La vie ne tient qu'à un fils

-

Français
227 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

C'est un petit peu de toute la condition humaine qui ressort de l'histoire de Catherine et de Guillaume. De cette femme qui souffre en douceur, étreignant un cadavre et défiant la mort d'un homme, son fils, car elle vient de perdre la propre chair de sa chair. Comment ressusciter son souvenir? Comment réaliser désormais ses rêves? Le grand départ du Fils est aussi un nouveau départ pour la Mère: il rêvait d'Amérique du Sud, elle l'y emmènera. Parce qu'il faut aller au bout et que la vie ne tient parfaois qu'à un fils.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2014
Nombre de lectures 16
EAN13 9782336336725
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0112€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

Lapietà

os de

coeur.»

12) et

ream

b : «

et : «

a chair.

à un fils.

menta Digue
ario,J.T
arbre

ier ?»»

. C’est
re de
ceur,
r elle

is ses
ère :
er au

à un filsrième
2007)
008),ream

013).

ec du

emier
s à sa

Sébastien Boussois

Sébastien Boussois

LA VIE NE TIENT QU’À UN FILS

Roman

ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
©ȱL’Harmattan,ȱ2014ȱ
5Ȭ7,ȱrueȱdeȱl’Ecoleȱpolytechnique,ȱ75005ȱParisȱ
ȱ
http://www.harmattan.frȱ
diffusion.harmattan@wanadoo.frȱ
harmattan1@wanadoo.frȱ
ISBNȱ:ȱ978Ȭ2Ȭ343Ȭ02631Ȭ2ȱ
EANȱ:ȱ9782343026312

Laȱvieȱneȱtientȱquȇàȱunȱfilsȱ
ȱ
ȱ

SébastienȱBoussoisȱ

Laȱvieȱneȱtientȱquȇàȱunȱfilsȱ
ȱ
ȱ
romanȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ
ȱ

ȱ
L’Harmattan

Àȱtoi,ȱdontȱlaȱmortȱs’estȱétrangementȱȱ
emparéeȱdeȱmonȱâmeȱȱ
pendantȱdeȱlonguesȱsemaines.ȱ

ȱ

“Vite,ȱestȬilȱdȇautresȱviesȱ?”ȱ
ȱ
“Etȱsi,ȱlȇayantȱsurprisȱàȱdesȱpitiésȱ
immondes.ȱ
Saȱmèreȱsȇeffrayait,ȱlesȱtendressesȱ
profondesȱ
Deȱlȇenfantȱseȱjetaientȱsurȱcetȱ
étonnement.ȱ
Cȇétaitȱbon.ȱElleȱavaitȱleȱregardȱbleu,ȱ
ȱquiȱment.ȱ»ȱ
ȱ
ȱ
ArthurȱRimbaud,ȱȱ
Uneȱsaisonȱenȱenferȱ
ȱ

“Onȱn’estȱjamaisȱcontentȱlàȱoùȱonȱ
estȱ»ȱ
ȱ
AntoineȱdeȱSaintȱExupéry,ȱȱ
LeȱPetitȱPrinceȱ
ȱ
ȱ
«ȱCeȱmondeȱoùȱlaȱmèreȱcontempleȱsonȱfilsȱmortȱ»ȱ
ȱ
AndréȱMalraux,ȱLaȱMétamorphoseȱdesȱDieux

Siȱleȱromanȱestȱuneȱdestination,ȱsonȱtissageȱ
estȱunȱpériple.ȱMonȱpremierȱcommenceȱàȱHanȬ
surȬLesseȱdansȱlesȱArdennesȱenȱnovembreȱ2007ȱ
parȱlȇunȱdesȱplusȱbeauxȱweekendsȱdeȱlȇannée.ȱ
Monȱsecondȱs’estȱpoursuiviȱàȱBruxelles,ȱàȱIxelles,ȱ
àȱParis,ȱàȱSidiȱBouȱSaïd.ȱMonȱtroisièmeȱfutȱ
reprisȱàȱTolbiac,ȱàȱMontmartre,ȱàȱHonfleur,ȱàȱ
Andrésy,ȱàȱNevers,ȱàȱDouarnenez,ȱàȱAlbertvilleȱ
etȱfinalementȱachevéȱàȱVilleneuveȬsurȬLot.ȱMonȱ
toutȱfutȱreluȱàȱMèze,ȱManosque,ȱJérusalem,ȱ
Bakou,ȱIstanbulȱpuisȱenvoyéȱàȱParis.ȱ

