Histoires de rêves

-

Livres
129 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La Caravane des contes fait une halte dans le pays des rêves où chaque peuple partage avec le jeune lecteur ses songes les plus secrets. L’oiseau Feng, le phénix des légendes chinoises, venu aider un prince à découvrir où se cachait la princesse dont il était tombé amoureux durant son sommeil, s’est mêlé aux créatures, aux animaux et aux hommes que la Caravane des contes a conviés pour un voyage au cœur de la nuit. Ainsi l’oiseau a-t-il rencontré les fées vertes des Cornouailles qui portèrent un gâteau de rêve à une enfant endormie, l’antilope qui échappa à l’appétit d’un cochon grâce au songe d’un singe, le guerrier ojibwa qui, assoupi, eut la vision d’une étoile qui se changea en nénuphar tandis que les sœurs Terre et Eau de la mythologie iroquoise rejoignaient par la route des rêves deux astres qui devinrent leurs maris.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 13
EAN13 9782373809039
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0038 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
ISBN 978-2-373801-04-0
Venu aider un prince à découvrir où se cachait la princesse dont il était tombé amoureux durant son sommeil, l’oiseau Feng, le phénix des légendes chinoises, s’est mêlé aux créatures, aux animaux et aux hommes que la Caravane des contes a conviés pour un voyage au cœur de la nuit. Ainsi l’oiseau a-t-il rencontré les fées vertes des Cornouailles qui portèrent un gâteau de rêve à une enfant endormie, l’antilope qui échappa à l’appétit d’un cochon grâce au songe d’un singe, le guerrier ojibwa qui, assoupi, eut la vision d’une étoile qui se changea en nénuphar tandis que les sœurs Terre et Eau de la mythologie iroquoise rejoignaient par la route des rêves deux astres qui devinrent leurs maris.
14,50
Histoires de rêves
Marilyn Plénard
Marilyn Plénard
Histoires de rêves
Illustrations de Brunella Baldi
 Flies France
La caravane des contes
Marilyn Plénard
Histoires de rêves
Illustrations de Brunella Baldi
Flies France
L’Origine de l’homme
Conte serbe
A u début, il n’y avait rien d’autre que Dieu dans l’immensité insondable. Dieu dormait et il rêvait. Il a rêvé durant des siècles et des siècles. Mais, finalement,
Dieu est sorti de son rêve.
Il s’est lentement étiré et a regardé autour de lui, et chaque regard qu’il a
lancé autour de lui s’est transformé en
planète ou en étoile.
Dieu, émerveillé, est parti à la
découverte de ses créations. Il a voyagé
longtemps, et il lui semblait que son
voyage durerait éternellement. Quand
il a posé le pied sur le sol que nous foulons à présent, Dieu était à bout de force. Le souffle lui manquait. Une
goutte de sueur a perlé sur son front.
Cette goutte de sueur est tombée sur
la Terre. La goutte est devenue vivante :
c’était le premier homme. Mais il n’a pas
été créé par plaisir, non, il a été créé à
partir de la sueur de Dieu épuisé. C’est pourquoi, dès l’or igine, l’homme fut voué à la sueur et au labeur.
5
Dans un mythe des Indiens Winnebago, quand, après avoir fait un très long rêve, le Grand Esprit s’est éveillé, il a modelé le premier homme à partir d’un morceau de son propre corps et d’un peu de glèbe. Puis il a façonné la femme, affermi la Terre en plaçant des créatures sous ses coins pour la porter et fait émerger les animaux et les plantes. Enfin, il a terminé son œuvre par la création des ours, les grands ancêtres de tous les autres êtres humains.
Le Petit Gâteau et le Petit Oiseau de rêve Conte des Cornouailles
N oël approchait et au cœur de la lande que recouvrait la neige, dans une pauvre chaumière, une orpheline a demandé à sa grand-mère : – Grand-Mère, pour Noël, j’aimerais un petit gâteau avec un petit oiseau posé dessus. – Je voudrais bien, soupire la vieille dame, mais, pour ce genre de gâteau, il
faut du sucre, et des épices, et encore plein d’autres choses. Et je ne suis pas riche.
Comme l’enfant a les larmes aux yeux, la vieille dame se ravise :
– Mais j’y pense : je vais prier les fées de t’apporter un petit gâteau de rêve
avec un petit oiseau de rêve posé dessus.
