Y marcher jusqu
85 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Y marcher jusqu'à l'orée

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
85 pages
Français

Description

Y marcher jusqu’à l’orée dévoile une suite d’instants au fil des saisons, s’allongeant parfois en prose libre relatant une ambiance (haïbun), premier recueil de haïku et de haïbun écrits de 2005 à 2008. Telles les pierres blanches semées le long du chemin emprunté, ses poèmes en trois vers (haïku) se veulent autant d’évocations ramenant le lecteur vers ses propres émotions face aux joies et revers captés dans l’intimité du quotidien.

fraîcheur de juillet
dans le ruisseau de la Mule –
juste encore un peu

Dénuée d’intellectualisme, cette poésie est l’art du non-dit exprimant une empathie envers des éléments d’un univers partagé, offrant ainsi au lecteur une ouverture en continuité avec sa propre expérience et lui laissant toute liberté de ressentir la scène à sa guise.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 septembre 2012
Nombre de lectures 0
EAN13 9782897260392
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0095€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Y marcher jusqu'à l'orée
1
Luce Pelletier
Y marcher jusqu'à l'orée
poésie haïkus, tankas et haïbuns
3
Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada Pelletîer, Luce, 1959- Y marcher jusquà lorée  (Collectîon Pulsîon)  Poèmes  ISBN 978-2-89726-010-1(PDF) 978-2-89726-039-2 ISBN  I. Tître. II. Collectîon: Pulsîon. PS8611.O753A83 2012 C841.6 C2012-941718-1 PS9631.E463Y2 2012 Pour l’aîde à la réalîsatîon de son programme édîtorîal, l’édîteur remercîe la Socîété de Développement des Entreprîses Culturelles (SODEC), le Programme de crédît d’împôt pour l’édîtîon de lîvres – gestîon SODEC aînsî que le Conseîl des Arts du Canada.
Marcel Broquet Édîteur 351 Chemîn du Lac Mîllette, Saînt-Sauveur (Québec) Canada J0R 1R6 Téléphone : 450 744-1236 marcel@marcelbroquet.com www.marcelbroquet.com
Dîrectîon artîstîque : Rosette Pîppar Conceptîon de la couverture : Rosette Pîpar, Roger Belle-Isle et Olîvîer Lasser Mîse en page : Alejandro Natan
Dîstrîbutîon pour le Canada : Messagerîes ADP* 2315, rue de la Provînce Longueuîl, Québec J4G 1G4 Tél. : 450 640-1237 Téléc. : 450 674-6237 www.messagerîes-adp.com * ilîale du Groupe Sogîdes înc. ilîale du Groupe Lîvre Quebecor Medîa înc.
Dîstrîbutîon pour la France et le Benelux: DNM Dîstrîbutîon du Nouveau Monde 30, rue Gay-Lussac, 75005, Parîs Tél. : 01 42 54 50 24 Fax : 01 43 54 39 15 Lîbraîrîe du Québec 30, rue Gay-Lussac, 75005, Parîs Tél. : 01 43 54 49 02 www.lîbraîrîeduquebec.r
Dîfusîon – Promotîon: r.pîpar@phoenîx3allîance.com
e Dépôt légal : 3 trîmestre 2012 Bîblîothèque et Archîves natîonales du Québec Bîblîothèque et Archîves Canada Bîblîothèque natîonale de France
Dîstrîbutîon pour la Suîsse : Dîfusîon Transat SA Case postale 3625 CH-1211 Genève 3 Tél. : 41 22 342 77 40 Fax : 41 22 343 46 46 transat@transatdîfusîon.ch
© Marcel Broquet Édîteur, 2012 Tous droîts de reproductîon, d’adaptatîon et de traductîon înterdîts sans l’accord de l’auteure et de l’édîteur.
Sommaire
Préface Printemps Été Automne Hiver
5
7 11 26 52 66
6
P r é f a c e
e Lorsqu’il est revenu du Japon, au début du XX siècle, Paul Louis Couchoud était tout à fait enthousiasmé par ce pays qui, écrivaitil, était « une île de poètes ». Dépaysement et envoûtement. Par ses écrits, PaulLouis Couchoud est celui qui a fait connaître le haïku et le tanka aux poètes e de l’Occident; tout au long du XX siècle, divers poètes ont vu dans ces formes poétiques d’origine japonaise une méthode d’écriture, tantôt salvatrice tantôt révolutionnaire, qui semblait répondre à une quête de Vérité et de Poésie.
Tout récemment, Christian Doumat est revenu du Japon avec un petit ouvrage qui porte le titreJapon vu de dos(Fata Morgana, 2007). Alors qu’on parle d’altérité, d’ouverture, de découverte de l’autre et de soi, l’expression « vue de dos » me plaît : « Voir de dos, c’est donc non seulement voir ce que l’autre voit, mais encore voir de l’autre ce qui n’est pas tout à fait lui. » La personne qu’on voit de dos, on peut penser la connaître ou la reconnaître, on a le loisir de l’imaginer, on a le temps de vouloir lui parler ou de l’éviter. Ainsi, pratiquer le haïku et le tanka sans penser imiter les Japonais, sans chercher la mythique sagesse orientale. Ne rien attendre d’autre que le seul poème qui se donne le défi de fixer l’instant, l’instant d’un paysage tantôt extérieur tantôt intérieur.
7