134 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Dossard 1112

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Un monsieur Tout-le-monde qui devient triathlète.
Un sportif du dimanche qui se rêve en champion.
Un quadragénaire, pris dans les soubresauts de sa vie, qui tente de leur faire face par une voie pas banale.
Un homme meurtri qui, pour rester debout, décide d’accélérer.
Une histoire de souffrance et de grands moments qui nous rappelle, comme l’écrivait Maupassant, que la vie n’est ni si bonne ni si mauvaise qu’on le croit.
Le témoignage émouvant d’un père, d’un fils, d’un frère, qui souffre comme il aime et rit comme il pleure.
Une ode à l’amour et à la sueur de vivre !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 avril 2015
Nombre de lectures 421
EAN13 9782370113085
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0034€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

DOSSARD 1112

Un parcours de sueur

Christophe BANIOL

© Éditions Hélène Jacob, 2015. CollectionLittérature. Tous droits réservés.
ISBN : 978-2-37011-306-1

«6L OD VRXIIUDQFH Q¶HQWUDLW SDV HQ MHX TXL GLDEOH V¶HPErWHUDLW j SDUWLFLSHU j GHV
disciplines telles que le marathon ou le triathlon" &H TXL QRXV SURFXUH OH VHQWLPHQW G¶rWUH
véritablement vivants,F¶HVW MXVWHPHQW OD VRXIIUDQFH OD VRXIIUDQFH TXH QRXV FKHUFKRQV j
dépasser ».
Haruki Murakami
$XWRSRUWUDLW GH O¶DXWHXU HQ FRXUHXU GH IRQG

À ma Mu
À ma Mum
À ma fille

Prologue


Paris±novembre 2013

2Q Q¶DUULYH SDV DXtriathlon longue distance par hasard.
OnQH V¶DYHQWXUHpar hasard sur les routes pasG¶(PEUXQ OH août ou sur celles de
O¶DUULqUH-pays niçois le dernier dimanche de juin.
2Q \ DUULYH SDUFH TX¶RQ D TXHOTXHà dire. Aux autres, un peu, mais surtout à soi- chose
même.
2Q \ DUULYH SDUFH TXH OD YLH D pWp FKLHQQH HW TX¶HOOH QRXV GRLW XQH UHYDQFKH RX DX
FRQWUDLUH SDUFH TX¶HOOH D pWp WURS GRXFH HW TX¶RQ VRXKDLWH OXL PRQWUHU TX¶RQ HVW Oj TXH O¶RQ

Q¶D SDV RXEOLp G¶Hxister.
Pour moi, ce fut les deux.
&¶HVW SRXU FHUWDLQV XQH GpFLVLRQ TXL V¶LPSRVH SUHVTXH GX MRXU DX OHQGHPDLQ XQ DFWH GH
révolte, un coup de sang qui fait péter les chaînesG¶XQH H[LVWHQFH WURS PRUQH &¶HVW SRXU
G¶DXWUHV GRQW MH VXLV XQH GpFLVLRQ TXL SHu à peu prend forme, la curiosité cédant le pas à la
passion,XQH IRXOpH DSUqV O¶DXWUH GH WRXU GH URXHV HQ WRXU GH URXHV.
3RXU WRXV F¶HVW XQ FKRL[ GH YLH 3RXU TXHOTXHV-uns, pour beaucoup peut-être, ce sera
O¶DYHQWXUH GH OHXU YLH
Le triathlon longue disWDQFH Q¶HVW SDV XQH TXHVWLRQ GH YLH RX GH PRUWcomme certaines
arrivées de course peuvent le laisser penser, non &¶HVW ELHQ SOXV LPSRUWDQW TXH oD
-¶DL WHUPLQp O¶(PEUXQPDQaprès quatre ans de triathlon. Quatre ans durant lesquelsM¶DL,
pour la première fois de ma vie,DSSULV j VRXIIULU -¶DL VRXIIHUW, oui, pour aller au bout de ces
compétitionsG¶XQ DXWUH PRQGHou pour les préparer, parfois plus encore.(W G¶XQH FHUWDLQH
manière, de cette souffrance choisie,M¶DL IDLW XQH DUPXUH 8QH DUPXUH TXL P¶D SHUPLV
G¶DIIURQWHU VDQV VRPEUHU OD VROLWXGH G¶XQ IR\HU VDQV DPRXU G¶XQ Tuotidien sans le sourire
solaire de ma fillette adorée« &¶HVW DLQVL SURWpJp TXH M¶DL YX DXVVL LPSXLVVDQW PDLV GHERXW
PD SHWLWH 0XP GHVFHQGUH DX IRQG GX JRXIIUH« &¶HVW FHWWH DUPXUH HQILQ TXL P¶D SHUPLV
G¶DFFRPSDJQHU YHUV OD PRUW PD V°XUunique et chérie sans me consumer, ou du moins pas
WRWDOHPHQW«Souffrance contre souffrance, donc, douleur contre douleur. Le mal par le mal,
en somme.

