La trahison du baron

-

Livres
179 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Aimer, honorer et trahir…
Deux ans se sont écoulés depuis que lady Marion Tunstall a perdu son mari en mer. Deux ans de chagrin et de deuil. La jeune et attirante veuve vient enfin de reprendre sa place en société. Ce n’est qu’au moment où elle assiste à une joyeuse danse à la campagne avec sa famille que lady Marion voit son mari, vivant et en santé… et qu’elle s’évanouit tout net.
Lord Tristan Tunstall n’a d’autre choix que d’avouer: il est vivant, oui, mais il n’est pas entier et ne peut pas être un mari et un père. Cependant, lorsqu’il lui offre le divorce, Marion refuse avec entêtement. Elle s’est à présent imposée dans la vie de Tristan, dans sa maison et (oh, que Dieu pardonne sa faiblesse à l’homme!) dans son lit. Il ne peut s’empêcher de la désirer. De l’aimer. Mais, peut-il accepter de vivre avec le secret qu’elle lui cache?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 mars 2018
Nombre de visites sur la page 76
EAN13 9782897860530
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0060 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Copyright © 2014 Callie Hutton Titre original anglais : Baron’s Betrayal Copyright © 2017 Éditions AdA Inc. pour la traduction française Cette publication est publiée avec l’accord d’Entangled Publishing, LLC. Tous droits réservés. Aucune partie de ce livre ne peut être reproduite sous quelque forme que ce soit sans la permission écrite de l’éditeur, sauf dans le cas d’une critique littéraire. Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages, les lieux et les incidents sont le produit de l’imagination de l’auteure ou sont utilisés de manière fictive. Toute ressemblance avec des événements, des lieux réels ou des personnes réelles, vivantes ou décédées, est fortuite. Éditeur : François Doucet Traduction : Lynda Leith Révision linguistique : Féminin pluriel Correction d’épreuves : Nancy Coulombe et Féminin pluriel Conception de la couverture : Mathieu C. Dandurand Photo de la couverture : © Thinkstock Mise en pages : Sébastien Michaud ISBN papier 978-2-89786-051-6 ISBN PDF numérique 978-2-89786-052-3 ISBN ePub 978-2-89786-053-0 Première impression : 2017 Dépôt légal : 2017 Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque Nationale et Archives du Canada Éditions AdA Inc. 1385, boul. Lionel-Boulet Varennes, Québec, Canada, J3X 1P7 Téléphone : 450 929-0296 Télécopieur : 450 929-0220 www.ada-inc.com info@ada-inc.com Diffusion Canada : Éditions AdA Inc. France : D.G. Diffusion Z.I. des Bogues 31750 Escalquens — France Téléphone : 05.61.00.09.99 Suisse : Transat — 23.42.77.40 Belgique : D.G. Diffusion — 05.61.00.09.99 Imprimé au Canada Participation de la SODEC. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise du Fonds du livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition. Gouvernement du Québec — Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres — Gestion SODEC.
Conversion au format ePub par:
www.laburbain.com
À Carson et Mason, petits-fils extraordinaires,
qui ont fait leur apparition pendant que j’étais occupée
à écrire l’histoire d’amour de Tristan et Marion.
Mes petits, vous comblez ma vie.
Prologue
Septembre 1815, Northampton, Angleterre Avec une exclamation de surprise, lady Marion Tunstall s’écrasa doucement sur le plancher de la salle des fêtes dans un amas de mousseline bleu céruléen. En tentant de la rattraper, sa belle-sœur, Sa Seigneurie la duchesse de Manchester, tomba à genoux à côté d’elle. — Marion, qu’y a-t-il ? Elle tapota le visage de Marion et regarda frénétiquement autour d’elle et soupira, soulagée en voyant son mari, Drake, le duc de Manchester, se hâter vers elle, le visage blême.
— Est-ce qu’elle va bien ?
Penelope secoua la tête.
— Je n’en sais rien. Elle s’est effondrée. J’ignore pourquoi.
Les lèvres de Drake se pincèrent, et il mit un genou à terre à côté de sa sœur.
— Moi, je le sais.
Il prit Marion dans ses bras et lui marmonna des mots de réconfort et l’appuya contre son torse. Il jeta un regard à sa femme et ajouta :
— Lord Tunstall vient d’entrer dans la salle avec une autre femme à son bras. Penelope releva brusquement la tête et aspira une bouffée d’air, son visage pâlissant.
— Lord Tunstall ? Vous voulez parler de Tristan, le mari de Marion ?
Drake acquiesça d’un signe de tête.
— Exactement.
— Je ne comprends pas. Tristan est décédé depuis plus de deux ans.
— Apparemment pas, dit sèchement Drake.
Les trois personnes sur le sol avaient commencé à attirer l’attention des curieux. La foule de
gens se sépara, et un homme avec une femme plus âgée blottie contre lui s’approcha d’eux avec hésitation. Son visage était crayeux, et il se tenait droit comme un « I », sa raideur rappelant une statue de marbre.
— Est-ce qu’elle va bien ?
L’homme regardait directement devant lui, sa voix tremblante dénotant l’état de choc.
— Je ne souhaite pas vous parler maintenant, monsieur. Je vous prie de m’excuser tandis
que je m’occupe de ma sœur.
Drake écarta doucement l’homme et la femme de son chemin.
— Je vous rendrai visite demain matin. Veuillez m’envoyer un mot avec vos coordonnées.
Penelope rassembla leurs effets et se précipita pour suivre son mari vers la porte. Sa belle-mère, la duchesse douairière, ainsi que les trois sœurs de Marion, la suivit en file en passant