L
169 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

L'homme à la peau de soie et autres portraits

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
169 pages
Français

Description

Six hommes : autant de parades amoureuses, de jeux d'évitement ou d'approches, autant de nuances dans les sentiments et dans les tonalités de désirs, de frôlements et de visages. Amours cachées ou affichées, fugaces ou engagées, passionnées ou désinvesties, chacune a laissé son empreinte dans le coeur d'Emma. Ces hommes de passage sont avant tout des passeurs, et chacun s'en trouve reconnu pour ce qu'il est : une source d'inspiration.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2014
Nombre de lectures 12
EAN13 9782336342795
Langue Français
Poids de l'ouvrage 16 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0096€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Maela PaulL’homme à la peau de soie
Six hommes : autant de parades amoureuses, de jeux d’évitement
ou d’approches, autant de nuances dans les sentiments et dans
les tonalités de désirs, de frôlements et de visages.
Mathieu, Benoît, Guillaume, Constant, Thomas et Emmanuel ont
croisé la route d’Emma. Amours cachées ou affchées, amours
L’homme à la peau de soiefugaces ou engagées, passionnées ou désinvesties, chacune a
laissé son empreinte dans le cœur d’Emma. Car ces hommes de
passage sont avant tout des passeurs. Ainsi chacun s’en trouve- et autres portraits
t-il reconnu pour ce qu’il est : une source d’inspiration.
L’ouvrage – soutenu par une écriture travaillée comme
l’affectionne son auteure : sonore et scandée – peut se lire
comme un éloge de ces amours qui, pour être passagères, n’en
sont pas moins intenses.
Maela PAUL vit actuellement à Perpignan. Outre La Petite
Colère, qui explore la thématique de la rupture amoureuse,
elle est un auteur de référence sur ce phénomène social que
constitue aujourd’hui l’accompagnement (L’Accompagnement,
une posture professionnelle spécifque, L’Harmattan).
Illustration : Equilibristes, Lepirate.
ISBN : 978-2-343-03082-1
Prix : 17 €
Maela Paul
L’homme à la peau de soie111
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
,
,
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
©L’Harmattan,2014
57, ruedel’Ecolepolytechnique,75005Paris
http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN:9782343030821
EAN:9782343030821111
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
L’hommeàlapeaudesoie
etautresportraitsÉcritures 
Collection fondée par Maguy Albet 
 
 
Couture (Josiane), Courtes éternités, 2014. 
Lecocq (Jean‐Michel), Rejoins la meute !, 2014. 
Bastien (Danielle), La vie, ça commence demain, 2014. 
Bosc (Michel), L’amour ou son ombre, 2014. 
Guyon (Isabelle), Marseille retrouvée, 2014. 
Pain (Laurence), Elsa meurt, 2014. 
Cavaillès (Robert), Orgue et clairon, 2014. 
Lazard (Bernadette), Itinérantes, 2013. 
Dulot (Alain), L’accident, 2013. 
Trekker (Annemarie), Un père cerf‐volant, 2013. 
Fourquet (Michèle), L’écharpe verte, 2013. 
Rouet (Alain), Le violon de Chiara, 2013. 
Zaba (Alexandra), Rive Rouge, 2013. 
Boly (Vincent), Crime, murder et delitto, 2013. 
Hardouin (Nicole), Les semelles rouges, 2013. 
 

** 
Ces quinze derniers titres de la collection sont classés par ordre 
chronologique en commençant par le plus récent. La liste complète des 
parutions, avec une courte présentation du contenu des ouvrages,  
peut être consultée sur le site www.harmattan.fr 
  
 1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
MaelaPaul
L’hommeàla peaude soie
etautresportraits
L’Harmattan1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
I
MATTHIEUOUL’HOMMEÀLAPEAUDESOIE
(Chaque âme est et devient ce qu’elle regarde
Plotin – Ennéades IV 3.8.15
Si seulement le vent avait un corps, mais toutes les choses qui
exaspèrent et outragent l’homme n’ont pas de corps ;
pas de corps matériel, mais un grand corps spirituel.
Victor Hugo CXXXV, 716-717
Il faut dire et penser que ce qui est,
car ce qui existe existe, et ce qui n’existe pas n’existe pas :
je t’invite à méditer cela.
Tu ne forceras jamais ce qui n’existe pas à exister.
