Félix-Antoine Savard, Les Acadiennes

-

Livres
252 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Durant une grande partie de sa vie, de 1923 à sa mort, Félix-Antoine Savard a été hanté par une œuvre qu’il n’aura finalement jamais achevée. Inspirée par la lecture de l’Evangeline de Longfellow, Les Acadiennes a d’abord été conçue par l’auteur de Menaud maître-draveur comme un long poème épique, avant d’évoluer, avec l’introduction d’un chœur, vers une forme de tragédie ou de drame lyrique.
Passionné par l’œuvre de Félix-Antoine Savard, dont il avait déjà signé une édition critique de Menaud maître-draveur, Yvan Lepage a voulu retracer la genèse de cette œuvre en reconstituant patiemment les différents fragments laissés par son auteur. Décédé en mai 2008 avant d’avoir pu publier ce travail, il confiait à sa conjointe, Françoise Lepage, le soin de mettre en forme le manuscrit laissé sur sa table de travail.
Françoise Lepage réunit donc dans le présent ouvrage les divers éléments du dossier auxquels elle apporte quelques précisions utiles à la présentation du texte et non à son contenu. Ce livre éclaire la genèse des Acadiennes tout en soulignant le souci de rigueur et de perfection qui animait l’écrivain.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 décembre 2010
Nombre de lectures 2
EAN13 9782895971924
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0135€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
La collection « Voix retrouvées » a pour objectif de faire connaître des textes littéraires qui n’ont jamais été publiés ou qui ne l’ont été qu’une seule fois et, de surcroît, il y a de nombreuses années, de telle sorte qu’ils sont aujourd’hui ignorés du public lecteur. Chaque volume comprend une introduction, une chronologie, des notes explicatives et une bibliographie.Les Acadiennesest le dixième titre de la collection.
FÉLIX-ANTOINE SAVARD
LES ACADIENNES
COLLECTION « VOIX RETROUVÉES »
Collection fondée par Roger Le Moine † et dirigée par Yvan G. Lepage † de 2005 à 2008.
Félix-Antoine Savard
LES ACADIENNES
Dossier compilé et présenté par Yvan G. Lepage
Les Éditions David remercient le Conseil des Arts du Canada, le Secteur franco-ontarien du Conseil des arts de l’Ontario et la Ville d’Ottawa. En outre, nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada pour nos activités d’édition.
Cet ouvrage a été publié grâce à une subvention de la Fédération canadienne des sciences humaines de concert avec le Programme d’aide à l’édition savante, dont les fonds proviennent du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada.
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Savard, Félix-Antoine, 1896-1982  Les acadiennes / Félix-Antoine Savard ; dossier compilé et présenté par Yvan G. Lepage. (Collection Voix retrouvées ; 10) Comprend des réf. bibliogr. ISBN 978-2-89597-122-1  I. Lepage, Yvan G. II. Titre. III. Collection : Collection Voix retrouvées ; 10 PS8537.A92A33 2010 C841’.52 C2010-907322-3
Les Éditions David 335-B, rue Cumberland Ottawa (Ontario) K1N 7J3 www.editionsdavid.com
Téléphone : 613-830-3336 Télécopieur : 613-830-2819 info@editionsdavid.com
Tous droits réservés. Imprimé au Canada. e Dépôt légal (Québec et Ottawa), 4 trimestre 2010
RÉSENTATION
À son décès, en mai 2008, mon mari, Yvan Lepage, laissait sur sa table de travail le manuscrit desAcadiennesde Félix-Antoine Savard, compilation à laquelle il travaillait depuis plus de deux ans, dans le cadre des recherches préliminaires qui devaient le conduire à la rédaction d’une biographie de Monseigneur Savard. Il n’est que de consulter l’édition criti-1 que qu’Yvan avait donnée deMenaud maître-draveurpour se rendre compte combien Félix-Antoine Savard était un auteur exigeant avec lui-même, qui revenait sans cesse sur son idée première afin de parvenir au texte idéal, toujours fuyant. L’écriture inachevée desAcadiennes, les recommen-cements, les repentirs constituent, à l’instar deLouise de 2 Sinigolle, un exemple de ce besoin de rigueur et de perfec-tion qui animait l’écrivain.
Considérant que ce « drame lyrique » en gestation per-mettait de pénétrer dans l’atelier de Félix-Antoine Savard et de montrer l’évolution de sa pensée pendant le demi-siècle qu’a duré l’élaboration desAcadiennes, Yvan s’était fixé pour objectif de réunir les fragments épars dans le fonds Savard déposé aux Archives de l’Université Laval, de les
1. Montréal, Les Presses de l’Université de Montréal, 2004 (Bibliothèque du Nouveau Monde). 2. Félix-Antoine Savard,Louise de Sinigolle, dossier original mis à jour et présenté par Réjean Robidoux, Ottawa, Les Éditions David, 2001 (Voix retrouvées).
7
LES ACADIENNES
dater dans la mesure du possible, de les regrouper pour leur conférer un maximum de sens et d’en éclairer la genèse.
Le dossier qu’il laissait en mai 2008 se présentait sous forme de « pièces détachées » qu’il suffisait de rassembler pour donner aux chercheurs et aux fervents de littéra-ture accès à une œuvre inédite, qui a hanté Félix-Antoine Savard pendant toute sa vie, mais qu’il n’a jamais menée à bien. Mon travail en tant que légataire intellectuelle a donc consisté à récupérer les diverses parties du dossier, à les réunir et à les lier les unes aux autres pour en faire un livre. Ainsi, j’ai rédigé moi-même, outre cette notice de pré-sentation, la section intitulée « Établissement du texte » en m’inspirant de ce qu’Yvan avait fait pourMenaud maître-draveur, en le plagiant parfois, mais toujours dans le souci de rester aussi proche que possible de son intention pre-mière. J’ai également réaménagé quelque peu l’introduction qui avait d’abord été écrite en tant que communication pré-sentée dans le cadre d’un colloque tenu à l’Université d’Ot-3 tawa . J’ai ajouté des intertitres dans l’introduction, dans la table chronologique et dans le dossier, afin de faciliter la lecture et l’identification des fragments. Ces modifications, on le voit, ne touchent que la présentation du texte et non 4 son contenu .
Sans doute cet ouvrage aurait-il été plus parfait si son maître d’œuvre avait pu le relire lui-même à la lumière de la grande connaissance qu’il avait acquise de la vie de Félix-Antoine Savard, et si le temps lui avait été donné de le faire paraître. Ce projet presque achevé ayant été abrup-tement interrompu, il m’aurait semblé regrettable de priver
3. «Les Acadiennes :projet de drame lyrique de Félix-Antoine Savard », communication présentée dans le cadre du colloque « (Se) Raconter des H/histoires. Histoire et histoires dans les littératures francophones du Canada », Université d’Ottawa, 18-21 octobre 2007. 4. Je remercie Madame Nicole Bourbonnais pour son appui et ses judicieux conseils.
8
RÉSENTATION
l’ensemble des personnes intéressées par l’œuvre de Félix-Antoine Savard de ce témoignage sur son travail d’écrivain. Tout cela pour quelques imperfections qui pourraient rester dans le présent ouvrage…
9
Françoise Lepage