Nuage et eau

Nuage et eau

-

Livres
174 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

« S'inspirant de la sagesse du haïku, le moine Heido s'approfondit au lieu de s'étendre et, au coeur de l'ordinaire, puise toute la beauté du monde. Ces poèmes déroutent, interpellent et, par leur fracassante simplicité, secouent l'homme d'Occident. » (extrait de la préface du Maître zen Frederico Dainin Jôkô Procopio)

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 04 février 2015
Nombre de lectures 18
EAN13 9782336368566
Langue Français
Signaler un abus

Nuage et eau Heido Meriadec
Poésie zen
« S’inspirant de la sagesse du haïku, le moine Heido s’approfondit au
lieu de s’étendre et, au cœur de l’ordinaire, absolument ordinaire, puise
toute la beauté du monde. Ces poèmes déroutent, interpellent et, par
leur fracassante simplicité, secouent l’homme d’Occident. Nous avons
perdu le goût de la simplicité du quotidien, nous avons tellement voulu Nuage et eauatteindre l’extraordinaire imaginaire de nos rêveries absurdes que le
cœur ne tressaille plus en contemplant la lune, l’esprit ne se laisse plus
emporter par le chant du vent dans les bambous et l’âme n’est plus
Poésie zenbouleversée au simple regard d’un enfant. Et pourtant. Et pourtant nos
vies sont émoi, nos histoires s’écrivent dans le quotidien ordinaire qui
s’égrène comme une lente, immense prière du monde. Ce quotidien qui
est toute notre splendeur lorsque nous le contemplons du profond de
notre beauté intérieure ; si la réalité est ordinaire, elle n’est pas banale.
Quelques simples mots et soudain l’univers résonne de toute sa beauté.
Le nuage qui ne cesse de changer de forme et de traverser les cieux
peut en n nous émerveiller ; l’eau qui vient du ciel, qui devient rivière,
puis océan avant de revenir au ciel à nouveau et de peindre de nouveaux
émois peut en n secouer notre torpeur et nous appeler à la vie.
D’eau et de nuage, ainsi nos vies. »
Maître zen
Federico Dainin Jôkô Procopio
Né à la Rochelle en 1975, Heido Meriadec est un
moine bouddhiste. Il a reçu l’ordination de moine zen ainsi
que son nom de Dharma, Heido (la voie de la paix) des
mains du maître zen Roland Yuno Rech et est aujourd’hui Préface et calligraphies
disciple du maître zen Federico Dainin Jôkô Procopio, deux du maître zen Federico Dainin Jôkô Procopio
maîtres du lignage des Patriarches Japonais Niwa Zenji et Nishijima Roshi.
En 2012, il crée et devient responsable du Zendo de la Voie du Silence
en Alsace. Il enseigne la couture du Kesa et est responsable des jeunes
pratiquants dans la Sangha zen de la Montagne sans Sommet. Il a également
publié Le Vent et la Lune, poèmes d’un moine zen chez le même éditeur.
Photographie de couverture : © Fotolia.
ISBN : 978-2-343-05435-3
16,50
Heido Meriadec
Nuage et eau©L’Harmattan,2015
5 7,ruedel’Ecolepolytechnique,75005Paris
http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN:978 2 343 05435 3
EAN:9782343054353
111111111111,11111111111,1111111111111111111111111,1,1111111,NUAGE ET EAU

Poésie zenDu même auteur
En route vers la paix , le chemin de la vertu, éditions Les 2 Encres.
La marche du silence , éditions Les 2 Encres.
Le vent et la lune, poèmes d’un moine zen, L’Harmatan.Heido Meriadec
NUAGE ET EAU