ȱȱ

Laȱpietà,ȱc’estȱunȱpetitȱpeuȱdeȱcetteȱmèreȱquiȱregardeȱsonȱfilsȱ
mort.ȱC’estȱunȱpetitȱpeuȱdeȱtouteȱlaȱconditionȱhumaineȱquiȱ
ressortȱdeȱl’histoireȱdeȱCatherineȱetȱdeȱGuillaume.ȱDeȱcetteȱ
femmeȱquiȱsouffreȱenȱdouceur,ȱétreignantȱunȱcadavreȱetȱ
défiantȱlaȱmortȱd’unȱhomme,ȱsonȱfils,ȱcarȱelleȱvientȱdeȱ
perdreȱlaȱpropreȱchairȱdeȱsaȱchair.ȱ
ȱ

Laȱmortȱduȱfilsȱ
ȱ
ȱ

1.ȱ

Amandine,ȱjeuneȱfemmeȱactive,ȱauȱtempéramentȱbienȱ
trempé,ȱavaitȱleȱregardȱbleuȱquiȱment.ȱElleȱnȇavaitȱguèreȱ
faim.ȱUnȱgoûtȱmétalliqueȱdansȱlaȱbouche.ȱCelaȱneȱluiȱ
arrivaitȱjamais,ȱmaisȱlà,ȱcelaȱfaisaitȱplusieursȱjoursȱqueȱçaȱ
durait.ȱUnȱrepasȱtoutȱsimpleȱ:ȱdeuxȱœufsȱsurȱleȱplat,ȱuneȱ
saladeȱdeȱmâcheȱrapidementȱpréparéeȱetȱpuisȱquelquesȱ
légumesȱfrais.ȱLeȱtoutȱaccompagnéȱd’unȱpetitȱvinȱrougeȱ
d’Argentine.ȱCȇestȱtout.ȱ
ȱ
Soiréeȱcalmeȱenȱprévision,ȱquandȱsoudainȱleȱtéléphoneȱ
deȱlaȱcuisineȱrésonnaȱbruyamment.ȱLeȱtintementȱstridentȱetȱ
métalliqueȱdȇunȱdeȱcesȱrécentsȱtéléphonesȱnumériques.ȱLaȱ
jeuneȱfemme,ȱhabilléeȱenȱtenueȱdécontractée,ȱseȱprécipitaȱ
dessus.ȱMoitiéȱpourȱstopperȱceȱbruitȱinsupportableȱquȇelleȱ
n’étaitȱjamaisȱparvenueȱàȱmodifier,ȱmoitiéȱparceȱquȇelleȱ
étaitȱsaisieȱparȱunȱmauvaisȱpressentiment.ȱPersonneȱ
nȇappelaitȱàȱcetteȱheureȬciȱenȱgénéral.ȱPersonne.ȱPreuveȱduȱ
contraireȱ:ȱceȱsoirȬlàȱ;ȱelleȱreconnutȱPierreȬCharles.ȱIlȱétaitȱ
00h20.ȱ
ȱ
Amandineȱétaitȱrentréeȱtardȱduȱboulot.ȱElleȱsȇétaitȱmiseȱ
àȱlȇaiseȱtrèsȱvite,ȱelleȱsupportaitȱdeȱmoinsȱenȱmoinsȱsesȱ

