Dure comme un diamant (Roman)

-

92 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Marion, fille d'un deuxième mariage de son père, a perdu sa mère lorsqu'elle était enfant. Ses soeurs et ses frères d'un premier mariage de son père la traitent en domestique. Renfermée dans sa solitude elle se sent devenir dure comme un diamant. Elle quitte sa famille pour vivre au Zaïre où elle trouvera le bonheur. Chassée de ce pays par des émeutes, elle revient dans sa Provence natale et vivra désormais réconciliée avec les siens.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2014
Nombre de lectures 8
EAN13 9782336356198

Informations légales : prix de location à la page 0,0067€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
e comme mant
Marion, îlle d’un deuxième mariage de son père, a perdu sa mère lorsqu’elle était enfant. Ses sœurs et frères d’un premier mariage de son père la traitent en domestique. Renfermée dans sa solitude, elle se sent devenir dure comme un diamant. À sa majorité, elle apprend avec une stupéfaction triomphante qu’elle est seule propriétaire de la fortune : la maison, l’usine, des biens immobiliers ou autres. Tout était à sa mère. Elle quitte sa famille pour vivre au Zaïre où elle trouvera le bonheur. Chassée de ce pays par des émeutes, elle revient dans sa Provence natale et vivra désormais réconciliée avec les siens.
Illustration de couverture : © J. Allain / Jalka Studio
ISBN : 978-2-343-04200-8 12 €
Rose Péquignot
D ure comme un diamant
D ure comme un diamant
Roman
20/08/14 19:32:24
Dure comme un diamant
Rose Péquignot
Dure comme un diamant
Roman
Du même auteur aux éditions L’Harmattan Dans la même collection L’amour encore et toujours,2014La blessure secrète,2013Le choix de Myriam,2012Une deuxième vie,2012Oriane,2011Juliette, mon amour,2010L’aventure autrichienne,2010Myrto et les hommes,2009Le poison du doute,2009Les demoiselles de la maison des loups,2008Le démon du soir,2007L’oubli … peut-être ?,2006Nina, la nièce du curé,2006La croisière,2004Dans la collection « Graveurs de mémoire » Nous étions heureux,2004 Dans la collection « Contes des quatre vents » Abou et le léopard,2009La merveilleuse histoire de la petite Hou, 2006 © L'HARM ATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04200-8 8EAN : 978234304200
CHAPITRE 1
La maison semblait écrasée par la chaleur. Située au milieu d'un jardin rempli de fleurs mais dans un fond de vallée, elle ne recevait aucun souffle de vent. En hiver, c'était précieux et la question du chauffage était vite résolue : des feux de bois dans les pièces du bas salon, salle à manger; bibliothèque, bureau et le vestibule lui-même avait sa vaste cheminée de pierre. Dans les chambres et salles de bain de l'unique étage, des petits radiateurs électriques faisaient l'appoint. Mais en été, malgré les volets mi-clos et les courants d'air, il y faisait très chaud. Habitués au climat, ses habitants ne s'en plaignaient pas. D'ailleurs, il y avait à l'arrière de la maison une piscine de bonnes dimensions qui permettait de se rafraîchir. Il y avait aussi de grands arbres touffus dont l'ombre dense protégeait les repas et les heures de farniente. Des chaises longues, un peu partout en faisaient un lieu de repos idéal. L'homme qui travaillait derrière un vaste bureau, passablement en désordre, regarda sa montre et eut un geste d'agacement. Il se leva et traversa la pièce. C'était un homme grand et robuste aux épaules massives, d'environ cinquante ans. Son visage dur et
7
Dure comme un diamant
sévère était assez beau mais son expression était désagréable. Il ouvrit la porte et s'avança dans le vestibule désert ; d'une voix impatiente il cria : Alors Marion, on dîne bientôt ou quoi ? Une toute jeune fille surgit d'une porte qui devait être celle de la cuisine et répondit : Tout de suite père, j'allais sonner. Il maugréa : Ce n'est pas trop tôt ! Tu as vu l'heure ? Elle rougit, confuse. Excusez-moi, le soufflé avait besoin de quelques minutes de plus, mais c'est prêt maintenant. Et s'avançant elle frappa sur un petit gong suspendu au pied de l'escalier. Aussitôt plusieurs personnes se dirigèrent vers la salle à manger, en bavardant et riant. On était en vacances et heureux de se retrouver. Autour de la table s'étaient assis, d'abord le père de famille, Didier Brisard, sa soeur et son beau-frère, qui à la suite d'un désastre financier étaient venus vivre sous son toit, momentanément d'ailleurs car une grosse indemnité allait les remettre à flot. Puis les enfants : Madeleine l'aînée, âgée de 28 ans, médecin depuis quatre ans dans une clinique privée à la ville voisine : elle était plus ou moins "fiancée" au médecin directeur, c'est-à-dire qu'elle était sa maîtresse et espérait l'épouser ! C'était une blonde épanouie pleine de charme mais avec une propension à penser d'abord à elle et à personne d'autre : elle ne levait jamais le petit doigt pour aider dans la maison. Ensuite le fils aînée, Jacques, 25 ans, deuxième enfant, qui terminait ses études de droit à Paris, un très beau garçon élégant et dépensier qui s'ennuyait chez son père pendant les vacances mais pensait qu'il "fallait en passer
8