Passion interdite

-

Livres
160 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La vie de Zane était toute tracée. Respecté par ses semblables, il se voyait déjà promu au grade supérieur. Sa rencontre avec Mila, une humaine, va tout remettre en cause. Tiraillé entre l'attirance qu'il éprouve pour la jeune fille, son devoir et la haine que certaines personnes ressentent pour lui, Zane est perdu. S'il remettait tout en cause par amour, serait-il prêt à en payer les conséquences ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 mai 2014
Nombre de visites sur la page 77
EAN13 9782365405706
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Célestine Tome 1 : Passion Interdite Laëtitia D. Emco LES ÉDITIONS SHARON KENA Tous droits réservés, y compris droit de reproducti on totale ou partielle, sous toutes formes. ©2014 Les Éditions Sharon Kena www.leseditionssharonkena.com ISBN : 978-2-36540-570-6 Remerciements Je tiens à remercier sincèrement toutes les personn es qui ont collaboré, de près ou de loin, à la concrétisation de mon rêve. Mon éditrice, ainsi que l'équipe complète des éditi ons Sharon Kena qui m’a accueillie parmi eux. Un grand merci à Virginie pour cette magnifique cou verture. Mon fiancé qui m'a poussée à envoyer mon livre et q ui m'a soutenue. Ma famille et mon meilleur ami qui ont cru en moi. Mon amie Patricia grâce à qui mes scènes prenaient vite des tournures inattendues et avec qui je passais des heures à imaginer le plus fou des scénarios. Antone qui m'a aidée et guidée. Daniel dont les conseils ont été bénéfiques. Sans oublier mes premiers fans, Lauren, Hélène, Tyfenn, Thomas et Benjamin, qui ont eu le plaisir de me suivre. Une grosse pensée pour ma fille, mon rayon de solei l, qui, je l'espère, aura autant de plaisir que moi à côtoyer les livres et l'univers e nvoûtant qui les entoure. Je tiens également à remercier mes lecteurs. C'est un plaisir d'écrire et de vous faire découvrir le monde angélique de Zane et Mila.
En espérant que l'aventure continuera encore longte mps.
Prologue Chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Chapitre 6 Chapitre 7 Chapitre 8 Chapitre 9 Chapitre 10 Épilogue Lexique
Table des matières
PROLOGUE
Certaines personnes naissent, vivent et meurent dan s l’ignorance du monde, seulement entourées de leur famille et de quelques amis. Mourir est la dernière étape logique de cette ligne droite. Pour d’autres, la mort est autre chose : une malédi ction des plus cruelles. La vie, fil conducteur de tout être humain, se doit d’être vécue, même si nous empruntons tous des chemins différents. Quand la mo rt vient alors frapper, il ne faut jtir pour l’au-delà en acceptant sonamais regarder en arrière. Il faut accepter de par propre sort. La vie nous réserve bien des choses, mais la mort p eut nous surprendre. Rencontrer son âme sœur, devenir quelqu’un d’autre, tout est possible. Mais une fois mort, il n’y a pas de retour en arriè re. Seulement les souvenirs du passé. Juste les regrets. S’il était possible de connaître à l’avance tous le s détails de notre vie, il n’y aurait plus d’enjeu. Plus de croyance. Pourtant, le monde tel q ue nous le connaissons cache bien son jeu. Dans un monde dont nous ne soupçonnons pas l’existe nce vivent des créatures envoûtantes ou malveillantes. Ce monde est tout simplement le nôtre.
1.