tailleursȱendimanchésȱquȇelleȱdevaitȱseȱtraînerȱauȱquotidienȱ
pourȱfaireȱbonneȱfigure.ȱCȇestȱvraiȱquoiȱ!ȱElleȱnȇétaitȱqueȱ
secrétaire.ȱEnȱsortantȱdeȱlaȱtourȱstalinienneȱoùȱelleȱ
travaillaitȱdepuisȱdesȱannées,ȱelleȱavaitȱlevéȱlesȱyeuxȱversȱ
ceȱdécorȱglacéȱdeȱfloconsȱouateuxȱquiȱavaientȱeuȱauȱmoinsȱ
leȱmériteȱdeȱluiȱrappelerȱlaȱnatureȱimpressionniste,ȱleȱcielȱ
dȇunȱjourȱdȇarrièreȬsaisonȱfigéȱdansȱlaȱglaceȱquiȱfinissaitȱparȱ
neȱplusȱimpressionnerȱpersonne.ȱNousȱétionsȱàȱlaȱmiȬ
décembreȱetȱlesȱfloconsȱétaientȱtombésȱlaȱnuitȱpassée,ȱsansȱ
prévenir.ȱYȱavaitȬilȱuneȱscienceȱmoinsȱscientifiqueȱqueȱlaȱ
météorologieȱ?ȱIlȱfaisaitȱnuitȱdepuisȱplusieursȱheures.ȱCelaȱ
étaitȱonȱneȱpeutȱplusȱnormal.ȱLeȱblancȱenȱneigeȱdesȱcielsȱ
hivernauxȱavaitȱfaitȱplaceȱauȱnoirȱténébreuxȱdesȱfinsȱdeȱ
monde.ȱLeȱdébutȱdeȱlaȱfin.ȱ
ȱ
«ȱMaȱpetiteȱAmandine,ȱmalheureusementȱc’estȱfini,ȱilȱestȱ
partiȱenȱdébutȱdeȱsoirée.ȱJeȱviensȱdȇavoirȱsaȱmamanȱauȱboutȱ
duȱfilȱ:ȱGuillaumeȱestȱMȱOȱRȱT.ȱ»ȱȱ
ȱ
Leȱfameuxȱcoupȱdeȱfilȱtantȱredouté,ȱtantȱimaginé,ȱtantȱ
envisagéȱ:ȱilȱvenaitȱdoncȱdeȱmourir.ȱCȇétaitȱtellementȱdurȱ
pourȱtoutȱleȱmondeȱsurȱlaȱfin.ȱIlȱfautȱdireȱqueȱGuillaumeȱ
avaitȱpasséȱlesȱderniersȱjoursȱdeȱsaȱvieȱauȱfondȱdȇunȱlit,ȱ
noyéȱdȇhumidité,ȱnoyéȱdeȱdésespoir,ȱsansȱplusȱimaginerȱdeȱ
lendemainȱmeilleur.ȱSansȱplusȱimaginerȱdeȱlendemainȱduȱ
tout.ȱȱ
ȱ
Vite,ȱestȬilȱdȇautresȱviesȱ?ȱ
ȱ
Leȱrideauȱvenaitȱdeȱseȱtirer.ȱȱ
ȱ
Laȱveille,ȱilsȱlȇavaientȱsentiȱtousȱlesȱdeuxȱauȱplusȱmalȱenȱ
venantȱàȱsonȱchevet.ȱIlsȱétaientȱlesȱplusȱprochesȱamisȱdeȱ

ȱ

18

Guillaumeȱetȱceȱdernierȱneȱpouvait,ȱneȱvoulaitȱplusȱrienȱ
leurȱcacher.ȱMêmeȱpasȱcetteȱabsenceȱdeȱforceȱquiȱleȱfaisaitȱ
seȱleverȱetȱmarcherȱchaqueȱjourȱunȱpeuȱplusȱpéniblement.ȱ
Deȱtouteȱfaçon,ȱonȱneȱpouvaitȱplusȱbienȱimaginerȱcommentȱ
dansȱceȱcorpsȱsiȱfrêleȱetȱsiȱbranlant,ȱilȱavaitȱpuȱpuiserȱlesȱ
derniersȱsursautsȱdȇénergieȱdeȱcesȱderniersȱtemps.ȱCelaȱ
faisaitȱlongtempsȱqueȱPierrotȱetȱAmandineȱneȱluiȱ
demandaientȱplusȱcommentȱçaȱallait.ȱIlȱallaitȱcommeȱilȱ
pouvait.ȱIlȱallait…ȱ
ȱ
LȇidéeȱquȇilsȱvenaientȱpeutȬêtre,ȱenȱceȱlundiȱpluvieuxȱetȱ
terriblementȱassombriȱparȱlaȱperspectiveȱqueȱleurȱavaitȱ
laisséȱleȱmédecinȱauȱtéléphone,ȱdeȱdiscuterȱavecȱleurȱamiȱ
pourȱuneȱultimeȱfoisȱlesȱavaitȱfoudroyés.ȱLesȱravagesȱdeȱ
leurȱpeineȱétaientȱdéjàȱvisiblesȱsurȱleursȱvisagesȱapeurés.ȱ
Lȇannonceȱdeȱcetteȱmortȱneȱseraitȱquȇunȱprolongementȱdeȱ
douleur,ȱunȱpincementȱdeȱpeauȱsansȱrelâchement.ȱDeȱtouteȱ
façon,ȱAmandineȱneȱrêvaitȱplus.ȱElleȱsavaitȱqueȱceȱseraitȱ
bientôtȱfini.ȱLaȱréalitéȱl’emportaitȱtoujours.ȱȱ
ȱ
Pourtant,ȱonȱfinitȱbienȱparȱsȇhabituerȱàȱlaȱmaladie.ȱElleȱ
logeȱdansȱleȱcorpsȱduȱmaladeȱcommeȱdansȱlaȱtêteȱdeȱsesȱ
proches,ȱcommeȱleȱnezȱauȱmilieuȱdeȱlaȱfigure,ȱcommeȱunȱ
traitȱdeȱcaractère,ȱcommeȱuneȱdéformationȱphysique.ȱ
Jusquȇauȱjourȱoù…ȱ
ȱ
JusquȇauȱjourȱoùȱleȱcorpsȱfinitȱparȱseȱrévolterȱcontreȱluiȬ
même,ȱjusquȇauȱjourȱoùȱilȱneȱsuitȱplus.ȱJusquȇauȱmomentȱ
où,ȱcommeȱsouvent,ȱlàȱdansȱlesȱderniersȱjours,ȱlaȱtensionȱ
moraleȱfinitȱparȱlâcher.ȱLeȱnavireȱseȱremplitȱdȇeau.ȱL’espritȱ
seȱnoieȱetȱneȱrésisteȱplus.ȱLeȱnavireȱcouleȱetȱcȇestȱleȱnaufrageȱ
pourȱlaȱfamilleȱetȱlesȱproches.ȱȱ
ȱ

