//img.uscri.be/pth/d745e322586fc94aad01e5913f8b60683e9ff038
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

De l'excellence du jardin ou comment espérer tutoyer le soleil

De
105 pages
Je vous écris de mon jardin, en Magnésie, assis à l'ombre sous les arbres... Mais ce n'est pas une retraite. Bien sûr, je peux être tenté par la tranquillité du refuge, alors qu'autour de nous le monde semble se défaire de ses apparences de solidité. Plutôt qu'un asile, je veux trouver dans le contact étroit avec une nature où je me plonge, des raisons de croire à des jours paisibles. C'est vrai, j'ai peur de l'homme qui va mal, et j'essaie de désigner les raisons profondes de mon effroi, tandis qu'au jardin, concrètement entre fleurs et tomates, je cultive les charmes d'un humanisme décrié.
Voir plus Voir moins
l
témoignages poétiques
Pierre Goldin
Pierre Goldin
De l’excellence du jardin ou comment espérer tutoyer le soleil
De l’excellence du jardin
ou comment espérer tutoyer le soleil
témoignages poétiques
De l’excellence du jardin ou comment espérer tutoyer le soleil
Témoignages poétiques
Collection dirigée par Philippe Tancelin
Parce que la langue poétique constitue une exploration, elle revêt parfois son visage de "témoin" des chamboulements de notre société, des mondes qui nous entourent, au gré des voyages, des rencontres. Parce qu'elle explore l'intime, qu'elle épouse une fonction dénonciatrice ici et ailleurs, elle bouleverse aussi notre vision du politique. Accueillons ces textes qui nous aident à cheminer et modifier notre regard...
Déjà parus
Fisso REYNAUD,Bonheur à perte de vie, 2017. Françoise BOCQUENTIN,Regarder la Nuit,2017. Alan TRÉARD,Poèmes différents, 2017. Michel COSEM,Les mots de la lune ronde,2017. Patrick BERTA FORGAS,Les jours naissent la nuit, 2017. Jean-Pierre ROQUE,Rédemption. L’enfance adamantine, 2016. Dominique VITAL,Leitmotiv, 2016. DAVID,La Plume du soleil. Rêver même en prison, 2016. Laëtitia BOQUI-QUENI,Fonnkèr La Liberté,2016. Jean-Pierre BIGEAULT,Le jeune homme et la guerre,2015. Mahasti SHAHROKHI,Ma patrie ? Mes chaussures ?, 2015. Annie AUBIN,In illo tempore…, En ce temps-là, Palestine occupée, Aujourd’hui, Palestine occupée, Demain, Palestine libérée !, 2015. Félix MONGET,La Routes des migrants. Destins roms, suivi deTchavo – Une légende tsigane. Poèmes posthumes, 2015. Vincent BOUTON,Rencontres avec John F. Koenig, 2015. Bruno ROSTAIN,Dépressions, le chemin des poètes, 2015. DAVID,Libre d’écrire.Poèmes de prison, 2015. Damien BERDOT,Le Livre des montagnes païennes, 2014. Félix MONGET,Les paroles tristes, 2014. François COUDRAY,une montagne, 2014. Stavros ZAPHIRIOU,Vers où (une histoire de guerre), 2014.
Pierre Goldin
De l’excellence du jardin ou comment espérer tutoyer le soleil
Du même auteur, aux éditions L’Harmattan
Helladiques, 1995
Paysages pendant la pluie, 1996 Chants de la porte et du passage, 2003 Arborescences, 2005 Les chemins qui vont à la mer, 2008 Territoires du vent, 2009 Répertoire des simples, 2011 Vue sur la mer depuis la fenêtre du haut, 2013 De la vie approximative, 2015 A propos du nombre d’or, enquête dans un cercle d’intimes, 2016
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-11655-6 EAN : 9782343116556
Sommaire Avant-propos...................................................................... 9 Résumé en forme de prologue… ou vice-versa ............... 11 I. Etat des lieux ................................................................ 15 II. De la solidité du jour, ou bien, Comment la mesurer avec l’assiduité des herbes ............................................... 35 Cuisine locale .............................................................. 37 Les sèves, au jour le jour............................................. 49 Les pluies de septembre .............................................. 63 III/ De la régularité des vents........................................... 73
7
Avant-propos Il est question dans ce recueil d’un jardin ; j’avais d’ailleurs pensé l’intitulerLettres de mon jardin. Evidemment, en écrivant ces « Lettres », j’avais en tête la phrase de Voltaire qui clôt les errances de Candide. Le jardin dont je parle, c’est celui-là, mais c’est aussi, littéralement, le vrai, celui où je sème, sue et récolte. Déjà dans l’enfance j’aimais jardiner, et cela est pour moi d’une grande importance, mais je ne voudrais pas que l’on me fasse un mauvais procès ; je ne pense pas que la terre soit par elle-même porteuse de message, de valeurs ; seule la relation qu’on établit avec elle peut délivrer du sens, ce que soulignent abondamment les résultats électoraux dans les campagnes. D’autre part, si je n’aime pas vraiment la ville d’aujourd’hui, c’est uniquement dans la mesure où elle me paraît très largement le théâtre d’une modernité sans conscience… Même si la ville dans cet ouvrage n’apparaît que très peu, sa présence est réelle, mais en creux, en filigrane ; le jardin et la ville doivent donc être compris comme les deux termes métaphoriques d’une alternative : ce qui, à mon sens, devrait être, contre ce qui est : l’accord charnel avec le monde contre la solitude orgueilleuse et dévorante ; avec en bruit de fond, les soubresauts d’un monde qui se délite.
9