Enfermé à Libreville

-

Français
174 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Libreville, l'Eldorado noir. Tout le monde veut croquer sa part de pétrodollars, mais attention, on peut perdre plus qu'on est venu jouer. Surtout en temps d'élection, lorsque tout ce que le continent compte de sorciers et de féticheurs se rassemble dans la capitale... Enfermé à Libreville est l'ethno-polar d'un Français infiltré chez les Chinois du Gabon, écrit dans une langue colorée par les migrations sur le continent africain. Une véritable remise en question des frontières de la littérature francophone.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 octobre 2017
Nombre de lectures 142
EAN13 9782140046865
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0097€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
VincentRobin-Gazsity
Enfermé à Libreville
Sept jours en Chinafrique
Roman
Préface d’Auguste Moussirou-Mouyama
Ecrire l’Afrique Ecrire l’Afrique
Enfermé à Libreville
Écrire l’Afrique Collection dirigée par Denis Pryen Romans, récits, témoignages littéraires et sociologiques, cette collection reflète les multiples aspects du quotidien des Africains.Dernières parutions Yannick DUPAGNE,Deux mois à Bumba, Récit d’un enseignant bénévole en République démocratique du Congo, 2017. Marcel NOUAGO NJEUKAM,Et le prophète Odjokoro parla !,Roman, 2017. Boubacar Hama BEÏDI,Le bruissement des souvenirs. Récit d’un instituteur nigérien, 2017. Patrick Serge BOUTSINDI,Les amants de Bar-le-Duc, 2017. Paule FIOUX,Foudres d’Afrique. Les impostures d’une révolution, 2017. Guikou BILET ZAFLA,Un enfant du village, nouvelles, 2016. Gaston M’BEMBA NDOUMBA,Escale à Brazzaville, 2016. Moussa CISSE,Tombouctou à tout prix. Récit d’une passion pour le Mali, 2016. Joachim OLINGA,Les métis de ma mondialisation, 2016. Gaston M’BEMBA NDOUMBA,Escale à Brazzaville, 2016. Mamadou DANTÉ,Moi, l’étranger… Le Mali en mémoire, 2016. Aimé NOUTCHÉ,La route de l’exil, La veste du demandeur d’asile, 2016. Prosper GUBARIKA WA MUDI-WAMBA VANELLA,Péril en la demeure, 2016. Michel Dieudonné VOHITO,Polokamba. Hippopotame et esprit sur l’Oubangui, 2016. Alfred Diban KI,L’œil ouvert. Nouvelles, 2016.Aichetou CAMARA,Au-delà des frontières, 2016.Adrien POUSSOU,Black bizarre, 2016.Jeanne de Chantal WODOBODÉ, Où est le pont ? 50 ans après l’indépendance, 2016.Alphonse ONGAGOU-DATCHOU,L’oraison silencieuse, 2016.Stéphane SCRIVE,Quand le Niger marchait au pas…, 2016. Judicaël-Ulrich BOUKANGA SERPENDE,Dunia, 2016. Marilaure GARCIA-MAHE,Dignes, libres et puissantes, 2016.
Vincent ROBIN-GAZSITYENFERME ALIBREVILLE
Sept jours en Chinafrique Roman Préface d’Auguste Moussirou-Mouyama L’Harmattan
Du même auteur : TOUT SEUL ON EST FOU, À DEUX ON EST CONS (Nouvelles) Éditions La Machine Folle, 2010 LES CHEMINS DE L’ASIE PSYCHIATRIQUE (Récit) Éditions La Machine Folle, 2012 BRUME ROZE (Poèmes) Éditions La Machine Folle, 2013 L’ART D’USER SES BABOUCHES (Récit) Éditions Olizane, 2014 KOANS (Contes pour adultes et enfants, illustrations Marco Porcher) Éditions La Machine Folle, 2015 © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11746-1 EAN : 9782343117461
Merci aux Gabonais pour leur accueil et leur joie de vivre, ainsi qu’à Bernadette Pouvreau pour son aide et son soutien.
PRÉFACE Et Libreville Engendra l’Enfer
On pourrait se tromper, en ce dimanche au marché d’Akebe-Plaine, et croire que Vincent Robin-Gazsity veut reprendre la suitedes voleurs de sexesde Janis Otsiemi, le talentueux romancier gabonais, spécialiste du polar. Mais il n’en est rien, il s’agit ici du regard d’un étranger, enfermé comme les personnages de son roman, dans la ville qui se voulait le symbole de la liberté et de l’affranchissement. Ficelé par les contraintes de son emploi de traducteur pour une multinationale chinoise, il révèle un autre visage de la cité.
Son récit nous enferme une semaine dans une ville barri-cadée comme une maison close. Entre deux bornes saintes qui couronnent l’oeuvre du créateur, en réalité un seul et même dimanche, Vincent Robin-Gazsity, démiurge, déploie le récit urbain du dépérissement des valeurs humaines conquises par le feu ardent du pouvoir et de l’avoir.
Il nous emmène à travers la ville entre les quartiers insalubres et le coeur de la République devenu centre d’affaires. Une jeune Chinoise, bien trop réelle pour n’être que le fruit de son imagination, écume les ministères avec dans son panier des pots de vin en guise de pots de beurre. Dans un pays « géré », il nous promène entre des « grands quelqu’uns » dévergondés et une jeunesse prête à tout offrir en sacrifice pour leur ressembler. Une balade entre des citoyens paisibles, des gangsters impitoyables et des étran-gers anonymes, qui se côtoient dans une violence à peine contenue, prête à exploser sous l’arbitrage de la vindicte populaire.
9