Poèmes
178 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Poèmes

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
178 pages
Français

Description

Sur les coteaux, auprès du tronc rugueux des chênes, Le blanc bouleau qu'émeut la plus légère haleine, Son feuillage léger de lumière baigné, Se dresse comme un page auprès d'un vieux guerrier. Les longs baisers du vent font ondoyer les cimes, Le soleil filtre et pleut sous les feuilles, intime Et douce est la tiédeur du bois profond. Le vol Des nuages découpe une ombre sur le sol; On voit errer des choses vagues sur les pentes, La profondeur du ciel est calme, éblouissante, Et la terre convie avec sérénité Chaque être à quelque intime et sourde volupté. Midi: le chant de la joie Cette collection permet enfin de découvrir une oeuvre poétique le plus souvent inédite. C'est essentiellement de la période 1907-1910 que sont tirés les poèmes de ce recueil, avant que Bernard Marcotte ne se tourne davantage vers les contes et les textes philosophiques. Très différents les uns des autres par leurs styles et leurs thématiques, ils révèlent ainsi toutes les facettes du talent de leur auteur, dont l'imagination flamboyante et féconde autant que le lyrisme authentique sont les premiers atouts.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 octobre 2013
Nombre de lectures 33
EAN13 9782342014440
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0071€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Poèmes
Du même auteur
Les Fantaisies Bergamasques. Édition du Temps Présent, 1913 ; Éditions Thélès, 2012. La dernière chevauchée des Rois Mages. Éditions Thélès, 2011. Théâtre. Éditions Thélès, 2011. Les Cahiers d’Ésope. Publibook, 2013.
Bernard Marcotte Poèmes
Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0118717.000.R.P.2013.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2013
Préface
La plupart des poèmes de Bernard Marcotte sont inédits, mais ils ont été retrouvés dans les archives conservées par Paul 1 Tuffrau : inclus dans des lettres à ses correspondants, Paul 2 Tuffrau bien sûr, mais aussi Georges-Henri Lacassie , ou bien copiés sur des feuilles libres par Bernard Marcotte lui-même, ou 3 par des amis tels qu’André Juin . Cependant, quelques-uns ont été publiés dans des revues, avant la Première Guerre mondiale, La Foire aux Chimères,Les Actes des Poètes ouLes Poèmes, et, beaucoup plus tard, en février 2010,L’Œil bleu. Ces poèmes ont été composés tout au long de la vie de Ber-nard Marcotte, mais surtout dans la période 1907-1910. Ultérieurement, Bernard Marcotte s’est davantage tourné vers
1 Paul Tuffrau (1887-1973) se lia avec Bernard Marcotte (1887-1927) sur les bancs du lycée Louis-le-Grand, alors que tous les deux prépa-raient le concours d’entrée à l’École Normale supérieure, auquel Paul Tuffrau sera reçu en 1908. SesSouvenirs sur Bernard Marcotte ont été publiés dans la revueL’Œil bleufévrier 2010. Ils sont un té- en moignage d’une amitié qui ne s’est jamais démentie, et montrent combien Paul Tuffrau admirait le talent de Bernard Marcotte, « poète, conteur, et philosophe ». 2 Poète, normalien (promotion 1907), par la suite officier d’état-major, décédé en 1967. 3 Sculpteur, et aussi peintre et illustrateur, originaire d’Angoulême (1885-1978).
9
4 l’écriture de contes , ou de textes philosophiques (Les Cahiers 5 d’Ésope, comportantLa Vie étroite). Bernard Marcotte a été tenté de regrouper ses poèmes en un volume. Ainsi, écrivait-il à Paul Tuffrau en juin 1910 : « J’ai entrepris un grand travail : composer avec les vers que j’ai faits un livre, c’est-à-dire un tout, revoir de vieilles pièces oubliées, en condamner quelques-unes, en ajouter d’autres, changer des rimes, réparer des césures, allonger, raccourcir : une œuvre immense… », puis en juin 1913 : « Veux-tu me renvoyer les vers que tu as à Vendôme ? Je voudrais préparer un volume de vers ». Mais il n’a pas mené à terme ce projet. Certains poèmes devaient faire partie d’ensembles :Idéalis-tes et Bouffons,La ronde de nuit,Les Vagabonds,Autour du village… Mais ces ensembles sont restés incomplets, ou des poèmes ont été détruits par Bernard Marcotte, qui, malheureu-sement, a supprimé beaucoup de son œuvre… Dans la présentation faite ici, il a été essayé de les reconstituer (en tout cas leurs trames), tout au moins de présenter les poèmes avec une certaine logique. Espérons qu’aucun contresens aux inten-tions de l’auteur n’a été commis… Ces poèmes sont très divers par leurs sujets. Ils montrent le foisonnement des centres d’intérêt de Bernard Marcotte : Paris et des promenades nocturnes sur les quais de la Seine, parmi les membres du groupe des « Visionnaires », formé en 1907-1908 6 7 avec Roger Dévigne , André Colomer , Gabriel-Tristan Franco-
4 Bernard Marcotte publia en 1913Les Fantaisies Bergamasques (Édition du Temps Présent), et un recueil de ses contes et récits est paru en 2011 :La dernière chevauchée des Rois Mages (Éditions Thélès). 5 Quelques pages deLa Vie étroiteont été présentées dansRecherches Philosophiquesles soins du philosophe Jean Wahl (1888-1974), par ami de Bernard Marcotte et de Paul Tuffrau (Volume IV. 1934-1935, p. 384-389), et, plus récemment, dans la revueLe Grognard20, (n° décembre 2011). 6 Roger Dévigne (1885-1965). 7 André Colomer (1886-1931).
10