Bucoliques

-

Livres
46 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Il m’est venu l’idée d’écrire des poèmes pour illustrer quelques-unes des œuvres d’art (peintures-sculptures) que j’essaie de faire naître dans mon quotidien.
Ou bien les œuvres ont-elles été le déclencheur de mes petits écrits ?
Cela importe peu.
Mais ces poèmes en ont entraîné d’autres que j’ai eu envie de regrouper sous le titre « Bucoliques », tous s’inspirant, dans ce recueil, de la nature.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2014
Nombre de visites sur la page 369
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0022 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème


BUCOLIQUES

Catherine Messy

© Éditions Hélène Jacob, 2014. CollectionRecueils. Tous droits réservés.
ISBN : 978-2-37011-187-6

Impressions solaires


Un soleil de miel
Coulait dans le ciel.
Les nuages fondaient
Et se diluaient
Dans l’espace laiteux.

Un soleil de flammes
Rougissait le ciel.
Les nuages brûlaient
Et disparaissaient
Dans l’espace en feu.

Un soleil de glace
Figeait tout le ciel.
Les nuages gelaient
Et se statufiaient
Dans l’espace neigeux.

Un soleil humide
Détrempait le ciel.
Les nuages pleuraient
Et se lamentaient
Dans l’espace aqueux.

3

Lune mouillée


La lune boit, dit-on.
Mais que boit-elle vraiment ?
Le miel des étoiles
Qui scintillent alentour ?
L’océan de la nuit
Dans lequel elle se baigne
Avant de disparaître
À la levée du jour ?
Ou les mots susurrés
Par d’éternels amants
Se jurant leur amour ?
Mais peut-être boit-elle
Le nectar des nuées

Et des brumes rebelles

Autour d’elle couchées.

4

5

Grisaille


La sombre falaise au loin s’élevait.
Une mer étale à ses pieds gisait.
De rares filets d’écume blanchâtre
Ses vagues inertes çà et là teintaient.
Les nuages cachaient la couleur albâtre
De ses rochers ignorés du soleil.
Ils attendaient à nouveau de briller
Et de s’élever, altiers, comme la veille.

6

Saisons (1)


Bleu azur au-dessus des toits,
Lumière blanche sur feuillage vert,
Nappe rouge sur l’herbe jetée,
L’été règne en roi.

Nuées grises au-dessus des arbres,
Pâle éclat du soleil naissant,
Fumée blanche des cheminées,
L’hiver est bien là.

7

Nocturne


Petites pierres blanches
Sous le regard lunaire,
Grandes ombres étranges
Sous la voûte stellaire,
La nuit est de retour
Sur le petit jardin.
Tout le bruit du grand jour
Semble à jamais éteint.
Mais ce n’est qu’une trêve
Dont il faut profiter
Pour s’échapper en rêve,
Et laisser cette nuit
Tisser le doux cocon

Des limbes de l’oubli.

8

9

Désir d’évasion


Ciel et mer confondus,
Terre à perte de vue,
Que seules des herbes dressées
Viennent tacher çà et là.
Et l’on se prend à rêver
D’aller se perdre là-bas
Au bout de cette lande nue.

10