Un soleil radieux se lève sur la petite ville de Summerfile, ce qui est assez rare en septembre. La route principale, d’ordinaire déserte, est envah ie de voitures qui se rendent à l’université. Pour certains, c’est un pas vers un nouvel avenir. Pour d’autres, une aventure qui s’achèvera dans neuf mois. L’école accueille des élèves de diverses classes so ciales et, pourtant, la première voiture qui fait son entrée sur le parking dépasse toutes les autres, que ce soit par son design ou par son prix. Son propriétaire, un garçon d’une vingtaine d’année s, en descend. Grand, la peau mate, ses cheveux noirs sont coiffés en arrière et tombent de chaque côté de son visage *** - Zane -Arrivé en avance à l’université pour prendre mon em ploi du temps, je me demande quelles personnes vont être avec moi, cette année. Ce n’est pas que cela m’ennuie d’être avec des étudiants que je ne connais pas, ma is je ne souhaite pas tomber sur des têtes dures pour ma dernière année ici. Je veux sim plement être Zane, étudiant solitaire, sans histoire. Je laisse mon petit bijou sur le parking. Je sais q ue monAudi TT blanche fait des jaloux, mais j’aime trop les voitures de luxe pour m’en passer. Le secrétariat vient juste d’ouvrir, je vais devoir attendre un peu avant de connaître mon premier cours de l’année. Je me poste donc près de l’entrée principale du bâtiment où se trouve l’administration, en attendant de pouv oir prendre mes papiers. Ma montre indique sept heures et demie quand le monde commenc e à envahir le parking. J’essaie de reconnaître les têtes des étudiants qui passent près de moi, mais je ne vois que des nouveaux. Mon regard se pose sur uneMazda 3noire qui se gare. Une fille ouvre la portière et, là, je n’arrive pas à détourner mon regard. Je ne sais pas pourquoi, mais elle m’attire, malgré moi. Seraient-ce ses cheveux brillant au soleil ? Ou ses yeux exprimant la joie de vivre ? Elle doit avoir une vingtaine d'années. Brune et de taille moyenne, elle donne l’impression d’être sûre d’elle. Elle porte une ves te de cuir noir qui met son teint en valeur. Je dois cesser de la fixer comme cela, mais c’est plus fort que moi ! Elle s’approche doucement de l’entrée. Ses yeux che rchent quelque chose ou quelqu’un qu’elle ne semble pas trouver. La jeune fille lève la tête dans ma direction. Quan d ses yeux croisent les miens, une étrange sensation traverse mon corps. Je plonge alors mon regard dans le sien et mon mond e cesse de tourner. *** - Mila -Je cherche Clément des yeux ; je ne le trouve pas, mais je vois un autre garçon qui a une jambe appuyée contre le mur de l’entrée. Bien q u’il soit d’une taille à faire pâlir la gent masculine, ce n’est pas cela qui m’a poussée à lever les yeux, mais plutôt son air mystérieux. Brun, la peau mate, il semble dangereux et bien plu s vieux que les autres étudiants que je vois ici. Ses yeux sont d’un noir à vous gla cer le sang si vous osez le regarder de trop près. Ses vêtements laissent entrevoir une mus culature bien développée. Après l’avoir détaillé, je me souviens l’avoir déjà vu dans l’enceinte du bâtiment. Il est toujours dans son coin, tel un loup solitaire ne vo ulant pas être dérangé. Une mèche de cheveux vient se coller devant mes yeu x, me cachant la vue sur cet apollon qui ne cesse de me fixer telle une bête de foire ou peut-être un objet fragile. Je
remets mes cheveux en place afin de pouvoir mieux l ’observer, moi aussi. Son visage n’exprime rien. Ni colère, ni joie. Mais pourquoi m e dévisage-t-il ainsi ? Il ne m’a jamais adressé la parole et nous n’avons jamais fréquenté les mêmes cours. Peut-être regarde-t-il quelqu'un d’autre en fin de compte. Je m'apprête à me retourner pour le vérifier, quand Clément, mon meilleur ami, me saute dessus et me salue. Après un dernier regard en arrière, je suis déçue d e voir que mon admirateur a disparu. Je décide alors de partir pour mon premier cours de l’année. Clément est mon meilleur ami depuis notre plus tend re enfance. De la maternelle au lycée, nous ne nous sommes jamais séparés. Ses parents ont décidé de quitter le pays. Ne voula nt pas changer d’université pour sa dernière année, nous nous sommes mis d’accord pour prendre un logement ensemble. Nous avons opté pour un appartement dans la ville m ême de nos études. Summerfile,nt un endroit super. On yqui est une petite ville des États-Unis, est vraime trouve de tout. Des écoles, une forêt, un lac, un g rand centre commercial et une boîte de nuit. La ville parfaite pour les jeunes de notre âg e qui possèdent le permis et la voiture bien entendu. Clément est un garçon merveilleux. Grand et châtain , il a des airs enfantins ; mais il est très débrouillard. Nos caractères sont opposés sur bien des choses. Je suis franche, il garde plutôt ses remarques pour lui. Je suis jalouse, lui est plus confiant dans ses rel ations. J’aime les films d’horreur, lui préfère les films d ’action. Malgré ces différences, je ne connais aucune amitié comme la nôtre. Pourtant, je décide de ne pas lui parler de ce mystérieux garçon. — Alors, ma belle, prête pour une nouvelle année ? me demande Clément. — Prête pour la dernière année, surtout ! Attends, il faut que je passe à mon casier, avant. — OK, je