0DLV O¶KLVWRLUH QH V¶DUUrWH SDV DX[ ODUPHV, car chaque revers a sa médaille./D YLH P¶D
rattrapé, à 40DQV YDFKDUGH DYHXJOH FRPPH HOOH VDLW O¶rWUH VRXYHQW FHUWHV.(W SRXUWDQW«
3RXUWDQW M¶DL DUUDFKp jce sombre voyage de vrais instants de grâce.
Il y a eu ces arrivées de course, uniques, transcendantes et lH VHQWLPHQW G¶DEVROX TX¶HOOHV
P¶RQW ODLVVp VRXYHQW. Il y a eu avec ma fillette ces moments de partage presque surréalistes,
PDJQLILpV SDU O¶DEVHQFH, et notre relation agrandie par le vide. Il y a eu, avec quelques jolies
femmes, des séquences de séduction et d¶DXWUHV G¶pURWLVPH DX JRW G¶pWHUQLWp. Et il y a eu
DYHF 0X GXUDQW VD FRXUWH DQQpH G¶DJRQLH GH SXUV PRPHQWV GH YpULWpEnfin, tout au bout du
rouleau, il reste encore la Mum, amochée certes, mais vivante et aimante.
1
Le tri V¶HVW PrOp j PD YLH OH WUL V¶HVW PrOp GH PD YLH GDQV XQ LPSUREDEOH SDV GH GHX[ IDLW
de souffrances et de joies.
Pour le meilleur.
Pour le pire.
Parce que sans doute il le fallait.


1
Abréviation fréquemment employéeSDU O¶DXWHXUpour parler du « triathlon ».

1±Dossard 1112


Triathlon Embrunman±15 août 2013±Embrun, Hautes-Alpes

Il y a le sport, celuiTX¶RQ IDLW SRXU OH SODLVLU SRXU VRXIIULU FHUWHV PDLV MXVWH XQ SHX SRXU
O¶DPRXU GX MHX VXUWRXW GH OD FRPSpWLWLRQ SDUIRLV
Il y a le triathlon. Natation, cyclisme, course à pied.
/H WULDWKORQ TXL FRPPHQFH GDQV O¶H[FLWDWLRQ GHV IRUPDWV VSULQWV RX FRXUWHVdistances pour
finir dans la fierté des longues distances conquises à la sueur de sa sueur, dont on apprend à
aimer la saveur.
(W SXLV YLHQW O¶,URQPDQ OH JUDQG OH YUDL. 3,8 km de natation, 180 km de cyclisme, 42 km à
pied, seVXLYDQW G¶XQ VHXO WUDLW /¶,URQPDQ O¶LQFRQWRXUQDEOH WRWHP OH WDWRXDJH VSRUWLI HW
VRFLDO VRQ GpFRUXP VHV UrYHV G¶+DZDw HW GH VRQ FKDPSLRQQDW GX PRQGH VD VRXIIUDQFH EOLQJ
bling, ses frissons en cinémascope.
Encore un peu plus loin±?bout du chemin au±,LO \ D (PEUXQ« (PEUXQ HW son
(PEUXQPDQ« 3RVp Oj VXU OD URXWH LO \ D XQ EORF GH JUDQLW EUXW FRPPH O¶,]RDUG VDQV FKLFKLV
sans à-côWpV SXU FRPPH XQ ODF GH PRQWDJQH XQ VDXW GDQV O¶LQFRQQX TXL FRPPHQFH GDQV
O¶DQJRLVVH HW VH WHUPLQH HQ FRUSV-à-corps avec soi-PrPH« RX DYHF FH TX¶Ll reste de
soiPrPH«Ça dépend.
Oui, moi, un monsieur Tout-le-Monde ce jour-Oj KDELWp XQ TXDGUD VDQV pFODW M¶DL SORQJp
DYDQW O¶DXEH GDQV O¶HDX QRLUH GX ODF GH 6HUUH-Ponçon pour quatre kilomètres de crawl sans
autre point de repère que le phare du zodiac qui au loin accompagne les pros et sans autre
UpFRQIRUW TXH PD FRPELQDLVRQ TXL QH PH ODLVVHUD SDV FRXOHU TXRL TX¶HQ SHQVHQW OHV DXWUHV
fous à mes côtés qui veulent me faire la peau«
Oui, après 180 kilomètres sur la selle et près de 4 000 mètres de dénivelé positif arraché au
F°XU GHs Alpes, je me suis mis une nouvelle fois debout sur le vélo pour avaler Chalvet et ses
cinq kilomètres à plus de 6«
2XL M¶DL pWp WUHL]H KHXUHV G¶HIIRUW GXUDQW ©in the zoneª GDQV XQ pWDW G¶KDUPRQLH SK\VLTXH
et mentale irréel, me regardant nager, rouler, courir, hypnotisé par les battements de mon
F°XU DGPLUDWLI GH FH TX¶XQ FRUSV SHXW IDLUH TXDQG RQ HQ WLUH OH PHLOOHXU H[WUD OXFLGH
KHXUHX[«

Oui, un peu plus tard, au kilomètre GX PDUDWKRQ MH PH VXLV DUUDFKp G¶XQ FDPLRQ de
SRPSLHU G¶XQH FLYLqUH TXL YRXODLW P¶HQJORXWLU G¶XQH GpWUHVVH SK\VLTXH TXH MH Q¶DXUDLV SDV
cru possible pour repartir en claudiquant et finalement ressusciter, quatre kilomètres plus loin,
SDU OD PDJLH G¶XQH SDUROH VLPSOH SURQRQFpH SDU XQ SRWH 0HUFL, Antho.
2XL M¶DLterminé cette course, presque deux heures durant, par un voyage
cauchemardesque, au bout du bout de moi-même, et pour finir, debout.
Oui, à EmbUXQ SOXV TX¶DLOOHXUV OD URFKH 7DUSpLHQQH HVW SURFKH GX &DSLWROH«
2XL O¶(PEUXQPDQ HVW JUDQG Ht je suis tout petit.
*
* *
-H SRXUUDLV P¶DUUrWHU Oj FDU DX IRQG M¶DL WRXW GLW 0DLV HQ PrPH WHPSV, tout reste à dire. Il
me faut raconter, pour les autres, pour moi-même. Il me faut dire pour les aspirants
(PEUXQPDQ TXL \ WURXYHURQW O¶HIIURL HW OD JUDQGHXUqui nourriront leur rêve, dire encore pour
les déjà finishers, les seuls qui comprendront vraiment et revivront leur course, dire toujours
SRXU PHV SURFKHV TXL V¶LQWHUURJHQW VXU OH VHQV GH FHV FURLVDGHV SDwHQQHV HW GLUH HQILQ SRXU
moi, pour tuer le dragon dont les derniers écarts agitent encore mes nuits.
$ORUV M¶HQYRLH!
C¶HVW DX F°XU GH O¶KLYHU TXH O¶aventure démarre, comme si la lumière avait besoin de
O¶RPEUH /H WHPSV VXU 3DULV HVW SOXV UXGH TXH MDPDLV HQ FH janvier 2013; il ne donne pas
envie dePHWWUH OH QH] GHKRUV QL PrPH GH SHQVHU j OH IDLUH -H Q¶DL SDV IDLW GH VSRUW GHSXLV PD
dernière course, le triathlon Naturman, le 7octobre précédent. Un tendon d¶Achille droit