Parménide. Poème, fragment VI
Danslarue,lesgensdevaientimaginerqu’ilsformaientun
couple.Celaneluidéplaisaitpas.Elleavançaitàsescôtés.
Royale.Souveraine.Danssamain,rienqu’unmouvement
doux et glissant. Et cette chaleur qui naît des paumes lo
véesl’unecontrel’autre.Danssamarche,toutestprétexte
pour se rapprocher de lui. Un éclat de rire, l’exiguïté d’un
trottoiroulecroisementd’unpassant,etellelaissesajoue
frôler son épaule. Ils marchent. Qui suivrait leur déambu
lationseraitgagnéparcetteondulationnaissantdechacun
deleurspaspulsantsurlesol.Parl’oscillationdeshanches
se propageant dans l’embrasement de la poitrine. Chaque
71
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
pas scande l’amour qu’ils fontet qui éclot dans l’allure al
tière qu’il leur confère. Ils ont dans leurs yeux cette lumi
nosité débordante de ceux qui ont rompu leurs digues.
Pouruntempsoupourlongtemps.
Cette transparence aqueuse de ceux qui s’étirent après
l’étreinteetdétiennentleurpouvoir d’avoiracquiescéàce
qui se présentait. Leurs silences comme leurs propos ne
sontquejubilation.Oùsedevinentledésir,laconnivence,
l’appétit retrouvé de la jouissance. En eux président l’in
crédulitélaplustotalefaceàcequileurarriveetl’absence
de doute quant à la précarité de leur aventure. Pour
l’heure, sa conscience à elle est toute nichée dans la dou
ceur de sa paume offerte, dans la pression des doigts qui
rythme leurs pas. Entretenue par l’émotion qui monte
jusqu’aux joues au souvenir du lit défait. Des vêtements
éparpillés.11
C’étaituntempsheureux. 11
Ilsontmarchédesheures.Ilveuttoutluifairepartager.Les
églisesoùils’estrecueilli.L’ombredesterrassesoùilaime
s’attarderdevantuncafé.Cepetitrestooùl’onsertdesta
pas avec un vin de pays à l’heure de l’apéro. Ces ruelles
étroites qui obligent à lever la tête pour apercevoir le bleu
imperturbable du ciel. Dans leurs regards se mirent les
ocres, terre de Sienne, sable brûlé ou marronné, des fa
çades.Elleavancelégère.Toutestprétexteàdéambulation.
Cet ancien palais et sa citadelle, cette ruelle si ombragée,
une porte entrouverte sur des cours intérieures, ce qu’il
reste de cette prison de briques qu’on honore sous le nom
duCastillet,laLogedeMersurlaquelleilsviennentrégu
lièrement s’émerveiller comme s’ils la découvraient pour
la première fois. Avec cette insouciance mêlée de gravité
qui vient de savourer des moments d’exception pour ce
8
111
1
,
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
qu’ils sont, tout n’est que prétexte à s’enivrer de cette joie
partagée.Jusqu’àtouteffacerdecequin’estpaselle.
Commentnommercettelégèreté?Elletranchetantsurles
jours sombres de ces dernières années, sur les hivers
contraints, sur les saisons moroses, qu’elle ne peut pas ne
pasêtreissuedecegrandfeuintérieurquil’atouteconsu
mée.Commel’arômeenivreau dessusdubrûloir,elleale
goût du bonheur simple. De ce qui se savoure sans réflé
chir.Decequipétillesansraison.Decequisepropagesans
sermentetsepartagesanslendemain.Decequisecommu
niquesansretenue.Commeunfourire.Unparfum.Ellea
la nature dece quidébordeetexulte. De cette vie ensura
bondance qui en vient finalement à les traverser l’un et
l’autre.11
Cette réalité est insaisissable par elle même. Une voie
d’eau dans un navire met moins en péril que ce chatoie
ment dans leur vie d’un bonheur aussi candide, transfor
mant chaque instant, chaque lieu, même banal, en événe
ment. Comme si, tout à coup, toute chose attirait leurs
âmes. A la surface de leur peau. Ou venait à briller dans
leurspupilles.Aleurredonnerlavueetlegoût. 11
Commentnommercequiestsimple?Sicetteirruptionem
pruntaitauxvolcanssonfeu,onsauraitparlerd’explosion,
detransformationoumêmederésurrection!Etsionpou
vait en imputer uniquement la cause à l’orage de l’autre,
est cequecelaneseraitpasplusfacile?Maiscommentdire
ce qui n’estqu’ondoiement,fluctuation, vibration, frisson,
oscillation, ce qui est saturé de l’un comme de l’autre – et
pourtant voué à la plus grande précarité ? Comment de
meurerauplusprèsdecelanonpourledéfinir–parceque
ledéfinir,c’esttoujoursunpeuprédire–,maispours’offrir
cedonsuprêmedesavourercequisedonneàvivreentai
sant, pour une fois, toutes les questions qui voudraient
91
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
fournirdesexplicationsetenjustifierlesens.Pourquoiaf
fublerdemotscequi,paressence,afflue?Pourquoinepas
tenterd’établirunrapportimmédiatàcequiarrive–etse
contenterd’en jouir?D’oùvient cette jubilation sice n’est
dusentimentdelavie,frémissante,ruisselante?Pourquoi
poser un filtre à ce qui les rend un peu plus vibrants et
transparents,plusaigusetgravesàlafois,àcequi,eneux,
se délecte : de chuchotements, de clairs obscurs, de si
lences.
