance à béatitude… je voudrais tout transcen-der. De mon corps à ton corps, d’âme à âme, je voudrais ré-sumer le monde, épouser une totalité. Au bouche à bouche je perds le souffle, si dans l’étreinte de tes bras, je t’envahis. Tes gémissements longs et doux, ta volupté, tout est dé-lectation de paradis. L’extase, en toi… au plus profond que je la puise, m’anéantit. A la vie, à la mort… Enlacés, immortels… Ivres d’amour… Je t’aime.
* * *
En découvrant cette lettre, mon cœur avait bondi. J’en étais bouleversé. Totalement. Une émotion intense, poi-gnante autant que merveilleuse, descendait au plus profond de moi. Et la ronde des souvenirs s’est élancée… Ah, quand ils arrivent en rafales, quel choc ! Deux mondes se bousculent. Le passé s’enfonce comme un coin dans le présent. Deux moments de vie. On se retrouve dans les temps d’autrefois, mais avec l’expérience d’aujourd’hui. Des différences qui charment tout autant qui accusent. Bonheurs et regrets, nostalgie et remords… Être soi et un autre. A la fois. D’un clin d’œil, un saut de personnalité ! Et si j’avais saisi cette occasion ! Et si la maladie… si cet accident… Un nouveau personnage s’est invité. Bonjour la remise en cause. Rude est la passe. Tout cela pour le plus grand émoi de ma vie, pour une belle déclaration d’amour. A une femme. Dans l’élan, à tout le genre féminin.
10