L

L'âge mythique

-

Français
71 pages

Description

Ce recueil s'ancre dans la tradition populaire mais la réinterprète avec la création d'un monde imaginaire puissant, un nouvel Âge mythique où se mêlent une patrie hors du temps, l'amour pour une femme idéale, si charnelle était-elle, et la Parole transformatrice.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 22 janvier 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140141119
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Jeton Kelmendi
L’âge mythique
Jeton Kelmendi
L’âge mythique Poésie
Traduit de l’anglais par Dmytro Tchystiak et Nicole LaurentCatrice Avantpropos de Dmytro Tchystiak Postface par Ernesto Kahan
Lettres Européennes
L’âge mythique
Lettres européennes Collection dirigée par Dmytro Tchystiak
La collection « Lettres européennes » fondée sur l’initiative de l’Académie européenne des sciences, des arts et des lettres met en valeur l’oeuvre de représentants éminents des traditions littéraires. Il s’agit notamment d’anthologies qui dressent un panorama des littératures étrangères, des éditions nouvelles des auteurs devenus classiques ou contemporains et des études qui nous font découvrir le contexte socioculturel des pays différents. C’est en intégrant le patrimoine de ces cultures dans le paysage culturel francophone que nous leur ouvrons les horizons européens.
Déjà parus
Mammad ISMAYIL,Un feu solitaire en exil,poésie, 2019.
Jeton KELMENDI
L’AGE MYTHIQUE
Poésie
Traduitde l'anglaispar Dmytro Tchystiak et Nicole Laurent-Catrice
Avant-propos de Dmytro Tchystiak
Postface par Ernesto Kahan
© L’Harmattan, 2020 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-19440-0 EAN : 9782343194400
Jeton Kelmendi : un monde imaginaire régénérant Les choses les plus habituelles sont des réalités complexes. Lors de mes cours de « Poétique » à l’Université de Kiev ou ailleurs je pose souvent la question aux étudiants : « Qu’est-ce que la poésie ? ». Les réponses sont multiples, et pourtant, on pourrait y déceler quelques constantes : « langage de l’âme », « intimité de son moi », « réalité propre ». Il est étonnant de constater que lors de ces questionnaires spontanés les jeunes saisissent avec grâce l’essence même de l’acte poétique, ou plutôt d’une certaine tradition de poésie qui, somme toute, dure depuis des siècles sans changements majeurs, la conception platonicienne du poétique, et qui me semblerait celle du poète européen majeur, et surtout, un poète qui saisit avec grâce les tendances à venir de la poésie contemporaine, à savoir Jeton Kelmendi. Tradition platonicienne ? Et pourquoi pas aristotélicienne, s’exclamerait-on ! Ne serait-ce pas Aristote, le père de la poétique, grand théoricien des arts dramatiques ? En fait, il faudrait parler de deux traditions qui génèrent deux grands paradigmes du savoir européen lié aux fonctions de la poésie, au fonctionnement de la poétique, à la production de la fonction esthétique etc. Je serai le plus succinct (et par conséquent, un peu vulgarisateur) possible pour formuler des thèses bien connues et qui pourtant sont occultées par des dissemblances moins frappantes qu'on ne le croirait. Dans la période pré-socratique la poésie se voulait une communication divine. On connaît fort bien l’invocation de la Muse dans la première ligne de l’Iliade. Mais qu’est-ce qu’une Muse ? Fille de Zeus, le principe cosmique de la création, la création du monde olympique
7