ȱ

19

Amandineȱredescendaitȱsurȱterre.ȱDèsȱleȱdépart,ȱelleȱneȱ
lȇavaitȱpasȱbienȱsentiȱceȱcoupȱdeȱtéléphoneȱtardif.ȱCertes,ȱ
Guillaumeȱétaitȱtrèsȱmaladeȱ;ȱcertes,ȱelleȱsavaitȱqueȱceȱ
putainȱdeȱcoupȱdeȱfilȱarriveraitȱunȱjourȱouȱlȇautre.ȱMaisȱlà,ȱ
onȱyȱétait.ȱPierreȬCharles,ȱsonȱbonȱami,ȱsonȱex,ȱsonȱpresqueȬ
frère,ȱétaitȱlàȱpourȱleȱluiȱrappeler.ȱElleȱnȇarrivaitȱplusȱbienȱàȱ
savoirȱàȱcetȱinstantȱceȱquȇilȱétaitȱvraimentȱpourȱelle.ȱDeȱpartȱ
etȱdȇautre,ȱilsȱétaientȱhébétés,ȱneȱsachantȱquoiȱseȱdireȱlȇunȱàȱ
lȇautre,ȱniȱcommentȱremplirȱcetȱinsupportableȱblanc.ȱȱ
ȱ
Uneȱconversationȱpousséeȱnȇauraitȱguèreȱeuȱdeȱsensȱdeȱ
touteȱfaçon.ȱExpliquer.ȱRationnaliser.ȱExpliquerȱetȱ
rationnaliserȱquoiȱ?ȱ
ȱ
ȱ
«ȱAmandȇ,ȱtuȱesȱlàȱ?ȱJȇarrive.ȱJeȱraccrocheȱetȱjȇarrive.ȱNeȱ
bougeȱpas,ȱjeȱteȱrejoins.ȱCatherineȱestȱmal,ȱonȱdoitȱfilerȱlaȱ
voirȱ!ȱ»ȱ
ȱ
Secondȱsilence.ȱEtȱelle,ȱelleȱnȇétaitȱpasȱmalȱ?ȱAmandineȱ
seȱretrouvaitȱseule.ȱCertes,ȱmaisȱçaȱfaisaitȱbienȱlongtempsȱ
quȇelleȱlȇétaitȱauȱquotidien.ȱElleȱrevenaitȱàȱelleȱetȱsavaitȱunȱ
peuȱmieuxȱquiȱvenaitȱdeȱluiȱannoncerȱlaȱmortȱdeȱsonȱami.ȱ
PierreȬCharlesȱétaitȱfinalementȱsurtoutȱpourȱelleȱsonȱex,ȱ
celuiȬlàȱmêmeȱquiȱavaitȱrefaitȱsaȱvieȱdepuisȱplusieursȱmois.ȱ
Uneȱvieȱmeilleure,ȱsûrement.ȱȱ
ȱ
Puisȱelleȱsȇassitȱparȱterre,ȱprostrée,ȱcommeȱsiȱelleȱ
attendaitȱelleȬmêmeȱdesȱsecours.ȱEntreȱGuillaumeȱetȱelle,ȱ
cȇétaitȱbienȱelleȱlaȱplusȱmaladeȱdésormais.ȱCȇétaitȱleȱ
deuxièmeȱhommeȱdeȱsaȱvieȱquȇelleȱperdaitȱenȱmoinsȱdȇunȱ
an.ȱPierreȬCharlesȱparti,ȱcȇétaitȱauȱtourȱdeȱGuillaumeȱdeȱ
sȇenvoler.ȱCatherine,ȱelle,ȱvenaitȱdeȱperdreȱsonȱuniqueȱfils,ȱ

