Sentiers vers le bonheur

-

Livres
130 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce sont des vers capables d'embrasser tout autant le microcosme que le macrocosme, tout autant le naturel que le culturel ou le social qui courent sur ces pages. Et ce recueil de développer ainsi une écriture poétique que nous pouvons qualifier de "totale", mais encore de philosophique et spirituelle si l'on en juge le souci qui se dégage de penser la marche du monde et d'une humanité en quête d'harmonie. Raffiné et ciselé, le style de ces "Sentiers vers le bonheur" prouve que ce qu'on appelle "classicisme" n'est pas incompatible avec la modernité thématique... Ni même avec des illustrations nées grâce aux nouvelles technologies et à l'esthétique cosmique... Le tout pour un recueil dont on retient la passion pour les contrastes et le caractère absolument unique et en prise directe avec notre contemporanéité.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 08 novembre 2012
Nombre de lectures 13
EAN13 9782748396041
Langue Français
Signaler un problème
Sentiers vers le bonheur
Alain Montoux – Alain Ribaillier Sentiers vers le bonheur Publibook
Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Éditions Publibook 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France Tél. : +33 (0)1 53 69 65 55 IDDN.FR.010.0118046.000.R.P.2012.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication aux Éditions Publibook en 2012
8
Prologue Ce recueil ‘Sentiers vers le Bonheur’ donne des bribes de so-lutions dans les différents domaines de notre vie pour nous adoucir l’existence : L’individu réjoui s’inscrit dans la croissance, S’accomplit sainement dans l’interdépendance. L’enveloppe globale, justement répartie, Gomme les différences, rythme l’économie. Qu’à cet individu, politique convienne, Le mot sert doucement à négocier sans haine, Empêche l’opposant, médiateur malvenu, De gâcher ses efforts, ses accords entrevus. Le blé pousse bien mieux sur les terres de bien ; Il adore s’ouvrir en corolles d’épis, Sur les champs, abreuvés des rosées du matin, Où la brise a tari les sanglots de la nuit. La démarche assurée et le pas méthodique, Les citoyens docteurs, experts ou conseillers, Forts de leurs expériences, de faits scientifiques, S’intéressent au futur, permettent d’avancer. Maints chercheurs, sans relâche, comme on mouille la terre, Pour obtenir un blé mûri par les lumières, Se dressent sur leurs pieds, pour regarder au loin, Au-dessus des hauts murs pour cerner le lointain. Ainsi va le progrès, au-delà des frontières, Dans un langage unique, pour la planète entière. L’effet sociologique, le bien-être privé, Tous deux sont rassemblés dans le même panier.
9
De socialisation en coopération, Par voies technologiques, au lointain, en écho, Sans fil on communique, en coordination, En lançant des bécots et des gestes amicaux. Quant à l’auteur artiste, exposé au musée, Il acquiert, outre-tombe, une notoriété. La puissance artistique, l’élan spirituel Des œuvres n’ont pas d’âge, car l’art est immortel. Ami reconnais toi, sur des thèmes cruciaux, Côtoie avec plaisir somme d’agents mondiaux ; Peut-être pour un but de nature artistique, Voire pour un dessein à fond écologique.
Imite la nature, mais ne la change plus ; Ça t’en coûterait trop : l’eau, le souffle et la vie. Elle est déjà blessée, ne la bousculons plus. Même après le trépas, nous en faisons partie. La beauté angélique, presque philosophique, Est gonflée de mystères, de doutes merveilleux. Mais bien peu de talents ont des vues mirifiques, Calment de leur vivant les enfants et les vieux.
Entends cet orateur, qui s’est couvert de gloire, Qui omet, de ses dires, ses actions historiques. Ce n’est pas le héros et ses mille victoires, Mais c’est l’âme apaisée qui séduit le public. Le passé, l’avenir, peu importe le temps ; C’est l’espace qui compte, et puis le mouvement, L’aspect psychologique, dans ce rêve présent ; Et ces bouches d’argent qui aiment mon corps blanc.
10