La patience des cerfs-volants, suivi de Le bruissement des cendres

-

Livres
146 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Dans ce besoin qu’a la poète Lyne Richard de saisir l’essence même de sa vie s’en profile un autre : le désir d’habiter de façon lucide l’humanité à travers sa beauté et ses horreurs. Elle ouvre, ici, le poème à sa voix et à celles des femmes du monde.
«La patience des cerfs-volants» se compose de poèmes-correspondances écrits pour ses filles longtemps parties vers d’autres pays, alors que «Le bruissement des cendres» est constitué de poèmes en prose qui parlent de toutes ces femmes victimes de la violence, de la guerre et, surtout, de l’absence de liberté.
L’auteure parvient dans une parole juste et des images fortes à créer un espace poétique où le lecteur sera touché par la sensibilité profonde d’une mère et d’un être qui fait face au monde et qui questionne l’expérience de vivre.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 avril 2007
Nombre de visites sur la page 3
EAN13 9782895973232
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Lyne Richard
La patience des cerfsvolants s u i v i d e Le bruissement des cendres
P O É S I E
COUVERTURE Lyne Richard
D’après :Trois chemins sur l’éternité acrylique, 61 x 91 cm 1996
LA PATIENCE DES CERFSVOLANTS
suivi de
LE BRUISSEMENT DES CENDRES
DE LA MÊME AUTEURE
Roman
Le bruit des oranges, Montréal, Québec Amérique, collection « Littérature d’Amérique », 2007.
Haïku
Tout ce blanc près de l’œil, Ottawa, Éditions David, 2006.
Poésie
Dans l’infini du rouge, Québec, Le Loup de Gouttière, 2002. La nuit fait semblant de mourir, Québec, Le Loup de Gouttière, 2000. Agenouillée dans vos bouches, Québec, Le Loup de Gouttière, 1999. Une dernière pomme en septembre ou ailleurs, Québec, Le Loup de Gouttière, 1997. Les soifs multipliées, Québec, Le Loup de Gouttière, 1994.
Lyne Richard
La patience des cerfsvolants
suivi de Le bruissement des cendres
Les Éditions David remercient le Conseil des Arts du Canada et le Secteur franco ontarien du Conseil des arts de l’Ontario. En outre, nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Programme d’aide au développement de l’industrie de l’édition (PADIÉ) pour nos activités d’édition. Les Éditions David remercient également le Cabinet juridique Emond Harnden. L’auteure remercie le Conseil des arts et des lettres du Québec pour son aide.
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives Canada Richard, Lyne, 1953  La patience des cerfsvolants, suivi de, Le bruissement des cendres / Lyne Richard. (Voix intérieures) Poèmes. ISBN 9782895970743  I. Titre. II. Titre : Bruissement des cendres. III. Collection : Voix intérieures (Ottawa, Ont.)
PS8585.I1468P38 2007
C841’.54
C2007901562X
Révision : Frèdelin Leroux Maquette de la couverture, typographie et montage : AnneMarie Berthiaume graphiste
Les Éditions David 1678, rue Sansonnet Ottawa (Ontario) K1C 5Y7 www.editionsdavid.com
Téléphone : (613) 8303336 Télécopieur : (613) 8302819 info@editionsdavid.com
Tous droits réservés. Imprimé au Canada. er Dépôt légal (Québec et Ottawa), 1 trimestre 2007
AVANTPROPOS
Les premiers poèmes deLa patience des cerfsvolantsont été écrits quand mes filles ont quitté la maison. Quand un enfant abandonne le nid, le monde devient silencieux et la solitude résonne dans tous les dimanches. Ces poèmes annoncent la séparation. Un peu plus tard, les filles sont parties parcourir le monde. Leur absence a suivi les saisons. J’ai porté le langage qu’engendrait la distance et créé des poèmescorrespondances comme un acte d’amour. Dans cette nouvelle forme, le poème est habité par les questionnements et jette une passerelle sur les mémoires.
Des images de femmes brûlées, mutilées, sans droits ni parole, se sont superposées aux poèmescorrespondances écrits pour mes filles, libres voyageuses. J’ai alors été saisie par l’histoire de Zahida Parveeni, femme pakistanaise, à qui le mari a arraché les yeux, le nez, les oreilles et
7
la langue avec un couteau. Dans ma démarche, j’ai voulu créer un espace poétique pour décrire certaines atrocités, la cruauté du monde, l’espoir et l’indifférence. La liberté de mes filles soulignait l’esclavage de tant d’autres femmes.
Les cerfsvolants sont patients. Ils ont porté les mots jusqu’à mes filles dans tous les vents du ciel. Elles nourrissaient leur vie, d’expériences en expériences, tandis que la mort, dans le bruissement des cendres, laissait entendre les souffrances, l’horreur et, surtout, le souffle éteint de la liberté.
8
Lyne Richard
La patience des cerfsvolants