Notre Dame des Oasis

Notre Dame des Oasis

-

Livres
94 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Geneviève Clancy est la nouvelle source de la poésie française de la résistance de la seconde moitié du vingtième siècle. Dans l'expérience de la perte, tant de poèmes non écrits nous manquent : sa voix d'au-dessus des camps doit encore faire son chemin, car si elle est enracinée dans la langue et le coeur des poètes "aux pieds nus", par sa résistance, ses utopies, ses sentiments, elle attend que nous sachions rendre l'aveuglante simplicité, la pureté du feu de la poésie.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 mai 2011
Nombre de lectures 38
EAN13 9782296808683
Langue Français
Signaler un abus
Notre Dame des Oasis Geneviève CLANCY La beauté résistante
Accent tonique - Poésie Collection dirigée par Nicole Barrière Maquette de la couverture Nicole Barrière Illustration de la couverture
Alpes slovènes vues du ciel, Photo Nicole Barrière
Nicole Barrière Notre Dame des Oasis Geneviève CLANCY La beauté résistante
© L’Harmattan, 2011 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-54945-6 EAN : 9782296549456
Il suffit que nous parlions d’un objet pour nous croire objectifs. Mais par notre premier choix, l’objet nous désigne plus que nous le désignons et ce que nous croyons nos pensées fondamentales sur le monde sont souvent des confidences sur la jeunesse de notre esprit. Parfois nous nous émerveillons devant un objet élu ; nous accumulons les hypothèses et les rêveries ; nous formons ainsi des convictions qui ont l’apparence d’un savoir. Mais la source initiale est impure : l’évidence première n’est pas une vérité fondamentale. En fait l’objectivité scientifique n’est possible que si l’on a d’abord rompu avec l’objet immédiat, si l’on a refusé la séduction du premier choix, si l’on a arrêté et contredit les pensées qui naissent de la première observation. Toute objectivité, dûment vérifiée, dément le premier contact avec l’objet. Elle doit d’abord tout critiquer : la sensation, le sens commun, la pratique même la plus constante, l’étymologie enfin, car le verbe, qui est fait pour chanter et séduire, rencontre rarement la pensée.
La psychanalyse du feu,
Gaston Bachelard, Idées Gallimard
Geneviève CLANCY, la beauté résistante
« Accepter de ne plus combattre est un devenir dont la finalité est de vider linfini ». Geneviève Clancy Ces belles paroles sont de la grande poète Geneviève Clancy qui aura été la nouvelle source de la poésie française de la résistance dans la seconde moitié du vingtième siècle. Elle est à jamais cette parole souveraine qui fait taire toutes les voix de loppression et de la haine. Elle semble trôner au milieu de nous comme une pietà, avec sa douleur dans les bras, son sourire las, sa présence intimidante, sa beauté haute, le portrait de la belle saison inaltérable de son visage. Voix de basse sur les poèmes, elle incarne la douleur et la force de la résistance à toutes les dictatures. Si fortement, que de son œuvre poétique, on se souvient des poèmes écrits pour témoigner, avec des millions de gens, sur linjustice et la disparition qui frappent les êtres : ce sont des textes qui passent de main en main sur les territoires occupés et sont le réconfort de populations soumises aux dictateurs fous et sanguinaires. Son œuvre importante va de la poésie parfois hermétique et philosophique à celles des passeurs dâmes au plein du ciel, aux œuvres de témoignage de la douleur du monde. Toujours elle apparaît comme une figure de la résistance, à chaque époque qui amène ses flots dhorreur, dont elle disait parfois dans les dernières années, quon avait atteint un point
7
tel de déshumanisation quil y avait là un in-pensé de la philosophie. Lhumain déshumanisé. Et Geneviève Clancy souffrira beaucoup ces malades-dictateurs-psychopathes qui sévissent sur la planète; elle leur survit par les mots en devenant létendard des pauvres, des persécutés et des martyrs. Tandis quelle est universelle, elle qui vivait sous laile de la mort, ils resteront boue de lhumanité. Son départ en octobre 2005, à lautomne des hêtres, en souveraine du verbe et de la dignité, après avoir traversé les épreuves de la vie comme une pietà, une madone de la douleur, en étant jusquau bout proche de tous les fronts, y compris celui de son propre mal, traversant les frontières de lexistence comme les oiseaux migrateurs, avec son aura et sa faculté à universaliser la radicalité de sa conviction. Expérience de la perte dans sa mort : tant de poèmes non écrits nous manquent et marquent aujourdhui la victoire des salauds. Cette voix dau-dessus des camps doit encore faire son chemin car si elle est enracinée dans la langue et lecœurdes poètes « aux pieds nus », par sa résistance, ses utopies, ses sentiments, elle attend que nous sachions rendre laveuglante simplicité, la pureté du feu de la poésie. Il est douloureux de voir tant de fausses gloires en présentoir ou de serviles laquais du pouvoir (il nest pas besoin de citer de noms), alors que pour entendre quelques bribes de poèmes de Geneviève Clancy, un long chemin est nécessaire, quand même morte, elle est frappée dinterdit. Nécessaire est sa poésie, nécessaire est sa présence pour retracer le cheminement commun, nécessaire est le devoir de se souvenir de cette nature profondément aux aguets des signes de la vie et du destin. Profondément mystique, elle était en même temps totalement moderne dans ses relations à
8
lAutre, nhésitant pas à proclamer ses convictions de femme, de poète et de son attachement viscéral à la liberté. Il est toujours hasardeux de tenter de décrypter la vie des autres : elle est née sous le signe de luniversalité, prédestinée à la quête de la vie. Et si ni la paix, ni lamour, ni le rire ne sont abondamment donnés, la douleur est la plus proche amie du tragique de la condition humaine dont elle a témoignée, la liberté quelle affirmée et légalité quelle na cessé de clamer. Geneviève Clancy est dune certaine manière initiatrice dans les rencontres, non dans la vénération mais dans le mysticisme de lacte créateur, mais dans la croyance absolue de la puissance de la Parole et de la force du Verbe. Sa personnalité la fait devenir la figure de proue de la poésie de résistance en France.
9