HQWDPp SDU XQH ILQ GH VDLVRQ pSURXYDQWH P¶D VHUYL GH SDVVH-droit pour une vie de farniente. Je
VXLV VHXO /D QXLW VHPEOH rWUH WRPEpH GHSXLV OH PDWLQ PrPH 3OXVLHXUV VHPDLQHV GpMj TX¶XQ
SURMHW XQ SHX GLQJXH PH WURWWH GDQV OD WrWH HW YRLOj TX¶LO V¶impose, évident. Quelques clics et
me voilà inscrit. Date d¶assaut : le 15 août 2013. Drop zone : Embrun ! Objectif : un maillot
de finisher Embrunman ! Plus de retour arrière. Les dés sont jetés.
-¶DL OX OHV UpFLWV GH FRXUVH GHV FRSDLQV M¶DL H[SpULPHQWp O¶,URQPDQ O¶pWp SUpFpGHQW j 1LFH
Je sais dansTXRL MH P¶HQJDJH RX WRXW GX PRLQV MH OH Frois. Je sais les sacrifices, je sais les
UHQRQFHPHQWV MH FRQQDLV OD VRXIIUDQFH 0DLV M¶DL DXVVL JRûWp j O¶DGUpQDOLQH GX MRXU - j OD
VDYHXU XQLTXH GX PRXYHPHQW SHUSpWXHO j OD EHDXWp GHV PRPHQWV GH SDUWDJH j O¶HQWUDînement
DYHF OHV SRWHV j O¶pWLQFHOOH G¶DGPLUDWLRQ GDQV OHV \HX[ GH /pQD PD ILOOHWWH (W M¶DLPH TXH
SDVVH VXU PD YLH XQ VRXIIOH G¶DXWUH FKRVH
Alors, moteur !
/¶KLYHU V¶pWLUHUD doucement.Des conditions climatiques difficiles, une envie vacillante
limitent mon engagement. Je plafonne à huit heXUHV G¶HQWUDînement par semaine. Je ne me

SUpSDUH SDV HQFRUH j OD FRXUVH MH PH SUpSDUH« j PH SUpSDUHU! Tôt ou tard, il faudra changer
GH EUDTXHW HQ YROXPH HQ LQWHQVLWp &¶HVW FKRVH IDLWH OH mars GDWH j ODTXHOOH M¶HQWDPH XQ
coaching avec Jo. Nous paUWRQV VXU XQH EDVH GH GL[ j GRX]H KHXUHV SDU VHPDLQH MXVTX¶j O¶pWp
SRXU PRQWHU MXVTX¶j TXLQ]H GDQV OHV GHX[ GHUQLHUV PRLV 6RQ DSSURFKH HVW JOREDOH ±
entraînement micro et macro, récupération, alimentation, psycho. Elle est portée avec
conviction et expriPpH GH PDQLqUH OLPSLGH -¶DGRUH 7RXW FHOD YD PH FRWHU XQ SHX G¶DUJHQW
EHDXFRXS GH WHPSV PDLV M¶DLPH O¶LGpH G¶DOOHU DX ERXW GHV FKRVHV TXL HQ YDOHQW OD SHLQH HW GH
vivre en grand cette grande aventure. Pour cette même raison,M¶DL FRQVXOWp XQ QXWULWLRQQiste,
fait des analyses assez pointues et adapté mon alimentation. Très rapidement, je fais quelques
DXWUHV FKRL[ GH YLH TXL IDYRULVHURQW O¶DOLJQHPHQW GHV SODQqWHV OH MRXU -: les vacances cet été se
IHURQW GDQV OHV $OSHV XQH VHPDLQH G¶HQWUDînement en juillet, puis quinze jours sur Embrun
PrPH j SDUWLU GH GpEXW DRW HQ IDPLOOH FHWWH IRLV 6¶\ DMRXWHUD OD VHPDLQH GH VWDJH GH
préparation spécifique avec le Stade Français, programmé début mai. CôWp ERXORW M¶DL
O¶DYDQWDJH G¶rWUH HQ ILQ GH SRVWH GH PDvWULVHU PRQ VXMHW HW G¶DYRLU XQH pTXLSH HQ RU &HOD
laisse du temps libre. CôWp /pQD HOOH DXUD GURLW j O¶(PEUXQNLG SURJUDPPp OD YHLOOH GH OD
JUDQGH FRXUVH &HW REMHFWLI MH OH VDLV QRXV PHWWUD GDQV OH PrPH WUDLQ« G¶HQIHU!
/¶(PEUXQPDQ O¶(PEUXQNLG RFFXSHURQW XQH ERQQH SDUW GH QRV FRQYHUVDWLRQV MXVTX¶DX F°XU
GH O¶pWp HW VUHPHQW ELHQ DSUqV MXVTX¶j OD ILQ GX PRQGH -¶HPEDUTXH DXVVL OHV SDUHQWV TXL
nous rejoindront sur Embrun la semaine de la course. Ils ont bien choisi leur première ! Mais
ont-ils eu le choix" /¶(PEUXQPDQ HVW XQH TXrWH pJRwVWH TXL QH VH YLW SDV VHXO /H SURMHW
prend corps.
ÀO¶H[FHSWLRQ G¶XQH SHWLWH EOHVVXUH j OD FXLVVH, qui me tient arrêté quinze jours en avril, et
d¶un gros rhume fin mai, la préparation se déroule au mieux, parsemée de trois belles courses,
parce que rien ne remplace la compétition pour savoir si les points sont effectivement sur les
i. Le triathlon courte distance de Fains le 2juin, la cyclo Time Megève le 9juin
(145 kilomètreset cinq cols des Alpes) et le triathlon longue distance de Dijon le 7juillet

