Pas tout à fait la nef des fous
83 pages
Français

Pas tout à fait la nef des fous

-

83 pages
Français

Description

"Pas si fous ces fous de poésie librement embarqués ensemble, de l'un à l'autre relayant et reprenant le souffle, coupant l'air conditionné, interpellant les passagers des paquebots de croisière pour saluer et accueillir ceux des radeaux en perdition. Rassemblés à l'initiative de Michel Cassir ils forment un choeur déconcertant ces imprécateurs dont les mots crus démasquent les oppressions virales en cours, ces buveurs de rêves épris de vins magiques ou de philtres étranges, ces performeurs à langue râpeuse et sonnante, ces explorateurs d'arythmies saisissantes, ces trouvères lyriques et méditatifs, ces rimbaldiens aux semelles de vent... Autant de levées d'ancres dans un grand jeu partageux dont voici le sillage."
Christian Cavaillé

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 octobre 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140160974
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

de l’un à l’autre relayant et reprenant le soufLe, coupant l’air
Poésie
Sous la direction de Michel Cassir et Christian Cavaillé
PAS TOUT À FAIT LA NEF DES FOUS Cadavre exquis démasqué
Présentation de Michel Cassir
Levée d’ancre Collection dirigée par Michel Cassir et Christian CavailléLevée d’ancreest une collection privilégiant l’écriture poétique, créée en 2001 par Gérard Augustin et Michel Cassir. Elle se propose d’abord de publier, au-delà de la division des genres, la poésie sous toutes ses formes ; de la précise ciselure du vent aux nouvelles, y compris le « noyau de prose » par lequel l’œuvre exprime ce qu’il y a de plus actuel, dans sa construction d’un sens de la poésie. Ensuite, multiplier les accès à cette poésie, tant par les anthologies critiques, les ouvrages collectifs, que par les échanges entre écrivains et lecteurs, les rencontres entre la poésie, les différents arts et la vie. Dernières parutions 125 – Françoise LECLERC,Agur Donostia, 2020. 124 – Claire LAJUS,Aux aguets, 2020. 123 – Ahmed BENDHIAB,Le derviche des mots, poèmes et peintures, 2020. 122 - Philippe André RAYNAUD,Pierres patientes, 2020. 121 – Mohamad NASSEREDDINE,long malentendu et d’autres Un poèmes,Anthologie établie et traduite de l’arabe (Liban) par Antoine Jockey,2019. 120 – Anne-Marie JEANJEAN,Sans brise-lames, 2019. 119 – Tuğrul TANYOL,Une voix troublant le vent. Poèmes choisis. 1977-2018, 2019. 118 – Omar ORTIZ,Journal des êtres anonymes.Diario de los seres anónimos, 2019.117 – Shanshan SUN et Anne-Marie JEANJEAN,Anthologie de poésie chinoise. Modernité, 2018. 116 – Christian CAVAILLÉ,intravagues,2018.115 – Ahmed BENDHIAB,Poèmes pour Raoudha, 2018. 114 – Alain ROBINET,Je scribe le crabe !, 2018. 113 – Michel CASSIR,Manifeste oblique – ne danser que l’inconnu, 2018. 112 – Hugo HERRERA,Vuelos – Envols, poèmes traduits par Omar Emilio Spósito et par Claude Couffon, 2018.
Sous la direction de Michel Cassir et Christian Cavaillé PAS TOUT À FAIT LA NEF DES FOUS Cadavre exquis démasquéPrésentation de Michel Cassir
LEVÉE D’ANCRE L’Harmattan
Poème à plusieurs voix Ahmed Ben Dhiab Antoine Boulad Michel Cassir Tristan Cassir Pauline Catherinot Christian Cavaillé Anne-Marie Jeanjean Claire Lajus Catherine Lechner-Reydellet José Angel Leyva Philippe Raynaud Antoine Simon
Dessins / photos Saad Ghosn (p. 12 et 17) Myrta Sessarego (p. 23 et 36) Nadim Cassir (p. 71) Photos : A. Ben Dhiab (p. 7, 35, 62, 66) Houda Kassatly (p. 44, 46, 54) José Angel Leyva (p. 31, 59)
© L’Harmattan, 2020 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-21493-1 EAN : 9782343214931
Cadavre exquis démasqué Les vrais livres sont magiques. Ils viennent de l’autre bout du temps, denses, pareils à des stèles. Ils sont chargés de symboles et de signes, comme écrits à l’intérieur d’un rêve, entre les passages noirs de l’oubli (J.M.G. Le Clézio, inProphéties du Chilam Balam, livre sacré des Mayas).  J’ai eu envie d’initier cette brève introduction par ces mots de Jean-Marie Le Clézio. Toute tentative de la poésie, et peut-être par extension de la littérature, serait de sonder le merveilleux et la peur pour en puiser l’énergie vitale. Faire acte de poésie est en quelque sorte prendre le parti de la magie, non dans le sens de la sorcellerie, dans sa prise instantanée et puissante sur le réel qui s’ouvre soudain sur la voie lactée. Cette magie est aussi un surcroît d’intelligence en ce qu’elle fait confiance aux forces du rêve à demi-éveillé, surtout quand celui-ci percute sur d’autres rêves et que cet ensemble prenne feu comme l’amour fou. En quoi doncLa nef des fous est-elle un pôle magnétique dans un contexte de confinement sanitaire qui atténue la respiration des pores et la sensation physique de l’autre.La nef des fousème de Sébastien Brandt écrite au XV siècle, qui mêle l’exaltation populaire à la morale, a inspiré
5
son contraire l’éloge de la folied’Erasme et le tableau si percutant de Jérôme Bosch. Il ne s’agit pas ici de folie au sens clinique du terme (quoique cela aurait pu l’être sans déroger au mystère qu’elle cache !), mais d’aller au delà de la contrainte avec gravité et jubilation. Non un journal du confinement, la subversion de l’idée même de confinement. Creuser ainsi dans le subconscient collectif une forme d’émancipation. Le grand jeu, éclairé par lescadavres exquisdes surréalistes, a consisté à tricoter/détricoter sans préméditation un texte qui va s’amplifiant de l’un à l’autre. Douze poètes se sont succédé en trois temps (36 mouvements !) pour créer une aventure unique. Chacun rebondissant sur le texte précédent sans avoir conscience de l’élaboration secrète du tableau. A ces textes se sont subtilement entremêlés des dessins et des photographies en vases communicants. Nous assistons à la naissance d’un chant commun qui tantôt se murmure et tantôt se redresse comme un coït ou comme une blessure arrivée à terme. Au rythme de l’autre, le poème vogue et se transforme en un cri, une litanie ou un songe délesté de contrainte. Voici ces signaux de liberté qui serpentent les gorges, les entrailles et le lever du jour. L’ensemble signe la mise à mort de la folie programmée, pour une autre plus subtile, joueuse et rebelle. Michel Cassir
6