Poésie zen
Préface et caligraphies
du maître zen
Federico Dainin Jôkô Procopio
Nuage et Eau – Poèsie zenPréface
l y a un batement qui pénètre et vivife toute chose. C’es le Ichant de l’univers. Ce chant ne ressemble pas à un hymne, ni
à une cantate. D’un regard il perce la beauté inatendue, d’un
batement de paupières il caresse l’émoi, assis immobile il chérit
la fragilité du monde et il chevauche la force de l’univers par un
sourire à peine esquissé. C’es le son du monde. Son témoin es
le vent qui fait sonner les bambous, son veilleur es la lune qui
s’abandonne aux mille refets d’eau, son gardien es le nuage aux
formes improbables, son proteceur es l’hirondelle qui bâtit un
nid aux beaux jours. L’homme croit l’entendre, telle une
mélodie hors de lui, venant d’ailleurs.
Et pourtant, il en serait comme de cete cithare qui se
questionne et se dit : « D’où vient cete douce mélodie de cordes
résonnantes ? » Seulement un grand « ne sait pas ».
Comme tant de moines avant et après lui, Heido cueille ce
chant, ofre cete mélodie au creux de quelques pages écrites à
l’encre de l’infniment simple.
6 • 7S’insirant de la sagesse du haïku, le moine s’approfondit au
lieu de s’étendre et, au cœur de l’ordinaire, absolument
ordinaire, puise toute la beauté du monde. Ces poèmes déroutent,
interpellent et, par leur fracassante simplicité, secouent
l’homme d’Occident. Nous avons perdu le goût de la
simplicité du quotidien, nous avons tellement voulu ateindre
l’extraordinaire imaginaire de nos rêveries absurdes que le cœur ne
tressaille plus en contemplant la lune, l’esrit ne se laisse plus
emporter par le chant du vent dans les bambous et l’âme n’es
plus bouleversée au simple regard d’un enfant. Et pourtant. Et
pourtant nos vies sont émoi, nos hisoires s’écrivent dans le
quotidien ordinaire qui s’égraine comme une lente, immense
prière du monde. Ce quotidien qui es toute notre slendeur
lorsque nous le contemplons du profond de notre beauté
intérieure ; si la réalité es ordinaire, elle n’es pas banale. Quelques
simples mots et soudain l’univers résonne de toute sa beauté.
Le nuage qui ne cesse de changer de forme et de traverser les
cieux peut enfn nous émerveiller ; l’eau qui vient du ciel, qui
devient rivière, puis océan avant de revenir au ciel à nouveau et
de peindre de nouveaux émois peut enfn secouer notre torpeur
et nous appeler à la vie.
D’eau et de nuage, ainsi nos vies.
Et si le secret du bonheur était contenu en une seule goute
d’eau fragile et puissante refétant mille éclats de lumière ?
Et si toute notre joie intime dansait dans les formes
inatendues, mysérieuses et éphémères des nuages qui jouent dans
les cieux ?
Un enfant joue et réinvente le monde, la pie voltige de branche
en branche cachant ses trésors.
Ici éclot le crocus perçant la blanche neige, et là bas l’érable
s’embrase des couleurs de l’automne.
Un mot, juse un mot peut peindre toute la beauté du monde.
Nuage et Eau – Poèsie zenTous nous sommes poètes qui s’ignorent ; tous nous
pouvons regarder le monde dans son incroyable slendeur et nous
éprendre d’émoi du plus simple des geses. Et ainsi cet ordinaire
qui nous semblait banal, soudain, devient la plus merveilleuse
des fêtes, la plus solennelle cérémonie, la plus éclatante réalité.
C’es dans le jour qui s’écoule que se trouve notre félicité, et la
félicité nous va si bien !
C’es dans un sourire, dans une caresse que s’exprime
l’indicible. Le miracle n’es pas de marcher sur l’eau, mais bel et bien
de marcher sur cete terre, jour après jour en chaque gese, dans
chaque mot.
Car la voie véritable es sous chacun de nos pas.
Maître zen
Federico Dainin Jôkô Procopio
8 • 9Nuage et Eau – Poèsie zenOù qu’il aile, d’où qu’il vienne,
L’oiseau aquatique eface sa trace
Mais ne perd jamais son chemin.
Dôgen
J’habite dans les montagnes
Nul ne me connaît
Au milieu des nuages blancs
Toujours silencieux, silencieux.
Hanshan
Nuage et Eau – Poèsie zenSIMPLEMENT S’ASSEOIR…
12• 13••Nuage et Eau – Poèsie zenAu cœur de l’agitation
et des bruits du monde
le son de la cloche
dans le silence du zendô.
14 • 15Dans la salle silencieuse
assis en zazen
le cri du corbeau
me rappelle à cet insant précieux…
Nuage et Eau – Poèsie zen