Douceuretsensualitéhantentleurpeau. 11
Cetempsestdécidémenttellementheureux!
Ilsontchoisidefairehalteàl’unedesterrassesqu’ilsaffec
tionnentl’unetl’autre.Laruebruissed’unepopulationen
transhumanceestivale.Ilssuiventsanslavoircetteproces
sionnonchalante.Elleboitavecsesyeuxàellecequ’ilcapte
à chacun de ses regards. Un sourire aux lèvres, ils sont
comme les passagers d’un voyage dont la ville ne serait
qu’une station. Qui regarderait défiler le paysage alors
même que c’est eux qu’un train emporte. Dans leur
bouche, tout mot vient aiguillonner le désir, échauffer les
humeurs, emballer les sens. Toute conversation est à
double sens. Comme devant de toute manière reconduire
auborddulit. 11
Elle lui confie combien elle se sent sereine en sa compa
gnie : « royale », dit elle. Quelle plénitudeest la sienne. Et
commeellebénitcettechancedepouvoirvivrecequijubile
en elle dans sa proximité. La moindre de ses paroles s’en
vole,portéeàsedéployersansfin.Commesilelangagene
pouvait rester étranger à ce qui brille de façon évidente
dans ses yeux et se propage en sensualité dans les plis de
sa peau. Il a souri. Ses yeux dans ces moments là bai
gnaientd’unetellelumière…Elleacruycueillirparfoisles
10
111
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
indices d’un homme amoureux. Il l’était probablement. A
safaçondumoins.
Oui,c’étaituntempsvraimentheureux.11
C’est la fin juin. Les terrasses déjà ne désemplissent pas
aveclatombéedelanuit.L’ombredesplataness’épaissis
sant semble au contraire contenir toutes les promesses
d’une vie nocturne. Le vent par intermittence couvre les
voixpuislesrapporteenrafale.Quandl’œilesttroublépar
l’artifice des lumières, le corps devient une gigantesque
oreille.Quicapte.Setend.Seprête.Tressaille.Legarçona
pris la commande en riant de ces « un pour deux » qu’ils
entendentpartager.Ilajouéaveclui:
—C’estqu’onpeutenfairedeschosesàdeux!
Elle rit. Emue qu’il fasse allusion à leur intimité. C’est du
moins ce qu’elle présume. Elle parle sans n’avoir rien à
dire. De tout et de rien. Elle rit. Qui adhère pleinement à
l’instant connaît cette plénitude. Ce sentiment d’existence
qui produit assurance et sérénité, gratitude et allégresse.
Toutes ces tonalités accompagnent le mouvement sans
heurtnibruit,sanschocnibrutalité,d’uneprésenceinfinie
à ce qui s’offre à vivre. D’un acquiescement plein à ce qui
surgit parce qu’à travers lui c’est infiniment la vie qui ju
bile. D’un sentiment de suffisance que recèle chaque mo
ment puisque tout ce qui suffit au bonheur d’être là est là.
