Lumière céleste
62 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Lumière céleste

-

Description

La poésie en Algérie comme éclosion des émotions.

Une lumière céleste rayonnante de sourire aspirant l’énergie dans l’âme, effaçant les soupirs, dissipant la brume. Éther excitant qui embaume le chemin de la vie. L’amour, la paix, la vertu ainsi que les valeurs humaines collectives, sources de bonheur à merveille des idées qui viennent fleurer les émotions de Douadi Boussella sur la rive du barrage Béni Haroun, un lieu d’inspiration et de réjouissance.

Laissez-vous emporter par ce recueil de poèmes envoûtants en quête de paix, d'amour, de vertus et de valeurs humaines collectives.

EXTRAIT DE Chevauchée nocturne

Compagnon de l’étoile filante, des météores
chevauchant les ténèbres attelant l’aurore
O cavalier fais escale, déroule ton tapis
Percée de perte haleine, hume l’aubaine d’un répit.

Une voix fluette, redonne la vie, décline la mort.
L’accueil est enthousiaste dans ce beau décor
Berçante en douceur éveille les cœurs assoupis
Mets fin a tes rêves, te prosternes, t’accroupis.

Mystère du silence brisé par cette voix ténor
Oscillant de l’Est a l’Ouest du Sud au Nord
Fortunés tes fidèles ; malheureux les impies
Niant la sagesse, ils ont cru à l’utopie.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Originaire des montagnes rebelles de l’ancienne Kotama ou Petite Kabylie au nord constantinois, en Algérie, Douadi Boussella a été enseignant puis inspecteur de l’éducation, poète par vocation. Il s’engage dans une nouvelle production littéraire et nous offre Lumière céleste. Il est également l’auteur de deux recueils de poésies : Flopées de poésies et Sur les sentiers du bonheur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 juillet 2018
Nombre de lectures 1
EAN13 9782378772826
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Douadi Boussella






Lumière céleste
P o é s i e












© Lys Bleu Éditions – Douadi BoussellaISBN : 9 782 378 772 826
Le code de la propriété intellectuelle n’autorisant aux termes des paragraphes 2 et 3 de l’article
L.122-5, d’une part, que les copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du
copiste et non destinées à une utilisation collective et, d’autre part, sous réserve du nom de
l’auteur et de la source, que les analyses et les courtes citations justifiées par le caractère
critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d’information, toute représentation ou
reproduction intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou
ayants cause, est illicite (article L.122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque
procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L.335-2 et
suivants du Code de la propriété intellectuelle.

AVANT L’AURORE

Quand avant l’aurore, dans ce silence absolu
Rompit le sommeil dans la nuit et ses abysses
Dans l’esprit réapparaissent des scènes révolues
Alléchantes, elles oppressent l’émoi et l’éblouissent.
S’attarde la levée du jour, il a fallu,
Que je renonce à mes pensées à mes ennuis
À mes désirs interminables, qui affluent
Aux remords, et aux problèmes irrésolus.
Parfois, je déserte, me retire, m’exclus
Dans les vagues passives du silence, je m’enfouis.
Parfois, je refais les scènes qui apaisent l’esprit.
Par ce bouleversement, qui me hante, je conclus
Dans ce paradoxe qui chavire et me poursuit
À l’aube du grand jour, s’achève ce charivari.







CHEVAUCHÉE NOCTURNE

Compagnon de l’étoile filante, des météores
chevauchant les ténèbres attelant l’aurore
O cavalier fais escale, déroule ton tapis
Percée de perte haleine, hume l’aubaine d’un répit.
Une voix fluette, redonne la vie, décline la mort.
L’accueil est enthousiaste dans ce beau décor
Berçante en douceur éveille les cœurs assoupis
Mets fin a tes rêves, te prosternes, t’accroupis.
Mystère du silence brisé par cette voix ténor
Oscillant de l’Est a l’Ouest du Sud au Nord
Fortunés tes fidèles ; malheureux les impies
Niant la sagesse, ils ont cru à l’utopie.
Renonce à ton sommeil, à tes songes, toi qui dores
Remets le pendule à l’heure, ajourne le confort
Traversée nocturne, le chevalier est flapi
Le temps appelle à la pause, faire une œuvre pie.








L ’ É V A S I O N

J’aurais aimé fuir vers un monde illusoire
Hanter le mystère se perdre, dans un manoir
Comme un fantôme voulant sortir de ses déboires
En pleur, persiste l’écœurement dérisoire.
Bâtir un logis dans le ciel près des nuages
S’évader dans les airs apprécier les tourmentes des orages
Tresser une toile quand, l’éclair et tonnerre s’enragent
Assister au feu d’artifice de leur clonage.
Le mauvais temps persiste en pleur larmoyant
Dans les songes s’engouffrent les brisements poignants
Au-delà des cieux se croisent nos empressements
Languissant se heurtent retrouvant la passion.
Dans les contes de fées se désenchaînent les pensées
Rompre le silence affreux se désaltérer
Fuir le stress assouvir la curiosité
Frémissent les rêveries joyeuses du cœur blessé.









S I L I A N A
(acrostiche)

Sur mes vieux cahiers d’écolier en préambule
Idée d’écrire ton nom en lettre majuscule
Larbin, je suis ton humble serviteur gâté
Instinct inné qui renvoie une intimité
À toi je pense chaque soir au crépuscule
Nostalgie d’enfance ressentie dans mon asile
Amour ancré dans l’âme jusqu’à l’éternité.