V¶HQFKDîQHQW DYHF OHXUV ORWV G¶HQVHLJQHPHQWV GH JUDQGV PRPHQWV GH JUDQGV WRXUPHQWV
0HV FRPSDJQRQV G¶pFKDSSpH VRQW DXVVL DX WDTXHW: Didier, Jean-Fa, Robert, Jean-Loup, JC,
tous tendus vers le même objectif. Ils ont la détermination sans faille de ceux prêts à faire de
JUDQGHV FKRVHV HW O¶HQWKRXVLDVPH ULJRODUG TXL OHV JDUGH GH VH SUHQGUH DX VpULHX[ 1RXV QRXV
payons de magnifiques tranches de vie au grand air, des débats passionnés sur les chaînes
glucidiques ou la vitesse de rotation des jambes en ascension, et des fous rires en cascade à se
chambrer avec affection. Les petits bobos vont et viennent, mais restent de petits bobos. La
VHPDLQH G¶HQWUDînement du 14 juillet dans les Alpes aux côtés de Jean-Fa, Didier et JC passe

presque en souplesse malgré l¶: trente-cinq heuresenchaînement de séances de Kosovars
G¶HIIRUWV kilomètres de vélo avec 11 0 PqWUHV GH GpQLYHOp ,]RDUG $OSH G¶+XH] &URL[
Fry, Bizane, Aravis, etc.), 55km de course à pied et bien sûr un peu de natation pour se
détendre, tout de même /D UHFRQQDLVVDQFH GX SDUFRXUV YpOR GH O¶(PEUXQPDQ HVW SOHLQH
G¶HQVHLJQHPHQWV DXVVL PrPH VL QRXV UDWRQV OD IDPHXVH Fôte de Pallon !
-¶DUULYH j (PEUXQ GpEXW DRW ©» écrirait unfort dans ma tête et solide dans mon corps
UHSRUWHU GH O¶ÉquipH -H P¶HQYRLH XQH GHUQLqUH JURVVH VHPDLQH G¶HQWUDînement sur place. Puis
2
arrive «O¶DIIûtage » :une petite natpar-ci, un petit footing par-là, quelques tours de roue
IDLWV VDQV \ SHQVHU -¶DL SDUFRXUX OH SODQ G¶HDX HQ ORQJ ODUge et travers, ainsi que le parcours
du marathon à pied et à vélo. Léna a fait le 14août un Embrunkid magnifique et inspirant,
terminant 7e dans sa catégorie8/9 ans. Mon pouls au réveil bat à 38 contre 44 en temps
QRUPDO HW M¶DIILFKH GHSXLV TXHOTXHV VHPDines 72NJ VXU OD EDODQFH FRQWUH j DX F°XU GH
O¶KLYHU 0RQ PDWpULHOa été vérifié, revérifié et sur-vérifié par tous les vélocistes de France.
-¶DL pFRXWp UHOLJLHXVHPHQW OH EULHILQJ G¶DYDQW FRXUVH GH -R FODLU FRPPH O¶HDX GX ODF GH
6HUUH3RQoRQ -¶HQvisage 15heures comme temps pivot,PDLV MH PH VHQV FDSDEOH G¶DSSURFKHU OHV
/¶HVVHQWLHO VHUD WRXWHIRLV GH ILQLU LFL SOXV TX¶DLOOHXUV F¶HVW OH PDLOORW GH ILQLVKHU TXL
compte ! Je suis PRÊT !
*
* *
15 août 2013, 4 h 15 du matin, le réveil sonne. SurprisH M¶DL ELHQ GRUPL -H PH VHQV UHSRVp
serein. Tout le contraire de Nice, un an auparavant. Je suis un peu inquiet, mais avant tout
ultra concentré. Léna, dans le litG¶j côWp V¶HVW UpYHLOOpH ELHQ VU j OD SUHPLqUH VRQQHULH
3
surexcitée. Mes affaires sont prêtes depuis la veille MH Q¶DL SOXV TX¶j HQILOHU PD WULIRQFWLRQ,
remplir les gourdes, récupérer au frigo du réfectoire du centre de vacances Chadenas le petit
ramequin de pâWHV SUpSDUp SRXU OH VRPPHW GH O¶,]RDUG HW DYDOHU OHQWHPHQW PRQ *DWRVSRUW
/¶DLUe de départ respire le calme et la concentration. Les mines sont fermées et les
quelques sourires sentent un peu le moisi ,O IDLW QXLW QRLUH PrPH VL WRXW DX IRQG j O¶DXWUH
extrémité du lac, le ciel semble moins sombre. Les réverbères diffusent une lumière pâlotte,
inquiétante, qui sied aux circonstances. Je retrouve Jean-Loup puis Jean-Fa et JC pour de
EUqYHV DFFRODGHV /¶KHXUH Q¶HVW SDV DX[ HIIXVLRQV -¶DL XQH SHQVpH SRXU 'LGLHU HW 5REHUW TXL
auraient dû être avec nous. Fait chier quand même ! Mais bon F¶HVW DXVVL oD OD FRXUVH rWUH Oj
4
le jour J F¶HVW PRLQV IDFLOH TX¶RQ QH OH FURLW -H GpSRVH PRQ VDF UDYLWRque je récupérerai