D’unaccordsipleinaveccequiseprésentequ’ilrendvain
toutcequin’estpaslui. 11
Pourquoiselaissertroublerparcequiaété,devraitêtreou
pourraitêtre?11
Des gitanes passent en bandes. Bras dessus bras dessous,
s’apostrophant et riant à gorge déployée, houspillant leur
marmaille. Voix rauques, joviales, indécentes, insolentes
11
111
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
oucaressantes.Leursjuponsvirevoltantsaccompagnentle
claquement des sandales sur leurs talons. Elles se mon
trent, secachent. Elles passent. Parées pourla soirée.Elles
incarnentàellesseuleslanonchalanceetl’exubérancemé
diterranéenne,l’indolencelascivedespassionsquicouvent
ou explosent, la provocation fiévreuse de ceux qui avant
tout s’appartiennent. Elles se mêlent à cette foule bigarrée
qui porte haut les couleurs de Perpignan. C’est la vie qui
les a lestées de jupons et dans le même temps de pieds ai
lés:ellesdansent,mêmesileurpasestlourd,ellesdansent.
Ces sandales qui claquent à chaque pas, c’est tout ce qui
leur reste du drame culturel qui a fait d’elles un peuple
échoué. Elles ont dans leurs voix une gouaille rauque
commesielles consignaient la matière vocale à l’état brut.
Ilfaudraitpeu,uneétincelleclaquantentredeuxdoigts,un
bras qui s’agite, une enfilade verbale qu’elles saisiraient
comme provocation, pour qu’elles partent en transe. C’est
qu’il règne ici comme une effervescence latente, une me
nace à peine voilée d’explosion dont on ne saura qu’a pos
teriorisiellecouveunechargedejoieoudecolère.
Celle cisefrayeunpassage.Seule.Uneétoledesoiemauve
pailletée d’argent sur les épaules. Des jupons superposés
fontdanserdesjeuxdedentelles.Lesétoffesvibrentautour
d’elle. C’est ainsi qu’elle crée son passage. Ses poignets
sontchargésde bracelets.Une tristesse sourdesemble les
tersasilhouetted’adolescente.Elleacaptésonregard.Elle
sait l’effet qu’elle a provoqué sur lui. Quel âge peut elle
bien avoir ? Difficile de compter les années quand la sil
houette est filiforme, mais que le regard est déterminé.Ce
n’estplusunefillette.Quatorzeans?Ellen’apasdétourné
le regard. Mais elle sait. Elle sait qu’il la suit des yeux. Le
dessin d’un contentement se profilant sur ses lèvres, il a
imperceptiblement tourné la tête vers l’adolescente.
121
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
Comme pour la retenir dans son champ de vision, graver
son image, capter d’elle la grâce de son mouvement.
Jusqu’à sentir ce qu’elle propulse à chacun de ses déhan
chements.Quandelles’éloigne,unsoupirprofonddétend
sa poitrine. Il fait un geste de la main devant son visage.
Comme pour chasser un brouillard passager. Sa main sur
la table esquisse un mouvement de lassitude. Ou bien
d’impuissance.Alors il croiseson regard à elle commes’il
sortaitd’unrêve. 11
C’est toute cette population cosmopolite, ayant le verbe
hautetsefrayantpassagedanslesruellesdelavieilleville
quiacontribuéàcequ’elleéliseàsontourPerpignanpour
un jour s’y établir. Non pas parce qu’elle s’y serait sentie
«chezelle».Oubienqu’elleyauraitquelqueattache.Non.
Bienmieux:pourledépaysementquelavilleopèreenelle
etpourcesentimentd’êtreaccueilliecommeuneétrangère.
C’est là qu’elle posera bagage. Qu’elle fondera demeure.
La ville tout entière est son refuge et opère sur elle un
charmed’autantplusfortqu’ellen’estpasiciretenuepour
quelqueaffairedevantlaquelleelleauraitdûsesoumettre.
Elleestlàparcequ’elleachoisi.11
Il y a toujours une puissance investie dans le choix d’une
terre d’accueil. Puissance devant laquelle l’homme se
courbe ou bien se dresse, dès lors qu’il y puise la sève le
révélantdanscequ’iladeplusintime.Cettevilleestpour
elle un réservoir d’émotions et de sensations soumises à
l’imprévisibilité la plus totale. Elle en respire les effluves,
s’enivre des couleurs du ciel, de la patine des façades, se
délectedesombresdansantsouslesplatanes.