– Qu’est-ce que c’est, un petit gâteau de rêve et un petit oiseau de rêve ?
– Eh bien, tu sais que, la nuit, les fées passent par les serrures et entrent dans
les narines des enfants pour qu’ils fassent de beaux rêves, n’est-ce pas ? Alors, le
soir de Noël, elles viendront t’apporter le gâteau et l’oiseau.
– Mais on ne mange pas de gâteaux dans les rêves ! s’exclame la fillette.
– Bien sûr que si ! affirme la grand-mère. Tu verras, les fées viendront. D’ailleurs,
je vais les appeler, c’est plus sûr.
La fillette tend l’oreille et sourit :
– Je crois qu’elles sont à la porte. Écoute, Grand-Mère !
La grand-mère tend l’oreille à son tour et approuve :
– Elles sont là.
6
 Dans les Vosges, rêver d’oiseauxmis à part les corbeaux – présageait des jours heureux.À la Renaissance, dans la même région, cela signifiait que le rêveur partirait en voyage. Ainsi disait-on : « Si l’on songe à une grue ou à un cygne ou encore à un pluvier, c’est le signe que l’on va voyager. » Dans la région de Nevers, une femme qui rêvait d’un coucou devait se méfier : elle était l’objet de médisances, les méchantes langues l’accusant, à tort, de tromper son mari.
– Elles ont dû sur prendre not re
conversation, continue la fillette. Alors, elles savent pour le gâteau et l’oiseau de rêve.
– Ne bouge pas… ordonne la vieille dame. La grand-mère va jusqu’à la porte et
murmure près de la serrure :
– Fées, soyez gentilles, le soir de Noël,
entrez dans les narines de ma petite-fille et
apportez-lui un petit gâteau de rêve avec
un petit oiseau de rêve posé dessus. Le soir de Noël, il fait affreusement froid. La fillette ne redoute qu’une chose :
que les fées ne viennent pas. Pour lui
changer les idées, sa grand-mère lui conte
les contes d’autrefois. L’enfant finit par
s’endormir. Et la grand-mère aussi.
Un tintement retentit. Quelque chose, ou quelqu’un, passe par la serrure.
C’est un minuscule bonhomme coiffé d’un grand chapeau et vêtu d’un habit rouge. – Est-ce qu’elles dorment ? carillonne une voix frêle provenant de la serrure.
– Cela m’en a tout l’air, réplique le bonhomme.
À ces mots, des créatures en robe verte et d’autres en habit rouge font leur entrée.
7
– Dépêchez-vous, grommelle le bonhomme. À minuit, ce sera trop tard.
En se faisant la courte échelle, les fées et leurs maris grimpent sur le lit. Les
créatures s’éparpillent sur la couverture. Le bonhomme s’installe au creux du bras
de l’enfant. Et maintenant, voici que deux fées en robe verte courent vers l’oreiller.
La première, portant couronne, déclare :
– Je vais entrer.
Et elle entre dans le nez de la fillette en disant :
– Rêve, petit rêve d’enfant... Tu es à table avec ta grand-mère. Sur une nappe
de dentelle blanche trône le plus beau des gâteaux. Dessus est posé le petit oiseau de rêve. Dans son sommeil, la petite fille s’écrie joyeusement :
– Quel beau gâteau ! Et quel bel oiseau ! Grand-Mère, comme tu es jolie et bien
habillée. Partage le gâteau. Oh ! Quel gros morceau ! Je ne peux pas tout manger.
Je vais en mettre dans une assiette sur le pas de la porte pour les fées.
Tout ému, le bonhomme grognon installé au creux du bras de l’enfant se lève
et entre dans son nez en disant :
– Rêve, petit rêve d’enfant... Tu mets une assiette de gâteau sur le pas de la porte pour les fées. C’est la première fois que quelqu’un songe à leur offrir quelque chose. Elles viennent ramasser l’assiette et l’emportent chez elles. Et toi,
tu retournes t’attabler.
La deuxième fée entre alors en disant :
– Rêve, petit rêve d’enfant... Tu es à table, tu goûtes au gâteau. Ta grand-mère
te dit : « Ce gâteau est délicieux. »
Et la fillette endormie de marmonner comme si elle avait la bouche pleine :
– Je voudrais manger du gâteau de rêve tous les jours de ma vie !
8