2
$EUpYLDWLRQ IUpTXHPPHQW HPSOR\pH SDU O¶DXWHXU SRXU SDUOHUde « natation ».
3
La combinaison trifonction permet de pratiquer les trois disciplines du triathlon (natation, cyclisme,
course à pied) dans des conditions optimales et sans changer de tenue.
4
Ravitaillement.

haut à l¶,]RDUG HW GDQV OHTXHO M¶DL JOLVVp GHX[ JUDQGV ELGRQV SOHLQV GH ERLVVRQ pQHUJpWLTXH
200 g de pâtes assaisonnées d¶une cuillère d¶huile d¶olive et quelques friandises pas choisies
pour leur goût. Mon intestin, bon prince, me pousse aux toilettes et choisit de se vider. De
O¶DYDQWDJH G¶rWUH pPRWLI« 8Q VRXFL GH PRLQVpour la course ! Il fait un peu frais, mais nous
savons que la journée sera chaude, 28GHJUpV j O¶RPEUH SUpYXV O¶DSUqV-midi. En attendant, il
Q¶HVW SDV GpVDJUpDEOH G¶HQILOHU OD FRPELQDLVRQ /D WHPSpUDWXUH GH O¶HDX HVW DQQRQFpH j
degrés, parfaite. Nous sommes 1 430 partants ; ça va swinguer sur les deux premiers virages,
car les trajectoires sont serrées -H P¶\ VXLV SUpSDUp 8Q SHX G¶pFKDXIIHPHQW EDOLVWLTXH, puis
Jean-Loup et moi nous glissons vers le sas de départ, en milieu de peloton. 5 h 50, départ des
filles. 6 heures pile, nouveau coup de feu, laWHVWRVWpURQH V¶pEURXH F¶HVW SDUWLpour les mecs,

le trentième Embrunman est lancé, un gars qui me ressemble fait partie de la meute !
Je déclenche mon chrono. Entraîné par la masse,MH WURWWLQH YHUV O¶HDX QRLUH OLVVH
intimidante. Très vite, violée par les premiers pingouins, elle n¶est plus qu¶une écume en
FROqUH -¶\ HQWUH VDQV GpSODLVLU HW SORQJH GDQV OD PrOpH &¶HVW VHUUp! Bien! Vraiment serré
SOXV TX¶j 1LFH O¶DQ SDVVp PrPH HQ IDLVDQW O¶H[WpULHXU ,O PH IDXGUD TXDWUH FHQWs mètres et
deux bouées pour me mettre à nager correctement. Je réussis à rester calme et, dès que je peux
tourner les bras, le plaisir monte à bord. Top! Tout au fond du plan d¶eau, surprise: une
VHFRQGH ERXpH D pWp DMRXWpH (OOH QH ILJXUDLW SDV VXU OH SODQ GH FRXUVH HW Q¶pWDLWpas posée la
veille !&¶HVW DXVVL oD, Embrun EHDXFRXS GH JHQWLOOHVVH XQ SRLO G¶DPDWHXULVPH! Le jour se
lève peu à peu sur les montagnes autour, c¶est beau, c¶est euphorisant. Je nage lentement,
mais sans effort, avec l¶impression de pouvoir le faire toute la journée si nécessaire. Chouette
illusion. Fin de la seconde boucle, sortie de l¶eau en 1 h 21. Ce n¶est pas brillant, mais assez
e
en phase avec mon niveau de natation. Me voilà 1 065 , le sourire aux lèvres, frais comme un
gardon. C¶est le principal.
3RXU OD IRUPH SDUFH TXH F¶HVW XQH FRXUVH TXDQG PrPH MH PH KkWH j OD WUDQVLWLRQ RX SOXW{W
je crois le faire. Comme d¶habitude,OH FKURQR LQGLTXHUD TX¶DX FRQWUDLUH M¶DL HQILOp GHV SHUOHV!
J¶en sors après sept minutes et me demanderai après coup comment Zamora, futur vainqueur
de l¶épreuve, a pu n¶y passerTX¶XQH PLQXWH WUHQWH 3HX LPSRUWH M¶DYDOH XQH GHUQLqUH
ERXFKpH GH *DWRVSRUW HW P¶pODQFH j YpOR!
/H SDUFRXUV YpOR HVW /( PRUFHDX GH FKRL[ FHOXL TXL IDLW GH O¶(PEUXQPDQ XQH FRXUVH
mythique :188 kilomètres, 40 PqWUHV GH GpQLYHOp SRVLWLI O¶,]RDUG SRVp HQ VRQ PLOLHX ±
14 kilomètresG¶DVFHQVLRQ VRXYHQW j8 ou 9 %± HW SHX G¶LQVWDQWV GH UpSLW HQWUH PRQWpHV HQ
prise continue et descentes techniques. Et pour saler la sauce, la première grosse difficulté se
SRLQWH DX NLORPqWUH«0±% vers Puy-Sanièreskilomètres à 6/7 5±la dernière au et