vais chercher nos emplois du temps et je te rejoins après. Tout en continuant ma route, je remarque une person ne à l’écart des autres. La couleur de ses cheveux et sa taille auraient dû me mettre la puce à l’oreille. C’est lui. Il est là, debout, les bras croisés sur son torse, le dos appuyé contre le mur ; il semble perdu dans ses pensées. Ne voulant pas lui faire comprendre que je l’ai vu me regarder, je décide de jouer la fille indifférente. Continuant d'avancer vers mon casier, j'aperçois Cl ément courir dans ma direction tout en criant : — Mila, devine la bonne nouvelle ? — On est dans la même promo ? — Comment as-tu deviné ? — Vu la tête que tu fais, je m’en suis doutée. On c ommence par quoi ? — Français, m’annonce-t-il, le sourire aux lèvres. Ma matière préférée. L’année pouvait commencer, j’é tais prête à la mordre à pleines dents. Nous nous rendons en classe, sans nous soucier du m onde qui nous entoure, trop heureux de cette bonne nouvelle. *** - Zane -Elle s’appelle donc Mila. Faire semblant d’être perdu dans mes pensées pour n e pas la dévisager une nouvelle fois ne fut pas une chose aisée. Qui est ce garçon qui l’accompagne ? Serait-ce son petit ami ? Pourquoi rigolaient-ils autant ? Une pointe de jalousie me transperce malgré moi. Il s se dirigent tous les deux vers la classe où j’ai moi-même cours. Elle sera donc avec moi pendant toute une année. Cette pensée me réchauffe le cœur. Je dois arrêter de penser à cette fille. J’ai réuss i à dominer mon esprit, mon âme et mon corps depuis bien longtemps, je ne peux pas perdre le contrôle après tant d’années. Une fois devant la classe de français, je remarque tout de suite ce duo inséparable. La seule place disponible, si je veux être tranquille, se trouve derrière eux. Tout en
avançant, je me rends compte qu’elle ne me prête auc une attention. Cela me rassure un peu. Peut-être n’a-t-elle pas remarqué que je l’ai fixée quelques minutes auparavant. Je me glisse sans bruit sur mon siège en attendant que le cours commence. Le professeur, une petite femme blonde d’environ qu arante ans, fait passer des fiches de renseignements. Au moment où Mila me passe la fe uille, je sens la chaleur émanant de sa main. Elle doit le sentir aussi, car elle tressaille à ce contact en levant les yeux sur moi. *** - Mila -Le tas de feuilles m'échappe. Il a des mains d’une douceur extrême et sa peau est encore plus belle que de la soie ; cela m’a surpris e et troublée. Avant même de lever les yeux, je sais que c’est lui. — Désolée. — Ce n’est rien. Sa voix posée et sensuelle me fait monter le rouge aux joues. Je m’empresse de me retourner afin de dissimuler le malaise qu’il y a e ntre nous. Le cours commence enfin. Le professeur nous demande de nous mettre par trois pour composer des groupes égaux pour les travaux pratiqu es. Je vois Clément se retourner. — Salut, je m’appelle Clément et toi ? — Zane, je m’appelle Zane. — Elle, c’est Mila. Ça te dit de te mettre avec nou s, vu que tu es seul ? — Pourquoi pas ? répond-il en me regardant et me so uriant, dévoilant au passage un sourire exquis. J'y réponds timidement et me retourne pour suivre l e cours. Lorsqu'il est terminé, je range mes affaires ; quan d je vois Zane appuyé contre ma table. — Ça ne dérange pas ton petit ami qu’on se mette en semble pour travailler ? — Mon petit ami ? Je n’ai pas de petit ami. Sa question me trouble da vantage quand je m’aperçois qu’il me fixe avec insistance. — Clément, c’est ton petit ami, non ? — Ah... Clément, non, c’est mon meilleur ami, donc je ne pense pas que cela lui posera un problème. Je le vois sourire à cette révélation. Nous avançon s en silence vers notre prochain cours, lorsque Clément déboule, le sourire aux lèvres. — Le cours est annulé ! On est libre pour la matiné e, on mange dehors ? Il y a du soleil. — Pourquoi pas ! Nous prenons place sous un arbre près du parking. — Tu manges avec nous, Zane ? — Non, désolé, Clément, j’ai de la compagnie. On se voit tout à l’heure, si vous voulez. — OK. Ne laisse pas attendre qui que ce soit. Depuis notre place, nous avons une vue directe sur sa voiture, je peux donc voir la fille qui l’attend. Elle est grande et blonde, sa p eau bien bronzée la rend parfaite. Quand elle s’avance vers Zane et le prend dans ses bras, une boule se forme dans le creux de ma gorge. — Il n’est pas aussi solitaire que je le pensais, remarque Clément. — Je vois ça. Je vais commander. Je me mets en route vers la cafétéria. Clément qui ne me connaît que trop bien me suit. — Mila, je ne sais pas exactement ce qui se passe, mais il est clair que la vue de cette fille t’a rendue triste. Tu ne serais pas attirée par Zane, par hasard ? — Non, pas attirée. Je ne le connais même pas. Ce n ’est pas ça. Mais ce matin, quand je suis arrivée, il n’a pas arrêté de me dévi sager. Et sa façon de me sourire en classe était bizarre. Certes, on ne se connaît pas, mais je ne sais pas, il est étrange. Il m’a demandé si tu étais mon petit ami. — Mila, écoute, tu es assez grande pour prendre tes propres décisions. Mais tu l’as bien vu ; soit cette fille est sa copine, soit ce m ec aime être en compagnie de jolies filles. Il a tout pour plaire et il le sait, apparemment.
