Purespace - Épisode 2

-

Livres
28 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Reine du plus vaste clan d’Europe, Shereen est une vampire dont le but est d’offrir aux victimes une seconde chance, soit par la vengeance, soit par l’immortalité.


Elle tient plus que tout à son groupe, chaque membre étant quelqu’un qu’elle a sauvé des griffes de ses bourreaux.


Alors qu’elle vient de sauver une nouvelle victime de ses tortionnaires, son clan est attaqué par un véritable vaisseau spatial qui décime leurs rangs.


Cette invasion extra-terrestre semble viser uniquement les espèces surnaturelles. On les appelle les Purespaces...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 avril 2014
Nombre de visites sur la page 12
EAN13 9782919550791
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0007 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Purespace
Episode 2 Cécile Duquenne
Éditions du Petit Caveau - 100% numérique
Avertissement
Salutations sanguinaires à tous ! Je suis Van Crypting, la mascotte des éditions du Petit Caveau. Si vous lisez cette histoire avec un Kindle, n'hésitez pas à activer les polices/fontes de l'éditeur (dans le menu des polices). Si vous rencontrez un problème, et que vous ne pouv ez pas le résoudre par vos propres moyens, n’hésitez pas à no us contacter par mail (numerique@editionsdupetitcaveau.com) ou sur l e forum en indiquant le modèle de votre appareil. Nous nous ch argerons de trouver la solution pour vous, d'autant plus si vou s êtes AB-, un cru si rare !
PPrologue
Je n’ai pas l’habitude de visiter la tête de n’impo rte qui n’importe quand. Lorsque je m’y risque, c’est pour les bonnes raisons. Ma curiosité personnelle n’entre pas en compte. Il fau t que ce soit une question de survie – comme pour Naomie, entre les g riffes de ses violeurs – ou de sécurité – comme pour Guilhem qui, en sa qualité de troubadour, n’appartient pas vraiment à mon clan. C’est pourquoi je le soupçonne lui, en premier lieu , et pas un autre. Collabore-t-il avec l’ennemi qui nous traque ?
C’est la première fois que je viens ici. Pour entre r, j’ai dû passer à travers un épais rideau de ténèbres, aussi lourd qu e du pétrole. Guilhem n’en donne pas l’air, peut-être n’en a-t-il pas conscience, mais il protège son esprit. Malheureusement pour lui, je suis une experte et j’ai traversé sa barricade avec plus de facilité qu’un couteau le beurre. Quel genre d’homme protège son esprit ? Sûrement a- t-il déjà subi ce genre de viol mental par le passé… et voilà qu’il le subit à nouveau, sans même le soupçonner. Une bouffée de remords m’éclate au visage. Je m’en d ébarrasse et me ressaisis : il en va de la sécurité de mon clan.
Je n’ai pas le choix. Je dois être sûre. Puis-je ou non faire confiance à Guilhem ? Je ne chercherai pas à en savoir davantage.
Malgré moi, mon attention se tourne vers d’anciens souvenirs, ceux de sa jeunesse. Un autre temps, une autre époque, le lointain douzième siècle, dont les immortels et les livres sont les d erniers témoins. Je revois les salles de bal, contemple hébétée les costumes colorés, souris presque à l’écoute de ces anciens langages qui survivent dans l’espace étroit de sa tête : occitan, langue d’oc, latin, vi eux français, vieil anglais… comme beaucoup d’hommes et de femmes de cette époque, il était multilingue. J’apprends au passage que nombre de paysans illettrés s’avéraient parfois polyglottes, commerce oblige. C’est auprès d’eux que Guilhem a le plus appris sur le monde et les différentes façons d’en parler. Comme quoi, le savoir peut pren dre différentes formes, à différentes sources… parfois surprenantes.
En parlant de savoir, je ferais peut-être mieux d’identifier ce que je cherche… ce n’est pas dans ses anciens souvenirs qu e je trouverai les raisons qui auraient pu le pousser à nous trahir. S ’il nous a bel et bien trahis.
Où se trouvait-il, avant de venir nous voir ?
La dernière cour vampirique qu’il a visitée possède une piètre réputation ; une dizaine de membres, qui ne requéraient de lui que des chansons paillardes et quelques grandes ballades cl assiques, dont la plus célèbre est notre version à nous deRoméo et Juliette. Un long poème narratif italien, qui inspira la pièce écrite par Shakespeare et raconte l’histoire d’un vampire qui s’en va trousse r la louve… à la fin, tous deux finissent brûlés par les humains, même si, souvent, les troubadours réécrivent la chute en défaveur des naturels.
Mon esprit s’est perdu dans l’écoute du morceau vie ux de sept siècles. Mon corps, lui, est en train de marcher ve rs le château d’Aramis. Il trébuche sur une branche, reprend son chemin, s’attire les regards curieux de ceux qui l’entourent. Je tâche d e me concentrer davantage ; il n’y a plus de temps à perdre.
Je pourrais invoquer ce que je cherche, l’amener à la surface des pensées de Guilhem d’un simple mot – « trahison » – mais le troubadour percevra mon incursion. Je cherche à dem eurer discrète… je ne voudrais pas perdre sa confiance. Surtout s’il s’avère qu’il nous est fidèle. Alors je procède à une fouille minutieus e, systématique, ciblée : je remonte le temps à partir du moment où il a quitté l’autre cour vampirique.
Et je m’arrête à l’instant clé, celui de notre arri vée dans les souterrains avec Naomie. Je n’aurais jamais cru que les pensées d’un homme p uissent être à ce point romantiques. C’est la première fois que je pénètre dans l’intimité d’un poète, il faut dire : Je n’ai jamais vu regard plus exquis et plus triste … que dire qui puisse apaiser son chagrin ? Comment lui rendre la vie plus douce ? Il saute à bas de la palissade, se compose un air a venant. Il a beau s’adresser à moi, il ne regarde qu’elleil prononce les paroles quand suivantes : «Revoilà la plus belle ! Shereen, ma Reine, j’ai composé pour toi une longue ballade… auras-tu le temps de l’écouter ce soir ?» Il ne peut s’empêcher de fixer la nouvelle venue.
La suite n’est qu’un enchaînement flou d’événements anodins. Il n’a d’yeux que pour Naomie et ses prunelles baignées de larmes fantômes. Il sent la peine qui la hante ; voit les chaînes qu i l’entravent. Malgré moi, je découvre son pouvoir, presque identique au mien, à tel point que je m’étonne de ne l’avoir jamais deviné : Guilh em est capable d’empathie, au sens le plus large du terme. Il ress ent intensément les émotions de ceux qui l’entourent. Il les manipule, aussi. Quand il baise la main de Naomie, c’est pour mieux lui insuffler l’e spoir. Quand il s’adresse à moi, il injecte littéralement une dose de chaleur humaine supplémentaire à ses propos. Je devine qu’il use au ssi de son talent pour améliorer ses prestations musicales. Cette utilisation de sa magie personnelle me laisse pantoise : il pourrait anéant ir des armées, avec
set d’y répandreon pouvoir, mais il a décidé de parcourir le monde l’Amour, avec un grand A, celui des troubadours ! Mais, si j’en crois les douces pensées qu’il entret ient à l’égard de Naomie, il semblerait que ce soit plutôt l’Amour qu i l’a déniché sur la route…
Il ne sait pas ce qui l’attire en elle, mais il est prêt à la suivre au bout du monde. Il a choisi de rester avec...