NLORPqWUH«180±la fameuse côte de Chalvet, à peu près du même acabit ! Du début à la fin,
O¶HQJDJHPHQW HVW WRWDO SK\VLTXHPHQW SV\FKLTXHPHQW
Dans ces conditions, la stratégie de course élaborée par Jo tient en une formule simple:
«IDFLOH TXDQG F¶HVW GXU« HW GXU TXDQG F¶HVW IDFLOH! »Autrement dit, on mouline dans les
montées sans faire brûOHU OHV FXLVVHV QL PRQWHU OH FDUGLR« HW O¶RQ UHODQFH DLOOHXUV, à savoir les
GHVFHQWHV OHV SODWV HW OHV IDX[ SODWV SDUWRXW R O¶RQ URXOH YLWH j pQHUJLH PLQLPH 'X FRXS,
F¶HVW OHQWHPHQW TXH M¶DWWDTXH OD PRQWpH &H Q¶HVW SDV OH FDV GH WRXV HW EHDXFRXS PH GpSDVVHQW
Même chose au kilomètre 35 sur les deux petites difficultés à la sortie de Savine ; idem dix
bornes plus loin, dans la courte ascension vers Saint-André-d¶50, surEmbrun. Au kilomètre
OHV EDOFRQV GH OD 'XUDQFH OHV FDQGLGDWV j O¶H[SORLW VH UDUpILHQW HW OHV SRVLWLRQV VH ILJHQW $X
kilomètre 60,Guillestre, nous quittons lD YDOOpH GLUHFWLRQ O¶,]RDUG YLQJW-cinq kilomètres de
faux plat plus loin. ÀO¶DLVH ELHQ GDQV PRQ U\WKPH MH P¶DOORQJH VXU OHV SURORQJDWHXUV HW
remonte le braquet. Je pédale sans effort,VXUYHLOODQW OH FDUGLR SUHVTXH j O¶pFRQRPLH, et je
reprends pourtant des concurrents par grappes, en déposant même certains! Cool!
Kilomètre ELIXUFDWLRQ j JDXFKH GpEXW GH O¶DVFHQVLRQ GH O¶,]RDUG QRWUH PRQVWUH GX MRXU
TX¶RQ DWWUDSH SDU OH FRO j 4 PqWUHV 8Q S¶WLW SLVVRX GDQV OD QDWXUH XQ SUHPLHU JHO
énergétiqueGDQV OH JRVLHU F¶HVW SDUWL 7RXMRXUV DWWHQWLI DX FDUGLR MH P¶\ DWWelle doucement.
La montée est difficile, mais le développement 34x28, sollicité très vite dans son mode « tout
à gauche », fait des monts et merveilles. Je grimpe presque en confort, plus souple à chaque
YLUDJH G¶DLOOHXUV /HV GHX[ GHUQLHUV NLORmètres, plus raides que la justice sous mes roues
ambitieuses,VH SUpVHQWHQW PDLQWHQDQW -¶\ DYDOH VDQV IRUFHU GHV EUDVVpHV GH FROOqJXHV FROOpV
VXU OH ELWXPH -¶DL OD PDLQ VXU PD FRXUVH 6RPPHW GH O¶,]RDUG h G¶DVFHQVLRQ
kilomètre 97, 4 h 43 sur le vélo et 6 h 10 de course. Il est 12 h 10 F¶HVW W{W F¶HVW ELHQ 6XUWRXW
MH PH VHQV ELHQ M¶RVH pFULUH HQ SOHLQH IRUPH! Je récupère mon ravito, échange mes bidons,
avale mes 200 grammes de pâtes, salue Jean-Loup que je viens de rejoindre± LO P¶D PLV GL[
minutes en natation, le polisson ! Je me demande brièvement où en sont les deux Jean,
Jean)D HW -& (Q WRXWH ORJLTXH MH GHYUDLV IDLUH OD MRQFWLRQ« GHPDLQ j O¶DSpUR! Faut pas traîner !
Alors,M¶HQILOH PRQ FRXSH-YHQW PHV PDQFKHWWHV HW P¶pODQFH GDQV OD SHQWH OH VRXULUH DX[
lèvres ! La route est large, belle, fermée à la circulation, les virages sans traîtrise et le temps
PDJQLILTXH 'X FRXS M¶DWWDTXHquand beaucoup se laissent descendre ! Grisant, à plus de 70
sur certaines portions, et diablement efficace (Q PRLQV G¶XQH GHPL-heure, me voilà à
Briançon, kilomètre117 avec une bonne vingtaine de concurrents de plus dans la besace.
Top !Direction Embrun maintenant &¶HVW ERQ, ça,G¶DWWDTXHU O! Pas une once dee retour
IDWLJXH SDV OH PRLQGUH ERER MH PDvWULVH PRQ DIIDLUH /HV SLqFHV GX SX]]OH V¶DVVHPEOHQW