Lesruesdelavieillevillecesoirsontenfête.Lesquartiers
Saint Matthieu – ce quartier « poor pauvre » comme il dit
– et Saint Jacques, toujours en sursis, mêlent mine de rien
13
111
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
leurs habitants aux touristes. Une danseuse saltimbanque
seprépareàdonnersonspectacleplacedelaLoge.Dester
rasses montent des accents de tous horizons. On entend
passerlescommandesdetapasetdemuscatpar dessusle
carillondelacathédralequiégrènelesheuresetlafanfare
qui s’accorde. Bien après les festivités, on verra quelques
musiciensauxdoigtsnerveuxretenirdesbadaudsaupied
delastatuedeMaillol.
L’offrande de sa main dans la sienne. Encore. Ce bonheur
sansnom d’ouvrir une brèchedans sa vie.Cettesensation
adolescente qui redouble à l’endroit d’un monde qui peut
s’avérerparailleurssipeuaimable. 11
Ellealecœurenfête.Lecœurenlui.Elleaime. 11
C’est là qu’ils ont élu domicile. Comme des amants en ca
vale : à l’hôtel de la Loge. Gagnés progressivement par le
décalage des nuits sur le jour, ils viennent de plus en plus
tardivement prendre leur café matinal au Café de la
Bourse, aussitôt doublé d’un second café au pied du
Castillet. C’est qu’il aime aussi ce Grand Café de la Poste
niché sous les platanes. Frottements, caresses au hasard,
bruit de fond d’une ville qui s’anime, entretien doux des
feuilles des platanes avec le vent, bruissement agité d’une
populationquis’active.Etleursvoixencontrepointlivrant
leurvieauxcapricesdecefleuvesonore.
Toutl’émerveille.Elleestémuedecequ’ilaime.Elleledé
couvre à ce qu’il aime. Son plaisir à lui est d’habiter en
semble – fut ce le temps de leurs déambulations – ce pays
qu’ilad’aborddûseconcilier.Cariln’estpasd’ici.11
Une nouvelle journée s’annonce. Nourrie de pierres et
d’ombres,partagéeentrelavilleetlaplage.
14
111
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
,
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
,
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
1
C’est une femme des sables. De la houle et du vent. Elle a
doncaccueillilepaysde sonélectioncommesien.Rienne
la réjouit plus que ces longues siestes silencieuses ou ba
vardesdontilsontfaitleursaprès midiaprèsavoirmarché
jusqu’au bout des dunes. Là où les corps peuvent s’offrir
nus au soleil. Poussés par un de ces vents de sable qui ef
facelestracesaupassage.Chaquejour,c’estle mêmepar
cours. En marchant, ils éprouvent la puissance du vent
dans leur souffle et la brûlure du sable qui diabolise les
pieds.Lesvoicisautillantau dessusdecettebraisevolatile,
tentant de rejoindre le bord de l’eau et la fraîcheur sans
cesseventiléeparlesvagues.Ici,danscepaysagededunes
aux mouvements amples, à peine lestées de quelques ro
seaux, on avu des vagues en ordredéchaîné redessiner la
plage en quelques heures. Quand le vent se lève, il faut
changerdeprojetetreprendresessandales.
Ainsiont ilsfaitdeSainte Marielelieudeleurpèlerinage.
Ilsviennentlàchaquejouretchaquejoural’intensitéd’un
temps hors du temps. De ce temps que l’on réinvente du
bout des doigts quand le regard s’absente pour mieux
jouir. Jouir du soleil qui lustre les épaules, arrondit la
nuque, rend la bouche muette, mais offerte. D’un temps
suspendu à la caresse de ce corps contre lequel elle se
cambre, à la jouissance diffuse née du contact de sa peau.
Douce et lisse. A un point d’indécence. Au mépris du
convenableetdel’inconvenant.Tantdegestesmurmurés,
tant d’esquisses tentées. Ce bleu trop aimant. Cette lumi
nositéaussiflagrantequ’unéclairarrachéàquelqueorage.
Tant d’éclats de rire partagés, de connivence avouée,
quand sa main la redessinant vient se nicher dans la
fourche des cuisses. En riant. Comme trace de cet élan de
vie, de cette force qui les traverse. Et sa bouche à elle
s’ouvrant sur sa peau au goût de sel. Bouche ouverte sur
15
11