106 pages
Français

L'aurore de l'espérance

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le coq a chanté, l'épreuve peut se contenir parce que la nation d'Eburnie refuse de tomber dans le piège de la déraison. La résistance de Jean-Emmanuel à la cognée assourdissante du soir qui finit appelle à l'avènement de la vérité pour conjurer l'arnaque du prédateur, et ouvrir à son pays un destin nouveau.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 octobre 2014
Nombre de lectures 17
EAN13 9782336358642
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0067€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

EmmanuelBROGBE
L’aurore de l’espérance Roman
Ecrire l’Afrique Ecrire l’Afrique
L’aurore de L’espérance
Emmanuel BROGBE L’aurore de L’espérance L’Harmattan
© L'HARM ATTAN, 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04586-3 EAN : 9782343045863
Ô Dieu, le cœur de l’homme est insensible alors que la révélation de tes paroles éclaire et éloigne de la demeure du silence. Manules
Présentation
Le coq a chanté, l’épreuve peut se contenir parce que la nation d’Éburnie se refuse le piège de la déraison. Elle réalise que se disposer pour réprouver le prédateur dont l’ambition est de la confiner dans l’étrange et périlleuse réalité de l’asservissement semble constituer la posture la plus sage.
La résistance de Jean-Emmanuel à la cognée assourdissante du soir qui finit appelle à l’avènement de la vérité pour conjurer l’arnaque de ce prédateur, et ouvrir à son pays un destin nouveau.
La vie aujourd’hui n’est-elle pas celle des êtres humains qui, délibérément, occultent les voies divines pour revendiquer la démarche philosophique, ignorant que la sagesse des hommes est une folie pour le créateur ? La lumière de l’Esprit apaise l’intérieur chargé, l’intérieur en proie aux soubresauts de l’angoisse, de l’anxiété et autres états qui condamnent au bagne permanent. Dès lors, la clarté dans le jugement devient sensible à l’Esprit qui sonde toute chose. C’est pourquoi une interrogation doit subsister en notre intérieur, à savoir : quelle est la mesure du cliché que je projette de moi à celui devant qui nul ne peut se dérober ? La rédemption de l’homme restera attachée à la disposition du cœur ayant rendu légitime la présence divine. Une telle attitude dès lors favorisera grandement l’acquisition des moyens d’instruments susceptibles de garantir son salut.
Au regard del’indélicatesse de la conscience morale actuelle, il subsiste une interrogation qui préoccupe l’esprit. Croyons-nous percevoir dans le progrès de la civilisation une condition suffisante et véritable de la paix et du bonheur de l’homme ? Le mystère subsiste et ce ne sont ni les théories, ni les doctrines humaines qui forgeront 9