parfaitement. La montée sur Les Vigneaux, facile, est une formalité même si, comme prévu,
OH YHQW GX VXG V¶HVW OHYp SOHLQH IDFH 0D UHPRQWpH DX FODVVHPHQW Q¶HQ ILQLW SOXV HW MH PH
prends pour Pac-Man avalant ses pastilles! Kilomètre 140, Pallon la terrible. Pas long, oui,
mais raide! 1,5kilomètre à 10, 12, 14%, en plein soleil, une rampe droite comme un i!
-¶DGRUH! La chaîne tout à gauchH GHERXW VXU OHV SpGDOHV M¶DVVXUH HQ PDvWULVDQW PRQ FDUGLR -H
me traîne, mais savoure chaque coup de pédale tant ils me semblent faciles. Autour de moi, je
YRLV GH OD VRXIIUDQFH GHV JULPDFHV GH OD VXHXU 3HUVRQQHOOHPHQW MH QH VHQV TXH OD MRLH G¶rWUH
Oj HW G¶\ rWUH ELHQ -¶Di avalé mon second gel juste avant : bonne pioche !
Pallon évacuée, c¶est la redescente dans la vallée. Du côWp GH O¶DpURGURPH OH YHQW IRUFLW
normal. Je sais qui est le plus fort de nous deux et ne vais pas au clash: tranquille, en
contrôle, je choisis de négocier 5HWRXU GH O¶DXWUH Fôté de la Durance maintenant, sur les
IDPHX[ EDOFRQV VSOHQGLGHV ,O UHVWH TXDUDQWH ERUQHV -¶DYDQFH IRUW HXSKRULTXH OHV MDPEHV
comme des pistons de locomotive, doublant, doublant et doublant encoUH P¶LQWHUGLVDQW
pourtant de passer en zone rouge,FDU OD FRXUVH HVW HQFRUH ORQJXH HW TXH MH VDLV FH TXH M¶DL j
IDLUH -H PH GLV TXH F¶HVW PRQ MRXU TXH MH VXLV SDUWL SRXU XQH JURVVH SHUI HW M¶HQ VRXULV WRXW
seul. Aucune fatigue encore, juste le plaisir dH O¶HIIRUW *pQLDO! Je continue à boire, à manger
régulièrement, au cadencement de mon alarme, toutes les dix minutes, comme depuis le
premier coup de pédale. Je le fais avec plaisir, preuve que mon système digestif est lui aussi
dans le rythme. Bon signe, tout cela! ÀFHWWH DOOXUH OH UHWRXU VXU (PEUXQ HVW UDSLGH HW P¶\
voilà après 7h GH FRXUVH HQWKRXVLDVWH j O¶LGpH G¶DWWDTXHU O¶effrayante Chalvet! Sur les
FRQVHLOV GH -R M¶DYDOH PRQ WURLVLqPH JHO /¶idée à ce stade est avant tout de demeurer lucide.
Approche gagnante encore, car la montée passe comme dans du beurre. Je pense au marathon,
MXVWH GHUULqUH HW EULGH GRQF PRQ PRWHXU 3RXUWDQW PrPH j O¶pFRQRPLH MH UHSUHQGV GHV
concurrents par brassées sur ces cinq kilomètres de côte. Je bénis Jo et ses conseils tactiques !
Il avait vu le film, le loustic! Le ravito du sommet est encombré de collègues arrêtés qui
récupèrent tant bien que mal. Je les dépasse sans un coup de frein et me concentre sur la
descente, particulièrement vicieuse. Ça tourne à droite, à gauche, serré, sur un revêtement
GpIRQFp SDUIRLV SOHLQ GH JUDYLOORQV DORUV M¶\ YDLV PROOR! Je pense à Julien et à son soleil de
O¶DYDQW-YHLOOH LFL PrPH j O¶HQWUDînement. Pas envie de ça, pas maintenant, non!
+HXUHXVHPHQW F¶HVW YLWH UpJOp HW PH YRLOj HQ EDV -¶HQWUH GDQV OH SDUF j YpORs après 7 h 59 sur
la selle et 9 h 27 de course : inespéré ! Il est 15 h -¶DL UHSULV FRQFXUUHQWVà vélo et fait
e
le 642temps, un truc énorme pour moi. Plus fort encore, je ne ressens ni fatigue ni douleur !
-¶DYDLV,O¶DQQpH SDVVpH j 1LFH, sur un parcours autrement plus facile et plus court, terminé
GDQV XQ pWDW G¶pSXLVHPHQW DYDQFp XQ WHQGRQ G¶$FKLOOH HQ YUDF 4XHO FRQWUDVWH!! Dingue

&¶HVW PRQ MRXU, me dis-MH F¶HVW 0$ FRXUVH! La préparation a payé ! Le mDUDWKRQ V¶DQQRQFH
au mieux ! Imbécile !
Transition 2. J¶y commets ma première± et,je crois, seule±erreur tactique : je refuse le
PDVVDJH GHV MDPEHV TXL P¶\ HVW SURSRVp 2Q QH PDVVH SDV GHV SLVWRQV GH ORFRPRWLYH,
Mademoiselle !J¶y gagne cinq minutes ; j¶y perds peut-être une heure«repars en moins Je
de six minutes contre douze à Nice l¶an dernier, toujours aussi frais, toujours aussi lucide, le
sourire aux lèvres.
Les jambes démarrent au quart de tour. Je n¶en attendais pas moins d¶elles ! Un marathon
en 4h 30,hypothèse envisageable± 4 h 04à Nice l¶an passé sur un parcours tout plat±,
m¶amènerait à terminer en 14! Maisheures, scénario impensable il y a quelques semaines
attention, il va falloir gérer. Je retiens donc les chevaux : 5 min 45/6 minutes au kilomètre et
quelques secondes de pause à chaque ravito pour avaler coca et eau en alternance, et
s¶asperger aussi±la tête et les jambes et±, car le soleil tape bien. Et aussiP¶DVWUHLQGUH DX
fameux « walk & run » pour gérer les montées, en tout cas les plus rudes. Il y a celle qui mène
HQ YLOOH pWURLWH HW VLQXHXVH LPSUHVVLRQQDQWH G¶HPEOpH 0DLV, peut-être plus dure, celle qui,
droite comme un i, amène à Baratier, par-delà la Durance. Ce marathon est magnifique, mais
tout aussi costaud avec ses 400 mètres de dénivelé positif. Selon les mots de l¶ami Robert,
pourtant un dur au mal : « On peut s¶attendre à une boucherie » ! Alors prudence.
Kilomètre 3, tout au fond sur la digue, Léna, les parents ! Génial ! Ma fillette hurle comme
une cinglée, un vrai soleil dans son tee-shirt jaune vif ! Elle court avec moi quelques mètres
DYDQW TX¶XQ EpQpYROH QH OXL GHPDQGH GH VH UDQJHU 8Q PRPHQW PDJQLILTXH! Je suis aux
anges ! Je reviens vite à ma course cependant, concentré, à l¶écoute de mon corps. J¶avale un
gel tous les cinqNLORPqWUHV JRUJpH G¶HDX j O¶DSSXL, et carbure au coca pour le reste. Sur ces
bases, je boucle le premier semi en 2 h 10. Pas le moindre signe de fatigue, pas le début d¶une
crampe, je suis bluffé. Je sais que la course commence maintenant et que le second semi sera
forcément dissonant, lui, mais je ne peux pas m¶empêcher d¶être optimiste. Antoine, au pied
de la seconde montée sur Embrun, court quelques mètres avec moi. Il me répète que je suis
bien, que je fais un gros truc, que c¶est génial 9HQDQW G¶XQ TXDOLILp SRXU OD JUDQG-messe
G¶+DZDw HQ RFWREUH SURFKDLQ,oD PH IDLW FKDXG DX F°XU (W ErWHPHQW M¶DGKqUH! Encore un