ȱ

20

sonȱfilsȱunique.ȱȱ
ȱ
AlorsȱAmandineȱseȱmitȱàȱgamberger,ȱréfléchir,ȱpenserȱ
sansȱpenser,ȱenȱlȇattendantȱsansȱlȇattendreȱsonȱPierrot.ȱUneȱ
tensionȱpalpableȱmontaitȱenȱelle.ȱElleȱavaitȱchaudȱetȱseȱ
sentaitȱcommeȱfiévreuse.ȱSonȱvisageȱétaitȱrougeȱetȱmarqué.ȱ
Alorsȱqueȱleȱsangȱvenaitȱdeȱcesserȱd’irriguerȱleȱcorpsȱdeȱ
Guillaume,ȱvoilàȱqueȱleȱsienȱluiȱmontaitȱàȱlaȱtête.ȱȱ
ȱ
«ȱJeȱsuisȱvivanteȱmoi.ȱPourquoiȱmoiȱ?ȱ».ȱElleȱdevaitȱseȱ
convaincreȱencoreȱunȱpeuȱquȇelleȱallaitȱcontinuerȱàȱvivre.ȱ
Mêmeȱsansȱlui.ȱSonȱcorpsȱleȱluiȱcommanderait,ȱsaȱtêteȱ
aussi.ȱQuantȱàȱGuillaume…ȱleȱsimpleȱfaitȱdeȱseȱdire,ȱenȱelleȬ
mêmeȱetȱpourȱelleȬmêmeȱqueȱplusȱjamais,ȱplusȱjamaisȱnon,ȱ
elleȱneȱleȱreverraitȱ;ȱplusȱjamaisȱelleȱneȱluiȱparleraitȱ;ȱplusȱ
jamais,ȱilsȱneȱrigoleraientȱensembleȱdeȱlaȱvieȱetȱdeȱlaȱmortȱ;ȱ
plusȱjamaisȱnonȱplusȱilsȱneȱparleraientȱfillesȱetȱgarçonsȱ;ȱcȇenȱ
étaitȱfini.ȱPrévisible,ȱçaȱnȇenȱétaitȱpasȱmoinsȱinsoutenable.ȱȱ
ȱ
Etȱpuisȱsoudainȱplusȱrien.ȱTropȱdeȱréflexionȱsubiteȱetȱ
subie.ȱSonȱespritȱseȱperdit.ȱMaisȱoùȱ?ȱUnȱsentimentȱdeȱ
lassitudeȱsȇemparaȱfinalementȱdȇelleȱmaisȱilȱneȱduraȱpas.ȱEnȱ
unȱquartȱdeȱsecondeȱelleȱrevintȱàȱsaȱréalité.ȱLaȱsonnetteȱdeȱ
laȱporteȱvenaitȱdeȱretentir,ȱuneȱfois.ȱPuisȱuneȱseconde.ȱȱ
ȱ
CȇétaitȱPierreȬCharlesȱbienȱsûr.ȱDéjà.ȱParceȱquȇilȱavaitȱ
refaitȱsaȱvie,ȱsimplementȱunȱétageȱauȬdessusȱdȇelle.ȱCȇétaitȱ
souventȱdurȱmaisȱlà,ȱelleȱappréciaȱpourȱuneȱfoisȱsaȱ
proximité.ȱCommentȱdèsȱlorsȱpasserȱàȱautreȱchoseȱenȱtempsȱ
normalȱ?ȱÇaȱnȇenȱétaitȱqueȱplusȱdur.ȱIlȱluiȱarrivaitȱàȱelleȱdeȱ
tendreȱlȇoreilleȱetȱdȇentendreȱleȱlitȱgrincerȱauȬdessusȱdeȱchezȱ
elle.ȱUnȱvaȬetȬvientȱincessantȱquiȱluiȱfaisaitȱperdreȱlaȱtêteȱetȱ
devenirȱdingueȱauȱpointȱdeȱpartirȱdeȱchezȱelle.ȱȱ

ȱ

21