Clémentn’apastort,jedoisarrêterdepenseràc egarçonavantqu’ilnesoittroptard.
Clément n’a pas tort, je dois arrêter de penser à c e garçon avant qu’il ne soit trop tard. Mais quand je le vois entrer à son tour dans la caf étéria au bras de cette déesse, je ne peux m’empêcher de lâcher un rire nerveux. Ils vont tellement bien ensemble que je me trouve n ulle d’être tombée dans son piège, ce matin, sur le parking. *** - Zane -Harmonie a pu me rejoindre après les cours. Elle es t comme ma meilleure amie ou ma plus vieille connaissance. Bien que je sois content de la voir, j’ai moins aimé la tête de Mila quand mon amie m’a prise dans ses bras. Mais c ’est mieux ainsi. Harmonie est une fille qui a de l’assurance. Grande , mince et blonde, elle fait tourner la tête de tous les garçons. Tous, sauf moi. Je la connais depuis toujours. Elle m’a été d’un grand secours dans les moments sombres de ma v ie. Je lui dois beaucoup. Quand elle me questionne sur Mila, je ne peux lui m entir. — Alors, qui est cette fille ? Et ne me dis pas qu’ il n’y a personne, je t’ai vu reculer quand je t’ai pris dans mes bras et tu la fixais. — Techniquement, il n’y a personne. Tu sais comme m oi que je ne peux pas prendre le risque de l’exposer et de lui faire du mal. Je l ’ai rencontrée ce matin, sur le parking ; ça ne veut rien dire du tout. — Zane. Tu sais tout comme moi qu’ils ne vont pas te faire de cadeau. Certes, tu ne la connais que depuis ce matin, mais c’est déjà trop ! — Je ne ressens rien… — Tu ressens quelque chose, me coupe sèchement Harm onie. Je l’ai vu dès que je suis arrivée. Ta façon de la dévisager t’a trahi. C omment est-ce arrivé ? — Juste en la regardant, avoué-je calmement. Je vois Harmonie lever les yeux au ciel en jurant. — Tu sais à quoi tu t’exposes ? Tu comptes faire qu oi ? — L’oublier. On est dans la même classe, mais je pe ux passer au-dessus de tout ça et je le dois. Si ce n’est pas pour moi, ce sera pour elle. — J’espère que tu sais ce que tu fais. Je l’espère aussi. Je ne peux pas prendre le risque de blesser Mila. Afin d’oublier cette fille, Harmonie et moi nous me ttons en route vers l’espace détente pour y manger. Je remarque Mila qui arrive avec Clé ment. Ils ont eux aussi des plateaux repas. Assis en face de nous, ils ne nous prêtent aucune a ttention. — Tu as cours, cet après-midi ? — Oui. J’ai des recherches à faire pour mon cours d e français. — Je ne comprends pas pourquoi tu tiens tant à alle r à l’université, s’énerve-t-elle en levant les yeux au ciel. — Pour avoir un diplôme ou une vie normale, Harmoni e. Je ne veux pas passer ma vie à faire la même chose chaque jour. — Zane, tu sais tout comme moi que nous n’avons pas le choix. — Oui, je le sais. Mais changer d’activité de temps en temps ne me tuera pas. Je jette un œil vers Mila qui semble perdue dans se s pensées. Il est l’heure pour moi de retourner en cours. Je p rends donc congé d’Harmonie. — On se rejoint ce soir auSunclub? — Pas de soucis. Fais attention à toi. Je la regarde marcher vers sa voiture. Clément, qui a suivi toute la scène, m’invite à le rejoindre. — Ton amie est déjà partie ? — Oui, elle n’est pas étudiante. Mila dévore un sandwich au fromage sans se soucier de ma présence. — Je vais à la bibliothèque pour le devoir de franç ais. À plus. Mila lève la tête et me salue en même temps que Clé ment. La bibliothèque est simplement gigantesque. Les éta gères, remplies de livres, sont positionnées sur tout le contour de la pièce. Les t ables et les chaises sont installées au centre de celle-ci, pour que les étudiants puissent se repérer au milieu de tous ces bouquins. L’accueil, qui se trouve à l’entrée, semble minuscu le à côté de ces monstres en pin. J’essaie de me concentrer sur ma recherche ; mais, n’ayant pas trouvé les bons livres, la mission semble plus ardue que prévu. Dépité, je me laisse tomber sur ma chaise.