peu plus loin, c¶est Jo qui m¶encourage. Il m¶annonce que je suis sur le point de reprendre
Nadège :j¶! Deuxième passage en ville,ai du mal à le croire, ça serait une première
kilomètre 23,les jambes durcissent sérieux. Elles n¶ont pas aimé la montée, même faite en
marchant. Bon«Dans la descente vers la plaine, un kilomètre plus loin, je reprends Nadège
en effet, qui marche, le visage marqué. Je m¶arrête à ses côtés quelques secondes ; elle trouve

la force de sourire. Je lui propose de repartir ensemble, mais elle ne le sent pas. Je continue
tout seul. Trop dur ici pour faire autre chose que SA course. Kilomètre29, Jo de nouveau,
posté à la fontaine, au pied de la falaise: «7¶DV XQ ERQ U\WKPHContinuecrie-t-il. «! » me
comme ça ! » S¶il le dit«J¶ai l¶impression de me traîner, pourtant, et les jambes font un mal
de chien. Kilomètre 32, ravito juste avant de couper la Durance et d¶attaquer la dernière
montée : je m¶y arrête, tente d¶avaler le gel réglementaire, mais j¶y renonce après un
haut-leF°XU ,O YD IDOORLU ILQLU DX FRFD -RXDEOH« PDLV TXH PHV MDPEHV VRQW GRXORXUHXVHV. Bon Dieu
de bois!3DV OH GpEXW G¶XQH FUD! Le chrono dumpe, pourtant, mais que ça fait MAAAL
marathon marque 3h 28.Je me sais sur le fil désormais. Je voulais de la bagarre, en voilà !
J¶attaque en marchant la montée vers Baratier. Et là, mauvaise surprise PDUFKHU V¶DYqUH
pénible, tout autant que courir! Alerte rouge! Chaque pas me coûte un prix terrible, et le
suivant plus encore et encore et encore. La fatigue, la FA-TI-GUE, me tombe sur le paletot !
Mamma mia, mais qu¶est-ce que c¶est que ce truc ?! C¶est insupportable. Ça ne ressemble à
rien. Horrible ! Bon an mal an, je me traîQH MXVTX¶j %DUDWLHU HQ KDXW GH OD F{WH NLORPqWUH35.
Le chrono marathon affiche 4 heures pile. C¶est gagné, devrais-je me dire, quatre kilomètres
de descente à venir, suivis de trois autres plats comme la main; du gâteau! Mais non. Je
m¶arrête au ravito et m¶accroche à la table comme à une bouée de sauvetage. J¶avale une
demi-gorgée de coca qui me donne envie de vomir. Une bénévole quitte sa chaise un instant ;
je vais m¶y affaler, la tête entre les mains, assommé. Après quelques minutes, un pompier

vient prendre de mes nouvelles. «Ça va, ça va» parvins-je à murmurer, «Je récupère,
merci ».Quelques minutes plus tard, je n¶ai pas bougé d¶un pouce et un second pompier
revient, plus incisif : « Monsieur, venez avec nous dans le camion, qu¶on vous examine ». Son
ton m¶alarme. Je ne dois pas être beau à voir. Je le suis docilement. Que c¶est bon de
s¶allonger, même sur une civière ! Une fois dans le camion, j¶ai droit aux examens de base qui
semblent rassurer mes anges gardiens. Après quelques questions pour juger de ma lucidité, ils
me donnent le feu vert ; je peux donc repartir. En ai-je vraiment envie ? C¶HVW WHOOHPHQW GXU«
Je tergiverse, toujours allongé dans l¶intérieur rassurant de ce camion de pompiers. Finir ou en
finir ? Le temps passe, sûrement, mais je n¶HQ VDLV WURS ULHQ (W SXLV MH PH GpFLGH -H P¶H[WUDLV
GX FDPLRQ HW UHSDUV HQ PDUFKDQW -¶DWWDTXH OD GHVFHQWH DX UDGDU XQ SDV HW SXLV O¶autre, et un
autre derrière lui, et encore et encore, des pas de souffrance, des pas de condamné. C¶est
tellement dur« (W PDOJUp OD GHVFHQWH« &RPPHQW GRQF HVW? Je suis tellement-ce possible
déçu aussi! Toute cette préparation pour en arriver là, se traîner comme une larve, souffrir
comme un damné 0RQ 'LHX« .LORPqWUH39, 14la digue,; il est 20h 30,h 30de course
pour la quatrième et dernière fois, déserte maintenant, déprimante. Un couple traîne encore